Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

l’APR

Talla Gadiaga, maire de Malika, tente de sauver sa peau en ralliant l’Apr

Le maire de Malika mis en examen depuis 2016 dans le cadre d’une enquête pour conclusion d’une convention ayant pour objet un terrain immatriculé de l’Etat, association de malfaiteurs et blanchiment de capitaux, placé depuis cette date sous contrôle judiciaire, il n’a pas cillé pour officialiser son adhésion à l’Alliance pour la République. Talla Gadiaga a fait cette déclaration à l’issue d’une rencontre avec le chef de l’Etat au palais, nous dit Libération et ce, au sortir de son face à face avec le Doyen des juges.



Ces multiples signes d’une crise mortelle à l’APR

YERIMPOST.COM Dissidence ouverte de l’aboyeur Moustapha Cissé Lô, rébellion à peine voilée du cofondateur Alioune Badara Cissé, frustrations lâchées puis ravalées de la Cojer, diatribes entre barons, absence de congrès, longue léthargie des structures… C’est un euphémisme: L’Alliance pour la République (APR) est aujourd’hui en crise.




A l’image d’un météore, qui atteint les planètes les plus éloignées à la vitesse de l’éclair pour ensuite imploser, le parti créé par Macky Sall en 2009, arrivé au pouvoir à une vitesse supersonique en 2012, risque d’être tué par des contradictions internes dès le lendemain de la présidentielle de 2019.

Signe de la décadence imminente de cette formation, Moustapha Cissé Lô, l’une de ses figures emblématiques, son « chien de garde », son aboyeur prompt à sortir les crocs contre les adversaires, a pris ses distances, proclamant urbi et orbi: « L’APR ne fonctionne pas comme un parti. Les rôles n’y sont pas distribués suivant les critères de la légitimité et de la représentativité. Au lendemain de la présidentielle de 2019,  elle va se briser en autant de morceaux qu’une calebasse cassée. » Avant d’enfoncer le clou: « A partir de ce moment, je vais prendre ma propre route. Comme vont le faire au moins dix hauts responsables du parti qui comptent agir comme moi, y travaillent déjà, mais n’osent pas le proclamer aujourd’hui. »

Le cas Moustapha Cissé Lô n’est pas le seul symptôme de la crise. L’âme de l’APR, celui-là même qui, avec Macky Sall, l’a créé, est en rébellion de plus en plus ouverte, et a fini de se constituer en opposant dans le pouvoir. Alioune Badara Cissé, car c’est de lui qu’il s’agit, vite défenestré du gouvernement au lendemain de l’accession au pouvoir, laissé au chômage durant des années, casé de fraîche date au poste de médiateur de la République, n’est aujourd’hui du camp présidentiel que de nom. Affectueusement surnommé ABC, cet intellectuel cultivé, qui profite de sa posture de médiateur, censé donc être équidistant, use aujourd’hui d’une liberté de parole dévastatrice pour le pouvoir. Et construit un nouveau pavillon politique avec des organisations qui se sont constituées pour le soutenir: Les Abcdaires, AbcJaime, Jeunesse avec Abc…

Cette guerre aujourd’hui ouverte des cadres au sommet se répercute jusqu’aux cellules de base de l’APR. Ainsi qu’aux structures comme la Convention des jeunesses républicaines (Cojer, le mouvement de jeunesse du parti), dont la présidente, Thérèse Faye, combattue par le cercle intime de Macky Sall, a laissé exploser sa frustration au lendemain du remaniement consécutif aux législatives du 30 juillet 2017, avant d’être calmée avec des promesses par le numéro deux, Mahammed Boun Abdallah Dionne.

L’APR est aujourd’hui une bombe à retardement qui bouillonne de toutes parts. Le moindre fait de l’actualité révèle le climat de guerre civile qui y règne. Pour avoir fait poster sur Yerimpost un article répondant à l’édito de Cheikh Yérim Seck sur le calvaire des fidèles de la première heure de Macky Sall, Mahmoud Saleh a essuyé des réponses au vitriol signées de responsables du parti et de mouvements comme Les Abcdaires et AbcJaime.

