Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Financement

La DER/FJ: Quelle stratégie de financement ?

Lors du conseil des ministres du 13 septembre 2017, le Président de la République, Macky Sall, avait annoncé la création, au sein de la présidence, de la Délégation générale pour l’Entreprenariat rapide, DER/FJ.
Cette structure devant bénéficier d’une enveloppe de 30 milliards pour la première année a pour mission essentielle de financer, avec des modalités assouplies et des délais rapides, les projets de jeunes gens et jeunes filles de différents corps de métiers.



Ce 06 août 2018, le Président de la République a procédé à la remise symbolique aux femmes et aux jeunes, venant de tous les départements du pays, des premiers financements de la DER/FJ pour un montant global de 10 milliards, les 20 milliards restants seront, comme promis par le Chef de l’Etat, donnés d’ici la fin de l’année 2018.
Dans le principe, le projet en soi est noble parce qu’il doit œuvrer, dans le cadre d’une politique d’auto-emploi et d’insertion des jeunes et des femmes à travers l’entreprenariat, à réduire considérablement le chômage des jeunes et des femmes en s’appuyant sur une inclusion financière et sociale devant déboucher sur une autonomisation de ces derniers.
Aussi cette cible est-elle un atout précieux pour accélérer, selon le Président Macky Sall, la marche vers l’émergence.
 » En réalité, donner du pouvoir aux jeunes et aux femmes, c’est libérer leurs énergies et leurs talents, c’est préserver la dignité de chaque famille, c’est investir dans l’entreprenariat, c’est investir dans l’avenir. C’est ce qui a fondé ma décision de création de la Délégation générale à l’Entreprenariat rapide. » a-t-il rappelé.
Par ailleurs, il a voulu rassurer ceux qui pensaient que la DER/FJ est un budget de campagne pour 2019 en affirmant que ce n’est pas un outil au service d’un parti politique.
Toutefois les principes généraux de l’entreprenariat de même que l’allure éminemment politique donnée à cette manifestation nous laissent dubitatif.
Si on se réfère au caractère urgent d’un tel projet, on pourrait légitimement se poser un certain nombre de questions :
– La stratégie de financement a-t-elle été suffisamment mûrie pour prendre les meilleures cibles ?
– Ces cibles ont-elles bénéficié d’une formation ou d’un renforcement de leurs capacités techniques ou de gestion pour minimiser les risques d’échec ?
– Quelles dispositions sont prises pour assurer la pérennisation de ce projet ?
Sur le choix des cibles, il me semble qu’il y a choix plus pertinent si on fait référence à la cartographie de la demande de financement de projets au Sénégal.
Les spécificités de la DER/FP, projet devant faire face à l’urgence, devraient l’amener, dans le cadre d’une stratégie du faire-faire, à s’attacher les services de structures déjà existantes et ayant une bonne expérience dans la formation et le financement des jeunes et des femmes. Ces structures ont dans leur répertoire des associations de femmes ou de jeunes formés et aptes à recevoir des financements.
Ceci aurait pu faire éviter les longues queues devant les préfectures dont le fonctionnement a été perturbé par le dépôt de dossiers de jeunes aspirant à ces financements et toute cette phase de dépôts et de sélection de dossiers.
Ainsi la meilleure porte d’entrée dans un Sénégal où 54,6% de la population sont encore analphabètes est-elle, à notre humble avis, l’alphabétisation fonctionnelle.
En effet, il est impératif de doter les cibles de compétences de base lecture, écriture et calcul), renforcer leurs capacités techniques et de gestion pour qu’ils puissent bien gérer les ressources qui seront mises à leur disposition.
La première phase n’a pris cette dimension en compte.
Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire et la DER/FJ devrait à l’avenir, après avoir analysé les écueils liés à la mise en oeuvre de cette première phase, s’attacher l’expertise du sous-secteur de l’Éducation de Base des Jeunes et des Adultes qui dispose de les atouts qu’il faut pour l’aider à réussir ce challenge.
La solution au problème du chômage des jeunes est une question d’intérêt national et doit transcender toute considération politicienne.
L’élection du Président Macky Sall au premier tour de la présidentielle de 2019, souvent scandée par ses militants, durant cette cérémonie, ne doit nullement être une conditionnalité dans la mise en oeuvre d’un tel projet.
C’est peut-être la réussite du projet qui conditionne l’élection du Président Macky Sall à la présidentielle de 2019.



