Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

liste

Henry Grégoire Diop liste les manques des juges

YERIMPOST.COM Ceux qui pensent que les juges voient la vie en rose ont tort. Ils sont confrontés à de nombreuses difficultés dans le cadre de l’exercice de leur fonction. Doyen des présidents de juridictions, Henry Grégoire Diop égrène le chapelet de doléances des juges. Ces problèmes d’ordre logistique sont, entre autres, le manque de matériels informatiques, l’absence de crédits suffisants, les problème de véhicule…




Me Seydou Diagne liste les nombreuses failles du dossier Khalifa Sall

YERIMPOST.COM Me Seydou Diagne est confiant sur la suite du procès de la Caisse d’avance. L’avocat de Khalifa Ababacar Sall a commencé sa plaidoirie, ce matin, par des observations sur le déroulement du procès. Les premières consistaient à magnifier la sérénité des débats, mais aussi, la capacité d’écoute du juge, Malick Lamotte. Devant la barre, Me Diagne a donné les raisons qui fondent sa confiance sur l’issue du procès. Selon lui, des vices de procédure ont été notées à plusieurs reprises dans le dossier. « Nous allons obtenir gain de cause dans ce procès », a-t-il plaidé. Et l’avocat de poursuivre : « Dès le début de cette affaire, un droit élémentaire a été refusé à Khalifa Ababacar Sall. C’est le droit d’être assisté par un avocat à l’enquête préliminaire».

L’autre élément, qui réconforte l’avocat de la défense, est l’absence d’éléments solides qui peuvent incriminer son client. « Jusque-là, ni l’Etat du Sénégal ni le Procureur n’ont apporté des preuves qui peuvent inculper le maire de Dakar. Pourtant, argue Me Diagne, ce n’est pas aux avocats de la défense de prouver l’innocence de Khalifa Sall». À l’en croire, dans cette affaire, la charge de la preuve incombe à l’accusation, c’est-à-dire le ministère public ou l’Etat du Sénégal.

Khalifa Sall liste les coups bas qu’il a reçus du pouvoir et dénonce l’instrumentalisation de l’Etat

YERIMPOST.COM L’instrumentalisation de l’Etat pour faire de la politique, c’est ce qu’a dénoncé le maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall, ce lundi 12 février, devant le tribunal. A l’entendre, depuis qu’il a refusé l’offre qui lui a été faite en 2012 par les tenants du pouvoir, il a été écarté du protocole de l’Etat. Le maire a ajouté: « Quand on travaille pour Dakar, c’est pour tout le Sénégal… Nous travaillons pour les populations. Alors, il est évident que, dans des situations, une certaine intelligence aurait conduit les autorités à des discussions pour l’intérêt des populations. Nous avons beaucoup de programmes pour Dakar, mais nous avons en face un adversaire qui ne veut pas que l’on fasse un bilan.» Et Khalifa Sall de poursuivre: « Nous n’avons pas reçu les 115 milliards qui étaient prévus pour les 5 dernières années. C’est Dakar qui perd parce que ce montant aurait pu servir à réaliser certains projets dans la capitale. Mais tout a été bloqué. Ce qui est dommage, c’est qu’on utilise l’Etat pour faire des combats politiques. »




° Top