Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

france

(Urgent): Lamine Diack serait dans un état de santé critique

YERIMPOST.COM Lamine Diack ne va pas bien. Son état de santé est critique, selon sa famille qui déplore le fait de n’avoir pas de ses nouvelles depuis plus de trois mois. L’ex-patron de l’Iaaf devrait être confronté à son successeur, Sébastian Coe, dans le cadre du dossier de corruption lié à la lutte antidopage, ce matin. Mais, informe la rfm, la rencontre n’a pas eu lieu, parce que l’état de santé du vieux Diack ne lui a pas permis de se déplacer de Monaco à Paris.



Christophe Bigot minimise la mainmise des entreprises françaises sur l’économie sénégalaise

« La France avait 25% des parts de marché au Sénégal, il y a 10 ans. Aujourd’hui, ces parts de marché sont passés de 25 à 15 %. Le flux d’investissements de la France au Sénégal tourne autour de 20% », a révélé l’ambassadeur de France au Sénégal qui souligne que le Sénégal est ouvert au monde. Comme pour donner plus de crédit à son propos, Christophe Bigot cite les secteurs détenus par différents pays. « Le principal acteur bancaire est marocain. Le principal acteur pétrolier et gazier est anglais. Le principal acteur dans le domaine de l’or est canadien. Les phosphates sont détenus par une compagnie indonésienne. Tout cela pour dire qu’il y a beaucoup d’entreprises étrangères qui s’intéressent au Sénégal. Cela montre que le Sénégal est un pays attractif, un pays auquel les investisseurs ont confiance pour sa stabilité. Les entreprises françaises participent à ce mouvement. Elles étaient là depuis fort longtemps et il n’y avait pas de croissance, quand la situation était difficile et qu’on ne parlait pas d’émergence… Ces entreprises font en sorte de respecter les normes sociales. »



Avant son arrivée au Sénégal, le Ter commence à être testé en France

YERIMPOST.COM C’est le début d’une vaste campagne d’essais du Ter en France avant son départ pour le Sénégal. Ces essais vont permettre à la société Alstom, qui a gagné le marché, d’apporter des ajustements avant la livraison. Ainsi, plus de 40 personnes sont mobilisées sur le site Alstom de Reichsfoffen pour procéder aux 6 000 tests en série et aux 50 tests de validation qui doivent permettre de vérifier et de garantir le bon fonctionnement du train.

Wenger attend le départ de Deschamps

Bien décidé à rester dans le football après son départ d’Arsenal cet été, Arsène Wenger privilégierait l’équipe de France dans un avenir proche.
Arsène Wenger va faire ses adieux à Arsenal après un règne long de 22 ans, mais il n’en a pas fini avec le football. « Honnêtement, je ne sais pas ce que je vais faire. Je vais continuer à travailler », a assuré l’Alsacien de 68 ans, qui officiera déjà en tant que consultant pour beIN Sports lors de la Coupe du monde.


Wenger ne devrait pas reprendre les rênes d’un club de sitôt, et aurait décliné les avances du Paris Saint-Germain. Selon L’Equipe et Le Parisien, le poste de directeur sportif, actuellement confié à Antero Henrique, lui aurait été proposé. Le Daily Star, lui, affirme que l’emblématique coach des Gunners rêve de diriger l’équipe de France et pourrait donc attendre patiemment le départ de Didier Deschamps.

Evidemment, il y a très peu de chances de voir « La Dèche » céder son tablier estampillé du coq cet été, à moins d’un parcours catastrophique des Bleus en Russie. Deschamps est sous contrat avec la FFF jusqu’en 2020, et l’Euro qui se disputera dans 12 villes. Avec Arsène Wenger intéressé et Zinedine Zidane qui pourrait être libre dans deux ans, la fédération aura l’embarras du choix.

Source:Sports.fr

May Vallaud, journaliste Tv5: «Chahuté en France, Macky Sall est politiquement contesté au Sénégal…»





