Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

santé

Hôpital régional de Ziguinchor: une ardoise de 500 millions qui plombe le fonctionnement

YERIMPOST.COM L’hôpital régional de la capitale du sud est à l’agonie. Une dette de 500 millions que l’Etat du Sénégal doit à la structure sanitaire en est la cause. En conférence de presse, la sous-section de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts) explique que cette ardoise est l’addition du Plan sésame, de la Couverture maladie universelle, des césariennes et de l’hémodialyse. Pour se faire entendre, les travailleurs de l’hôpital de Ziguinchor ont déposé un préavis de grève auprès du gouverneur de la région. Siméon Faye, secrétaire général de la sous-section de la Cnts a, selon L’As, menacé d’un blocage des programmes de gratuité si rien n’est fait d’ici le 16 août prochain, date d’entrée en vigueur de leur préavis.


Moins de 7 mois de fonctionnement, la radiothérapie de l’hôpital Le Dantec tombe en panne

YERIMPOST.COM L’appareil de radiothérapie de l’hôpital Le Dantec, inauguré en grande pompe au mois de janvier dernier, est en panne. L’acquisition et l’installation de la machine ont coûté 2,8 milliards de francs Cfa. Et, lors de son inauguration, le chef du service radiothérapie de l’Institut du cancer, Mamadou Moustapha Dieng, présentait l’appareil comme « l’un des meilleurs de l’Afrique au sud du Sahara ».
Du côté de la structure sanitaire, Source A renseigne qu’on dédramatise. « C’est juste une petite collision entre le bras et la table (de la machine). Il y a eu un court-circuit », renseigne la responsable de la communication de Le Dantec, Koundia Coulibaly, contactée par le journal.


Mourir en voulant se soigner

La délégation du Sénégal, lors du forum pharmaceutique international de Burkina, a failli suffoquer dans une grande salle climatisée et ventilée où l’air conditionné a subitement disparu pour elle, aspiré par le spectre de la restitution de médicaments contrefaits à des dépôts illégaux. Des médicaments contrefaits, pourtant saisis grâce à une opération coordonnée par Interpol et exécutée par une action conjointe de la sécurité territoriale, des services du commerce et du service d’hygiène avant qu’en haut lieu l’ordre ne soit donné de rendre les poisons saisies.

Pour mieux comprendre….




Selon l’OMS, La vente illicite de médicaments est plus rentable que la vente de la drogue, le trafic de faux billet de banque et l’industrie du tabac. Pour 1.000 dollars investis, la drogue et la fausse monnaie peuvent rapporter 20.000 dollars, la cigarette 40.000 dollars alors que le chiffre tournerait autour 500.000 dollars pour les faux médicaments. Ainsi Il existe plusieurs conventions internationales qui criminalisent cette activité dont la « convention medicrime » qui attend d’être ratifié par le Sénégal, dès lors c’est un grand défi de combattre ce trafic surtout pour les pays africains dont les circuits de distribution ne sont pas étanches. C’est ainsi que l’état du Sénégal s’est doté d’un comité de lutte contre les médicaments illicites regroupant la douane, la gendarmerie, le service d’hygiène, les services du commerce intérieur, l’ordre des pharmaciens, la direction de la pharmacie, le syndicat des pharmaciens et les associations consuméristes. Ce comité a travaillé sur une opération nommée Heera qui consiste à faire des descentes musclées, inopinées et instantanées dans toute l’étendue du territoire en vue de saisir les médicaments contrefaits et arrêter les auteurs de la contrebande. Cette opération coordonnée par Interpol s’est effectuée concomitamment dans 7 pays ainsi 420 tonnes de médicaments ont été saisies. Cependant au Sénégal, cette descente a non seulement épargné Touba mais 1,2 tonnes de médicaments saisis à Darou Mousty dont la majorité est périmée ou contrefaite sont restituées aux dépôts illégaux.

