Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Serigne Bassirou Gueye

Meurtre de Fallou Sène: Serigne Bassirou Guéye pourrait entrer dans le dossier

YERIMPOST.COM S’il est avéré à l’issue de l’enquête que la balle qui a tué Mouhamadou Fallou Sène provient d’une arme des forces de sécurité, la tâche reviendra au procureur de la République de Dakar d’instruire des poursuites. La ville de Saint-Louis ne disposant pas d’un tribunal militaire, ce sera à Serigne Bassirou Guèye d’enclencher une action judiciaire afin que le ou les coupable (s) de ce meurtre soit (ent) sanctionné (s). La déclaration a été faite par le procureur de la République de Saint-Louis, Ibrahima Ndoye, qui a réitéré sa confiance en son collègue de Dakar pour diligenter ce dossier s’il venait à être saisi.



Crash Sénégal Air: Serigne Bassirou Guéye obtient l’inculpation de 6 professionnels de l’aviation

YERIMPOST.COM Le procureur de la République a été entendu par le Doyen des juges dans l’affaire du crash de l’avion SénégalAir. C’est ainsi que six personnes ont été inculpées pour homicides involontaires, violation des règles relatives à la conduite et à la sécurité de l’aéronef. Toutefois, ces six professionnels du secteur de l’aviation que sont  le directeur de l’ANACIM, le directeur de Sénégal Air, l’expert en sécurité, un contrôleur aérien, un inspecteur de navigation et le directeur des Transports aériens ont tous bénéficié d’une liberté provisoire. Pour rappel, le 5 septembre 2015, l’avion de Sénégal Air avait heurté en plein vol un autre avion de la compagnie Ceiba. L’avion Sénégal Air s’était crashé causant la mort de sept personnes.




Sérieuse alerte: L’aveu du procureur qui risque d’annuler le procès de Khalifa Sall

YERIMPOST.COM A vouloir vaille que vaille faire condamner les prévenus, le procureur se dévoile… Devant le tribunal, Serigne Bassirou Guèye a avoué que, lors de l’instruction, il a travaillé avec un magistrat qui siège dans le procès.  Il n’en fallait pas plus pour faire bondir l’avocat de la défense, Me Ousseynou Fall, qui demande au juge Lamotte de faire toute la lumière sur cette affaire qui, si elle s’avère vraie, annulerait toute la procédure. 
Aussitôt avoir compris la bourde qu’il venait de faire, Serigne Bassirou Guèye a tenté de se rattraper, affirmant qu’il avait enregistré toute sa plaidoirie. Le président Lamotte, dans son rôle de policier de l’audience, a promis de tirer cette affaire au clair. Non sans clamer la bonne foi des magistrats qui siègent dans ce dossier. Une occasion inespérée pour la défense qui pourrait sauver la tête de ses clients si les faits sont avérés.
 
 
 
 
 

Me Ousseynou Gaye fusille Serigne Bassirou Gueye à bout portant

YERIMPOST.COM Me Ousseynou Gaye, avocat de la Ville de Dakar, s’est illustré dans ce procès dit de la caisse d’avance où il s’est constitué partie civile au nom de la municipalité. Le juge  Lamotte l’avait interpellé à la fin de sa plaidoirie pour qualifier celle-ci de violente.
Me Gaye a profité de la journée d’hier pour répondre au président du tribunal. « M.le président, vous avez dit que vous n’avez jamais vu une plaidoirie aussi violente. C’est la première fois qu’un juge me note après une plaidoirie. On nous a appris à parler devant un tribunal. Dans un procès pénal, on se donne des coups, mais les coups, ce dont les mots. On se bat en droit.  On parle de l’article 2 du Code de procédure pénale. Je suis partie civile, je veux bien mais je n’ai pas déclenché les poursuites et, en tant que partie civile, je veux juste savoir si les infractions sont constituées ou non ? », a martelé Me Gaye
Avant d’ajouter: « Je veux être logique avec moi-même et avec le conseil municipal qui m’a constitué… Si le parquet a cette démarche, je ne peux pas croire que ce procès n’est pas politique… Les dossiers qui dorment à l’Ofnac, les Sénégalais veulent les voir au tribunal pour croire que ce procès n’est pas politique… M. le procureur, vous êtes assis sur beaucoup de  dossiers. Levez-vous ! J’espère que demain vous direz aux journalistes les prochains dossiers qui seront transmis au Doyen des juges. Je ne peux pas croire que le parquet soit le bras armé de l’Etat… il n’y a que Khalifa Sall et Karim Wade qui ont comparu ici et, semble-t-il, ces deux ont des visions sur un fauteuil. »

