Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Wade

Abdoulaye Baldé recadre Souleymane Ndéné Ndiaye et Papa Samba Mboup à propos de Wade

YERIMPOST.COM Souleymane Ndéné Ndiaye et Papa Samba Mboup vont encore alimenter le débat pour un bon moment suite à leur sortie incendiaire contre Wade et son fils Karim. C’est à la limite choqués de leurs propos que les Sénégalais de tous bords commentent cette conférence de presse du Rappel. Abdoulaye Baldé, qui a été pris en aparté par nos confrères de l’Observateur, cache mal sa désolation. Selon lui, de tels propos devaient sortir d’ailleurs que d’hommes qui ont occupé de hautes responsabilités de la trempe de l’ancien Premier ministre et de l’ex-chef de cabinet du président Wade. Même s’il réclame son amitié avec ces deux, le président de l’Union des centristes du Sénégal (Ucs) n’apprécie pas du tout. « Abdoulaye Wade a contribué à notre ascension sociale à tous ! Il nous a façonnés, nous avons tous été ses petits-enfants… Je les respecte tous mais je pense que, cette fois-ci, ils ont été un peu trop loin », a lancé Baldé.



PROPOS DE MERCREDI: Wade, Pékin et le sens de l’honneur

Commençons par un point de détail. A qui revient l’honneur du bâtisseur dans le chantier de l’arène nationale de Pikine ? La question a été posée, à l’occasion de la récente visite du président chinois, par les propagandistes marron. Selon eux, l’érection de ce bijou est « un motif suffisant de réélection de Macky Sall pour un deuxième mandat ». On avait déjà remarqué, avec l’inauguration de l’aéroport Blaise Diagne et les préparatifs de l’ouverture du Musée des civilisations noires, l’acharnement du pouvoir à tailler à son chef un habit de grand bâtisseur, même contre les évidences les plus criardes.

Dans le cas de l’arène, les propagandistes peuvent se réclamer de l’onction du président Sall qui, en lançant les travaux en avril 2016, avait tenu à préciser que « le financement est bouclé par les Chinois depuis 2013 », c’est-à-dire un an après son élection. Il n’avait pas encore à ses côtés son successeur à la Primature qui avait annoncé deux ans avant, le 2 mars 2011, le bouclage de ce même financement, à l’occasion d’une visite de chantier avec l’équipe chinoise chargée de réaliser les travaux de l’arène (dépêche Aps).




Point de détail ? Non peut-être, si l’on considère cette falsification de date sous l’angle des valeurs de probité et de loyauté de l’homme d’Etat vis-à-vis de ses prédécesseurs, de ses interlocuteurs citoyens, et de lui-même en définitive. Des valeurs faisant de la duperie une faiblesse corrodant l’estime de soi et grignotant la confiance des autres.

Mais assurément oui, dans une mise en perspective de l’événement. Après celle du président Hu en juin 2006, la récente visite du président Xi souligne toute la portée stratégique de la décision du Sénégal de reprendre, en octobre 2005, une coopération avec le pays de Mao suspendue depuis 1996.

13 ans après, les effets positifs de ce recentrage apparaissent nettement sur la structure de nos échanges internationaux. Désormais, la Chine talonne de près la France en occupant le rang de deuxième partenaire commercial et de deuxième fournisseur. Après avoir conquis celui de premier bailleur de fonds depuis 2017, selon un officiel chinois cité par l’Aps. Le stade de Pikine, le Grand théâtre, le Musée des civilisations noires, … sont autant de joyaux à la gloire de l’audace wadienne de 2005.

C’est sur ce chemin qu’il fallait persévérer après 2012 en osant diversifier librement nos relations au mieux de l’intérêt national, au lieu de rapetisser en fourrier du retour en zone d’une France de l’argent facile, dont le point d’orgue est, pire que l’ogre Auchan, ce Ter stupide et méchant dont le chef de l’Etat a reconnu, à mots à peine couverts, l’absence d’effets d’entraînement sur une économie qu’il siphonne. L’honneur, ici, est de n’être ni « antifrançais » ni « prochinois », mais de porter cette élévation morale qui fait de soi, de la nation à incarner et servir, l’unique guide et maître.





Mamadou Bamba NDIAYE

Ancien député

Secrétaire général du Mps/Selal

Politiquement, Macky dépasse Wade et Diouf !

