Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Gerard Sénac

Baisse du tarif du péage: Gérard Senac brise le silence

YERIMPOST.COM La bataille que l’on redoutait entre l’Etat du Sénégal et la société Eiffage n’aura pas lieu. Du moins, si l’on se fie aux déclarations de Gérard Sénac qui, visiblement, est en phase avec la décision de l’Etat de réduire les tarifs du péage. Réclamée par les usagers de l’autoroute, cette mesure de baisse tarde à arriver alors qu’elle était attendue en fin juillet dernier, comme annoncé par le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres, du Désenclavement. Le patron de Eiffage Sénégal, qui était à l’hôpital de Pikine ce jeudi 9 août, n’a pas voulu avancer une date exacte mais a cependant donné un délai. « D’ici à novembre, la réduction se fera, mais je laisserai le soin au président de la République de l’annoncer ! », a-t-il confié aux journalistes qui étaient présents pour une cérémonie de remise de dons de son entreprise.



Vidéo- Gérard Sénac, dans votre pays, oseriez-vous… (Cheikh Yérim Seck)





Vidéo- Gérard Sénac n’a pas investi un penny sur l’autoroute (Cheikh Yérim Seck)





Autoroute à péage: Gérard Sénac, vous n’avez pas investi un penny. Je le démontre (Cheikh Yérim Seck)

YERIMPOST.COM Les 20 km de l’autoroute à péage (allant de Pikine à Diamniadio) ont officiellement coûté 148 milliards de francs cfa (dont 87 milliards déboursés par l’Etat du Sénégal et 61 milliards qui auraient été apportés par Eiffage).

Si les 20 km ont coûté 148 milliards, cela veut dire que le km a valu 7,4 milliards de francs cfa. Près de nous, en Côte d’Ivoire, les 86 km d’autoroute reliant Singrobo à Yamoussoukro ont coûté 137 milliards de francs cfa, soit 1,6 milliard le km. Il existe 7 autoroutes au Maroc qui traversent des montagnes et tous types de reliefs. Leur coût moyen est de 2,3 milliards le km. En Tunisie voisine, un pays plat comme le Sénégal, le coût moyen des 5 autoroutes est de 1,1 milliard le km.




Si on retient le coût moyen le plus élevé entre le Maroc, la Tunisie et la Côte d’Ivoire, les 20 km d’Eiffage auraient dû coûter au maximum 50 milliards. Gérard Sénac n’avait donc besoin de débloquer le moindre sou pour construire l’ouvrage. Pire, avec les 87 milliards débloqués par le Trésor public sénégalais, il a achevé l’autoroute et s’est aménagé une marge restante d’au moins 37 milliards de nos francs.

C’est donc un gros mensonge, une grossière escroquerie, si Gérard Sénac affirme qu’il a investi 61 milliards. Avec son apport, le Trésor public sénégalais, à lui seul, a largement financé l’autoroute à péage. Gérard Sénac lui doit d’ailleurs 37 milliards au bout des travaux.

Pour avoir une idée de l’ampleur du hold-up commis par Sénac, évidemment avec la complicité de tous ceux qui, de Karim Wade à Aminata Niane, en passant par les soit disant techniciens de notre administration impliqués dans le projet, ont couvert ce brigandage, il faut se référer à un exemple récent.

Le Sénégal est entrain de réaliser l’autoroute côtière reliant Dakar à Saint-Louis sur un linéaire de 190 km pour un coût de 480 millions de dollars (240 milliards de francs cfa). Dans le même pays, sur un relief plus compliqué, plus mou, qui va demander beaucoup plus de béton et de fer, cette autoroute va coûter 1,26 milliard le km, contre 7,4 milliards le km chez Eiffage.

Lorsque le problème de la clôture et de l’éclairage de l’autoroute à péage s’est récemment posé, un technicien très pointu en BTP m’a dit: « Même si on mettait un mûr de clôture en béton armé constellé de diamants et des ampoules de lampadaires en or, on n’atteindrait pas le chiffre caricatural censé avoir été dépensé pour construire cet ouvrage qui est de trop loin le plus cher du monde. »

Gérard Sénac, l’escroquerie a trop duré. Vous n’avez pas dépensé un seul penny de fonds propres sur cette autoroute.

Cheikh Yérim Seck



Au moins à trois reprises, Gérard Sénac a manqué de respect au président Macky Sall

YERIMPOST.COM Le comportement indifférent et condescendant de Gérard Sénac à l’égard des Sénégalais s’explique: il n’a aucun respect pour nos compatriotes, pas même pour le premier d’entre eux, le président de la République, Macky Sall.