Le climat, déjà suffisamment tendu à l’APR, est alourdi par les transhumants, ralliés de la dernière heure, hommes d’affaires mués en politiciens et autres personnalités de la société reconverties en brasseurs de voix imposés dans diverses localités par Macky Sall lui-même, dans le souci de ratisser large pour assurer sa réélection. Ces nouveaux venus, qui ne sont pas les bienvenus, braquent les historiques.

Aux querelles d’ego au sommet s’ajoutent les violentes guerres au sein des cellules de base du parti. A cet égard, l’exemple le plus éloquent est sans nul doute le conflit qui oppose Abdoulaye Daouda Diallo à Cheikh Oumar Anne pour le contrôle de Podor. Cette confrontation fratricide fait régulièrement la une des journaux par les affrontements, les dommages collatéraux et les coups bas qu’elle occasionne.

A quelques mois de l’échéance cruciale de la présidentielle, l’APR est en lambeaux. Si la position de pouvoir et les privilèges y liés vont permettre à Macky Sall de la maintenir artificiellement en vie jusqu’au scrutin de février 2019, le parti présidentiel va commencer à se démembrer au lendemain de ce rendez-vous électoral. Dans le cas où Macky Sall se succède à lui-même, l’APR continuera à exister pour la forme. Avant de disparaître totalement avec la fin du second et dernier mandat de son leader.

Cheikh Yérim Seck

 

 

 

 

 

Démission de toutes les instances: El Pistolero porte un coup dur à l’APR

YERIMPOST.COM El Pistlero porte un coup dur à l’Alliance pour la République. Moustapha Cissé Lô a démissionné de toutes les instances du parti de Macky Sall. Selon le journal le Quotidien qui rapporte l’information, sa lettre de démission évoque comme motif une « convenance personnelle ». Ceci étant, le tonitruant compagnon du chef de l’Etat demeure membre dudit parti.



L’APR crie victoire après l’adoption de la réforme constitutionnelle

Le Porte-Parole national

 

COMMUNIQUE

 

L’Alliance Pour la République se félicite de la décision souveraine prise par l’Assemblée nationale de voter la loi portant révision de la Constitution et instituant le parrainage des candidatures à la présidentielle suivant une fourchette comprise entre 0,8 et 1% des électeurs inscrits sur les listes électorales.

A travers ce vote à l’unanimité des députés présents à l’hémicycle, la démocratie sénégalaise a franchi une étape supplémentaire dans la consolidation de l’état de droit, la rationalisation de la vie politique par l’affirmation de la double responsabilité citoyenne dans la qualification des candidats à l’élection présidentielle.

Malgré les tentatives de blocage orchestrées pour retarder l’échéance, l’Assemblée nationale a fait preuve de dépassement et de maturité, dans le respect des dispositions réglementaires internes à la représentation parlementaire.

Ainsi, l’Alliance Pour la République adresse ses vives félicitations aux députés, au Groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar pour cette décision dont la pertinence incontestable conforte notre démocratie et la sacralisation de la fonction présidentielle, clé de voute de nos institutions.




L’Alliance Pour la République confond dans ses félicitations le Président de l’Assemblée nationale qui a conduit les travaux avec un sens élevé de la responsabilité et du respect des règles de la démocratie.

Incontestablement, cette révision constitutionnelle votée ce 19 avril 2018, ouvre une nouvelle séquence qui consacre le pouvoir des citoyens à travers l’institution du parrainage intégral  à tous les niveaux de la compétition électorale.

Ce souci d’équité et de transparence participe d’une rationalisation des candidatures et d’une clarification du jeu politique. Et c’est tout le sens de la mise œuvre des recommandations de la Commission technique de revue du code électoral (CTRCE) mise en place dans le cadre de la concertation politique voulue par le Président Macky Sall à l’occasion des travaux de lancement du dialogue politique national le 28 mai 2016.




