Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Prison

Barthélémy Dias écrit à Yerimpost à partir de Rebeuss

YERIMPOST.COM Ci-dessous le mot que le maire de Mermoz/Sacré-coeur a fait parvenir à la rédaction de Yerimpost et que nous publions in extenso…

Nous ne répondrons pas à cette farce de dialogue autour des ressources pillées sur l’autel du mensonge et de l’escroquerie portant pavillon Faye-Sall. L’oppostion n’a pas été élue pour gérer ses ressources. L’opposition représentée dans l’hémicycle réclame une commission d’enquête parlementaire pendant qu’il est encore temps. Elle n’est pas un cabinet de consultance, ni un piédestal pour une ambulance en route pour la morgue ou le cimetière, encore moins une échappatoire pour un président de la Republique en partance pour la guillotine. Vous rendrez des comptes dans le cadre de la République des règlements de comptes.

À BON ENTENDEUR !

Barthélemy DIAS



Ces objets précieux de la mule de Karim Wade soustraits par l’administration de Rebeuss

YERIMPOST.COM Rilk Dacleu-Idrac sort de son mutisme. Après son élargissement après une détention préventive de dix mois, celui qui est présenté comme la mule de Karim Wade tire à boulets rouges sur l’administration pénitentiaire de Rebeuss qu’il accuse de vouloir confisquer ses effets personnels. «La Directrice refuse de me remettre mes effets personnels, j’ai protesté et ils s’en sont pris physiquement à moi», a-t-il déploré dans L’Observateur. À l’en croire, parmi ces objets, il y a une montre d’une valeur de 13 millions de FCfa.



Le président de l’Amicale des inspecteurs de l’administration pénitentiaire répond à l’édito de Cheikh Yérim Seck sur le tabassage d’Assane Diouf

Le vendredi 04 mai vers 9heures du matin, je suis informé par un collègue de la parution d’un article sur le site yerimpost.com signé par monsieur Cheikh Yerim SECK lui-même. L’article en question est intitulé «Assane Diouf tabassé… Honte à l’administration pénitentiaire ! »

En parcourant l’article, j’ai été atterré par la légèreté de l’analyse qui révèle simplement la haine viscérale que son auteur nourrit contre l’Administration pénitentiaire depuis son séjour carcéral.



Je ne reviens pas ici sur le traitement d’Assane DIOUF à la Maison d’arrêt de Rebeuss. La direction de cet établissement maitrise parfaitement son domaine et veillera au respect scrupuleux de la loi et du règlement. Je ne reviens pas non plus sur les propos irrespectueux de M. Seck traitant les membres de l’Administration pénitentiaire de complexés et de quasi-analphabètes. Loin de moi aussi l’idée de polémiquer avec lui. Chaque citoyen sénégalais pouvant émettre un point de vue sur le fonctionnement de l’Administration pénitentiaire.
Je voudrais simplement, à travers ce document, rappeler que l’Administration pénitentiaire est régie par des lois et règlements qui imposent une certaine conduite aussi bien aux détenus qu’aux membres du personnel sous peine de sanction administrative et/ou pénale selon les cas.
En ce qui concerne le personnel, des mesures administratives sont régulièrement prises, même si l’opinion n’est jamais informée, en cas de manquement à une obligation professionnelle ou à la discipline. Et la dernière en date est le licenciement d’un surveillant de prison.
Du cote des détenus, une panoplie de sanction est aussi prévue. C’est le cas notamment de la réprimande, de la suppression de promenade pendant 8 jours au plus, de la privation de toute correspondance pendant deux (02) semaines au plus. Il y a également la suppression de visite, la suppression de l’usage du pécule et enfin la mise en cellule. Et aucune de ces mesures n’est prise selon le bon vouloir des autorités pénitentiaires.
Je voudrais également préciser que l’Administration pénitentiaire ne fait aucun parti pris entre les détenus, qu’il soit célèbre ou pas. Son seul baromètre, c’est la loi. Ce qu’il faut plutôt dénoncer et même condamner c’est la spéculation gratuite de certaines personnes sur l’Administration pénitentiaire qui est composée d’hommes et de femmes compétents, au service exclusif de l’Etat et des citoyens usagers du service public. Elle est citée en exemple en Afrique et même au sein des Nations Unies. Ses membres ne nourrissent aucun complexe et ont une parfaite maitrise des instruments juridiques internationaux liés au respect des droits des détenus.

