Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

khalifa

Vidéo- Ababacar Sall, fils de Khalifa Sall: « Le procès de mon père est une mascarade »

Ahmed Khalifa Niasse reçoit le khalife général des mourides

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué du Palais Ahmadyana…

Le nouveau Khalife Général des Mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké,  fidèle en amitié, vient de confirmer à son ami et frère Ahmed Khalifa Niasse la visite qu’il a l’habitude de lui rendre chaque année, à Kaolack, au lendemain du  Magal de Prokhane.

Cette année la visite est fixée le dimanche 25 février 2018, surlendemain du Magal de Prokhane.

En plus de la famille de Léona Niasséne et celle de Médina Baye plusieurs familles religieuses provenant de toutes les Tariqas seront à l’accueil du saint homme.

En effet, par cet acte de la main tendue, le nouveau Khalife Général des Mourides se pose en rassembleur de tous les musulmans du Sénégal et, même, au-delà.

Serigne Ahmed Khalifa Niasse convie les talibés, les amis à venir, nombreux, à l’accueil de celui qui est considéré  comme le Serigne Touba Vivant.

Complot contre Khalifa Sall: Mbaye Ndiaye avoue tout !

YERIMPOST.COM « Le problème de Khalifa Sall pourrait être réglé si Khalifa Sall avait accepté d’être avec nous. Il a refusé de se ranger. Tous les maires de Dakar étaient dans le même parti que le président de la République. La caisse d’avance existe bien. Il y a aussi le problème du Parti socialiste qui est venu l’enfoncer dans le trou. » Ces mots sont ceux de Mbaye Ndiaye, le ministre d’État lui-même. Cette déclaration, l’ancien adjoint des maires de la ville de Dakar Mamadou Diop et Pape Diop, l’a faite lors de son témoignage (par vidéoconférence) ce mardi 13 février au tribunal, dans le procès dit de la caisse d’avance. Un témoignage qui tourne en faveur du maire de Dakar et qui fera certainement grincer des dents dans l’escarcelle du pouvoir.




Pour qui roule vraiment Alioune Ndoye ?

YERIMPOST.COM Au sein du Parti socialiste (PS), il est l’un des rares sinon le seul à être en odeur de sainteté avec à la fois les pro-Tanor et les pro-Khalifa. Alioune Ndoye, le maire de Dakar-Plateau, est l’unique personnalité de premier plan restée dans le giron de Tanor sans être attaquée par les boutefeux de Khalifa.

Ces derniers avaient cru jusqu’au dernier moment qu’il allait les suivre sur le chemin de la dissidence. Tanor a pu au dernier moment le retenir en lui faisant miroiter une entrée dans le gouvernement au cours du dernier remaniement.

C’est peut-être en riposte à ce faux bond qu’Alioune Ndoye affiche ostensiblement à la face de Tanor Dieng ses bons rapports avec le camp adverse. Il est parti sous la lumière du jour rendre visite à l’épouse de Khalifa Sall, puis a rencontré celui-ci en prison. Non sans lui dire: « Il est temps que tu retrouves ta famille. Cette affaire a assez duré. »

Tanor n’a pas dû apprécier. Mais ce cadre d’une importante entreprise privée, qui s’est fait en dehors et avant la politique, n’en a visiblement cure. Il cultive de bonnes relations avec Barthélémy Dias avec qui il se concerte régulièrement.

Si Alioune Ndoye est officiellement de la frange du PS résiduel qui occupe la Maison du parti, son coeur est solidaire de l’épreuve que traverse Khalifa Sall. Et, selon certaines indiscrétions, il ne serait pas loin de penser que la vision de la branche dissidente sur le positionnement du parti et la conduite à tenir à l’occasion de l’élection présidentielle de 2019 est la bonne.