Au cours du forum pharmaceutique international de Burkina, rencontre pharmaceutique regroupant cette année 20 pays d’Afrique, la Belgique, la France et la Suisse, il était question d’exposer sur la stratégie de Interpol dans cette lutte ainsi le présentateur assure que tout dépend de la volonté politique des états à éradiquer le phénomène. En arrivant à l’énoncé des résultats de l’opération heera par pays, les données du Sénégal ont disparu et en lieu et place de la colonne destinée à cet effet on pouvait lire « reportée », les autorités sénégalaises ne pouvaient quand même pas envoyer de tels résultats à Interpol. Les congressistes Sénégalais en sont devenus tous petits, eux qui pourtant ont une place de choix dans les instances pharmaceutiques internationales à titre d’exemple le président de l’ordre des pharmaciens du Sénégal est vice-président de l’IOPA (inter ordre des pharmaciens d’Afrique) et la présidente de l’ISPHARMA

(Intersyndicale des pharmaciens d’Afrique) est également sénégalaise.

Le rayonnement du leadership africain prôné par nos concitoyens est anéanti par un manque de volonté politique car dans les rencontres internationales la délégation Sénégalaise est toujours gênée quand on parle de vente illicite de médicaments avec les dépôts de Touba et ceci déteint son aura.

Il est temps que l’état change de fusil d’épaule et assume sa fonction régalienne de protection des citoyens. Nul ne doit détériorer sa santé ou mourir pour avoir pris un médicament pour se soigner.

En outre, dernièrement deux camions de médicaments contrefaits d’une valeur estimative de 1 milliard 35 millions FCFA ont été saisis à Touba bélél par la gendarmerie et des personnes arrêtées. Bizarrement à la barre lors du jugement il n’y avait que deux lampistes comme s’ils ont, à eux seuls, produit les médicaments qu’ils ont transporté en endormant tous les postes de douanes et de gendarmerie depuis la Guinée jusqu’à Touba pour enfin décharger leurs camions dans leurs propres dépôts où ils vont eux-mêmes écouler les médicaments. Ceci prouve si besoin en était encore la légèreté de l’enquête.



L’état doit prendre ses responsabilités ce marché augmente les dépenses en santé, diminue le pouvoir d’achat des ménages et augmente la mortalité : on estime à 200.000 le nombre de personnes qui décèdent chaque année dans le monde à cause de la consommation de faux médicaments. Ce qui en fait un réel problème de santé publique.

Dr Mor Diagne

diagnemor@gmail.co $ù!

Pénurie de sang au Sénégal !

YERIMPOST.COM Les poches de sang font cruellement défaut dans les structures sanitaires. C’est le cas à l’hôpital Youssou Mergane Diop de Rufisque. La pénurie de sang serait même à l’origine de la mort d’une femme. Son groupe sanguin 0- n’était pas disponible dans le centre au moment où elle accouchait. Le même constat a été fait à l’hôpital Amadou Sakhir Ndiéguène de Thiès.

Seulement, le directeur du Centre national de transfusion sanguine (Cnts), Dr Saliou Diop, refuse de parler de pénurie. Sur les ondes de la Rfm, il rassure qu’actuellement 400 poches de sang sont disponibles au niveau du centre. Mais, il reconnaît, tout de même, que c’est une quantité insuffisante par rapport à la forte demande qui est estimée à une moyenne de 150 par jour.



Le patron de Prometra installe le Sénégal dans la psychose des médicaments cancérigènes

YERIMPOST.COM Apres le scandale des produits périmés, nous voici en plein cœur d’une polémique sur des médicaments déclarés cancérigènes. Et c’est le  président de Prometra International, Eric Gbodoussou, qui soulève le scandale en déclarant à l’opinion que « plus de 400 médicaments interdits de vente en Europe et aux Usa, et contenant des parabènes (substances cancérigènes), sont en vente dans nos pharmacies». Une déclaration qui n’a pas fait long feu, car la réponse du directeur de la Pharmacie nationale, le professeur Amadou Mokhtar Dièye, ne s’est pas fait attendre: ‘’Impossible ! Car, le Sénégal dispose d’un système de vpharmacovigilance’’. Nous voilà au-devant d’une situation qui nous laisse perplexe. Car Prometra International qui a fait cette sortie est une organisation reconnue par l’Etat.

