Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

fin

Grève des enseignants: fin de suspens sur les accords conclus

YERIMPOST.COM Le gouvernement a finalement cédé sur six (6) des revendications des enseignants. La création d’un guichet automatique afin d’éviter les lenteurs administratives dans la délivrance des actes d’avancement des enseignants. L’indemnité de logement passe de 60 à 100 000 mensuels: augmentation de 15 000 à compter du mois d’octobre prochain, 10 000 de plus en janvier et, un an plus tard, 15 000 francs. Le Premier ministre a également engagé le gouvernement à partager avec les enseignants les résultats de l’étude sur l’harmonisation du régime indemnitaire des fonctionnaires, et de mettre en place une dotation budgétaire supplémentaire pour effacer les rappels dus aux enseignants. Les professeurs d’éducation physique et les enseignants en langue arabe n’ont pas été laissés pour compte dans l’accord conclu, le gouvernement s’est porté garant de leur trouver une solution. Treize (13) tours d’horloge pour arriver à convaincre les enseignants de reprendre les chemins des classes et ainsi éviter une année blanche. Quoique tout n’est pas encore gagné.



Fin de la crise scolaire: Qui a convaincu les enseignants?

YERIMPOST.COM Les enseignants viennent de mettre fin à leur grève qui a duré cinq mois à l’issue d’une rencontre avec le président de la République, Macky Sall. Selon certaines sources, la Première dame aurait joué un rôle très important dans la résolution de cette crise.

’après Oumar Wally Zoumarou, un des leaders syndicaux qui a assisté à la rencontre, c’est Marième Faye Sall qui les a conviés à un déjeuner. C’est après le déjeuner que le président de la République les a rencontrés à Mermoz.



Fin de la grève dans l’enseignement: C’est le Sénégal qui gagne au final 

Encore une fois on est passé par tous nos états afin de voir une solution dans la crise qui a secoué l’enseignement moyen-secondaire.
Il fallait le faire des deux côtés et surtout laisser tomber les égos car au final on parle tous le même langage qui n’est nul d’autre que le Sénégal.
Accepter que le gouvernement a été aussi à la hauteur et n’a jamais fermé ses portes pour un dialogue et y tirer des leçons pour les prochaines années à venir.
On a entendu beaucoup de mauvaises langues dans ce conflit qui, pour la plupart étaient animées de mauvaise foi dans le seul but de mettre en mal les deux parties dans les négociations.
Accepter aussi que le G6, principal syndicat des enseignants a fait des concessions là où le front social est en pleine ébullition, donc l’heure est à la politesse et à la courtoisie.
Faut aussi comprendre que diriger un pays c’est prévoir et des fois on n’a pas les résultats escomptés et cela nous fait passer souvent pour le méchant alors que dans une démocratie qui peut le plus peut alors le moins.
On n’a jamais douté d’une issue favorable dans cette crise mais n’empêche qu’il faut y tirer des conclusions qui nous disent que seul le dialogue peut nous réunir et le contraire nous éloigner.
A quelques mois de la Présidentielle, c’est l’heure préférée pour certaines revendications d’être mises à jours mais de grâce à une seule condition, respecter les citoyens (élèves, patients etc.), et faites passer l’intérêt général à celui de crypto-personnel.
Non ceci n’est pas une pic mais juste un petit rappel pour vous dire que des deux côtés, des efforts énormes ont été consentis alors respectez vos paroles et engagements afin de faire de l’éducation un pilier du Plan Sénégal Emergent.
Arrêtons la politique et encore mieux la polémique, l’éducation est la base d’une société modèle, l’éducation est le socle de tout savoir et il faut préserver nos acquis avant de s’engouffrer dans les abysses et de regretter tout ce temps perdu.
Il faut pérenniser ce secteur aussi et continuer d’améliorer les conditions des enseignants mais aussi des élèves qu’on entend peu se plaindre alors qu’il y’a à dire sur certaines conditions de travail.
Alors ne soyons pas égoïste, ce sont nos enfants pour la plupart, nos neveux, nos nièces qui en pâtiront si les institutions de l’éducation sont biaisées.
On respectera toujours le droit à la grève mais de votre côté respectez aussi le droit à l’éducation et il n’y a que comme ça que vous trouverez plus de sympathie chez les populations.
L’heure est à l’unisson et j’espère qu’in consensus pourra être trouvé une bonne fois et nous éviter encore de nouvelles polémiques pour ne dire rebelote à l’année prochaine.

