Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

transhumance

Transhumance: Samba Bathily se dédit

YERIMPOST.COM La Coalition pour une alternance démocratique (Cad/Diisso) a enregistré un nouveau dissident. Après Modou Diagne Fada, qui a claqué la porte sans crier gare, c’est au tour de Samba Bathily, leader du Parti convention des démocrates du Sénégal (Pcds), de rejoindre les rangs de l’Alliance pour la République. Pourtant, son ralliement avait été annoncé il y a de cela quelques semaines et l’homme s’était fendu d’un communiqué pour démentir l’information. Dans un communiqué où il annonce sa transhumance, Samba Bathily engage toutes les instances de son parti à travailler pour la réélection du président Macky Sall au premier tour.


Transhumance: Samba Bathily va à la soupe du pouvoir

YERIMPOST.COM La goujaterie politique à fond la caisse ! En cette veille d’un rendez-vous crucial de la présidentielle, les transhumants se bousculent aux portes de Macky Sall. Le candidat à sa propre succession peut compter parmi ses nouveaux « amis » Samba Bathily, l’ex- responsable du parti Rewmi. L’ancien député a décidé de déposer ses baluchons à l’Alliance pour la République. Et l’officialisation de son soutien pour le candidat de Benno Bokk Yakaar n’est plus qu’une question de jours, nous dit l’AS.


Transhumance: Fada soutient Macky, c’est acté !

YERIMPOST.COM Les libéraux démocrates républicains (Ldr/Yessal) officialisent leur alliance avec le président Macky Sall. On y voyait clair déjà lorsque Modou Diagne Fada, tête de file de ce parti, avait été reçu en audience par le chef de l’Etat. Une annonce qui ne surprend pas vraiment les observateurs avertis qui, depuis longtemps, ont flairé le jeu du « oui mais non » de Fada. Ce dernier compte jouer sa partition pour la réélection du candidat Macky Sall dans la course présidentielle du 24 février prochain. Un de transhumant de plus !



Transhumance: Fabouly Gaye à l’Apr

YERIMPOST.COM C’était en gestation mais c’est désormais chose faite. Fabouly Gaye nage en plein dans les eaux de l’Alliance pour la République (Apr). Le désormais ex-responsable du Parti démocratique sénégalais a annoncé officiellement son adhésion au combat de Macky Sall pour remporter un second mandat au premier tour de la présidentielle. Satisfait du bilan du président de la République, l’ancien responsable de l’Ujtl et homme fort du Fouladou promet de jouer pleinement sa partition pour assurer à « son frère » un second mandat.



Transhumance: Fabouly Gaye à l’Apr

YERIMPOST.COM Avec lui à ses côtés, le président Macky Sall espère gagner à Kolda. Fabouly Gaye a décidé de battre campagne pour Macky Sall à la prochaine présidentielle. L’AS, qui rapporte l’information, a souligné que même si la décision n’a pas encore été officialisée, l’ancien dircab au ministère des Forces Armées va incessamment déposer ses baluchons à l’Alliance pour la République (Apr). Ses proches, qui se sont confiés au quotidien, ont expliqué un tel acte par sa reconnaissance au président Sall pour tout ce qu’il a apporté à la région de Kolda. Le vide que risque de laisser le jeune responsable libéral sera difficile à combler par le Parti démocratique sénégalais (Pds) dans le Fouladou.



Vidéo- Transhumance: Cheikh Yérim Seck interpelle Bamba Ndiaye





Bamba Ndiaye fait les yeux doux à Macky Sall

YERIMPOST.COM Bamba Ndiaye est prêt à travailler avec le président de la République. La seule condition que pose l’ancien ministre des Affaires religieuses sous Wade, c’est que le président Macky Sall prenne en charge les préoccupations des islamologues et autres arabophones. Bamba Ndiaye a fait cette déclaration à l’occasion du forum sur la religion et la citoyenneté organisé par Serigne Abdou Samath Mbacké. Un appel du pied du désormais ex-collaborateur du Grand parti de Malick Gackou puisque cette sortie est perçue comme un premier pas vers une transhumance de Bamba Ndiaye vers les prairies marron-beige de l’Alliance pour la République.

Transhumance supputée: Ce cadre de son parti avertit Fada

YERIMPOST.COM Nous publions ce cri du coeur qui nous est parvenu…
Je suis membre fondateur du parti  ldr/yeesal
Je suis membre du comité directeur.
Membre des cadres réformateurs
Adjoint chargé de l’intégration Africaine et du panafricanisme.
Responsable veille net de la commission communication du parti.
Responsable politique à Guediawaye.
Mais si FADA rejoint Macky, je le quitte sans réfléchir.
Nous étions unis par un contrat de conviction, de confiance, de respect et de responsabilité dans l’objectif de dénoncer les dérives et manquements du régime.




Je dois aussi préciser que je ne suis et je ne serais jamais  la marionnette de qui que ce soit. S’il s’agissait simplement de rejoindre le parti au pouvoir, je n’aurais pas besoin de passer par le ldr/yeesal. Je connais bien le chemin.Je ne comploterais jamais derrière le peuple.
Je suis et je resterai du côté du peuple déçu.
Cheikh TRAORÉ
Sénégal moma mome

Transhumance de Bamba Fall: rencontres nocturnes, tractations secrètes…

YERIMPOST.COM Beaucoup pensent à tort que la sortie de Bamba Fall, indiquant clairement sa volonté de transhumer, est le fruit spontané d’une émotion suscitée par la forte délégation gouvernementale aux obsèques de l’oncle du maire de Médina. Il n’en est rien. C’est le résultat de longs pourparlers qui avaient débuté avant la sortie de prison, le 24 avril 2017, de Bamba Fall. Supportant très mal la détention, ce dernier a souhaité que Khalifa Sall négociât avec Ousmane Tanor Dieng ou rencontrât les autorités des confréries religieuses pour obtenir sa libération. Devant la lenteur du maire de Dakar, Bamba Fall a noué avec le pouvoir, par le canal de Mahammed Boun Abdallah Dionne, un dialogue qui a facilité son élargissement.