19 Avril 2018: l’appel du FPDR France au peuple

Le 19 avril 2018 constitue un tournant historique dans la trajectoire du Sénégal. Face au coup d’état institutionnel rampant planifié par l’apprenti dictateur Macky SALL et ses affidés, le peuple sénégalais doit faire face et reprendre son destin en main. Dans le moment exceptionnellement grave que traverse notre pays, le FPDR France sonne la mobilisation de tous les segments de la nation, et appelle à un vaste rassemblement patriotique de toutes les couches de la société pour la défense de la démocratie sénégalaise, en péril. L’heure n’est plus aux tergiversations : il faut stopper net les dérives d’un régime en totale déperdition et dont le meneur en Chef, Macky SALL a décidé d’assujettir les sénégalais pour assouvir sa folle ambition de rempiler à la magistrature suprême, contre la volonté de l’immense majorité des sénégalais. Parce que l’enjeu porte sur la préservation de nos acquis démocratiques, le FPDR France estime incontournable une convergence des luttes : étudiants, déflatés, chômeurs, enseignants, paysans, artisans, Chefs d’entreprises, magistrats, greffiers, mouvements de société civile, sentinelles de la République et patriotes de tous bords sont appelés à investir massivement la place SOWETO, rebaptisée place du peuple. Pour le FPDR France, le statu quo n’est plus tenable. FIPPU JOTNA. Trop, c’est trop.




Aujourd’hui plus que jamais, Il s’agit de restaurer l’Etat de Droit et de sauver la démocratie sénégalaise. Le FPDR France demande solennellement à toute l’opposition de s’inscrire dans une dynamique unitaire, de se mettre en ordre de bataille, et d’être en première ligne dans le combat pour la reconquête des droits du peuple. Le FPDR France demande aux forces républicaines de faire preuve d’une extrême retenue, de ne pas s’engager dans une aventure qui pourrait les compromettre, de respecter les droits constitutionnels et inaliénables des sénégalais, et de ne point obéir à tout ordre illégal émanant d’un pouvoir illégitime. Le FPDR France met en garde contre tout dérapage qui porterait atteinte à la vie d’un seul citoyen sénégalais, et dont le régime de Macky SALL porterait l’unique et entière responsabilité.

Le FPDR France porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale qu’il saisira la COUR PENALE INTERNATIONALE, en cas de dérapage incontrôlé des forces républicaines dont la mission n’a jamais été de combattre le peuple.

Tous à la place SOWETO le 19 avril 2018 pour abréger les souffrances des sénégalaise mettre fin aux dérives d’un homme qui a décidé de défier son peuple.

Fait à Paris le 13 avril 2018

Sidy Fall, coordonnateur du FPDR France

E-Mail : msufrance@hotmail.com

 

 

Les sections APR de France fustigent la guerre au sommet du consulat du Sénégal à Marseille

YERIMPOST.COM Dans le communiqué ci-dessous…

 

Les sections APR du sud de la France, dont les noms figurent en bas de ce texte, ont lu avec stupéfaction et consternation l’article paru le 30 mars 2018 dans la presse en ligne faisant état d’une impossible collaboration entre le consul et le vice-consul de Marseille. Certes, leurs divergences couvent depuis longtemps et que des articles de presse en avaient déjà fait mention. Mais les sections du sud ont toujours estimé que les concernés parviendraient à surmonter leurs difficultés ou que les autorités allaient intervenir puisqu’elles étaient sans doute au courant. À notre grande déception, il n’en fut rien. Aujourd’hui, la situation est devenue très grave puisque ce différend empêche tout fonctionnement normal de l’institution diplomatique. S’y ajoute que l’ambiance au consulat est devenu tellement délétère et nauséabond que les sénégalais n’ont plus aucune envie de s’y rendre. Sur le plan politique, cette situation de crise remet en cause tous les efforts déployés quotidiennement par les sections du sud pour convaincre les sénégalais de la juridiction de soutenir le Président Macky Sall. Il est vrai que le consulat n’est pas un organe politique. Cependant, il représente, en quelque sorte, le chef de l’État. Par conséquent, ses dysfonctionnements ternissent forcément l’image de ce dernier. En outre, notre parti avait promis d’apporter des ruptures pour rendre plus performante cette institution au grand bonheur de nos compatriotes de la juridiction de Marseille. Aujourd’hui, le constat amer est que tout le monde nous reproche d’être incapables de faire fonctionner correctement ce petit consulat. Cette situation gênante compromet sérieusement la poursuite du combat de massification. Ainsi, les sections APR du sud demandent-elles au Président Macky Sall et au ministre des affaires étrangères de prendre leurs responsabilités pour trouver très rapidement des solutions afin de mettre de l’ordre dans ce consulat. C’est une question de respect aux sénégalais de la juridiction qui ne méritent guère un tel traitement et une nécessité absolue si l’on veut remporter les élections présidentielles de 2019 dans le sud de la France.