 

Inspecteur Mbaye SARR
Inspecteur régional de l’Administration pénitentiaire de Ziguinchor
Président de l’Amical des Inspecteurs

Vidéo: Ismaïla Madior Fall se moque des détenus…? Le menu en prison





Affaire Cheikh Gadiaga: Pourquoi Moïse Rampino reste en prison

YERIMPOST.COM Le doyen des juges vient de refuser une liberté provisoire à Moïse Ramino. Le co-inculpé de Cheikh Mbacké Gadiaga avait introduit une demande dans ce sens à la suite de son audition sur le fond. Le parquet et le doyen des juges ont dit niet. Il faut noter que, dans son audition, Rampino a fait des révélations fracassantes qui enfoncent Cheikh Mbacké Gadiaga.




Six mois de prison ferme: Barth soulagé ?

YERIMPOST.COM Six mois de prison ferme: le maire de Mermoz/Sacré-Coeur restera ce temps en détention. A cela, s’ajoute une amende de 100 000 francs que Barthélémy Dias devra payer. Le juge du tribunal des flagrants délits n’a cependant pas suivi le réquisitoire du procureur qui réclamait une peine d’emprisonnement de 2 ans ferme contre le maire. Poursuivi pour outrage à magistrat et appel à une insurrection populaire non armée, Barth, comme le surnomment ses proches, restera aux côtés de son « frère » Khalifa Sall, comme il en avait émis le souhait, du moins pendant ces cinq prochains mois. Ses avocats ne l’entendent toutefois pas de cette oreille et comptent interjeter appel de la décision rendue. A en croire Me Elhadj Diouf qui s’exprimait après le verdict,  » le combat continue ! »



Vidéo- 6 mois d’emprisonnement pour Barthélémy Dias: ses avocats attaquent le verdict

6mois d’emprisonnement avec 100000 francs Cfa d’amande c’est le verdict rendu par le tribunal dans l’affaire Barthélimy Dias. Son avocat estime que la démocratie Sénégalaise est en train de vivre ses heures les plus sombres




Ces lettres importantes de Barthélémy Dias bloquées

YERIMPOST.COM Jugé en flagrant délit le vendredi 6 avril, Barthélémy Dias est détenu à la prison de Rebeuss. Depuis son placement en détention, quatre lettres lui ont été écrites, une par sa femme, une par son père, une par sa mère, une par un de ses amis… Tous les quatre courriers ont été retenus par l’administration pénitentiaire. Lorsqu’il les a réclamés, voici la réponse qui lui a été servie: « Celui qui lit les lettres avant leur remise aux détenus est absent. » Lui-même Barthélémy a écrit le 7 avril à ses parents. Vérification faite par Yerimpost, ces derniers n’avaient pas reçu sa lettre jusqu’à 16h 19mn ce 9 avril.

Tout détenu a le droit de correspondre avec ses proches. Barthélémy Dias est en prison. ll n’est plus besoin de le brimer ni de l’humilier.



Dernière minute: Ibrahima Ly reconnu coupable

YERIMPOST.COM Le procès de l’Imam Ndao et cie a repris son cours depuis ce matin du 9 avril. A peine l’audience a été ouverte qu’Ibrahima Ly, l’un des accusés, a été reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés, à l’exception de l’association de malfaiteurs. Le jeune homme franco-sénégalais vient d’écoper d’une peine de 15 années de prison ferme et de travaux forcés.




Papa, pourquoi Macky Sall met-il tout le monde en prison ?