L’Alliance Pour la République réaffirme son soutien indéfectible, au Président Macky SALL, dans son œuvre de consolidation démocratique initiée depuis le référendum du 20 mars 2016 qui a installé notre pays dans le monde des démocraties modèles.

Enfin, l’Alliance Pour la République salue la maturité du peuple sénégalais, appelle tous les militants, responsables et membres des partis alliés et plus largement tous les démocrates et patriotes, épris de paix à partager avec le peuple sénégalais, les fondements et éléments essentiels de cette loi, qui honore notre pays.

 

Fait à Dakar, le 20 avril 2018

Seydou GUEYE

 

Le secrétariat exécutif national de l’APR a un nouveau membre

YERIMPOST.COM Présidentielle oblige, même les discrets retroussent les manches. A l’Alliance pour la République, la réélection de Macky Sall fait bouger. Le directeur général du Port Autonome de Dakar qui, jusque-là, s’était fait très discret dans les rangs de l’APR, a rejoint l’équipe choc du secrétariat exécutif national. Aboubacar Sadikh Bèye, renseigne le quotidien l’AS, est désormais l’adjoint de Mimi Touré au pôle mobilisation et parrainage.



Lettre ouverte aux répondeurs automatiques de l’APR !

Que faut-il penser de certains de militants de la mouvance présidentielle qui passent tout leur temps à squatter les pages des sites sénégalais d’informations en vue de répondre systématiquement et très souvent de manière maladroite voire saugrenue aux différentes contributions de nos compatriotes à la situation socio-économique du pays ?

Que dire également de leur singulière volonté à apporter toujours la même réplique consistant à penser que toutes les contributions publiées dans les différentes sites sont l’œuvre d’une seule personne, qui en fonction de telle ou telle circonstance change de pseudo  pour brouiller les pistes ?

Certes, vous avez le droit de critiquer les contributions des uns et des autres sur la gestion sombre et nauséabonde de notre président par défaut monsieur Macky Sall. Toutefois, il ne suffit pas seulement de les rejeter par pur esprit partisan. Vous devez aller au-delà et vous départir de votre appartenance à la mouvance présidentielle afin d’exprimer à force d’argumentaire et même avec  ténacité votre désapprobation.




Cependant, vous avez tromper royalement en pensant que je me cache sous les appellations des messieurs Ibrahima Sadikh Ndour, Pathé Gueye, Nioxor Tine, Bocar Gueye, Alioune Seck, Xeme, ou de Madame Fatou Sock. Quel drôle d’idée de penser de la sorte en refusant d’utiliser avec courage votre esprit critique en vue d’appréhender le réel en toute objectivité ? Vous ne pouvez pas vous contenter de cette ligne de défense pour botter en touche les nombreux griefs observés dans la gestion du roi de la cour de Benno Bokk Yakaar  par ci et là par beaucoup de nos compatriotes. Par ailleurs, je tiens à préciser pour votre information que je ne suis aucune de ces personnes, même s’il m’arrive parfois de partager leurs analyses. Au plus, il m’est totalement impossible d’écrire comme eux. C’est comme ça et il faut chercher autre chose au lieu de vous enfoncer dans cette situation grotesque voire absurde.

Ayez au moins du courage et de  la lucidité d’esprit en vue  de participer au débat démocratique des idées, ne serait ce que pour défendre la politique et les différentes actions du président Macky Sall depuis qu’il est à la tête du pays ou plutôt depuis qu’il assume ouvertement son parfait rôle de collaborateur de l’ancienne puissance coloniale, la France.

Nous vous attendons sur ce terrain certes rude de la confrontation des idées afin de faire avancer le pays dans la voie des acquis démocratiques pour quiconque compte propulser le Sénégal dans le rang des nations Émergentes.

Mais hélas, je reconnais le fait que vous éprouvez un profond malaise à défendre sur le plan des idées voire de l’éthique un  homme, le président de la République,  monsieur Macky Sall qui passe tout son temps à remettre en question les droits ou libertés de nos compatriotes garantis par la Constitution et qui ne cesse de mentir de manière éhontée voire de revenir sur ses nombreux engagements contractés envers le peuple. C’est pour cette raison que vous vous versez dans le registre abject et lâche des invectives en vue de saborder notre conscience citoyenne. Mais, c’est une peine perdue d’avance.