Adama Diaw (Diaw Fara)

Coordonnateur de la BAREM 2019
( BANLIEUE EN ACTION POUR LA REELECRION DE MACKY EN 2019.)

Mail. diawfara85@gmail.com

Abdoul Mbaye écrit sur les scandales de fin de règne du régime !

YERIMPOST.COM Ci-dessous son texte…

Dans un contexte ressemblant à une accélération de l’histoire, tout concourt à montrer que nous vivons au Sénégal une période de fin de règne. Ces scandales qui se succèdent en s’accélérant en sont la meilleure preuve :
• Deux (2) dignitaires d’un parti que l’on fait vivre au dessus de la patrie et de la loi se crêpent le chignon en présence d’un guide religieux. Ils montrent le manque de respect désormais accordé aux dignitaires religieux de notre pays qui devraient être des symboles de la foi.
• La sauvage répression d’une marche pacifique d’enseignants à Ziguinchor avec le recours à des milices (agents de l’ASP) équipées et demain armées.
• Nous savions notre justice transformée à 2 vitesses et donc devenue injustice.
• Nous apprenons maintenant qu’il en est de même pour la manière dont ils traitent les contrats pétroliers dont les clauses varient selon la partie avec laquelle ils signent.
• Le peuple sénégalais doit sanctionner en 2019 un chef (de notre peuple, de notre armée et de notre magistrature) dont le passe-temps favori consiste à se dédire et dont nous avons désormais honte. Il n’a alors aucune gêne à changer les règles du jeu qui lui ont permis de gagner les élections présidentielles en 2012. Pour ce faire il invente une exception constitutionnelle mondiale en réclamant les signatures de 1% du corps électoral par candidat souhaitant le devenir, et crée ainsi l’impossible à vérifier en même temps qu’il change la date du scrutin en l’avançant (vote avant la date officielle).




Mais le contexte scabreux qu’ils ont créé et continueront d’entretenir ne doit surtout pas nous empêcher de poursuivre la dénonciation du vol des ressources de notre pays qu’ils organisent de manière inlassable, en toute impunité et avec une violence inouïe alors que la pauvreté progresse au FC Sénégal.
Exigeons que l’un des chefs de ce qui ressemble maintenant à une organisation mafieuse, qu’il s’agisse de l’Exécutif ou du parti-état, daigne donner au peuple du Sénégal des éclaircissements sur ce qui pourrait être l’un des plus gros scandales de leur règne (après bien entendu celui de Timis Corp-Aliou Sall) et concernant un contrat de 400 milliards fcfa passé par la Société Africaine de Raffinage (SAR) en violation des règles de la société d’une part, des pertes masquées de 40 milliards d’autre part.
Sénégalaises et Sénégalais de tous bords, membres de l’APR, de l’AFP de M. Niasse, du PS de T. Dieng, ou recevant les ordres qui détruisent chaque jour un peu plus notre cher pays, jusqu’à quand allez-vous être acteurs, complices ou spectateurs de la chute du Sénégal?
Sénégalais debout pour sauver ce qui reste du Sénégal et son futur!

 

Abdoul Mbaye – Alliance pour la Citoyenneté et le Travail
Dakar le 15 avril 2018

Pourquoi les coaccusés de Cheikh Béthio Thioune ont-ils mis fin à leur grève de la faim ?

YERIMPOST.COM C’est tout ce qui représente la magistrature à la Cité du rail qui s’est rendu au chevet des thiantacounes grévistes de la faim. Cheikh Tidiane Diallo, procureur général, Thierno Demba Sow, procureur de la République de Thiès, Ngagne Ndoye, avocat général, et le 1er président de la Cour d’Appel de Thiès, Henry Grégoire Diop, ont fait le déplacement.

Après avoir écouté le cri de détresse de Cheikh Faye et de ses coaccusés, cette crème de la magistrature s’est engagée à tout mettre en œuvre pour que ces disciples de Cheikh Bethio Thioune soient jugés. Aussitôt ces engagements pris, les grévistes ont suspendu leur diète jusqu’à lundi. Visiblement content et touché par les récits des détenus, le procureur général, Cheikh Tidiane Diallo, leur a offert 30 000 francs afin qu’ils rompent le jeûne.