Le Larousse définit la routine comme une habitude qui résulte d’ une succession d’ actions répétées sans cesse.
Il en est ainsi, lorsque, pour une raison ou une autre, notre capacité de réaction, nos réflexes et même nos neurones se retrouvent inhibés au point de nous plonger dans un état végétatif qui annihile toute volonté de  prise sur les événements, Un état d’ atonie grave de conséquences quand il  affecte une personne et suicidaire  quand c est tout un pays qui est concerné.
Les malheurs  et les désillusions se sont tellement accumulés que les Sénégalais ont fini par baisser les bras , blasés. Nous avons perdus notre capacité d’ indignation et de révolte.Le ciel nous tomberait sur la tète que nul ne lèverait le plus petit doigt pour se protéger, laissant tout entre les mains de Dieu ou des marabouts. Ce n ‘est plus de la placidité , c’ est de la renonciation.
Depuis l ‘avènement de Macky Sall au pouvoir,l’ insécurité s’ est aggravée à un rythme exponentiel et aucun secteur n ‘est épargné, même aérien. Après le bateau Djolla, c’est au tour des pirogues de chavirer comme aimantées par les fonds abyssaux. La route est devenue un véritables mouroir. Les accidents s’ enchaînent et s’ égrainent tel un chapelet maléfique avec ses dizaines et ses dizaines de morts. Même  calfeutrés  chez eux , les citoyens ne sont plus en sécurité. Agressions, meurtres, assassinats, la mort par violence qui en principe est une exception dans un pays civilisé comme le Sénégal prétend l’ être, est aujourd’hui une banalité.Comble de l’ horreur,fond de gouffre de l’ignominie, les meurtres d’enfants et de bébés sont venus s’ ajouter à  la litanie macabre de ceux qui perdent la vie dans des conditions exécrables: sacrifice humain , nous dit-on. Et la seule réponse trouvée par Macky Sall à ces ignominies , ce sont des jours de deuil national. Quant aux populations, elles préfèrent invoquer la volonté divine.
Comme si Dieu y était pour quelque chose.
La faim dans le nord du pays, l’ effondrement de notre architecture scolaire, les contrats signés par le gouvernement sur l’exploitation du pétrole et du gaz et dont le contenu nous échappe, l’ argent du contribuable que l’ on dilapide sous nos yeux, les lutteurs qui ont fini de transformer la banlieue en zone de non droit, tous ces méfaits au demeurant d’une extrême gravité, nous laissent  paradoxalement  de marbre comme si pétrifiés , nous assistons à l’ effondrement du pays sans prendre conscience que s’il s’ écroule, nous n’en sortirons pas indemnes.




Dans un état de droit,la prison est un lieu de pénitence , où le citoyen qui a bafoué les règles édictées pour faire régner l’ordre, est assigné afin qu’il fasse amende honorable. Elle ne fait pas partie de l’arsenal à la disposition du prince pour écarter ses concurrents.
Aujourd’hui, la route qui mène au tribunal de Dakar est le chemin le plus emprunté par les opposants de Macky Sall, soit pour y être jugés, soit pour apporter leur soutien à un des leur pris dans les filets de l’ indignité.
  Aida Diongue, Noel Seck, Bamba Fall, Karim Wade, Assane Diouf, Khalifa Sall, Barthélemy Diaz…la liste s’ allonge et nauséeuse, tel un égout aux émanations putrides et délétères.
Cependant, alors que je désespérais de la capacité de révolte des Sénégalais, un cri d’ indignation fusa, aussi brutal et inattendu qu’un coup de tonnerre dans le ciel azuré d’un mois de mars.
Mon fils de 8 ans, que j’oblige à suivre les informations, me demanda alors qu’on regardait un reportage de France 24 sur le procès de Khalifa Sall :
–Papa, pourquoi Macky Sall emprisonne t-il  tout le monde ?
Désarçonné par la question,ébranlé, je demeurai coi, pantois, interdit. Ensuite je me perdis dans les arcanes tortueux de mes pensées cherchant les mots qu’il fallait à un enfant de 8 ans.
Certainement las d’ attendre une réponse qui ne venait pas, son verdict  tonna, aussi tranchant qu’un couperet, sans appel et sans possibilité de cassation, car aussitôt revêtu de l’ autorité de la chose jugée.
–Macky Sall dafa sokhor !   ( Macky  Sall est méchant ! ).
Alea jacta est.
 Ainsi soit-il.
Serigne Mbacke Ndiaye
Ecrivain