Au fur et à mesure que l’on s’approche des présidentielles de février 2019, toutes les attentions sont braquées vers un seul homme. Un président sortant, qui veut rempiler face à tous ses adversaires aux prochaines échéances électorales.
Macky, non content d’être sorti major de la promotion de l’école Wade est un génie politique. Le Pape du Sopi ou plus exactement maitre Wade a vu plus fort que lui en la personne de l’élève Macky. L’homme a très tôt pu déceler contrairement à Diouf quand et comment il fallait parler ou ignorer Wade . Qui aurait pu penser que Macky parviendrait à déboulonner Wade à la présidentielle de 2012, trois ans seulement après avoir créé son mouvement APR.
Une fois élu à la tête de ce pays, le président Macky Sall a par finesse politique et à plusieurs fois étouffer voire déjouer toutes les tentatives de Wade tendant à déstabiliser son régime.
Conscient que son parti l’APR ne peut pas diriger ce pays à lui seul, le président Macky Sall n’y va pas par quatre chemins pour priver certains membres de sa formation politique à certains postes stratégiques dans les institutions comme l’Assemblée Nationale et le Haut Conseil des Collectivités Territoriales.
Ces deux institutions seront confiées respectivement à Moustapha Niass et Ousmane Tanor Dieng. Qui aurait pu penser un jour que ces deux ténors socialistes, se jetteraient des fleurs sur le perron du Palais présidentiel ou encore voir ces deux ennemis politiques depuis longtemps s’asseoir ensemble autour d’une table pour contribuer à maintenir voire renforcer la cohésion da la majorité présidentielle . Seul Macky Sall pouvait réussir un tel fait avec brio. Faut préciser que même Diouf n’a pas réussi à concilier les deux hommes. Qu’est ce que Macky a de plus que Wade n’a pas, si l’on sait que ce dernier est pourtant décrit comme l’homme le plus généreux de tous ceux qui ont eu l’insigne honneur de diriger ce pays. La réponse semble être la sincérité dans sa promesse de gagner ensemble et gouverner ensemble.




Jamais dans l’histoire politique du Sénégal, une coalition aussi forte que BBY n’a pu tenir pendant aussi longtemps. Macky Sall, en homme de parole fédérateur mais aussi en fin politique, a su surmonter les humeurs des uns et des autres pour mettre à profit la survie de la dite coalition pour l’intérêt et la stabilité du pays. Car, malgré les soubresauts politiques, il ne fait aucun doute que la coalition BBY prouve aujourd’hui qu’elle est une addition de volontés sincèrement orientées vers un compagnonnage durable pour l’émergence de ce pays.
Le génie politique Macky ayant compris, la vulnérabilité de la presse, la précarité des journalistes, son accaparement par des hommes d’affaires qui ne sont mus que par les interêts de leurs propres business, réussit à nouveau à se passer de la méthode Wade pour museler la presse. Pas besoin pour Macky de distribuer des mallettes d’argent ou de créer des groupes de presse estampillés proche du Palais ou de la Primature. Il phagocyte certains d’entre eux par une méthode douce en les ignorant royalement. Il ne restait plus à certains que de se rabattre sur des lives ou posts à travers les réseaux sociaux. Et là aussi faut le reconnaitre les Marrons Beiges ou plus exactement les Mackystes ont rendu quasi inexistant les opposants et les activistes sur la toile.
Le président Macky Sall en bon ancien trotskyste et bon élève de Wade est loin d’être « un lion qui dort » en terme de stratégies politiques malgré ses discours taquins voire sympathiques qui peuvent le faire paraitre comme une personne qui n’a pas l’initiative politique.
C’est plutôt un lion vigilant et offensif qui ne laisse presque rien passer.
Force est de reconnaitre que Macky dépasse politiquement parlant Wade et Diouf pour avoir su maintenir intact la grande coalition BBY tout en conciliant les principaux ténors de la majorité présidentielle mais aussi en déjouant à temps tous les plans orchestrés par une certaine opposition visant à déstabiliser son régime




Mame Ousmane Diop
Responsable APR

Economiquement parlant, MACKY dépasse WADE !

A quelques mois des présidentielles moment ne pouvait être mieux choisi pour se pencher sur les performances économiques des deux derniers régimes de ce pays.