Cependant, vous ne pourriez jamais déceler la moindre trace d’attaques personnelles dans mes contributions.  Je me borne tout simplement à décrire des faits précis et observables pour quiconque s’intéresse à la manifestation de la vérité.  Mais, en fait, que voulez vous ? Que nous observions le silence des momies sur les tares de la gestion « sobre et vertueuse » du pouvoir afin de faire plaisir à votre mentor. C’est trop nous demander en raison même de l’état de délitement du tissu social et de la pauvreté endémique qui frappe une bonne partie de nos concitoyens. Ainsi, il ne faut pas compter sur moi pour couvrir voire de passer sous silence les scandales à répétition du régime clanique de la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar.

Vous devrez revoir votre stratégie de communication en pensant que les citoyens sénégalais qui exercent librement leur droit de regard sur la situation socio-économique du pays sont des « malades mentaux ». Votre aveuglement risque de vous perdre. Le régime de notre président par défaut, monsieur Macky Sall se trompe lourdement en voulant réduire sur une seule personne la contestation sociale à travers les sites d’informations et les réseaux sociaux. Cette stratégie n’est pas viable puisqu’il suffit juste à un observateur épris de justice et de bonne foi pour savoir rien qu’à la seule lecture de ces différentes contributions, il est impossible que ces dernières soient l’œuvre d’une seule personne en raison même du style et de la tonalité des propos.

En ce qui me concerne,  j’assume pleinement mon droit de regard sur la situation du pays nonobstant les remarques voire les quolibets  des répondeurs automatiques de l’APR en m’assimilant à tort à un malade mental. Je n’écris qu’en fonction de ce que me dicte uniquement  ma conscience citoyenne. Je ne suis payé par personne et aucune personnalité politique n’est derrière moi. Je suis un électron libre et je ne suis pas récupérable d’une manière ou d’une autre par la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar. La personne du président de la République, monsieur Macky Sall m’importe peu. Il s’agit du Sénégal et de la défense de ses intérêts légitimes  ni plus ni moins. Mon engagement citoyen est totalement gratuit et Dieu merci je n’attends rien en retour de nos politiciens professionnels aguerris. Au plus, je n’apporte mon soutien qu’aux seules offres politiques qui travaillent réellement pour le bien être de l’ensemble du corps social sénégalais et pour la réhabilitation de nos principes républicains voire de nos valeurs largement partagées par nos compatriotes.

Toutefois, je préfère jouer le rôle d’un malade mental qui pointe du doigt la mauvaise gestion du régime clanique du président de la République, monsieur Macky Sall, l’instrumentalisation perfide de certains acteurs de notre système judiciaire, l’impunité totale accordée aux membres de la coalition Benno Bokk Yakaar en matière de pillage de nos maigres deniers publics, la trahison d’une certaine élite intellectuelle, le silence coupable de l’aristocratie maraboutique, la cupidité de certaines personnalités de la presse que d’endosser le rôle d’un lâche qui devant toutes ces impostures, se compromet en acceptant de soutenir un régime politique injuste et pitoyable à l’encontre des sans voix et des plus démunis.




Messieurs les répondeurs automatiques de l’APR, je reconnais que votre tâche est rude et vous devez justifier vos perdiems perçus indûment sur le dos du contribuable en dépit même de votre appréhension à fouler un certain nombre de valeurs pour ainsi voler au secours de votre bienfaiteur du moment, le président de la République,  monsieur Macky Sall et de certains de ses acolytes tapis à l’ombre et qui ont une peur bleue d’exprimer ouvertement leurs idées en raison même de leur parcours politique peu orthodoxe.