Depuis la prison, Barthélémy Dias lance un gros mouvement

YERIMPOST.COM « Khalifa en prison, tous en prison » ! C’est le nom du nouveau mouvement lancé par Barthélémy Dias depuis la prison. Appelé à la barre, ce matin, dans le cadre de son jugement en fragrant délit, pour outrage à magistrat, Barth a exprimé son sentiment de fierté d’être en prison à côté de Khalifa Ababacar Sall. Selon lui, au terme de ce procès, s’il est condamné, d’autres aussi le seront. Le maire de Mermoz/Sacré-Cœur se dit heureux d’avoir sacrifié sa liberté pour une indépendance de la justice.




Exclusif! En route vers Rebeuss, Barthélémy Dias envoie un message émouvant à son père

YERIMPOST.COM C’est une histoire émouvante, une histoire humaine qui a retenu l’attention de Yerimpost. En début de soirée, le 3 avril, alors qu’il venait d’être placé sous mandat de dépôt par le procureur de la République et qu’il était sur le point d’embarquer à bord du véhicule de l’administration pénitentiaire qui devait le conduire vers la prison de Rebeuss, Barthélémy Dias a tenu à parler à l’un de ses proches qui a réussi à s’introduire dans la cave du palais de justice de Dakar.

A cet homme de confiance, qui s’est confié à Yerimpost, le maire de Mermoz Sacré-Coeur a dit, en substance: « Dis à mon père que je suis placé sous mandat de dépôt mais je serai jugé en flagrant délit. Donc pas d’instruction. C’est mieux. Je dirai ma part de vérité à l’occasion du procès. D’ici là, dis à papa que j’insiste particulièrement pour qu’il ne fasse aucune déclaration incendiaire. Je tiens le coup et m’en sortirai indemne. Mais il faut qu’il se taise pour ne donner aucune occasion d’être inquiété. Dis-lui que j’ai besoin de lui dehors. Il faut absolument qu’il reste libre pendant que je suis en détention. S’il est arrêté alors que je suis en détention, la famille sera dans une situation délicate. Et maman risque de ne pas pouvoir supporter. »

Ah oui… En apparence suicidaire, le tonitruant lieutenant de Khalifa Sall est beaucoup moins téméraire qu’il n’y paraît. En route vers la prison, il a eu le souci de protéger son père, le très radical Jean-Paul Dias. Touchant…




Manif: Khalifa Sall en prison, ses souteneurs dans les rues

YERIMPOST.COM Les souteneurs du maire de Dakar seront dans les rues les 20 avril et 5 mai. Leur édile en prison, l’heure est désormais à l’occupation des rues. Mais les khalifistes ne seront pas seuls puisque d’autres membres de l’opposition ont annoncé leur participation à ces différents plans d’action pour porter le combat de Khalifa Ababacar Sall. C’est ainsi qu’à l’issue de son bureau politique, le PDS s’est engagé à mener le combat aux côtés des partisans du maire de Dakar. Même son de cloche chez le leader du Grand parti, Malick Gackou, qui assure la mobilisation de toutes les forces vives de la nation.




Prison de Rebeuss: Pourquoi Barthélémy Dias n’a-t-il pas reçu son repas de ce midi ?

YERIMPOST.COM Une source autorisée nous rapporte que Barthélémy Dias, transféré dans la nuit d’hier à la prison de Rebeuss, n’a pas pu recevoir son repas de ce midi. Après vérification, Yerimpost est en mesure d’écrire que l’administration pénitentiaire a refusé de laisser entrer le déjeuner que lui apportait sa famille. En cause, une question de sécurité. Le porteur a été obligé de ramener son paquet. Que va manger le maire de Mermoz-Sacré-Coeur ?



Thiès: Les codétenus de Cheikh Béthio Thioune dans le cadre du double meurtre se radicalisent

YERIMPOST.COM En détention préventive depuis 2012, neuf des seize codétenus de Cheikh Béthio Thioune, dans le cadre du double meurtre de Médinatoul Salam, sont décidés à sacrifier leur vie par l’observation illimitée d’un mot d’ordre de grève de la faim, pour exiger la tenue de leur procès.  Pour eux, cette longue détention est excessive. Ils appellent la société civile, les défenseurs des droits de l’homme, les guides religieux à se prononcer sur cette i njustice à leur endroit.