 

Aussi, les sections APR du sud de la France condamnent-elles fortement la marginalisation qu’elles subissent depuis 2012 de la part des autorités. Elles ne sont jamais consultées même sur les questions qui les concernent directement. Comme si elles n’existaient pas, elles ont toujours été négligées, ignorées, méprisées. En 2015, le Président de la République Macky Sall est venu à Marseille pour une visite de trois jours. Les sections du sud avaient organisé de bout en bout sa rencontre avec nos compatriotes sénégalais. Pourtant, aucune d’entre-elles n’a été reçue par ce dernier. Certains nous avaient promis que cette faute politique allait être corrigée. Mais rien, nada, cette promesse n’a eu aucune suite. Aujourd’hui, les militants sont tellement dégoutés qu’ils ont décidé de ne plus rien faire tant que la situation reste inchangée. C’est d’ailleurs cette frustration qui nous a valu la perte des élections législatives dans certains bureaux de vote importants et une victoire étriquée lors du référendum. Les sections du sud en ont assez d’être traitées comme les guignols du parti. Elles exigent désormais du respect et de la considération. Elles ne sont pas moins méritantes que les autres segments du parti, car ayant fait les mêmes, voire plus de, sacrifices. Pour terminer, rappelons que pour gagner une élection présidentielle, chaque militant doit compter. Cela est surtout valable pour ceux de la diaspora qui sont des grands électeurs pouvant orienter le vote de leur famille restée au pays. Au vu de ce qui précède, les sections du sud demandent au Président du parti Monsieur Macky Sall d’intervenir rapidement pour rectifier le tir. Le cas échéant, il est évident que les prochaines élections présidentielles se solderont par une cinglante défaite pour lui dans le sud de la France.

 

SECTIONS APR : AIX-EN-PROVENCE, la SEYNE-TOULON, NICE, CANNES, MONTPELLIER, MONACO-CÔTE D’AZUR




Attentat en France: le film de la folle journée

Une prise d’otages a eu lieu dans un supermarché à Trèbes (Aude). Le preneur d’otages se revendiquait de Daech. Il a été tué par les forces de l’ordre et le bilan fait état de trois morts et cinq blessés dans trois attaques distinctes.

Redouane Lakdim, 26 ans, « suivi » par les autorités, est soupçonné d’avoir tué trois personnes et d’en avoir blessé trois autres lors de trois attaques à Carcassonne et Trèbes revendiquées par le groupe Etat islamique. Il a agi « seul » et a été abattu par les forces de l’ordre. Voici ce que l’on sait:

Premières attaques à Carcassonne

Vers 10H00, l’homme vole une voiture à Carcassonne (Aude) « tuant un passager et blessant gravement le conducteur », ont indiqué des sources proches de l’enquête. Un demi-heure plus tard, il blesse, avec une arme de poing, un CRS qui faisait son footing en compagnie de trois collègues, à proximité de la caserne située non loin de là. Selon le Premier ministre Edouard Philippe, le pronostic vital du CRS n’est « pas engagé ».

Prise d’otages à Trèbes

L’assaillant roule vers Trèbes, une commune située à 8 km à l’est de Carcassonne. Vers 11H15, il pénètre dans un supermarché Super U de la ville et tue par balle un employé et un client. Selon un témoin, il a crié « Allah Akbar » (Dieu est le plus grand, NDLR) en rentrant dans le supermarché. Appelés sur les lieux, les gendarmes interviennent, alors que Redouane Lakdim a pris en otage une femme. Un lieutenant-colonel du groupement de gendarmerie de l’Aude, âgé de 45 ans, s’est « volontairement substitué à l’otage », selon Gérard Collomb, qui a salué son « héroïsme ».




Les employés et les clients qui se trouvent dans le supermarché parviennent à prendre la fuite. « Le lieutenant-colonel avait laissé son téléphone ouvert sur la table. Nous avons pu entendre ce qu’il s’est passé et c’est lorsqu’on a pu entendre les coups de feu que le GIGN est intervenu », a précisé le ministre. Lors de l’assaut donné en début d’après-midi, le GIGN a abattu le suspect. Le gendarme retenu en otage a été gravement blessé par balle par Redouane Lakdim. Au cours de l’assaut, un gendarme de l’antenne GIGN de Toulouse a été blessé par balle à la jambe.

Redouane Lakdim, 26 ans, a agi « seul », a indiqué M. Collomb à la presse à Trèbes. « Il était connu pour des faits de petite délinquance et nous l’avions suivi et nous pensions qu’il n’y avait pas de radicalisation, mais il est passé à l’acte brusquement », a ajouté le ministre. Un peu plus tôt, une source proche de l’enquête avait indiqué que le suspect était un Marocain suivi pour radicalisation islamiste. Le parquet de Carcassonne a indiqué qu’il se réclamait du groupe Etat islamique. La section antiterroriste du parquet de Paris se saisit alors de l’enquête.