Fin de son partenariat avec Hyundai: Matforce sur la voie de la faillite

YERIMPOST.COM Matforce aura-t-il un plan de sauvetage ? On serait tenté de répondre par la négative. Yerimpost apprend de source bien informée que la société, jadis fleuron dans le secteur de l’automobile, et représentant la marque Hyundaï, spécialisée dans la haute technologie et de l’automobile, est dans d’énormes difficultés financières. Une révélation qui est corroborée par les arrières de salaires que la société doit à ses employés. Certains d’entre eux ont même déjà trouvé refuge dans d’autres entreprises de la place qui évoluent dans le même secteur.

À l’origine des difficultés de Matforce, sa séparation avec Hyundaï. Ne se retrouvant plus dans le partenariat, la multinationale sud-coréenne a décidé de rompre le contrat qui les liait. La raison ? Matforce s’est retrouvée dans l’incapacité de dédouaner les voitures que Hyundaï mettait à sa disposition pour commercialisation. D’ailleurs, un stock d’une centaine de véhicules de marque IX-35 est immobilisé à l’entrepôt depuis septembre 2017. Une situation qui a fini par courroucer la multinationale qui a  tout bonnement claqué la porte et trouvé refuge chez Caetano.

Selon toujours la source de Yerimpost, une dette que Matforce avait contractée au niveau de deux banques de la place pour le financement de son siège, érigé sur la VDN, est venue s’ajouter aux ennuis, tel un cheveu dans la soupe déjà amère. Ne pouvant honorer ses engagements au niveau de ces deux institutions financières, Matforce va droit vers la faillite.




Enseignants, Sifflez La Fin de la Récréation, Le Président Vous a Satisfaits…

YERIMPOST.COM Un des problèmes de notre pays est que nous sommes de beaux parleurs. Nous parlons souvent pour ne rien dire, juste pour nous entendre parler. Il existe peu de pays où on aime autant se regarder le nombril et s’entendre parler.

Aujourd’hui, les acteurs politiques s’écoutent parler, ou plutôt parlent pour s’étendre et pour ricaner de l’absurdité des propos des autres qui ne sont pas du même bord qu’eux et, à travers internet, ils s’envoient des invectives. On dirait que parler rassure et aide à convaincre les beaux parleurs (politique ou social) qu’ils sont dans le coup. C’est amusant de voir ces rigolos de tous bords parler pour ne rien dire, ou pire, parler pour détruire un projet, une idée…

Ce qui est dérangeant finalement, c’est qu’avec ces beaux parleurs, il n’existe rien de nouveau. Aucun parti, aucun mouvement social ne propose quoi que ce soit. Aucune proposition, tout le monde parle, personne ne s’écoute et tout le monde réclame des concertations sur tout.




Les hommes politiques ne sont préoccupés que par la politique et la présidentielle (sa règle du jeu prête à être modifiée), et donnent l’impression que les choses importantes ne suscitent pas leurs prises de parole et la convocation de la presse pour entendre leurs discours et faire montre de leurs postures.

Or, sans doute jamais autant qu’aujourd’hui, les accords notamment entre pouvoir et enseignants n’auront été aussi porteurs de solutions aptes à sortir les enfants et élèves des ornières syndicales dans lesquelles les poussent des enseignants qui font fi de leur avenir et continuent à aller en grève au mépris de la réussite de leurs élèves, tout en continuant, eux, à percevoir leurs salaires. Ce qui, aux yeux de bien des parents d’élèves et de citoyens, est proche de l’enrichissement sans cause, puisque n’apportant rien de plus aux connaissances requises des enfants qu’on leur a confiés. Ils sont plus souples lorsqu’ils vont accepter des conditions salariales souvent inadmissibles dans le privé, mais qui mettent du beurre dans leurs épinards, au détriment des heures de travail qu’ils n’assurent pas dans le public et que les contribuables que sont les parents de leurs élèves rétribuent. Le président a satisfait leurs revendications. Il faut qu’ils sifflent la fin de la récréation.

Jean Pierre Corréa

La fin de l’indépendance, c’est pour quand ?