Procès Caisse d’avance: Serigne Bassirou Guèye interpellé sur des dossiers beaucoup plus lourds

YERIMPOST.COM Le parquet a aussi reçu sa part de la plaidoirie de Me Seydou Diagne. Ce matin, l’avocat de Khalifa Sall n’a pas loupé le Procureur. Selon Me Diagne, Serigne Bassirou Guèye a d’autres chats à fouetter. « Vous êtes assis sur de vrais gros dossiers. Si vraiment vous représentez la société, comme vous le dites, vous devez enrôler ces dossiers qui datent depuis des années», a-t-il plaidé. Me Diagne dit ne pas comprendre le fait que le Procureur s’acharne contre le maire de Dakar pour 1,8 milliard de FCfa alors qu’il existe des dossiers de près de 400 milliards de FCfa dans son bureau. Il cite les dossiers de Bara Sady (ancien DG du Port), de Thierno Ousmane Sy (affaire de la 3e licence de téléphonie) et d’Aïda Diongue (affaire des produits phytosanitaires). «Montrez la même détermination et la même énergie au moins sur ces dossiers qui incriminent des sommes beaucoup plus conséquentes que celles reprochées à Khalifa Sall», a indiqué Me Diagne à Serigne Bassirou Guèye.

Et l’avocat de poursuivre: «Par exemple, pour le cas de Bara Sady, depuis 2015, j’écris au procureur, avec des ampliations, pour qu’il ouvre un procès. Mes requêtes sont restées, jusque-là, sans suite. Et pour Khalifa Sall, en trois semaines, on a enrôlé son dossier». Toutes choses qui font dire à la robe noire au président du tribunal: «On n’attrait dans votre juridiction que ceux qui ont des ambitions politiques».




La salle répond négativement à l’interpellation de Serigne Bassirou Guèye

YERIMPOST.COM Dans son réquisitoire, le procureur Serigne Bassirou Guéye, s’adressant au président du Tribunal, a déclaré: «Les dakarois que je représente ont besoin de savoir où sont allés ces fonds». Avant de tourner vers le public pour ajouter: «N’est-ce pas, je vous représente ?». La réaction du public ne s’est pas faite attendre. Le grondement de désapprobation a vite fait comprendre au Procureur qu’il était indésirable dans la salle.

www.yerimpost.com

Le procureur requiert une peine plus clémente que celle réclamée par Antoine Diome

YERIMPOST.COM Le procureur réduit la somme demandée à Khalifa Sall par l’Agent judiciaire de l’Etat et qui s’élève à 6 milliards 800 millions de FCfa. Mais la facture reste toujours salée. Dans son réquisitoire, cet après-midi, le procureur a tenté d’établir le délit d’association de malfaiteurs. Selon la Loi, a expliqué le procureur, le délit d’association de malfaiteurs est puni par un emprisonnement de 3 à 7 ans, plus une amande du triple de la somme escroquée. En l’espèce, la somme litigieuse est de 1 milliard 800 FCfa. Si elle est multiple par 3, cela fait 5 milliards 400 millions. soit 1 milliard de moins par rapport à la somme réclamée par l’Etat du Sénégal via son représentant à ce procès dit de la Caisse d’avance de la maire de Dakar.

www.yerimpost.com

Réquisitoire: Serigne Bassirou s’emploie à démontrer les délits

YERIMPOST.COM Les plaidoiries continuent à la salle 4 du Palais de Justice de Dakar. Ce matin, ce sont les conseils de la Ville de Dakar qui avaient la parole. En résumé, ils ont récusé la présence de l’Etat du Sénégal au procès.