Moins d’une heure après l’assaut du GIGN, l’EI a revendiqué les attaques, dans un communiqué de son organe de propagande Amaq. « L’homme qui a mené l’attaque de Trèbes, dans le sud de la France ,est un soldat de l’État islamique, qui a agi en réponse à l’appel » de l’organisation « à viser les pays membres de la coalition » internationale anti-EI, ont indiqué les jihadistes.

L’EI avait revendiqué le dernier attentat meurtrier commis le 1er octobre 2017 à Marseille (2 morts), une revendication jugée « opportuniste » par les enquêteurs antiterroristes. Plusieurs auteurs d’attentats en France se sont revendiqués de l’EI ces dernières années, dont ceux à l’origine des tueries de Paris le 13 novembre 2015 (130 morts).

Avec l’AFP

Invité de l’ECL: Ces lobbys maçonniques et écologistes qui propulsent Ahmed Khalifa Niasse en France

YERIMPOST.COM Ahmed Khalifa Niasse est propulsé vers les grands milieux en France. Invité de prestige de la non moins prestigieuse Ecole de commerce de Lyon (ECL), le marabout-politicien profite du coup de pouce de lobbys dans l’Hexagone. Lesquels ? Les personnalités et structures évoquées dans la note ci-dessous de l’ECL consacrée à sa visite en disent long…

 

VENUE DE AHMED KHALIFA NIASSE
M.NIASSE, signataire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité (DDHu)
Une démarche engagée vers l’avenir

Dans le cadre de son cycle de conférences et de rencontres, le groupe Ecole de Commerce de Lyon  reçoit un nouvel invité de prestige.
Après avoir reçu Jean-François COPPÉ, Nicole FONTAINE, Hervé DE CHARETTE, Dominique BUSSEREAU, Jean HEINRICH, Corinne LEPAGE, ou encore Clément MOUAMBA,  nous avons l’immense honneur de recevoir son excellence monsieur Ahmed Khalifa NIASSE. A ses cotés seront présents Hervé de Charette, ministre du logement (1993 à 1995) et ministre des affaires étrangères (1995 à 1997) et Nicolas Imbert, directeur éxécutif de l’ONG Greencross.
Ahmed Khalifa Niasse, Ministre d’Etat et Ministre conseiller du Président de la République du Sénégal Abdoulaye Wade (2007 à 2009), Vice-président de l’Assemblée Nationale du Sénégal (1988), Conseiller du président Abdou Diouf, Président du conseil d’administration de AKN International et Président de l’Institut Islamique Agricole, honore le Groupe Ecole de Commerce de Lyon de sa présence.
Cet événement aura lieu le lundi 19 mars à 16 heure à l’hotel Radisson Blu.*

L’événement
La ratification de la dite DDHu  par M.NIASSE s’inscrit dans une volonté immuable qui est celle de toute une nation, le Sénégal. La Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité est une charte élaborée par Madame la Ministre Corinne Lepage.
Cette signature est un acte symbolique d’engagement mais constitue également bien plus que cela en énonçant des principes, des droits ainsi que des devoirs primordiaux.

La Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité

4 Principes
* Principe de responsabilité
* Principe d’équité et solidarité mais aussi de dignité
* Principe de continuité
* Principe de non-discrimination

6 Droits
* Droit à un environnement sain et écologiquement soutenable
* Droit à un développement responsable équitable, solidaire et durable
* Droit à la protection du patrimoine commun, naturel, culturel, matériel et immatériel
* Droit à la préservation des biens communs, en particulier l’air, l’eau et le sol, et à l’accès universel et effectif aux ressources vitales
* Droit à  la paix, à la sécurité humaine, sur les plans environnemental, alimentaire, sanitaire, économique et politique
* Droit au libre choix de déterminer son destin.

6 Devoirs

* Assurer le respect des droits de l’humanité, comme celui de l’ensemble des espèces vivantes.
* Assurer la transmission aux génération futures des ressources, des équilibres écologiques, du patrimoine commun et du patrimoine naturel, culturel, matériel et immatériel
* Préserver l’atmosphère et les équilibres climatiques, prévenir autant que possible les déplacements de personnes liés à des facteurs environnementaux, secourir les personnes concernées et les protéger.
* Orienter le progrès scientifique et technique vers la préservation et la santé de l’espèce humaine et des autres espèces
* Intégrer le long terme et promouvoir un développement humain et durable
* Les États ont le devoir d’assurer l’effectivité des principes, droits et devoirs proclamés par la présente déclaration, y compris en organisant des mécanismes permettant d’en assurer le respect.