Je n’envie pas du tout votre posture. Il est regrettable pour un homme ou pour une femme de trahir les aspirations légitimes du peuple en s’alliant avec des politiciens professionnels sans foi ni loi pour recevoir en fin de compte de l’argent public par commentaires intempestifs. Et que faites vous de votre dignité d’homme ? Et vous ne vous privez pas de déclamer partout le Sénégal Émergent, une fameuse trouvaille de notre président apprenti- dictateur au moment même où nos compatriotes éprouvent toutes les peines du monde à faire face à leurs difficiles conditions de vie.

Continuez toujours à penser allègrement que mes différentes contributions et celles d’autres compatriotes relèvent d’une pathologie voire d’un délire, vous serez surpris de constater le moment venu le désaveu total de la population à l’encontre de la politique du régime de monsieur Macky Sall.

Massamba Ndiaye

massambandiaye2012@gmail.com

 

 

L’APR évalue le projet de loi relatif au parrainage

YERIMPOST.COM Ci-dessous son communiqué…

L’Alliance pour la République (APR) se félicite du discours prononcé par Son Excellence,
Monsieur Macky SALL, Président de la République à l’occasion de son adresse à la Nation, le
03 avril 2018, la veille de la célébration de la fête nationale de l’Indépendance.
Ce message à la Nation, dans le respect d’une belle tradition républicaine, constitue un
moment de symbiose entre le Président de la République et la Nation toute entière, sur ce
qui fonde notre vivre ensemble.
La qualité du message et la pertinence thématique confèrent à ce discours du Chef de l’Etat,
une dimension pragmatique qui renseigne sur l’état de la nation sénégalaise, résolument
engagée sur la voie de l’émergence pour tous.
En effet, le contexte solennel d’énonciation de ce message à la nation s’inscrit dans une
dynamique de célébration de la jeunesse et de l’Armée, mise en exergue à travers les
perspectives ouvertes par le Président de la République, en termes de renforcement de la
sécurité et de la défense ; mais également en termes de financement de projets à travers la
Délégation à l’entreprenariat rapide des jeunes et des femmes (DER).
L’Alliance pour la République (APR) adresse ses vives félicitations au Président de la
République pour son message qui dessine les traits d’un destin partagé à travers une vision
inclusive et ambitieuse d’un Sénégal par tous, un Sénégal pour tous.




Par ailleurs, concernant le débat sur le parrainage, l’Alliance pour la République (APR) tient à
rappeler qu’il ne s’agit point d’une innovation constitutionnelle.
A cet égard, le parrainage citoyen, élargi à tous les candidats à la présidentielle, n’agit pas
sur le mode de scrutin qui reste inchangé. Au contraire, il met fin à une discrimination en
rétablissant l’égalité entre les candidats indépendants et les candidats présentés par des
partis politiques ou des coalitions de partis politiques à la candidature.
Dès lors, la volonté du Président Macky Sall de consigner ces acquis électoraux dans la
Constitution, ne saurait souffrir d’aucune confusion sémantique. Les termes du dialogue
politique ont été respectés dans la mise en œuvre de ce processus qui a abouti à la saisine
de l’Assemblée nationale, l’espace de dialogue par excellence, entre la majorité et
l’opposition.
Ainsi, l’Alliance pour la République (APR) exprime son soutien total au Président de la
République dont le projet de loi sur le parrainage constitue une étape importante dans la
consolidation de notre démocratie. La spéculation abusive et les procès d’intention ne
doivent pas éclipser les enjeux du parrainage, qui doit donner un égal accès à la sphère des
présidentiables.
A cet effet, l’Alliance pour la République (APR) voudrait appeler à l’attention des Sénégalais,
des patriotes et des démocrates qu’elle n’acceptera pas le plan de fragilisation de la

démocratie sénégalaise ourdi par une frange de l’opposition en perte de vitesse et
principalement préoccupée par le « ôte-toi de là que je m’y mette »
Enfin, l’Alliance pour la République tient à rappeler que le parachèvement du modèle
démocratique sénégalais passe par le renforcement et la consolidation des dispositifs
électoraux afin de créer les conditions d’un scrutin sincère et d’une compétition politique
transparente.
Car, en dernière instance, la souveraineté appartient au peuple.

