Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

ville

L’argent de la Ville de Dakar a servi à… la Gambie

YERIMPOST.COM Les fonds politiques de la Ville de Dakar n’ont pas servi uniquement aux populations de Dakar. L’argent est allé même hors de nos bornes. Selon Me Siré Clédor Ly, qui était à la barre du tribunal correctionnel de la Dakar pour la défense de Khalifa Ababacar Sall dans le procès de la Caisse d’avance, les fonds politiques de la ville de Dakar ont toujours été utilisés sans pièces justificatives. Cela, du fait du caractère discret de certaines opérations effectuées avec l’aide de ces fonds. C’est le cas, en 1981, où ces fonds ont été utilisés pour restaurer le pouvoir en Gambie lorsque Kukoï Samba Sagna avait voulu faire un coup d’Etat contre Daouda Diawara. Selon Me Ly, l’opération militaire effectuée par l’armée sénégalaise en Gambie avait été possible grâce au concours de la mairie de Dakar avec ces fonds politiques. Un rappel de l’avocat pour disculper son client du délit de «faux».




Antoine Diome démolit les «fausses pièces» de la Ville de Dakar

YERIMPOST.COM Comme prévu, c’est l’Agent judicaire de l’Etat, Antoine Diome, qui a ouvert le bal des plaidoyers, ce matin, au tribunal de Dakar. Le représentant de l’Etat dans le procès dit de la Caisse d’avance a axé sa plaidoirie sur le principe de  »l’unité de caisse ». Selon lui, au niveau de l’Etat, il n’y a qu’une seule caisse. Ce qui signifie que la ville de Dakar n’a pas de caisse. « C’est tout le sens, selon M. Diome, qu’il faudrait donner à la constitution de partie civile de l’Etat du Sénégal ».

L’Agent judiciaire de l’Etat a démontré le préjudice subi par l’Etat dans cette affaire: « De 2011 à 2015, l’Etat du Sénégal a décaissé près de 2 milliards sur la base de fausses pièces ». Et l’ancien parquetier d’interpeller les prévenus: « Si vous n’aviez pas produit de fausses pièces, l’argent n’aurait jamais sorti du trésor public ».

www.yerimpost.com

Khalifa Sall éclaircit le mystère de la disparition des 65 millions de la Ville de Dakar

YERIMPOST.COM Dans le communiqué qui suit…

 

Suite à la parution d’un article dans un quotidien de la place et faisant état d’un virement de 65 millions qui aurait disparu de la ville de Dakar nous tenons à porter à l’attention de l’opinion toute la vérité sur cette affaire qui date de 2015/2016.

C’est le 20 juin 2016 que les services financiers de la ville de Dakar ont, par courriel, saisi la Société Générale des Banques du Sénégal pour vérification de ce qu’il est advenu du montant de 69.664.866 FCFA viré le 30 juin 2015 sous le N° BV121290.

Après vérification ladite banque a reconnu dans sa réponse en date du 22 juin 2016 que le montant a été, par inadvertance, « indûment crédité dans le compte de ENEA à la date du 20/07/2015 ».

Dans un autre mail en date du 24 Juin 2016 la SGBS confirme « avoir bien reçu la somme de 69.664.866 FCFA encaissée par notre banque le 30 juin 2015 sous le N° BV1212290 dans notre compte tenu auprès de la BECAO. Ce BV devait nous servir à créditer les comptes des bénéficiaires suivants (…) Jardin Botanique (DBV) 65.000.000 ». La banque d’ajouter «  les vérifications effectuées par nos services nous ont permis de constater qu’à la suite d’une erreur de manipulation, la somme de 65.000.000 F CFA initialement destinée aux Jardins Botaniques (DBV) a été viré par inadvertance sur le compte de ENEA. Nous avons entamé les démarches pour procéder au recouvrement des sommes indument perçues par l’ENEA afin de pouvoir régulariser le compte DBV».

Le 27 décembre 2016, un avis de crédit vient confirmer le versement du montant dans le compte des Jardins Botaniques. Dans un courriel la Société Générale des Banques du Sénégal informe la ville de Dakar « de la régularisation du virement de 65 millions dans le compte des Jardins Botaniques comme initialement demandé. La banque ajoute « nous vous présentons toutes nos excuses pour le retard apporté au traitement de ce virement ».

Voilà chronologiquement la vérité des faits. Cette vérité, l’auteur de l’article ne pouvait pas l’ignorance, mais il participe à la conspiration politique dont est victime le Député-maire de la ville de DAKAR Khalifa Ababacar SALL et confirme si besoin en est la théorie de la cabale politique.

  1. Toutes ces informations sont vérifiables auprès de la SGBS

La cellule de communication



° Top