Le Groupe Ecole de Commerce de Lyon est également signataire et partage les principes, droit et devoir de la DDhu . Sa mission est de sensibiliser et préparer les futurs dirigeants à la nécessité d’un mode de fonctionnement et de vie enclin à l’écocentrisme.
Pour participer à cet événement ou pour plus d’informations merci de contacter le service communication au 04 78 41 41 41 ou  par email service.communication@eclyon.fr

La France accueille Ahmed Khalifa Niasse à grande pompe

YERIMPOST.COM Le texte qui suit est de la cellule de com de M. Niasse

 

Il y a de cela quelques mois, plus précisément le dix huit novembre 2017,  Ahmed Khalifa Niasse recevait discrètement Son Excellence Monsieur Christophe Bigot, Ambassadeur de France au Sénégal sur les bords du fleuve Saloum où il possède une luxueuse résidence. Son Excellence était en bras de chemise et sans accompagnateur. Il eut avec lui un long tête à tête. Aujourd’hui, ce sont les académiciens qui décernent à Monsieur Niasse, ancien ministre, dignitaire khalifable des Niassène et leader du F.A.P (Front des Alliances Patriotiques (parti politique)) le diplôme de Docteur Honoris Causa.

Le Maire de Lyon, monsieur Georges Képénékian,  le nommera Citoyen d’Honneur avec la remise symbolique des clés de la ville. Nous savons, par ailleurs, que le prédécesseur de l’actuel Maire n’est autre que l’actuel ministre français de l’Intérieur, monsieur Gérard Collomb.

Et ce n’est pas tout. Madame la Ministre Corine Lepage le nommera Ambassadeur pour la Défense de l’Environnement. Et c’est de Lyon que M. Niasse  va lancer son grand projet : « FORET DE VILLE » Un partenariat public-privé sera inauguré prochainement à Kaolack avec le projet FORET DE KAOLACK.

On comprend que le Centre National de Recherche Scientifique(CNRS) ait consacré plusieurs ouvrages à M. Niasse dont  « Le Marabout et le Prince » de Christian Coulons.

Il sera certainement sollicité par la France pour l’enseignement d’un islam républicain pour lequel il est une référence mondiale. Il est aussi sollicité par l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis entre autres.




Toutefois, l’application de la proposition de Coulons contient un volet politique, sans qu’on puisse dire lequel en ce moment.

En tout cas, les grandes ambassades, dont celle des USA, ont fait le déplacement de Kaolack pour rencontrer M. Niasse.

Ahmed Khalifa NiASSE accueilli en France par des académiciens qui ont précisé dans la lettre d’invitation que ses prédécesseurs dans cette distinction ne sont que deux en Afrique. Le Président Ouattara de Cote d’Ivoire et le Premier Ministre gabonais, monsieur Clément Mouamba.

Son accueil à l’aéroport Saint Exupéry par le ministre Hervé de Charrette en dit long sur l’intérêt que la France porte au leader du F.A.P.

D’ailleurs, la salle où cette distinction est habituellement décernée a été jugée trop petite. Les Lyonnais ont choisi le sommet de la plus grande tour de la ville pour cette cérémonie prévue le 19 mars à 16 heures.

L’Ambassadeur du Sénégal en France, le Consul à Lyon font partie des invités de l’Ecole de Commerce de cette illustre ville à la tête de laquelle se trouve l’intellectuel de grand renom, Monsieur Hervé Diaz.

Monsieur Ahmed Khalifa Niasse, cette fois-ci le Professeur, y introduira le sujet : Le Sénégal : mille ans de mondialisation.



France: Le message émouvant de Khalifa Sall à ses partisans

Le conseiller politique et porte-parole du maire de Dakar Moussa Taye était samedi à Paris pour participer au grand rassemblement des partisans de Khalifa devant le parvis de l’hôtel de Ville. Cette manifestation qui s’est déroulée en présence de tous les représentants des partis de l’opposition dans la capitale française et des militants venus des provinces s’inscrit dans le cadre de la lutte pour la libération du maire de Dakar. Après le communiqué très remarqué de CGLU, la rencontre de samedi dernier fait monter d’un cran la pression avant le 30 mars, jour du délibéré.