Fait à Dakar, le 06 avril 2018
Seydou GUEYE



Contribution: Lettre militante à mon responsable dans l’APR (Par l’auteur de Alerte Rouge)

Mon cher « ami »,
Avant l’accession du Président Macky Sall au pouvoir nous étions bien proches, tous les deux. Tu te rappelles peut être. Nous avions les mêmes rêves et les mêmes combats. Je me souviens même que tu me disais avant Février 2012 que tu savais bien qu’on n’allait pas gagner mais qu’il fallait que l’on participe afin de compter après sur l’échiquier politique national.
Au quartier personne ne croyait en nous. Nous étions seuls dans nos rêves et nos combats. Nous faisions nos portes à portes sans soutien et sans tambour ni trompette.
Dans certaines maisons, personne ne nous écoutait. Certains nous prenaient pour de réels prétentieux en se disant comment Monsieur Macky Sall pouvait-il être élu à la magistrature suprême alors que son parti n’avait que 3 ans de vie.




Comment l’APR pouvait-il espérer concurrencer avec un  PS séculaire, un PDS avec sa grande puissance de feu, une AFP avec Niass à sa tête ?
Cependant, nous y avons cru ensemble. Entre nous, Il n’y avait  ni responsable ni simple militant. On était bien soudé, une vraie famille !
Nous mangions ensemble nos pains thon et partagions nos sachets de thiaaf. Tu me demandais toujours de ne pas perdre espoir et que « beuss bou Macky nékké Président lepp dina bakh ».
Autour de notre candidat, il n’y avait pas plus de six (6) personnes connues par les sénégalais. Le seul sur lequel reposait notre rêve, c’était bien Monsieur Macky Sall. C’est lui qui avait un combat à mener et une revanche à prendre sur Maitre Wade.
Arrivé au pouvoir, le Président Macky en cherchant à honorer les uns et les autres t’a choisi pour travailler à ses côtés. Tu sais bien que ce n’était pas parce que tu étais  plus méritant que nous autres mais juste que tu avais la « baraka » d’être dans son esprit et son cœur au moment de choisir.
Quand le Président t’a nommé, j’étais un tantinet content car je me disais qu’il ne pouvait promouvoir tout le monde et qu’à travers toi il reconnaissait le travail qu’on avait tous abattu.
C’est à ce moment précis que tu as commencé à changer. Je me souviens de mon premier coup de fil pour te féliciter. Tu as répondu en me disant que tu allais me rappeler. Jusqu’à présent j’attends !
Au village, tu ne passes plus la nuit. Tu viens quand tout le monde est couché et tu repars avant que le jour ne pointe. Chaque fois qu’une grande fête approche comme si « dagnou la digal sarakh » tu fais livrer dans chaque maison un kilo de pomme de terre et quelques oignons. Au mois de Ramadan, tu donnes le « ndogou » mais jamais sans les caméras. Tu te plais maintenant à venir filmer notre misère ? « Thieuy Yala ! »
Il parait qu’à Dakar, tu habites maintenant une grande maison et que tu as des gardes du corps. Rien que d’y penser, je ris sous cape !

Comment as-tu pu changer à ce point ? Toi qui te cachais dès que tu voyais Mamadou, le boutiquier du coin à cause de tes nombreuses dettes impayées.
Comment as-tu pu ? Comment ?
Il parait que tes anciens amis ne te voient plus. Tu te caches d’eux car tu en as de nouveaux. Ceux-là qui ne te disent jamais la vérité.
De vrais « thiogous »!
Tu as fini d’oublier que ces derniers ont été avec tous les régimes et qu’un jour ils te quitteront quand ils sentiront le vent tourner.
Au village, même ton fils a de nouveaux rapports avec les vieux qui t’ont vu grandir. Maintenant ce sont eux qui viennent le saluer. Il se promène avec une voiture.