A bon entendeur…. !
Fait à Dakar le 08 août 2018

El Hadji Abdou WADE dit Mara

Délégation à l’emploi rapide et financement des femmes et des jeunes: les réserves de Meïssa Babou

YERIMPOST.COM Les assurances du chef de l’Etat sur la question de l’emploi n’a pas convaincu l’économiste Meïssa Babou. Dans son discours à la nation du 3 avril, le président de la République annonçait que la Délégation à l’emploi rapide entrait dans sa phase active. Meïssa Babou, interrogé par nos confrères du quotidien l’Observateur, a déclaré: « Le chef de l’Etat s’est beaucoup trop précipité sur ce qu’il appelle l’emploi rapide et le financement des femmes. En tant qu’économiste, nous sommes restés sur notre faim. Economiquement, l’emploi rapide n’a aucun sens. C’est vraiment un leurre à 7 mois de l’élection présidentielle qu’on veuille forcer le destin pour les 500 000 emplois promis. Ce n’est pas possible ! Où est ce qu’on va les mettre ? Il n’y a même pas de projets-phares afin qu’on sorte l’argent.» Le président Macky Sall a également manifesté sa priorité: les femmes. Mais l’économiste a son opinion sur le sujet: « On n’a pas besoin de prendre des mallettes pour aller les donner aux groupements de femmes. Il faut faire jouer à la micro-finance son rôle. Le Fongip et le Fonsis devraient assurer le rôle de garantie pour que tout acteur puisse accéder au financement. Donner de l’argent comme les bourses familiales, c’est une manière pour le président de garder son électorat. »




Hydrocarbures: Kosmos Energy enregistre son premier échec !

YERIMPOST.COM Le métier d’exploration est bourré de risques. Kosmos Eergy ne va pas le démentir. Cette société d’exploration et de production pétrolière et gazière vient d’enregistrer son premier échec. En effet, elle n’a pas trouvé d’hydrocarbures dans le dernier puits de la deuxième phase de son exploration des systèmes pétroliers. Jusque-là, les explorations de la société n’ont été que des réussites. C’est le cas au niveau du bloc Profond offshore de Saint Louis ainsi que sur les quatre premiers puits de sa deuxième phase d’exploration.

www.yerimpost.com

Une Conférence réussie, mais avec trop de couacs !!!

YERIMPOST.COM Organisée ce vendredi 2 février à Dakar, la Conférence internationale de reconstitution des fonds du Partenariat mondial pour l’éducation a tenu ses promesses. Si la réussite de cet événement n’est pas à discuter du point de vue de organisation, des faits ont toutefois entaché cette journée dont le président de la République se serait bien passé. La rédaction de Yerimpost retrace pour ses lecteurs la chronologie de ces événements qui sont intervenus tel du sable dans le couscous.

Sur invitation de Macky Sall, le chef de l’Etat français a visité le chantier du Train Express Régional (TER). Rien de particulier à noter sur cette étape. A l’inauguration du collège de Hann Bel-air, une toute autre ambiance. Le directeur de l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public (AGETIP) était chargé de faire les présentations du programme de construction et de réhabilitation de 17 collèges d’enseignement moyen. Elhadj Malick Gaye, en plein exposé, a été interrompu par le président Macky Sall himself qui n’a pas hésité à aller le chercher en le tirant par le bras pour le recadrer. Une situation qui a fait tordre de rire le président Macron qui s’est vite ressaisi. Mais… quelle humiliation !

On croyait en avoir fini avec les incidents, mais c’était sans compter avec le président français un peu trop curieux qui, au CEM de Hann Bel-air, a interrogé une élève sur l’effectif de la classe. Dans son inconscience de jeunesse, la jeune fille a tout naturellement répondu qu’ils sont 28 élèves dans la classe, mais seulement depuis trois jours. La mine serrée, le président Macky Sall a assisté impuissant à la scène. macron a insisté pour connaître l’effectif avant ces trois derniers jours. Son interlocutrice lui a fourni un chiffre qui multiplie par 3 celui que le Sénégal avait voulu faire voir. Ambiance…




Cap sur le Centre international de conférence Abdou Diouf. Le roi du Mbalax a offert une prestation remarquée et remarquable. Youssou Ndour a eu droit à une standing ovation de toute l’assistance. Mais, en quoi le chef de l’Etat avait-il besoin de lever la main du chanteur comme pour dire « tu es le meilleur » ? Merci M. le président, mais ce n’était ni le lieu ni le moment ! Le diplomatiquement correct était de rigueur.

Pendant ce temps, à quelques encablures de Diamniadio, à Dakar, des arrestations ont été effectuées sur des manifestants. Les forces de l’ordre ont interpellé 17 membres du Collectif contre la franc-maçonnerie et l’homosexualité. La Plateforme « France dégage » n’a pas non plus été épargnée. Guy Marius Sagna, Ndéye Nogaye Babel Sow entre autres ont été cueillis pour avoir défié l’arrêté préfectoral interdisant leur sit-in devant l’ambassade de France au Sénégal.

www.yerimpost.com

Youssou Ndour, merci !!!