Lors de la rencontre, Moussa Taye a livré le message du maire envers ses partisans de la diaspora dont voici l’intégralité :
« A nos amis, parents, camarades et sympathisants de la diaspora en général et de France en particulier, je voudrai dire un grand MERCI. J’ai pu mesurer pendant ces douze mois tout l’engagement et toute la détermination dont vous avez fait montre pour la défense des principes de justice, de liberté et de démocratie. Du fond de ma cellule, j’observe et j’entends toutes ces voix qui se battent nuit et jour, bravant tantôt le froid et la neige, tantôt la chaleur estivale pour un Sénégal meilleur. Parce que ce combat que nous portons tous est d’abord un combat pour le Sénégal. Il s’agit d’un combat citoyen qui interpelle tous les Sénégalais. Et c’est justement pour ce Sénégal que nous voulons construire avec toutes les énergies, toutes les compétences ; c’est donc pour cette ambition que nous portons pour notre pays que le régime en place, sans doute le moins inspiré de tous depuis l’indépendance et dont l’une des marques de fabrique est la restriction des libertés individuelles et collectives, m’a privé de liberté.
Mais je voudrai vous rassurer.
Quelle que soit l’issue du procès, nous continuerons ensemble avec vous, avec tous nos compatriotes, le combat pour un Sénégal de paix, de sécurité, et de prospérité. Il n’y a pas de limite à cet objectif. J’y consacre ma vie.
Je vous renouvelle mes sentiments de profonde gratitude et d’infinie reconnaissance.
Encore une fois MERCI. »



Le Parti socialiste en France apporte un soutien massif à Khalifa Sall

Parti Socialiste du Sénégal en France

En collaboration avec tous les sympathisants pro Khalifa SALL de la diaspora

 

Paris, le 02 mars 2018

En ce mois de mars 2018, la justice sénégalaise continue son acharnement sur le Député-Maire de Dakar Khalifa Ababacar SALL. Un an de séquestration d’un homme à la carrière exemplaire. 47 ans d’expérience politique. Un homme qui n’a jamais été épinglé dans un audit .

Khalifa SALL a été 2 fois ministre: Ministre délégué auprès du Premier Ministre chargé des Relations avec les Assemblées et Ministre du Commerce et de l’Artisanat Sénégalais. Khalifa SALL a été 5 fois député élu par le peuple Sénégalais en 1983, en 1988, en  1993, en 2001 et en 2017.

Khalifa SALL a été adjoint au Maire de la ville de Dakar pendant 17 ans de 1984 à 2001. Maire de Grand Yoff pendant 5 ans, Maire de la ville de Dakar depuis 9 ans. Président de Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLUA). Secrétaire Général de l’Association internationale des Maires francophones (AIMF).

Khalifa SALL a été membre actif du Dialogue inter-congolais et a représenté au niveau africain le Réseau parlementaire sur la Banque mondiale et l’Association des Parlementaires Européens pour l’Afrique. Il est consultant auprès de la Banque mondiale et du système des Nations unies. Activités de consultance liées aux questions électorales et au renforcement des capacités et prérogatives des Parlements. Khalifa SALL a participé à plusieurs missions d’observation de l’Union Africaine sur les élections en Afrique dont la plus récente en Mauritanie lors de la Présidentielle d’août 2009.




C’est ce digne fils du Sénégal qui est aujourd’hui traîné dans la boue à cause de ses ambitions. En prison depuis mars 2017 pour «détournement de deniers publics, escroquerie portant sur des derniers publics, complicité de faux en écriture de commerce, faux et usage de faux en écriture publique et blanchiment».  Un acharnement sans précedent mené par un régime dont le Président met sa menace de réduire l’opposition à sa plus simple expression en exécution. D’autres hommes politiques avant Khalifa SALL sont passés par la case prison pour lui avoir tenu tête. La démocratie Sénégalaise est en régression. Le pouvoir judiciaire est devenu une arme de destruction d’hommes politiques . Depuis l’arrivée de Macky SALL à la tête de l’Etat, une cinquantaine d’hommes politiques ont été emprisonnés.

Mais ce que Macky Sall a oublié dans sa tentative de règlement de comptes politique et  d’instrumentalisation de la justice c’est que la personnalité de Khalifa SALL dépasse aujourd’hui les frontières du Sénégal. Des Maires et hommes politiques de plusieurs pays lui ont témoigné un soutien sans faille depuis le début de son combat contre un Etat déterminé à l’éliminer. La mairie de la ville de Paris n’est nullement en reste.

Khalifa SALL fut élu président de Cities alliance en 2016.  Selon lui les « cités doivent devenir maîtres de leurs destins » et il invite les populations à prendre leur destin en main. Pour traduire son invitation en actes, les Sénégalais de France et de la diaspora lui manifesteront leur soutien sans faille en organisant un rassemblement le samedi 10 mars 2018 à 14h00 au Parvis de l’Hôtel de ville de Paris. Pour non seulement demander à la justice sénégalaise de juger cette affaire en toute impartialité, mais aussi dénoncer la liquidation programmée du Député Maire Khalifa Ababacar SALL. Intenter un procès politique à un adversaire n’est pas digne d’un Président qui a bénéficié et hérité de la démocratie sénégalaise.