Cet après-midi,  la parole a été donnée au procureur. Serigne Bassirou Guèye est en train de dérouler son réquisitoire dans ce procès dit de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar. Déjà, le chef du parquet avait annoncé la couleur. Durant les débats d’audience, il n’avait laissé aucune marge de manœuvre à l’édile de la Ville de Dakar. Actuellement, il ne fait aucune concession aux accusés. Il persiste et signe, martèle les délits de « faux » et « usage de faux ». Lunette à la main, poignet fermé, tapant sur la table parfois, le procureur déclare, à qui veut l’entendre, qu’il y a des délits d’«escroquerie», de «blanchiment de capitaux» et même d’«association de malfaiteurs» commis par Khalifa Ababacar Sall et Cie.

www.yerimpost.com

Polémique entre Serigne Bassirou Guèye et Khalifa Sall autour d’une facture téléphonique de… 400 millions de la Ville de Dakar

YERIMPOST.COM La facture téléphonique de la Ville de Dakar a été abordée au procès de la Caisse d’avance. C’est le procureur, Serigne Bassirou Guèye, qui a interpellé le percepteur de la mairie sur une facture de 400 millions de FCfa. En lieu et place du percepteur, c’est le maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, qui a répondu à l’interpellation du procureur. Appelé à la barre, le maire de Dakar a demandé au président du tribunal l’autorisation d’apporter des éclaircissements sur cette facture. Selon lui, ce sont deux services de la Sonatel rendus à la Ville de Dakar qui justifient cette facture salée. Le premier concerne l’informatique à l’école, un projet qu’avait initié la mairie dans certains établissements de la capitale. L’autre service concerne les feux tricolores sur les grands axes de la capitale.

À en croire le maire, aucun agent de la Ville de Dakar n’a de ligne téléphonique portable pris en charge par la mairie.

www.yerimpost.com




Diop-le-maire, en colère, crache ses vérités au procureur 

YERIMPOST.COM Les débats d’audience se poursuivent dans le cadre du procès de la Caisse d’avance au niveau du tribunal correctionnel de Dakar. Appelé comme témoin à la barre, l’ancien maire de Dakar, Mamadou Diop, s’est fâché contre le procureur, Serigne Bassirou Guèye. Diop-le-Maire n’a pas digérer la manière dont le procureur l’a interpellé : « Est-ce que vous avez eu à utiliser de fausses factures pour alimenter les fonds politiques de la mairie ? », lui a demandé le procureur. Furieux, l’ancien maire de Dakar lui a rétorqué: « Vous n’avez pas le droit de me parler comme ça ». Et l’ancien édile de la ville de Dakar de poursuivre: « J’ai 82 ans et j’ai exercé différentes fonctions dans ce pays ». Reprenant la parole, le procureur, sur un ton beaucoup moins apaisé, lui a répondu: « Ce n’est pas moi qui vous ai cité à comparaître comme témoin ».



www.yerimpost.com

Khalifa Sall attaque le procureur, celui-ci lui assène une réponse assassine

YERIMPOST.COM Cet échange qui suit est pour le moins houleux. Yerimpost l’a extrait pour vous des minutes du procès…

Agacé par les questions du chef des poursuites, le maire de Dakar perd patience et attaque: « Quel est votre problème ? »
Et là, le chef du parquet réplique et dérape gravement. « Je n’ai pas de problème. Celui qui a un problème, c’est celui qui a détourné de l’argent destiné à la population », jette Serigne Bassirou Guéye à la figure du prévenu.
Les avocats de la défense se lèvent de leur box et dénoncent l’attitude du représentant de l’Etat: « M. le procureur, ce n’est pas à vous de dire si  Khalifa Sall a détourné de l’argent ou pas », disent-ils.
Le juge Malick Lamotte intervient et recadre Serigne Bassirou Guéye: « Je n’ai pas demandé que le procureur soit passé par moi. Je vous retire la question tous les deux. Mais calmez-vous. Depuis le début, je ne vous ai pas vu vous comporter ainsi ».
Le procureur explique son comportement: « C’est le prévenu qui m’a m’a posé des questions et le tribunal n’a rien dit. »



° Top