YERIMPOST.COM Quand ta voix de miel a déchiré la salle des congrès du Centre international de conférences Abdou Diouf, et résonné aux quatre coins du monde par le miracle des ondes, tous ou presque ont eu la chair de poule. La beauté de cette voix et la force du texte chanté ont donné un retentissement particulier à la Conférence internationale sur le financement du Partenariat mondial pour l’éducation.

Le co-président de la rencontre, Emmanuel Macron, n’a pu contenir son émotion. Rihanna, la star mondiale de la musique, n’a pu cacher ton effet qui s’échappait de la lueur de ses yeux.




Les télévisions internationales, qui ont zoomé sur le Sénégal tout au long de la journée historique du 2 février 2018, ont passé en boucle ta prestation comme le clou de cet événement mondial.

Devant une dizaine de chefs d’Etat et les directeurs des plus importantes organisations internationales, devant cinquante-cinq délégations de pays de tous les continents et sous l’œil des caméras et appareils-photo du monde entier, tu as appelé à l’unité africaine, magnifié l’Afrique, honoré nos illustres héros Cheikh Anta Diop, Nkwame Nkrumah, Steve Biko, Nelson Mandela…




La standing ovation qui s’est ensuivie est le signe qu’à travers cette assistance pluri-continentale, tu as touché le monde entier au cœur.

Comme lors de l’ouverture du sommet de la Francophonie, le 29 novembre 2014, tu as répondu présent à cette nouvelle occasion où le Sénégal recevait la planète. Tu es l’un des charmes les plus étincelants, l’une des beautés les plus attrayantes, l’un des trésors les plus précieux de ce pays… Tu es le produit-phare qui brande la marque Sénégal.

Tu es sinon le plus grand, du moins le plus influent ambassadeur du Sénégal. Barack Obama t’avait longuement retenu la main. Emmanuel Macron t’a familièrement tapoté le dos. Tu es l’incarnation de ce que ce pays a de plus méritant. Tu es l’icône de l’ingéniosité de notre nation, le symbole du génie créateur de notre peuple.

En chanson, tu as montré la voie de la réussite par le travail à des générations de Sénégalais. Par ton audace, tu as brisé le plafond de verre qui cantonne les Africains pour t’imposer sur les plus grandes scènes du monde. Avec ton nom, tu as inscrit notre pays au palmarès des plus prestigieuses distinctions musicales de la planète. Et donné l’illustration que tout est possible à force de détermination. Tu es un exemple absolu.

Le Sénégal t’a tout donné mais te doit beaucoup. Nul ne peut te rétribuer à la hauteur de ce que, en termes d’éclat, tu as offert à notre pays ce 2 février. A défaut d’un autre mot doté d’une plus grande profondeur sémantique, le Sénégal te dit MERCI.

Cheikh Yérim Seck

Vidéo- Rihanna éblouit le Cicad par la beauté de son corps et de sa voix

YERIMPOST.COM Une assistance conquise…





Financement de l’éducation: L’objectif du sommet n’est pas atteint…

YERIMPOST.COM 2,3 milliards de dollars ! C’est la somme mobilisée à la 3e conférence internationale pour le financement du Partenariat mondial pour l’éducation (PME). Cette somme vise à financer l’éducation des enfants pour la période 2018 – 2020. Les 2 pays qui ont co-parrainé cette conférence internationale, à sa savoir le Sénégal et la France, ont contribué respectivement à hauteur de 2 millions de dollars et de 200 millions d’euros.
L’objectif n’a pas été atteint. Les dirigeants du Partenariat visaient 3,1 milliards de dollars.

Seulement, d’autres partenaires ont promis de réagir dans les prochains jours, selon Macky Sall.

 

 

Pourquoi Michelle Obama et Ban Ki-moon ne sont finalement pas venus ?

YERIMPOST.COM L’ex-First lady américaine, Michelle Obama, et le secrétaire général de l’Organisation des Nations-unies, Ban Ki-moon, avaient été pressentis parmi les participants au sommet de Dakar sur le financement de l’éducation. Tous deux avaient d’ailleurs confirmé leur arrivée dans la capitale sénégalaise ce 31 janvier. Finalement, ils seront les grands absents de la rencontre. Des impondérables de dernière minute ont dû les empêcher de faire le déplacement. Ban Ki-moon a décidé de se faire représenter par son envoyé spécial chargé de l’éducation. Michelle Obama s’est excusée.