Sytjust: la grève qui va maintenir Khalifa Sall en prison

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué du Sytjust reconduisant une grève qui de facto va maintenir Khalifa Sall en prison…

 

Le Syndicat des Travailleurs de la Justice (SYTJUST), dans son deuxième plan d’action, a décrété un mot d’ordre de grève de 48 heures les jeudi 29 et vendredi 30 mars 2018, sur toute l’étendue du territoire national, pour exiger du gouvernement la matérialisation de ses engagements par l’adoption :
• du projet de décret modifiant le décret n° 2010-707 du 10 juin 2010 portant organisation et fixant les règles de fonctionnement du Centre de Formation judiciaire (CFJ);
• du projet de décret modifiant le décret n° 2011-509 du 12 avril 2011 portant statut particulier des fonctionnaires de la Justice;
• du projet de décret fixant le mode de répartition  des sommes versées au titre des droits de délivrance des actes en matière civile, commerciale, criminelle, correctionnelle, de simple police,  des sommes retenues sur paiements effectués dans le cadre des  saisies-rémunération et d’apposition de la formule exécutoire sur les ordonnances de contrainte en matière sociale;
• du projet de décret fixant les droits de dépôt et de délivrance des actes en matière civile et commerciale, et d’apposition de formule exécutoire sur les ordonnances de  contrainte  en matière sociale;
• du projet de décret modifiant le décret n° 2014-769 du 12 juin 2014 abrogeant et remplaçant le décret n° 91-490 du 8 mai 1991 fixant les conditions d’attribution et d’occupation des logements administratifs.
Le SYTJUST attend par ailleurs du gouvernement l’ouverture de négociations sérieuses relatives:
• à l’octroi d’indemnité de logement ;
• à l’octroi d’une prime d’incitation à la célérité ;
• à l’augmentation de l’indemnité de participation à la Judicature ;
Le SYTJUST compte ainsi s’insurger contre le dilatoire et le manque d’attention affichés par le gouvernement par rapport à ses revendications.

Fait à Dakar, le 28 mars 2018
Le Bureau Exécutif National




Sorti de Rebeuss, pourquoi Bamba Fall n’y est-il plus reparti pour voir Khalifa Sall ?

YERIMPOST.COM Depuis ce jour du 24 avril 2017 où il a été libéré après quelques mois de détention, Bamba Fall n’a plus remis les pieds à la prison de Rebeuss. Jusqu’au moment où ces lignes sont écrites, il n’a pas franchi le portail de la maison d’arrêt et de correction pour rendre visite à Khalifa Sall. Officiellement, a appris Yerimpost, le maire de Médina explique cette carence par un fait: « C’est l’administration pénitentiaire qui m’a interdit d’accéder à la prison. » Il doit donc être le seul dans ce cas. Tous les autres maires des communes d’arrondissement ont multiplié les visites auprès de Khalifa Sall. 

On sait aujourd’hui que l’explication que servait Bamba Fall était bidon. En réalité, il a préféré couper tout contact avec le détenu le plus célèbre du Sénégal pour ne pas gêner ses pourparlers avec le pouvoir. De même, l’édile de Médina n’est allé que deux fois au tribunal de grande instance de Dakar pour soutenir Khalifa Sall, depuis le début du procès de celui-ci. Négociations quand tu nous tiens…

Exclusif! Le secret de Khalifa Sall pour supporter la prison raconté par lui-même…

YERIMPOST.COM A l’un de ses grands soutiens, qui se faisait des soucis pour lui, face au prolongement de sa détention, Khalifa Sall a confié, pour le réconforter: « Ne t’en fais pas pour moi. Je me suis préparé dans la tête pour rester ici longtemps sans flancher ni perdre ma dignité. Mon seul souci, c’est que ma famille et mes proches soient en paix. Quant à moi, je suis aujourd’hui apaisé, convaincu que mon destin est entre les mains de Dieu. Je meuble mon temps avec la foi et la réflexion. Je n’étais accro à rien qui puisse me manquer. Comme tu le sais, je suis sobre en tout. »

Après vérification, Yerimpost est en mesure d’écrire que le maire de Dakar a un mode de vie qui le dispose à tant bien que mal supporter la prison. Sobre jusqu’à la caricature, il ne fait dans aucun excès. Il mange peu, généralement du poisson et de la salade, et presque jamais de viande ni les plats sénégalais que nous connaissons.