La Cellule Communication

Réforme de l’islam en France: Monsieur Macron, les priorités sont ailleurs

Le dossier islam est ouvert par le gouvernement français.  » Nous travaillons à la structuration de l’islam de France et aussi à la manière de l’expliquer, ce qui est aussi extrêmement important  » a déclaré le président de la république Emmanuel Macron, dans une interview publiée ce dimanche 11 février par le journal JDD. Une ouverture de la boîte à pandores et une perte de temps manifeste, car la France connait ses priorités, que sont les inégalités et segregations engendrées par l’islamophobie et le racisme, et elle doit y remédier pour trouver la quiétude.

D’abord, pour comprendre ce que peut ressentir une partie des populations de « deuxième ou troisième génération » en France, souvenons-nous que peu de sociétés ont été aussi longtemps façonnées par un État, dans la mesure où les lois de la République avaient aboli les corps intermédiaires associés à la monarchie. L’État s’est construit en opposition à eux, il a cherché à les contrôler. Il n’a accordé aucune légitimité ni aucun droit aux associations exhibant leur identité ethnique, raciale ou religieuse.

Ensuite, La centralité, la continuité et l’identité unitaire de l’État-nation n’ont pas été remises en question et le communautarisme a été diabolisé. La Constitution française interdit la reconnaissance de minorités au sein d’une société une et indivisible, et l’absence de statistiques sur les « deuxièmes générations » (hormis l’étude dirigée par Michèle Tribalat et publiée en 1995) renforce l’identité fictive de la France et de son idéologie organique dominante. Le terme même d’intégration cache des idées assimilationnistes et l’idée d’accorder aux musulmans français des jours chômés pour célébrer leurs fêtes religieuses n’est pas encore acceptée par les institutions, toujours en retard sur les évolutions. La France refuse de signer conventions ou traités mentionnant le terme minorité.

L’approche universaliste préconisée par un traitement égalitaire des individus a révélé ses carences. Le développement de l’intolérance relative à l’altérité, la présence active du Front National, l’exclusion et le développement du communautarisme dans les quartiers relégués en apportent la preuve au quotidien.

Ceux qui veulent remodeler ou réorganiser la marche de l’islam en France, resteront longtemps, à jouer avec leurs temps. Le jour que l’hexagone arrivera à garantir à tous ses citoyens, l’égalité de chance, sans exception, de race et de provenance. En ce moment le problème de l’islam ne se posera pas. En ce moment, touts les maux disparaîtront sans exception, le terrorisme avec toutes ses couleurs, et la violence dans les cités n’auront pas leurs raisons d’être. Le monde s’occupera du développement, rien d’autre.

Cheikh Ibrahima Diallo

Visite de Macron: Des retombées financières à la France, et des dettes encore pour le Sénégal (Babacar Touré)

Beaucoup de médias n’en parlent pas. D’autres ont préféré verser dans la manipulation, emportés par l’euphorie, l’information est passée sous silence, mais il est bien de préciser que la récente visite de M. Macron au Sénégal, sous le couvert d’un engagement pour l’Education, s’est soldée par la confirmation et la signature d’au moins deux contrats juteux pour les entreprises françaises.

L’un concerne l’achat, par le Sénégal, pour 112 milliards de francs, de deux Airbus 330-900 Neo. L’accord a été signé par le français Philippe Bohn, ancien d’Airbus et CEO d’Air Sénégal et Fouad Attar, Directeur Avions Commerciaux Airbus Afrique et Moyen Orient en présence d’Emmanuel Macron et de Macky Sall.

L’autre contrat concrétisé par la venue de M. Macron est celui relatif à l’entretien du TER pour plus de 100 milliards de francs. L’accord a été signé entre Abdoulaye Daouda Diallo, ministre des transports et infrastructures et Stéphane Volant secrétaire général de la société nationale des chemins de fer français ( SNCF) en présence du secrétaire d’état français auprès du ministre de l’économie et des finances, Mme Delphine Geny Stephan et du DG de l’APIX Mountaga Sy.

Il est également bon de préciser que les fameux 2,3 milliards de dollars à collecter au titre du Partenariat Mondial pour l’Education est un fond international qui n’appartient pas au Sénégal. Certains pensent en effet que cette somme, qui équivaut à 1 200 milliards de francs, serait entièrement dévolue au Sénégal. Erreur ! Le fonds concerne 65 pays en développement. On ignore même encore la part qui reviendra à notre pays.