Au moment de la passation de pouvoirs le 02 avril 2012 entre les Présidents Abdoulaye WADE et Macky SALL, la situation économique du pays se présentait comme suit :

Malgré les allègements et annulations de dettes au titre des Initiatives Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) et de l’Allègement de la Dette Multilatérale (IADM), le taux d’endettement du Sénégal était de 21,3% du PIB en 2006. Ce taux a plus que doublé six ans plus tard passant à 42,9% du PIB en 2012
Une croissance économique de 1,8% en 2011, inférieure au croît démographique ;
Le service de la dette totale rapporté aux recettes budgétaires était de 46,8% en 2012.
Un déficit public de 6,7% du PIB en 2011 mais aussi une inflation de 3,4% en 2011 ;
Un solde du Trésorier général de 20,969 milliards ;
Un solde négatif du compte courant de la balance des paiements qui avait atteint 10% du PIB ;
Une circulation fiduciaire qui est passée de 588,1 milliards de FCFA en 2010 à 584,6 milliards de FCFA en 2011, soit un repli de 3,5 milliards de FCFA ;
Un excédent de dettes de 166 Milliards de FCFA caractérisé par une Position Nette du Gouvernement (PNG)
Le Président Macky sall une fois au pouvoir a réalisé des performances économiques reconnues par l’ensemble des acteurs de la vie économique nationale comme internationale. A titre d’exemple voici quelques indicateurs macro-économique




Une reprise de l’activité économique dès 2012, avec un taux de croissance réel de 4,4%, un taux d’inflation de 1,4% et un déficit public ramené à 5,8% ;
Une croissance économique de 3,6% en 2013, établissant un déficit public en baisse à 5,5% du PIB, une inflation quasi nulle ;
Pour la première fois depuis 40 ans, le Sénégal a enregistré un taux de croissance supérieur à 6% trois années consécutives.
Le PSE a permis à l’activité économique de se revigorer avec une croissance économique de 4,3% en 2014 et un déficit budgétaire poursuivant sa tendance baissière pour se contenir à 5,1%. Il faut préciser également un accroissement de la circulation fiduciaire de 65 milliards en 2014, malgré les mesures prises par les autorités monétaires pour renforcer la bancarisation ;
Le Sénégal a enregistré en 2015 une série de records économiques et financiers, le taux de croissance a dépassé pendant trois années consécutives, la barre des 6% : 6,5% en 2015 ; 6,7% en 2016 et 6,8% en 2017.
Cette croissance s’est faite dans un contexte de maîtrise de l’inflation et de réduction constante du déficit budgétaire qui a été ramené à 4,2% en 2016 et 3,7% en 2017 ;
Le déficit du compte courant de la balance des paiements a continué à suivre sa baisse pour passer à 5,3% du PIB en 2015 et 4,4% du PIB en 2016.
Le service de la dette totale rapporté aux recettes budgétaires se situe à 33,7% en 2017 pour un déficit public de 3,7% en 2017
Le PSE initié par le Président Macky SALL a permis la mobilisation en 5 ans de 6851 milliards de FCFA, contre 3789 milliards mobilisés en 12 ans sous le magistère du Président Wade.
Confiance totale des partenaires internationaux confortée par le succès de l’Eurobond d’environ 250 milliards de FCFA émis en 2014 à un taux de 6,25%, contre 8,75% pour le précédent eurobond de 2011 sur une période de 10 ans. Le dernier Eurobond émis en 2017 a permis de lever un montant d’environ 660 milliards de FCFA, au taux de 6,25% sur une durée de 16 ans.
Ces performances économiques enregistrées sous le magistère du président Macky sall ont été possibles grâce au PSE qui a amplifié la mobilisation des ressources internes et externes. Faut préciser aussi que des marges budgétaires se sont dégagées grâce à la gouvernance sobre et vertueuse qui s’est traduite par une rationalisation des dépenses courantes et une augmentation des dépenses d’investissement.




Au vu de toutes ses performances économiques enregistrées par le régime du président Macky Sall force est de reconnaitre qu’économiquement parlant Macky dépasse Wade.