Contrairement aux cadres sénégalais habitués au confort douillet du climatiseur dans ce pays sahélien, Khalifa Sall ne supporte pas l’air conditionné. Tous ses proches le savent: le clim n’est jamais allumé dans son bureau, dans sa voiture, dans sa chambre… Il partage cette phobie de la climatisation avec l’ex-président du Sénégal, Abdou Diouf.

Le maire de Dakar n’est pas nostalgique de l’ambiance de Dakar. Ni mondain ni fêtard, il ne sort jamais, s’il n’est pas au bureau, de l’appartement niché au sommet de l’immeuble Kébé dans lequel il vit avec son épouse Gaëlle Samb.

On l’aura compris: Khalifa Ababacar Sall, du haut de ses plus de 60 ans, s’est assagi et mué en un homme sans excès. L’équilibre spirituel également participe de sa tranquillité en prison. Dans sa cellule individuelle isolée de « la détention », côtoyant l’infirmerie et faisant face aux bureaux de l’administration de la prison, Khalifa Sall perfectionne sa connaissance du Coran grâce aux enseignements d’un oustaz qu’il reçoit plusieurs fois par semaine. Adepte de la confrérie tidjane, il égrène très fréquemment son chapelet. Pour obtenir de Dieu, le Meilleur des juges, qu’il lui fasse justice ?




www.yerimpost.com

Révélations exclusives sur une affaire qui a failli mener Elhadji Diouf en prison !!!

YERIMPOST.COM Elhadji Diouf a échappé de très peu à la prison. Il a fallu le veto du procureur de la République, Serigne Bassirou Guéye, pour qu’il ne soit pas déféré après l’enquête menée par la Section de recherches de la gendarmerie.

L’ancien footballeur a été gardé à vue toute l’après-midi du 8 février avant d’être libéré. Les faits pour lesquels il était convoqué sont pourtant établis. Des dépositions de témoins oculaires corroborées par un enregistrement sonore en attestent sans équivoque. L’incident s’est produit à La Fourchette, au centre-ville de Dakar. Alors que Souleymane Tall y dînait tranquillement avec son épouse, Elhadji Diouf s’est introduit dans le restaurant en compagnie de gorilles nerveux.

Il a violemment pris à parti le sieur Tall, lui a demandé pourquoi il appelle son épouse Valérie, avant de l’abreuver d’injures et de menaces de mort. Pour des faits similaires, des gardes du corps de Cheikh Amar ont été arrêtés et condamnés à des peines fermes de prison.

Dans le cas de Dioufy, le parquet a tordu la main des enquêteurs pour qu’ils le libèrent à la fin de sa garde-à-vue. Le procureur lui a fait bénéficier d’une sorte d’excuse de provocation. Son attitude a été interprétée comme une réaction humaine de jalousie face à un homme qui a prêté une voiture à sa femme et qui appelle fréquemment cette dernière. Sa casquette de conseiller spécial du président de la République pour le sport a également dû lui être utile.

Si Elhadji Diouf est dehors pour l’instant, cet incident pose la question de la survie de son couple avec Valérie Bishop qui fut, il y a quelques années, l’un des plus glamours du Sénégal.



Le présumé complice de Gadio maintenu en prison

YERIMPOST.COM Arrêté au même moment que Cheikh Tidiane Gadio, le juge new-yorkais en charge du dossier a décidé de maintenir Patrick Ho en prison. Son avocat avait introduit une demande de liberté sous caution que la magistrate Katherine Forrest a refusé, estimant que le risque de fuite était trop grand.