Au final, contraireemnt à ce quon veut nous faire croire, à la place des quelques milliards promis par Macron à Saint Louis. Une chose est donc sûre : lors de sa visite, c’est le Sénégal qui a sorti une fois de plus son carnet de chèques. Rien de nouveau sous le soleil donc. La France est venue signer des contrats et il est bon de le savoir.

Accord signé sur l’exploitation et la maintenance du TER: SNCF-RATP rafle la mise

YERIMPOST.COM Une multitude d’accords de partenariat a été signée ce vendredi 2 février entre le Sénégal et la France. Parmi eux, un avenant pour assurer l’exploitation et la maintenance du Train express régional (TER). C’est Société nationale des chemins de fer- Régie autonome des transports parisiens (SNCF-RATP) qui a été choisie. Rien de surprenant jusque là, puisqu’il s’agit, en fait, d’un second avenant dans ce contrat dont le premier a été signé en avril 2017. C’est le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Développement, Abdoulaye Daouda Diallo, et le patron de la société française, Stéphane Volant, qui ont procédé à la signature de cet accord. Dans son allocution, Stéphane Volant a assuré que 700 emplois seront créés exclusivement composés de cheminots sénégalais allant de cette année 2018 jusqu’à l’exploitation prévue officiellement le 14 janvier 2019.

Accords signés avec la France: Thierno Bocoum tance le président de la République

YERIMPOST.COM De Touba, où il séjourne depuis ce vendredi 2 février, le leader de l’Alliance générationnelle pour l’intérêt de la République (AGIR) s’est prononcé sur la venue du président français. Thierno Bocoum, qui répondait aux questions des journalistes, s’est intéressé aux accords signés entre le président du Sénégal et son homologue français. Et c’est pour exiger même la publication du contenu de ces accords. L’ex-lieutenant d’Idrissa Seck en appelle, au nom du droit à la transparence, à divulguer la contenance des accords.

Vidéo- Visite de Macron: Cérémonie de signature du Protocole d’Accord entre le Sénégal et la France

Contribution: France-Sénégal: Les bons points de l’Ambassadeur et les mauvais points de l’Histoire

L’actuel ambassadeur de France est un millésime, pour ne pas dire le meilleur ambassadeur « post colonial ».  Il se promène souvent sans ses attributs qui lui auraient permis d’écraser la plèbe. Y compris costume et cravate. Assidu aux manifestations sportives et surtout à la très populaire lutte sénégalaise où il prend souvent place sur les gradins sans garde du corps, outre mesure. Il fréquente les confréries jusqu’au Sénégal des profondeurs.

Ce qui vient d’être dit est du jamais vu.

Cette fois l’histoire de la France moche est à embellir. A savoir :

  • L’esclavage
  • La déforestation
  • L’écologie catastrophique
  • Le racisme
  • Le pillage des biens du pays
  • L’imposition des dirigeants, des systèmes politiques

Ainsi que l’instauration d’une économie, d’une monnaie, d’une langue, d’une culture toutes esclaves de la France !

Cette énième visite d’un Président Français, en l’occurrence M. Macron, aurait dû susciter l’espoir de le voir se rendre à Touba. L’occasion,  enfin, de présenter les excuses de la France pour l’exil forcé de Cheikh Ahmadou Bamba, symbole de la dignité de l’homme noir. Ainsi que pour d’autres cas similaires. Peu ou prou.

Ne pas financer le développement du pays en compensation de l’esclavage relèvera toujours du contentieux historique. Il en est de même pour une reforestation du sud au nord. Jusqu’à faire revenir l’éléphant dans ses foyers du Fouta.

Veiller à ce que la compagnie TOTAL, déjà considérée comme raciste, ne soit le nouveau prédateur de l’énergie fossile, espoir des générations futures.

Le Sénégal chasse gardée de la France doit, désormais, appartenir à l’Histoire.

Peut-être que ce voyage du Président Macron n’a été qu’une répétition, une sorte de visite du propriétaire.

Nous autres Sénégalais attendons un autre voyage pendant lequel disparaitra la non accessibilité des confréries quant à l’Exécutif politique. Car il y a bel et bien interdiction.

Par ailleurs, faire signer par des hommes liges des transactions aussi scandaleuses que celles du T.E.R est plus que  cynique. Là où nous avons payé cinquante kilomètres de train pour le prix de cinq cents. Il suffit de voir le rapport qualité prix pour ALSTHOM quand il s’agit de vendre à la France ou au Sénégal.

Revenez-nous, Monsieur Macron pour réconcilier l’histoire de votre pays avec celle du siècle naissant, à défaut de devenir,  pour l’histoire,  un simple macaron.

 

AHMED KHALIFA NIASSE

 

° Top