Les Sénégalais s’attendent à de meilleures explications de la part de Prometra, mais aussi des autorités sanitaires afin de voir clair dans cette affaire.

Ce qui est sûr c’est qu’une liste de 400 médicaments circule déjà dans le net, publiée dans le site du journal ‘’Le Monde’’ dans un article en date du 23 juin 2018, mis à jour le 29 juin.

Abdoulaye Diouf Sarr dément le patron de Prometra International

YERIMPOST.COM «Le Sénégal est un pays sérieux qui participe dans un dispositif global de gestion et de la surveillance de la santé, il est léger d’affirmer des choses comme ça». Le ministre de la Santé est catégorique à propos de la présence des médicaments cancérigènes dans nos officines de pharmacie. Abdoulaye Diouf Sarr s’inscrit en faux contre les déclarations du président de Prometra International.

Avant d’ajouter que cette supposée présence de médicaments cancérigènes au Sénégal est un débat qui affole et qui ne mérite pas d’être poussé.



Moustapha Ndoye

Santé: 72h de paralysie du secteur

YERIMPOST.COM On remet ça ! 72 h de grève des acteurs de la santé. Les 2,3 et 4 mai prochain, sur l’ensemble du territoire, l’Alliance des syndicats autonomes de la santé (ASAS) va assurer le service minimum. Les mêmes revendications qui peinent à être satisfaites obligent ces acteurs du système sanitaire à continuer ce bras de fer avec l’Etat.



Rupture de morphine: les enfants drépanocytaires d’Albert Royer en souffrance

YERIMPOST.COM Les enfants drépanocytaires d’Albert Royer souffrent dans leur chair, la pharmacie de la structure est en rupture de morphine. Depuis un bon moment déjà, c’est le paracétamol qui est administré aux patients à défaut d’avoir de la morphine. Cette molécule qui fait des miracles lorsque les malades sont pris de douleurs intenses est pourtant disponible à la pharmacie nationale d’approvisionnement. Dr Indou Dème Ly, coordonnatrice des activités à l’unité de soins ambulatoires pour enfants et adolescents drépanocytaires, profitant d’un atelier pour faire ces révélations, a indiqué que le pharmacien de l’hôpital d’enfants Albert Royer a pourtant effectué toutes les démarches mais rien n’est encore fait. Un appel est lancé aux autorités sanitaires pour atténuer la souffrance de ces enfants.



Santé: l’intersyndicale And Geusseum plombe le secteur pour 48 h

YERIMPOST.COM Le secteur de la Santé en grève ces deux jours, mardi 24 et mercredi 25 avril. L’intersyndicale And Geusseum, qui exige du gouvernement le respect des accords signés, entend mener ce mot d’ordre sur toute l’étendue du territoire national.



Contribution: Santé: On n’évacue plus ! Je ne pars plus !

Le Niger a décidé d’interdire à ses ministres et députés de se faire soigner à l’étranger, sauf absolue nécessité, afin de réduire les coûts de santé de ces personnalités. “Dorénavant les ministres, les députés et le fonctionnaire vont se faire soigner au nouvel hôpital de référence de Niamey”, un complexe hospitalier de dernière génération. “Seuls les cas ne pouvant y être traités feront l’objet d’une évacuation à l’étranger”. Donc, les évacuations sanitaires qui étaient devenues une règle, deviennent maintenant une exception.

Cette décision courageuse vise à “réduire de manière significative” les coûts des évacuations sanitaires. Selon les chiffres avancés par le ministre nigérien de la Santé, le coût de ces évacuations (généralement vers le Maroc, la Tunisie et la France), a été “multipliés par dix en moins de dix ans, passant de 800 millions FCFA en 2010 à 10 milliards en 2017. Inauguré en 2017 par le président nigérien Mahamadou Issoufou, ce complexe hospitalier de Niamey a une capacité de 500 lits pour un coût de 45 milliards de francs CFA.