Le juge Lamotte engueule Khalifa Sall qui lui présente ses excuses…

YERIMPOST.COM Passe d’armes, hier, au tribunal, entre le juge Malick Lamotte et le principal prévenu du procès dit de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Yerimpost revient sur cet incident qui restera l’un des moments forts de ce procès. Voici les minutes où la séquence est relatée…

Le juge poursuit et indique au prévenu Khalifa Sall: « Avant que le débat ne se poursuive, je veux que nous soyons clairs: vous avez dit que vous ne voulez pas citer de noms alors que, moi, j’ai reçu la liste des bénéficiaires. Je vous demande si vous voulez que ces gens-là soient pris comme des témoins »
Khalifa Sall de répondre: « J’ai dit que je ne vais pas citer de noms, mais s’il y a des personnes qui se portent volontaires et qui veulent témoigner, je m’oppose pas à cela. »

Le juge Malick Lamotte se fâche contre le maire de Dakar: « Dans votre déclaration, vous n’avez cité aucun nom des bénéficiaires et vous osez citer comme exemple le père d’un magistrat qui viendrait vous solliciter en tant que malade. Est-ce que c’est nous respecter ? »
Khalifa Sall demande pardon: « Excusez-moi, M. le président, je retire mes propos »;

Dont acte…



Idrissa Seck se voit à la tête d’une grande coalition de l’opposition

YERIMPOST.COM Idrissa Seck est déjà dans ses habits de candidat à la quête de suffrages des Sénégalais. Le leader du parti Rewmi est en tournée politique à l’intérieur du pays depuis quelques semaines. En l’absence du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, dont l’avenir politique est incertain, Idy compte se positionner comme leader de la grande coalition de l’opposition devant faire face à Macky Sall, en 2019.

L’As nous apprend qu’au Sénégal oriental où l’ancien Pm est passé, les populations lui ont exposé leurs doléances relatives, entre autres, aux routes défectueuses, et au manque d’eau et d’électricité.

www.yerimpost.com

Me Elhadji Diouf définitivement exclu

YERIMPOST.COM Une décision définitive et irrévocable, c’est celle du  Bâtonnier de l’ordre des avocats d’exclure définitivement Me El hadji Diouf du procès dit de la Caisse d’avance. L’avocat, qui était commis par la Ville de Dakar, s’est heurté au refus de sa constitution par le président du tribunal, Malick Lamotte, avant que cette mesure ne soit aujourd’hui confirmée par le Conseil des avocats qui a tenu une conférence de presse, ce jeudi 1 février. Alea jacta est !

Exclusif! L’échange aigre-doux entre Tanor et Khalifa à travers un émissaire

YERIMPOST.COM Yerimpost est en mesure de révéler que le secrétaire général du Parti socialiste (PS), Ousmane Tanor Dieng, et le maire de Dakar, Khalifa Sall, en détention, ont échangé des propos par personne interposée. L’émissaire, un homme influent, proche des deux, a transmis fidèlement les paroles de l’un à l’autre.

Tout commence le 2 septembre 2017, au stade Léopold Sédar Senghor, en marge du match Sénégal-Burkina Faso comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018. Fan de football, fidèle supporter des Lions, Tanor est présent, confortablement installé à la tribune présidentielle. Celui qui deviendra émissaire malgré lui l’approche, lui reproche frontalement d’avoir lâché Khalifa Sall, lui objecte qu’il doit renouer le contact avec ce dernier et chercher à le tirer de la prison. Une discussion franche s’engage, au bout duquel Tanor concède à son interlocuteur: « Comme tu es son ami, je vais te donner un message pour lui. Ce dont je le prévenais est arrivé. Dis-lui de cesser son entêtement et de rentrer dans les rangs du PS et de Benno Bokk Yaakaar. Après quoi je vais m’investir pour qu’il recouvre la liberté. » Influent, l’émissaire a pu, dès le lendemain, rencontrer Khalifa Sall dans la salle de la prison de Rebeuss réservée aux entretiens entre les détenus et leurs avocats. Il lui a transmis le message. Réponse courroucée du maire de Dakar: « On me met en prison et me demande de rentrer dans les rangs… C’est une blague ? J’ai perdu ma liberté mais je garderai ma dignité. Il connaît bien la caisse d’avance. S’il ne peut pas dire honnêtement ce qu’il en sait, il n’a qu’à me laisser entre les mains de Dieu. » Sous son ton calme, pareille réponse est violente par ses non-dits. Nul doute que l’intermédiaire, un homme libre qui s’est fait tout seul, l’a transmise authentiquement à Tanor.




www.yerimpost.com

Cette femme est-elle la mère de Khalifa Sall ?

