Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

santé

Santé: 72h de paralysie du secteur

YERIMPOST.COM On remet ça ! 72 h de grève des acteurs de la santé. Les 2,3 et 4 mai prochain, sur l’ensemble du territoire, l’Alliance des syndicats autonomes de la santé (ASAS) va assurer le service minimum. Les mêmes revendications qui peinent à être satisfaites obligent ces acteurs du système sanitaire à continuer ce bras de fer avec l’Etat.



Rupture de morphine: les enfants drépanocytaires d’Albert Royer en souffrance

YERIMPOST.COM Les enfants drépanocytaires d’Albert Royer souffrent dans leur chair, la pharmacie de la structure est en rupture de morphine. Depuis un bon moment déjà, c’est le paracétamol qui est administré aux patients à défaut d’avoir de la morphine. Cette molécule qui fait des miracles lorsque les malades sont pris de douleurs intenses est pourtant disponible à la pharmacie nationale d’approvisionnement. Dr Indou Dème Ly, coordonnatrice des activités à l’unité de soins ambulatoires pour enfants et adolescents drépanocytaires, profitant d’un atelier pour faire ces révélations, a indiqué que le pharmacien de l’hôpital d’enfants Albert Royer a pourtant effectué toutes les démarches mais rien n’est encore fait. Un appel est lancé aux autorités sanitaires pour atténuer la souffrance de ces enfants.



Santé: l’intersyndicale And Geusseum plombe le secteur pour 48 h

YERIMPOST.COM Le secteur de la Santé en grève ces deux jours, mardi 24 et mercredi 25 avril. L’intersyndicale And Geusseum, qui exige du gouvernement le respect des accords signés, entend mener ce mot d’ordre sur toute l’étendue du territoire national.



Contribution: Santé: On n’évacue plus ! Je ne pars plus !

Le Niger a décidé d’interdire à ses ministres et députés de se faire soigner à l’étranger, sauf absolue nécessité, afin de réduire les coûts de santé de ces personnalités. “Dorénavant les ministres, les députés et le fonctionnaire vont se faire soigner au nouvel hôpital de référence de Niamey”, un complexe hospitalier de dernière génération. “Seuls les cas ne pouvant y être traités feront l’objet d’une évacuation à l’étranger”. Donc, les évacuations sanitaires qui étaient devenues une règle, deviennent maintenant une exception.

Cette décision courageuse vise à “réduire de manière significative” les coûts des évacuations sanitaires. Selon les chiffres avancés par le ministre nigérien de la Santé, le coût de ces évacuations (généralement vers le Maroc, la Tunisie et la France), a été “multipliés par dix en moins de dix ans, passant de 800 millions FCFA en 2010 à 10 milliards en 2017. Inauguré en 2017 par le président nigérien Mahamadou Issoufou, ce complexe hospitalier de Niamey a une capacité de 500 lits pour un coût de 45 milliards de francs CFA.

En faisant ainsi, le Niger montre la voie (Lead the way) à suivre en matière de politique de santé. Cela est possible en Afrique, parce que dans nos pays respectifs, nous disposons d’un personnel soignant (médecins et infirmiers) hautement qualifié. Le drame dans nos systèmes de santé en Afrique au Sud du Sahara, c’est que les pouvoirs publics n’ont pas suffisamment investis dans les plateaux techniques de pointe. Deux anecdotes.




Un ami professeur de Médecine à l’UCAD, me disait son amertume, à chaque fois qu’il doit référer un de ses patients chez un de ses étudiants rentré au Maroc, parce que tout simplement, il était confronté à un problème de plateau médical adéquat. Dans l’imaginaire tout comme dans la symbolique, je mesure bien ce que mon ami Professeur de Médecine, voulait dire en termes de perception.

Un autre cas, un ambassadeur de Chine au Sénégal s’est fait opérer du genou au Centre Hospitalier de l’Ordre de Malte (CHOM) ici à l’Hôpital de Fann par des médecins sénégalais bon teint. Pour les mêmes soucis de santé orthopédique, des hommes politiques sénégalais sont évacués à l’étranger.  Quelle manque de croyance à son pays et à l’expertise nationale ?

A travers le monde (Inde, Chine, Occident), la technologique médicale et les plateaux techniques de pointe, n’ont jamais été aussi accessibles. La racine du mal dans nos système de santé en Afrique n’est ni d’ordre médical (personnel), ni d’ordre infrastructurel (structures), mais il est d’ordre managérial et de ‘’Leadershift’’.

Pour aller jusqu’au bout de cette logique, ne pensez-vous pas que, si un Chef d’Etat ‘’impose’’ à ses Ministres, Députés et Hauts fonctionnaires, de se soigner au pays, et que lui Président de la République et Chef de l’Etat, aille se soigner à l’étranger. Affaire à suivre.

Siré SY




Pourquoi des cliniques privées sont dans le collimateur du Procureur

YERIMPOST.COM Plusieurs cliniques privées, qui ont bénéficié de faux agréments pour ouvrir, sont dans le collimateur du parquet de Dakar. Le journal Libération nous apprend que l’Agent judiciaire de l’Etat a actionné le Procureur après une inspection menée dans le secteur.
En effet, pour avoir un agrément, sous forme d’arrêté, les demandeurs doivent fournir un dossier assez complexe. Une copie certifiée conforme du diplôme, un acte attestant que le demandeur n’est pas fonctionnaire de l’Etat en activité sont, entre autres, de ces dossiers. Mais la plupart des gens qui ouvrent ces cliniques passent par des subterfuges pour  ouvrir leur structure.

L’Etat compte mettre un terme à cette anarchie.

Carnet de vaccination contre la fièvre jaune: recul inexplicable du ministère

La décision du ministre de la Santé et de l’Action sociale de vérification du carnet de vaccination contre la fièvre jaune aux frontières n’aura pas fait long feu. Ce vendredi 23 février, une notification de la suspension de ladite mesure a été rendue publique par le ministère des Transports aériens et du Développement des Infrastructures aéroportuaires en collaboration avec son homologue de la Santé. Recul inexplicable par un gouvernement soucieux de la santé public ! 
 

Dialogue entamé entre le gouvernement et les professionnels de la santé

YERIMPOST.COM Lundi 12 février, une rencontre entre le gouvernement et les syndicats des travailleurs de la santé été présidée par le Premier ministre. Au sortir de la réunion, le porte-parole du gouvernement a déclaré que Mohammed Boun Abdallah Dione a proposé une feuille de route pour la mise en œuvre des protocoles signés. Du côté du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames), le mot d’ordre de grève est maintenu pour, disent-ils, ne pas tomber dans le piège du gouvernement. Rendez-vous est pris dans quinze (15) jours pour une évaluation globale.




° Top