Exclusif! L’échange aigre-doux entre Tanor et Khalifa à travers un émissaire

YERIMPOST.COM Yerimpost est en mesure de révéler que le secrétaire général du Parti socialiste (PS), Ousmane Tanor Dieng, et le maire de Dakar, Khalifa Sall, en détention, ont échangé des propos par personne interposée. L’émissaire, un homme influent, proche des deux, a transmis fidèlement les paroles de l’un à l’autre.

Tout commence le 2 septembre 2017, au stade Léopold Sédar Senghor, en marge du match Sénégal-Burkina Faso comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018. Fan de football, fidèle supporter des Lions, Tanor est présent, confortablement installé à la tribune présidentielle. Celui qui deviendra émissaire malgré lui l’approche, lui reproche frontalement d’avoir lâché Khalifa Sall, lui objecte qu’il doit renouer le contact avec ce dernier et chercher à le tirer de la prison. Une discussion franche s’engage, au bout duquel Tanor concède à son interlocuteur: « Comme tu es son ami, je vais te donner un message pour lui. Ce dont je le prévenais est arrivé. Dis-lui de cesser son entêtement et de rentrer dans les rangs du PS et de Benno Bokk Yaakaar. Après quoi je vais m’investir pour qu’il recouvre la liberté. » Influent, l’émissaire a pu, dès le lendemain, rencontrer Khalifa Sall dans la salle de la prison de Rebeuss réservée aux entretiens entre les détenus et leurs avocats. Il lui a transmis le message. Réponse courroucée du maire de Dakar: « On me met en prison et me demande de rentrer dans les rangs… C’est une blague ? J’ai perdu ma liberté mais je garderai ma dignité. Il connaît bien la caisse d’avance. S’il ne peut pas dire honnêtement ce qu’il en sait, il n’a qu’à me laisser entre les mains de Dieu. » Sous son ton calme, pareille réponse est violente par ses non-dits. Nul doute que l’intermédiaire, un homme libre qui s’est fait tout seul, l’a transmise authentiquement à Tanor.




www.yerimpost.com

Exclusif! Khalifa Sall pique une grosse colère en prison

YERIMPOST.COM Une fois n’est pas coutume. Une seule fois depuis son arrivée à la prison de Rebeuss, le 7 mars 2017, Khalifa Sall s’est départi de sa sérénité légendaire. Cela s’est passé le 21 janvier dernier, deux jours avant la reprise de son procès. La scène, tel que racontée à Yerimpost par un témoin oculaire, est tout un symbole. Quelques-uns de ses avocats et de ses très proches l’ont rencontré pour discuter avec lui de la stratégie de défense à adopter. Un de ses défenseurs l’a directement apostrophé: « Tu ne dois pas t’entêter à défendre des principes qui vont t’enfoncer. Si tu plaides une ignorance totale du circuit de l’argent qui t’était remis et des justificatifs fournis, tu déplaceras le procès. Il reviendra à tes collaborateurs de s’expliquer. Ce sont aujourd’hui tes co-accusés. S’ils pouvaient aujourd’hui te lâcher pour sauver leur tête, ils n’hésiteraient pas à le faire. » Piqué à l’orgueil, la voix tremblotante, le maire de Dakar est entré dans une colère noire et a asséné pareille réponse à son avocat: « Vous ne devez pas me défendre parce que vous ne me connaissez pas. Je suis un homme d’honneur, pas un traître. Ces fonctionnaires détenus sont des boucs émissaires. Ils ne sont qu’un prétexte pour m’atteindre. Ce sont des victimes collatéraux. Je ne vais pas les enfoncer. Si vous n’avez pas d’autre stratégie que celle-là, mieux vaut clore la réunion. » Ambiance…
Il a fallu toute l’habileté diplomatique de la seule femme présente pour calmer le maire qui s’était levé pour rejoindre sa cellule et l’amener à poursuivre la discussion. En se ravisant, il a lâché cette phrase en wolof tirée de ses tripes: « Gni ma indi fii dagnoo beug ma saalit. Douma leen ko may. Sama dignité dama koy gaardé. » A bon entendeur…




www.yerimpost.com

Vidéo- « Ce que Khalifa Sall m’a dit » (Moussa Taye)

° Top