En faisant ainsi, le Niger montre la voie (Lead the way) à suivre en matière de politique de santé. Cela est possible en Afrique, parce que dans nos pays respectifs, nous disposons d’un personnel soignant (médecins et infirmiers) hautement qualifié. Le drame dans nos systèmes de santé en Afrique au Sud du Sahara, c’est que les pouvoirs publics n’ont pas suffisamment investis dans les plateaux techniques de pointe. Deux anecdotes.




Un ami professeur de Médecine à l’UCAD, me disait son amertume, à chaque fois qu’il doit référer un de ses patients chez un de ses étudiants rentré au Maroc, parce que tout simplement, il était confronté à un problème de plateau médical adéquat. Dans l’imaginaire tout comme dans la symbolique, je mesure bien ce que mon ami Professeur de Médecine, voulait dire en termes de perception.

Un autre cas, un ambassadeur de Chine au Sénégal s’est fait opérer du genou au Centre Hospitalier de l’Ordre de Malte (CHOM) ici à l’Hôpital de Fann par des médecins sénégalais bon teint. Pour les mêmes soucis de santé orthopédique, des hommes politiques sénégalais sont évacués à l’étranger.  Quelle manque de croyance à son pays et à l’expertise nationale ?

A travers le monde (Inde, Chine, Occident), la technologique médicale et les plateaux techniques de pointe, n’ont jamais été aussi accessibles. La racine du mal dans nos système de santé en Afrique n’est ni d’ordre médical (personnel), ni d’ordre infrastructurel (structures), mais il est d’ordre managérial et de ‘’Leadershift’’.

Pour aller jusqu’au bout de cette logique, ne pensez-vous pas que, si un Chef d’Etat ‘’impose’’ à ses Ministres, Députés et Hauts fonctionnaires, de se soigner au pays, et que lui Président de la République et Chef de l’Etat, aille se soigner à l’étranger. Affaire à suivre.

Siré SY




Pourquoi des cliniques privées sont dans le collimateur du Procureur

YERIMPOST.COM Plusieurs cliniques privées, qui ont bénéficié de faux agréments pour ouvrir, sont dans le collimateur du parquet de Dakar. Le journal Libération nous apprend que l’Agent judiciaire de l’Etat a actionné le Procureur après une inspection menée dans le secteur.
En effet, pour avoir un agrément, sous forme d’arrêté, les demandeurs doivent fournir un dossier assez complexe. Une copie certifiée conforme du diplôme, un acte attestant que le demandeur n’est pas fonctionnaire de l’Etat en activité sont, entre autres, de ces dossiers. Mais la plupart des gens qui ouvrent ces cliniques passent par des subterfuges pour  ouvrir leur structure.

L’Etat compte mettre un terme à cette anarchie.

Carnet de vaccination contre la fièvre jaune: recul inexplicable du ministère

La décision du ministre de la Santé et de l’Action sociale de vérification du carnet de vaccination contre la fièvre jaune aux frontières n’aura pas fait long feu. Ce vendredi 23 février, une notification de la suspension de ladite mesure a été rendue publique par le ministère des Transports aériens et du Développement des Infrastructures aéroportuaires en collaboration avec son homologue de la Santé. Recul inexplicable par un gouvernement soucieux de la santé public ! 
 

Dialogue entamé entre le gouvernement et les professionnels de la santé

YERIMPOST.COM Lundi 12 février, une rencontre entre le gouvernement et les syndicats des travailleurs de la santé été présidée par le Premier ministre. Au sortir de la réunion, le porte-parole du gouvernement a déclaré que Mohammed Boun Abdallah Dione a proposé une feuille de route pour la mise en œuvre des protocoles signés. Du côté du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames), le mot d’ordre de grève est maintenu pour, disent-ils, ne pas tomber dans le piège du gouvernement. Rendez-vous est pris dans quinze (15) jours pour une évaluation globale.




° Top