De nombreuses grandes personnalités vont prendre part au sommet de Dakar

YERIMPOST.COM De nombreuses grandes personnalités vont prendre part au sommet de Dakar sur le financement de l’éducation. En dehors du président français Emmanuel Macron, sept de ses homologues africains vont être de la partie. Il s’agit des dirigeants du Tchad, de la Centrafrique, du Niger, du Mali, du Ghana, du Burkina Faso et du Togo. Le sommet verra également la présence des directeurs de l’Unicef, de l’Unesco, de l’Onusida, du HCR, du Fnuap, de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations-unies pour la jeunesse… Pas moins de 55 délégations vont venir de pays de tous les continents.

Du Financement de l’Union africaine: La proposition du think tank Africa WorldWide Group

Du Financement de l’Union africaine: La proposition du think tank Africa WorldWide Group

Le siège de l’Union africaine a été construit en 2012 grâce à un don de la République populaire de Chine (jusqu’aux mobiliers), pour un montant de 200 millions US $ (154 millions d’euros). Un deuxième chantier, la construction du complexe « Paix et Sécurité » est à l’actif de la République fédérale d’Allemagne qui a fait un don de 21 millions d’euros (soit 29 millions US $). Le budget de l’année 2014 de la Commission de l’Union africaine, d’un montant de 308 milliards (308.048.376) US $ dont 137.884.958 US $ au titre des dépenses de fonctionnement et 170.163.418 US $ au titre des programmes, a été financé à 97% par les partenaires, contre seulement 3 % de contribution par les pays membres.

En 2016, sur un budget global de 522 millions US $, les pays africains ne contribuent que pour 28% au financement de l’Union africaine, le reste, soit 72 %, est le fait de donateurs parmi lesquels l’Union européenne, les États-Unis, la Banque mondiale, la Chine et la Turquie, comme gros contributeurs.

Dans un contexte où l’organisation panafricaine œuvre à combattre le terrorisme d’inspiration djihadiste et salafiste sur le continent, l’Union africaine compte mobiliser 750 millions US $ au financement des opérations de maintien de la paix. Une autre situation préoccupante est le fait que la contribution des États au budget de l’Union africaine est essentiellement portée par 5 pays (Afrique du Sud, Libye, Algérie, Égypte et Nigéria) sur les 54 États que compte l’Union africaine. Comment corriger ce déséquilibre pour que les problèmes africains trouvent des solutions africaines avec l’argent des Africains ?

Modélisation financière

Levier : taxation – Taux : variable – Assiette : Démographie, PIB national, Factures (eau, électricité, téléphone), Billets d’avions, Nuit d’hôtel, Résultat net, Chiffres d’Affaires – Approche et méthodologie : Une taxation douce et diffuse

 

Source de la Taxation Taux Assiette Montant projeté
Contribution personnelle des 0,5 US $ par an Population africaine 577.650.692 US $
Africains à leur sécurité (1.155.301.384
collective. habitants).
Pays riches en pétrole et gaz 4% par an Sur le PIB national de
chaque pays.
Pays à revenu intermédiaire 3% par an Sur le PIB national de
ouvert chaque pays.
Pays à faible revenu 2% par an Sur le PIB national de
chaque pays.
États fragiles 1% par an Sur le PIB national de
chaque pays.
Cumul projeté sur le total des contributions publiques des États 308.048.376 US $
Niches fiscales : taxation sur les activités-opérations-transaction et secteurs économiques
Sources de la Taux/Niches Échantillonnage Montant
Taxation projeté
Billets 10 $ sur chaque billet Projection de 1.000 vols en partance et à 350
d’avion pour les vols en partance destination de l’Afrique, sur environ 80 000 millions US $
et en  destination  de vols commerciaux chaque jour dans le
l’Afrique monde. Si chaque avion prend en moyenne
100 voyageurs. On aura :
10 $ X 100 X 1.000 X 365
Nuitée dans 1 $ par nuit 750
les hôtels millions US $
Facture d’eau 1 $ une fois par an Projection sur 200 millions de factures sur 200  millions
1 milliard d’habitants en Afrique. US $
Facture 1 $ une fois par an Projection sur 200 millions de factures sur 200
d’électricité 1 milliard d’habitants en Afrique. millions US $
Facture 1 $ une fois par an Projection sur 200 millions de factures sur 200
téléphone 1 milliard d’habitants en Afrique. millions US $
Facture SMS 0,005 US $ Sur chaque SMS échangé sur le continent. 1,6
milliard US $
Les Fonds de 2% Les Chiffres d’Affaires de 5.000 milliards $ 10
pension en en Afrique. milliards US $
Afrique
Places 2% Sur le résultat net de chaque Bourse sur les 1
boursières 12 sur le continent. Sur une base de résultat milliard 200
net de 60 millions US $ millions US $
Opérateurs 1% Sur le résultat net de tous les opérateurs
de téléphonie mobiles en Afrique.
mobile

 

Source : ‘’Afrique, le modèle du monde : essai sur une géostratégie afro-centrée’’, PP : 129 ; 130

° Top