Il a eu, à l’égard de ce dernier, à l’occasion d’un Forum organisé par le patronat marocain sur l’investissement, une attitude inadmissible. Alors que le président de tous les Sénégalais entrait dans la salle bondée, il l’a publiquement apostrophé, comme s’ils avaient gardé les vaches ensemble: « Macky, ça va ? ». Tous ceux qui ont entendu cette maladresse ont été scandalisés, a appris Yerimpost. Sénac se serait-il permis d’interpeller publiquement Emmanuel Macron de la sorte ? Même s’il avait joué aux billes avec lui, il n’aurait pu l’appeler que « M. le président » en public.




A l’occasion de la mise en circulation du second tronçon de l’autoroute de Diamniadio à Mbour (à Sindia en réalité, autre tricherie d’Eiffage), Gérard Sénac a fixé un tarif usurier de péage sans consultation des autorités de notre pays. Cette attitude a horripilé Macky Sall qui s’en est ouvert à certains de ses ministres, avant de convoquer Gérard Sénac pour lui dire ses vérités devant témoin. Ce qui n’a pas empêché le gérant de l’autoroute de s’en tenir presque au prix de départ qu’il avait annoncé.

Enfin, Gérard Sénac, sur un projet-phare de Macky Sall, a osé faire savoir que le TER ne doit pas arriver jusqu’à l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd), pour ne pas faire baisser la rentabilité de son autoroute. Ce manque de respect est d’autant plus total que ce même Sénac était intervenu pour réclamer qu’un pont ne soit pas érigé à hauteur du rond-point de Cambérène, toujours au nom de ses intérêts propres.

A moins à ces trois reprises, Gérard Sénac a manqué de respect au président Macky Sall.



Gérard Sénac, dans votre pays, auriez-vous osé pareilles négligences ?

YERIMPOST.COM Gérard Sénac, par vos négligences coupables, vous avez occasionné l’extinction d’un des plus illustres talents du monde audiovisuel africain. Papis Baba Diallo, membre de Gelongal, titulaire du prix de meilleur réalisateur africain, a perdu la vie ce 5 mai 2018 sur l’autoroute que vous gérez.

Les circonstances de l’accident qui l’a emporté laissent entrevoir de graves négligences de votre part. Papis s’est retrouvé nez à nez avec un troupeau de boeufs déambulant sur la chaussée. Votre autoroute, la plus chère au monde, n’est pas clôturée. Comment pouvez-vous prendre autant de liberté avec l’étancheité d’une route à grande vitesse aussi passante ?




L’autoroute n’est pas clôturée, elle n’est pas non plus éclairée. L’accident est intervenu à hauteur de Toglou 2, sur un tronçon dépourvu d’éclairage. C’est donc dans l’obscurité que Papis, qui a payé les tarifs usuriers qui sont les vôtres pour pouvoir aller vite, a vu son chemin coupé par un troupeau de boeufs. Il a trouvé la mort. L’un de ses frères qu’il transportait a eu le bras fracturé. Un autre a subi des contusions sévères.

M. Sénac, ce n’est que dans une République bananière, un Etat fragile pour lequel vous n’avez aucun respect, que vous pouvez vous permettre d’accumuler autant de négligences. Votre autoroute, dont les tarifs de péage sont tout simplement caricaturaux, est un vaste cimetière où des Sénégalais de plus en plus nombreux laissent leurs vies.

M. Sénac, vous êtes français, je crois. Oseriez-vous, si vous gériez un ouvrage de ce type dans votre pays, vous laisser aller à de telles légèretés ? Vous auriez été poursuivi, civilement et pénalement sanctionné pour mise en danger de la vie d’autrui ou homicide involontaire.

Mais, comme nous sommes au Sénégal, un pays africain pauvre, habité de nègres dont la vie ne compte pas pour un penny, vous amassez des sommes colossales sans avoir la décence d’en investir la plus infime partie pour conformer l’ouvrage aux normes prudencielles en vigueur dans le monde entier. Nous y reviendrons.

Cheikh Yérim Seck

 

 

 

Diminution des tarifs du péage : Gerard Sénac donne des gages

YERIMPOST.COM Des solutions pour diminuer les tarifs du péage existent. Mais, pour ce faire, il va falloir du temps à l’entreprise en charge de la gestion et au gouvernement sénégalais. Des études sont en cours pour voir les possibilités. Ces mots sont du patron d’Eiffage Sénégal. Gerard Sénac s’est exprimé en marge de la visite du président français au site du TER. Selon ses dires, le chef de l’Etat, Macky Sall, lui a accordé une audience il y a une quinzaine de jours et le sujet a été mis sur la table. Rendez-vous est pris au mois de mai prochain pour apporter des solutions définitives à cette question qui fait grincer les dents des automobilistes.

° Top