Mame Ousmane Diop

Responsable APR

Email : emodiop@gmail.com

Vidéo- « Laissez à Wade sa maison du Point E » (Cheikh Yérim Seck)





Macky Sall s’inspire de l’erreur sécuritaire de Wade pour empêcher un 23 juin bis

YERIMPOST.COM En ce 19 avril 2018, toute la stratégie de Macky Sall pour contenir les manifestations de l’opposition repose sur la rectification de l’erreur d’Abdoulaye Wade. Le 23 juin 2011, celui-ci a commis une erreur d’appréciation. Plus précisément, il a été induit en erreur.

Dans les heures qui ont précédé cette journée historique, le débat s’était posé au palais de la République de savoir s’il fallait ou non interdire la manifestation alors projetée par l’opposition. L’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl, le mouvement de jeunesse du PDS) avait bandé les muscles, suggéré l’autorisation de la manifestation, estimant qu’elle allait le jour j mobiliser plus de monde pour contrebalancer l’action de l’opposition.




Wade s’était alors laissé convaincre. Effet mécanique de l’autorisation de la manifestation: toute la place Soweto avait été prise d’assaut par une foule compacte d’opposants incontrôlables par les forces de sécurité. Le risque auquel ils soumettaient les députés a pesé sur la balance dans la décision de stopper le vote de la réforme constitutionnelle.

Pour éviter une reproduction de ce scénario, Macky Sall a choisi de boucler la place Soweto voire le centre-ville de Dakar. L’objectif est simple: contenir les manifestants suffisamment loin pour que les députés puissent voter le projet de loi en toute tranquillité. Voilà pourquoi la manifestation a été interdite par le préfet de Dakar. La capitale, surtout le centre-ville, va être totalement quadrillée par un dispositif policier ayant reçu l’ordre de réprimer tout ce qui bouge.

Quelles sont les forces et les limites de cette stratégie ? Fera-t-elle mieux que celle de Wade ? Les heures à venir nous le diront…

Suite au communiqué de Wade, un sympathisant de Samuel Ameth Sarr répond à Babacar Gaye

Mon opinion sur le communiqué du Pds signé par le démissionnaire Babacar GAYE
Il a fallu que le président Samuel SARR déclare sa candidature pour que les éléments résiduels du Pds perdent leur sérénité. Qu’est-ce que Samuel SARR a dit de grave pour que cela mérite un communiqué de presse ? Jamais, nous n’avons entendu notre candidat à la présidentielle de 2019 réclamer l’héritage de Me Abdoulaye Wade même s’il en a le droit. Mais il a toujours déclaré je cite : «Il est malsain de réclamer l’héritage d’une personne encore en vie ». Qu’ALLAH le tout puissant prête longue vie à Me Abdoulaye WADE. Ensuite, c’est aux Sénégalais plus particulièrement à ses frères libéraux à qui le président Samuel SARR a tendu la main car il estime qu’il peut unir les libéraux du Sénégal pour la conquête du pouvoir en 2019. Qui a fait partir Me Ousmane NGOM, Jean Paul Dias, Mme Aminata TALL, Macky SALL, Idrissa SECK, Alioune SOW, Modou DIAGNE FADA, Souleymane Ndéné Ndiaye, Habib SY etc… du Pds ? Le président Samuel SARR n’est pas le responsable de l’implosion du Pds et de la dispersion de ses forces. Nous avons bien lu le communiqué laconique du Pds resté muet sur les questions suivantes : 1-





Pourquoi le Pds n’a pas publié un communiqué pour démentir Idrissa SECK qui a déclaré que : «Karim WADE l’a appelé pour le rapprocher à son père». Nous savons que plusieurs hauts responsables du Pds membres du Comité Directeur ont fustigé ce comportement solitaire et fractionniste de Karim WADE mais personne parmi eux, n’a eu le courage de le dénoncer. 2-Pourquoi Karim WADE, aujourd’hui conscient de sa position politique inconfortable tente de s’accrocher sur les pieds d’Idrissa SECK en nouant le dialogue avec lui sans en informer le Parti ? Personne n’a osé réagir. Ils ont tous préféré continuer à avaler les couleuvres. 3-Pourquoi Karim WADE qui essaie de se réconcilier avec Idrissa SECK qui avait pourtant refusé de soutenir la liste dirigée par Me Abdoulaye WADE lors des élections législatives du 30 Juillet 2017, cache aux Sénégalais et aux libéraux, la vérité sur son exil au Qatar préférant continuer ses manipulations via Whatsapp ? 4-Pourquoi il a fallu que Samuel SARR s’engage dans la bataille pour que les sbires de Karim WADE essaient de se dresser sur son chemin ? Notre adversaire c’est Macky Sall. 5-Pourquoi le Pds n’avait pas fait de communiquer pour démentir Idrissa SECK qui avait déclaré publiquement je cite : «La libération de Karim WADE est un deal international ? » Nous demandons au président Samuel SARR de se concentrer sur son projet pour le Sénégal car ces tirailleurs pusillanimes ne méritent pas qu’il se rabaisse à leur niveau. Vive la Nouvelle République