Eh oui ! Son père a bénéficié de la signature du Président Macky Sall. Il se susurre même que Khady la fille qui ne voulait pas accepter ses avances est tout le temps avec lui maintenant.  « Kou né ngour neekhou »l…..
Aujourd’hui, tu as tellement de maisons que certaines sont inoccupées. Juste un gardien y vit au moment où tes frères et sœurs peinent à s’en sortir.
« Dimbali diambour mola gueuneul ». Vrai « Samba Alaar » !
Ces derniers temps que se passe-t-il ? On te voit plus souvent au village. Tu es là presque chaque week-end. Tu salues tout le monde, tu souris pour un rien…tu gares même ta voiture pour marcher. On dirait même que « daagn la liguéyone mou tothie ». Que se passe-t-il mon cher ?
Ah oui j’oubliais ! La raison est toute simple : les élections ne sont plus loin. Rien que 330 jours ! Tu recommences à faire ton malin pour nous refaire le même coup !

Six bonnes années que tu nous snobes !
Tu sais bien que ce n’est pas ainsi que tu vas aider notre leader et peut être que lui-même le sait : «  daf la baayi ci biir rekk » !
Durant six ans,  tu n’as pas pu consolider encore moins élargir sa base. Tu n’as aucunement participé à la formation de ses militants ni à l’animation du parti. Pas de conférence encore moins de thés débats à thème. Rien de rien !

Tu remplies le Grand théâtre avec les membres de groupements de femmes qui acceptent de se déplacer moyennant 35.000 francs pour leur caisse. Quelle triste scène de théâtre ! On sait hein !

C’est ainsi que tu comptes tromper le Président ?




« Yow moom poukeuré rek » ! Sabar, lamb…tu es toujours le parrain de la débauche et du folklore. Tu n’as rien apporté au Président à part contribuer à effriter son capital sympathie.
Penses-tu un seul instant que si tu étais à la hauteur, il sentirait la nécessité de descendre lui-même sur le terrain pour faire le job à ta place.
Macky Sall sait bien que « moom mogni fi teuyé  ». Pas toi !
« Balamay beug déh rek », partout où il doit aller tu te débrouilles pour être à côté de lui… « laambar laambari »…

Des fois même, je me demande quand il cite ton nom devant tout le monde, s’il ne t’arrive pas de jubiler une fois seul dans ta voiture: il m’a cité ! Il m’a cité ! Il m’a cité !

Aujourd’hui, certains d’entre vous-mêmes se sont retournés contre lui quand lui est venu l’idée de se séparer d’eux. Aujourd’hui ce sont ces mécontents là qui nous disent que Monsieur Macky Sall a été un mauvais choix alors qu’avant on ne les entendait jamais. Tant qu’ils sont dedans tout est bien pour le meilleur des mondes et dès qu’on les change c’est la catastrophe. Celui qui était le meilleur de tous devenait le commandant du Titanic. Quel manque de loyauté !
Tu es  bien dans une équipe avec d’autres mais tu t’en fiches éperdument. Tu tacles tes propres coéquipiers et l’équipe est devenue tactiquement indisciplinée.
Les joueurs n’écoutent plus les consignes de l’entraineur sachant que d’ici 2019 il lui sera difficile de faire entrer des remplaçants afin d’éviter de devoir faire face à des frustrations.
Je me demande pourquoi personne d’entre vous ne veut comprendre que le match du 24 Février 2019 est capital et qu’il faudra le gagner dans les 90 minutes.
Aller aux prolongations (2e tour) risque de nous être fatale.
Faites bloc et motivez les supporters !
Arrêtez s’il vous plait de vous chamailler et d’enregistrer les conversations des autres pour aller jouer au délateur…La seule chose que vous savez faire c’est de mettre en mal vos propres sœurs ou frères avec le Président de la République.
Regardez-vous et respectez ceux-là qui portent le même maillot que vous. L’adversaire est dans l’autre camp !
Qu’Allah éclaire notre entraineur !

 

 

Souleymane LY

Spécialiste en communication

UNP/ Bokk Jëmù

julesly10@yahoo.fr

 

 



° Top