YERIMPOST.COM Cette vieille femme est apparue dès les premières heures de l’arrestation de Khalifa Sall; le 7 mars 2017. Alors que les proches du maire de Dakar manifestaient aux alentours de sa maison familiale, à Grand-Yoff, les forces de l’ordre les ont chargés à coups de grenades lacrymogènes. Cette vieille femme est apparue sous l’oeil des caméras, étendue sur son lit, sonnée par l’odeur des gaz, marmonnant des mots de révolte suite à l’arrestation de celui qu’il appelait « mon fils ».

Des mois après, cette femme a été aperçue en interview, présentée comme la génitrice de l’édile de la capitale, souhaitant à Macky Sall « de goûter à la prison où il a mis mon fils Khalifa ». Ses propos ont fait scandale et suscité des répliques.

Après vérification, Yerimpost est en mesure d’écrire que cette femme n’est pas la mère de Khalifa Sall. Elle est l’une des quatre épouses du défunt père du maire de Dakar. La mère de celui-ci n’habite pas à Grand-Yoff. Elle vit dans une maison que lui a bâtie son fils, aux Parcelles Assainies. Elle s’appelle Awa Niang. Une maladie handicapante l’empêche de se mouvoir depuis plus d’un an. Elle n’a pas été gazée à Grand-Yoff et n’a jamais été filmée ni interviewée…




www.yerimpost.com

Exclusif! Khalifa Sall pique une grosse colère en prison

YERIMPOST.COM Une fois n’est pas coutume. Une seule fois depuis son arrivée à la prison de Rebeuss, le 7 mars 2017, Khalifa Sall s’est départi de sa sérénité légendaire. Cela s’est passé le 21 janvier dernier, deux jours avant la reprise de son procès. La scène, tel que racontée à Yerimpost par un témoin oculaire, est tout un symbole. Quelques-uns de ses avocats et de ses très proches l’ont rencontré pour discuter avec lui de la stratégie de défense à adopter. Un de ses défenseurs l’a directement apostrophé: « Tu ne dois pas t’entêter à défendre des principes qui vont t’enfoncer. Si tu plaides une ignorance totale du circuit de l’argent qui t’était remis et des justificatifs fournis, tu déplaceras le procès. Il reviendra à tes collaborateurs de s’expliquer. Ce sont aujourd’hui tes co-accusés. S’ils pouvaient aujourd’hui te lâcher pour sauver leur tête, ils n’hésiteraient pas à le faire. » Piqué à l’orgueil, la voix tremblotante, le maire de Dakar est entré dans une colère noire et a asséné pareille réponse à son avocat: « Vous ne devez pas me défendre parce que vous ne me connaissez pas. Je suis un homme d’honneur, pas un traître. Ces fonctionnaires détenus sont des boucs émissaires. Ils ne sont qu’un prétexte pour m’atteindre. Ce sont des victimes collatéraux. Je ne vais pas les enfoncer. Si vous n’avez pas d’autre stratégie que celle-là, mieux vaut clore la réunion. » Ambiance…
Il a fallu toute l’habileté diplomatique de la seule femme présente pour calmer le maire qui s’était levé pour rejoindre sa cellule et l’amener à poursuivre la discussion. En se ravisant, il a lâché cette phrase en wolof tirée de ses tripes: « Gni ma indi fii dagnoo beug ma saalit. Douma leen ko may. Sama dignité dama koy gaardé. » A bon entendeur…




www.yerimpost.com

° Top