A sa sortie de Rebeuss, il a poursuivi ces pourparlers avec le Premier ministre et l’aurait, selon les mauvaises langues, aidé à empêcher la mise en place d’une liste commune PDS – Mankoo Taxawou Sénégal. Après les législatives au cours desquelles il s’est distingué par le torpillage de toute forme de convergence entre les pro-Khalifa parmi lesquels il était censé être et le parti d’Abdoulaye Wade, Bamba Fall a poursuivi les nombreuses rencontres avec Dionne.

Une fois avoir tout ficelé avec celui-ci, il a été introduit, début février 2018, nuitamment, à la résidence de Mermoz du chef de l’Etat où ce dernier a longuement discuté avec lui. Bamba Fall a accepté de coopérer, selon la source de Yerimpost. Les obsèques de son oncle étaient le prétexte idéal pour scénariser le soutien de Macky Sall et justifier sa volonté de transhumer. Mais c’était sans compter avec la réaction de l’opinion et celle de sa base politique. Dès le lendemain de sa déclaration d’allégeance à peine voilée à Macky Sall, le maire de Médina a vu son cabinet scindé entre les pro- et les anti-transhumance. Les responsables de sa mouvance au sein de sa commune l’ont rencontré pour lui signifier qu’il transhumerait seul. L’opinion publique a désapprouvé sans nuance… L’équation que doit résoudre Bamba Fall est sinon insoluble, du moins complexe.

Transhumance de Bamba Fall: Les dessous d’une opération

YERIMPOST.COM L’orchestration de la présentation des condoléances du chef de l’Etat, Macky Sall, au maire de Médina, Bamba Fall, ne laisse plus aucun doute que ce dernier a fait ses valises pour rejoindre le camp présidentiel avec armes et bagages. La forte composition de la délégation conduite par le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, le discours tenu par ce dernier et la réponse de Bamba Fall scellent la transhumance de l’un des opposants les plus virulents du pouvoir issu de l’alternance de mars 2012. Dionne a levé un coin du voile sur les dessous de l’opération politique en cours. Le chef du gouvernement a révélé avoir eu des rencontres avec l’édile, facilitées par la proximité entre leurs deux épouses. Ces pourparlers ont dû s’accélérer au lendemain des ennuis rencontrés par le futur transhumant dans son propre camp. Grognard de la tendance dissidente du Parti socialiste incarnée par Khalifa Sall, Bamba Fall s’est illustré, avant et après l’ouverture, le 23 janvier 2018, du procès du maire de Dakar pour détournement de deniers publics, par des déclarations fracassantes. Après avoir balancé bien des personnalités ayant profité des fonds de la caisse d’avance qui vaut à Khalifa Sall d’être poursuivi, il a proclamé Idrissa Seck candidat de ses camarades à la prochaine présidentielle de 2019. Ces sorties n’ont pas été du goût des proches du prévenu qui y ont vu une défense désastreuse pour Khalifa Sall mais aussi une manière de préjuger de sa condamnation alors que son procès commençait à peine. Critiqué dans son camp, mis en minorité voire marginalisé, Bamba Fall s’est brusquement tu. Pour ne reparler qu’à l’occasion de la réception des condoléances de Macky Sall suite au décès de son oncle. Et pour dire qu’il va rendre la monnaie de sa pièce au chef de l’Etat qui l’a plus soutenu dans l’épreuve que les membres de sa propre coalition. Entre-temps, il a dû faire une analyse qui l’a conduit à choisir de basculer vers le camp ennemi. Il s’est dit que Khalifa Sall, qui va être condamné, ne sera pas candidat à la présidentielle de 2019. Et que son camp ne votera pas pour Idrissa Seck mais trouvera un candidat en son sein, fidèle à sa conviction selon laquelle le PS doit avoir son candidat propre et refuser de soutenir tout prétendant issu d’un autre parti. Politique jusqu’à la caricature, cynique au-delà du raisonnable, le maire de Médina a compris, ne pouvant avoir intérêt à rejoindre n’importe quel autre parti d’opposition, qu’il avait une carte à jouer en ralliant le camp présidentiel. Cela va lui permettre de desserrer l’étau du pouvoir autour de la gestion de sa mairie, de bénéficier de plus de moyens et de marges de manoeuvre pour satisfaire sa clientèle électorale alimentaire. Il pourra ainsi rempiler en 2019 à la tête de la commune de Médina, surtout s’il est adoubé par le camp présidentiel. Nul doute que Macky Sall renforcera Bamba Fall pour le mettre dans les conditions de détourner à son profit ceux qui entendaient voter pour Khalifa Sall. Le très politique chef de l’Etat aura aussi en ce nouveau transhumant une grosse prise de guerre. Prendre à Khalifa Sall l’une de ses plus grandes gueules est en effet une victoire d’étape symbolique dans cette lutte à mort qui l’oppose au maire de la capitale. En un mot comme en mille, cette transhumance orchestrée à la faveur d’une présentation de condoléances, un rituel inscrit dans les moeurs de chez nous, est une opération politique dans laquelle aussi bien Macky Sall que Bamba Fall peuvent trouver leur compte. Seuls en pâtissent l’éthique en politique et le sens de la fidélité dans les relations humaines. Cheikh Yérim Seck

° Top