Cheikh WAGUE
Sympathisant du Président Samuel SARR

Versailles: Qu’est parti faire Abdoul Mbaye chez Wade ?

YERIMPOST.COM Hier, 20 mars, l’ancien chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, a reçu l’ex-Premier ministre, Abdoul Mbaye. A entendre une source proche de ce dernier, « ce déplacement a un seul sens: une visite de courtoisie rendue par un « fils » à son « père ». Car, nul n’ignore les rapports anciens entre Wade et Kéba Mbaye, le défunt père d’Abdoul. » De quoi ont parlé les deux hommes ? Notre source poursuit: « Abdoul Mbaye a écouté attentivement l’analyse de la  situation politique du pays par Wade. Il a pris bonne note et a recueilli les conseils et prières de son hôte. »



Me Wade tance les experts électoraux de l’Ue

YERIMPOST.COM Me Abdoulaye Wade sort de s réserve. Le chef du Parti démocratique Sénégalais (Pds) est loin d’être satisfait des experts électoraux qui ont été commis pour auditer le fichier électoral. Selon lui, le rapport produit par ces experts n’a aucune valeur scientifique. «  Scientifiquement parlant, ce document est une véritable tromperie pour ne pas dire escroquerie », a déclaré l’ancien président de la République dans une note rendue publique. Il estime que le régime de Macky Sall est le véritable commanditaire et responsable de ce piètre rapport.

Déclaration truffée de fautes de la coalition Mankoo Wattu Sénégal contre les avocats de Karim Wade

YERIMPOST.COM Ci-dessous la déclaration…

 Suite à la sortie  du Parti démocratique sénégalais (PDS) par la voix de son coordonnateur adjoint Oumar Sar ,, dans lequel il déclare que la Banque Mondiale avait sortir  un rapport pour blanchir Karim Wade des délits qui lui ont valu une condamnation de la part de justice sénégalaise et que le Président Macky Sall et son régime avait cacher aux juges de la CREI.

La coalition Manko Wattu Sénégal se demande de qui se moquent Abdoulaye Wade , son fils et ses partisans ? .
Comment comprendre une telle aberration comme si la banque mondiale était une juridiction compétente pour blanchir ou non l’ex ministre du ciel et de la terre qui a volé l’argent de l’État du Sénégal qui la traqué, jugé, condamné et gracié.

Et pour le Coordonnateur du FPDR Ousmane Faye , il est temps que l’opinion sénégalaise ouvre ses yeux sur les manipulations répétés du PDS , qui pour cacher l’essentiel d’une décision de justice très importante à  Monaco sur les 12 milliards de Karim Wade,  et entrain de nous divertir avec un rapport de la Banque Mondiale dons le contenu n’est même pas ce qu’il pense et Madické Niang le nouveau Secrétaire Général adjoint du PDS le sai mieux que quiconque.

Pour la Coalition Manko Wattu Sénégal à travers cette sortie , le PDS montre encore une fois qu’il est manipulé à souhait par un homme, en l’occurrence Karim Wade et son père  Et c’est triste que des responsables qui ont servi au plus haut niveau de l’Etat se fassent diriger de cette manière, dans le seul but de nous imposer encore une fois un homme qui a dilapidé tous les ressources de ce pays et se réfugié a Doha

Fait à Dakar le 1er janvier 2018.

Mr Ousmane FAYE

Président de la Coalition Mankoo wattu Sénégal

Vidéo- Thierno Lô lâche des vérités crues sur Macky, Marième Faye, Wade, Iba Der…

Contribution: Senghor, Diouf, Wade, Macky et la franc-maçonnerie (Noos)

YERIMPOST.COM Nous publions tel quel ce commentaire fait par un des lecteurs sous notre papier « Ce document prouve-t-il qu’Abdou Diouf est franc-maçon ? »

mais c normal pour un SG de la Francophonie, contrairement aux rumeurs Abdou Diouf avait pour seul maitre Senghor qui n’était pas franc mâcon et Diouf non plus n’est pas connu dans le monde maçonnique. Néanmoins il est avéré que Diouf, Senghor comme Wade et Macky n’ont rien contre la franc-maçonnerie qui est très vielle et présente au Sénégal depuis le 18e siecle.
Je ne comprend pas pourquoi tant de fantasmes sur la maçonnerie au Sénégal, il suffit d’aller en cote d’Ivoire juste à coté pour les voir a visages découverts en france et aux USA aussi comme au congo gabon cameroun, Burkina….
On connait tous les présidents Africain mâcon Senghor et Diouf n’en faisaient pas partie pour votre gouverne. Wade est franc mâcon tout le Sénégal le sait, il est celui qui a le plus oeuvré pour la maçonnerie au Sénégal jusqu’aux monuments construits et pourtant il était la bienvenus chez tous les khalifes et était leur ami intime. Ils le protégaient. donc, il serait bon de comprendre que la maçonnerie n’est déjà pas satanique car bcp de croyants s’y retrouvent et que c’est juste une école de pensée et de savoir vivre ensemble comme les scouts version aristocrate. Les Illuminatis c’est pas la franc maçonnerie mais une autre société secrète qui combattait le vatican. les sataniques sont une autre société secrète au USA et dans bcp de pays, les rosicruciens sont eux dans la mystique pas les maçons qui sont dans l’ésotérisme. Les Achichins sont une société secrète musulmane et chiite qu’on peut retrouver chez les ismaéliens en Egypte, Iran, Syrie… il y a énormément de sociétés secrètes qui ont des initiations cachés comme dans les bois sacrée de casamance pour le boucoute ou partout en Afrique. les Xamb des serrer … et pourtant énormément de sénégalais sont passé par là.
il faut aussi comprendre que les noirs seraient toujours esclaves et qu’on vivrait toujours partout en europe dans des monarchies et non dans des républiques sans les franc maçons. car avant tu appartenait ou a la noblesse ou au clergé ou au tiers état. Abraham Lincoln qui a aboli l’esclavage après avoir mené une guerre pour ce principe comme Winston churchill qui a tenue tête à Hitler étaient franc maçons comme toussaint l ‘ouverture premier révolutionnaire noir qui a donné l’indépendance à HAITY au 18 E siècle, marcus gravey, louis armstrong le célèbre jazz man, walt dysney, …..toutes ces personnes ont fait du bien au monde en changeant la vision des gens car avant n’oubliez pas que l’ amerique vivait la ségrégation, l ‘esclavage, en europe les rois étaient des demi Dieux et le clergé menait l’inquisition et faisait bruler les penseurs libres qui osaient dire que les hommes étaient égaux quels que soient leurs couleurs ou que la terre était ronde …. Les Sénégalais ont besoin de voyager car dans les autres pays tout le monde peut savoir ce qu’est la franc maçonnerie et leurs rituels chevaleresques pour se donner de l’importance dans leurs missions c’est tout. A Abidjan tout le monde connait les grand maitres et les membres même du gouvernement qui sont mâcon .
Et pour Finir la FRANC MAÇONNERIE n est pas une religion mais un ordre en gros une école de pensée pour philosophe et intellectuel qui réfléchissent a la façon d’améliorer le vivre ensemble dans la cité sans qu’une faction se sentent plus forte ou légitime qu’une autre. ils mettent tout le monde au même pied d’égalité dedans du prince au tailleur de pierre.

NB: C’est a croire que la plupart des Sénégalais viennent de découvrir cela et pourtant c’est plus vieux que l’Islam. lol
Merci de lire Da Vincy Code 3 le symbole perdu ou l’enquêteur doit sauver la Franc maconnerie a Washington ou regarder Benjamin gates et le trésor de templiers avec nicolas cage vous permettra d’avoir un bon aperçu de la franc maçonnerie car aux USA ce n’est pas un sujet tabou comme en France.

Signé Noos

° Top