YERIMPOST.COM Des vieux nostalgiques de l’époque coloniale, face aux manquements de nos propres et nouveaux responsables politiques, avaient tendance à se plaindre et à se prendre la tête entre les mains en soupirant: «Mais indépendance-là, ça finit quand ?». Face à nos drames et en totale irresponsabilité, nous avons courageusement tendance à toujours et encore incriminer les esclavagistes qui nous ont tués et déportés, les colons qui nous ont exploités, et les néo-colonialistes qui ont maintenu ce système prédateur de nos économies exsangues. C’est véritablement facile et cela commence à suffire. Les responsables sont les nôtres, qui bradent et méprisent nos compétences locales, notamment en matière énergétique et solaire, et qui ont le mérite d’exister. Ou alors pourquoi a-t-on créé l’ASER ? Pour faire juste sonore ?

50.000 lampadaires seront livrés au Sénégal à hauteur d’1 million 141 mille 365 francs CFA par pièce ! C’est aussi la France qui gagne le marché d’installation de ces lampadaires à travers l’entreprise Eiffage. Pourquoi se gêner ? C’est le plus gros marché d’éclairage public solaire dans le monde. Non seulement l’énormité vertigineuse du prix injecté pour une seule pièce relève de la stupidité, mais également les intérêts à rembourser sont astronomiques.

Macky Sall a toutefois encore choisi d’enrichir la France, après lui avoir offert 568 milliards de francs CFA pour 57 km de train TER, pour sauver l’usine française d’Alsthom qui était en voie de fermeture. Macky Sall, c’est le meilleur VRP de la France, lui qui vient sauver une entreprise du Lot et Garonne en lui offrant un marché de 57 milliards alors que la SENELEC est à la recherche de 30 milliards sur les marchés financiers.

La SENELEC qui est en train de réaliser des performances énormes ne devait-elle pas être renforcée et accompagnée en l’aidant à se diversifier et à tendre vers l’énergie solaire ? Un gouvernement patriote n’aurait-il pas préféré donner ce marché à la Senelec et l’aider à acquérir la technologie du solaire pour le futur ?

L’aide française serait-elle conditionnée par ce chantage qui ne dit pas son nom et qui nous obligerait à la reverser à des entreprises ou groupes français ? Vous avez dit « Bizarre » ? Comme c’est bizarre…

On ne pourra pas faire croire à la future génération que nos renoncements à être plus performants et créatifs sont dus à des affreux esclavagistes et à des colons blancs et veules. Ils auront été le fait de légers responsables qui pourront en échange continuer à faire ripaille dans les allées du pouvoir et à se prémunir, qui sait, de toute curiosité judiciaire des autorités françaises quant aux magots qu’ils auront pu planquer sous les ors feutrés des banques occidentales.

Mais il est plus glorieux d’abattre la statue de Faidherbe… ça ne mange pas de pain au mil…

Jean Pierre Corréa

 

Clap de fin du procès de première instance de Khalifa Sall

YERIMPOST.COM Sauf imprévu, le procès de première instance dit de la caisse d’avance de la mairie de Dakar va prendre fin ce vendredi 23 février 2018. En ce dernier jour à la barre, le juge Lamotte va entendre les répliques du parquet, de la partie civile et de la défense. Après quoi il va mettre l’affaire en délibéré pour rendre sa décision à une date qu’il va indiquer.

23 janvier-23 février: Malick Lamotte a réussi à plier en un mois un procès-fleuve impliquant une quarantaine d’avocats qui, ailleurs, aurait bien pu s’étaler sur six mois.

A l’origine de cette célérité, le souci du pouvoir de voir la condamnation de Khalifa Sall devenir définitive avec l’épuisement de tous les recours avant le premier tour de l’élection présidentielle prévu pour le 24 février 2019. Tant que le maire de Dakar n’épuisera pas les différents recours que lui accorde la loi, sa condamnation n’acquerra pas l’autorité de la chose jugée et ne l’empêchera donc pas de présenter sa candidature à la présidentielle. 

Nul doute que le pouvoir instruira les juges de diligenter cette procédure pour arriver, après la décision de première instance, à évacuer avec la même rapidité l’appel et le pourvoi en cassation que le maire de Dakar ne se privera pas d’interjeter.   

(Urgent): Le procès de Khalifa Sall suspendu…

YERIMPOST.COM L’audience du procès de Khalifa Sall et cie n’a duré qu’une demie-journée, ce mardi 13 février. C’est le juge Malick Lamotte qui en a décidé ainsi. Après avoir fini avec les débats d’audience, les avocats vont entrer dans le vif du procès. C’est-à-dire les plaidoiries. Pour cela, le juge Lamotte leur accorde 24 heures pour bien se préparer.

Ce communiqué conjoint qui met fin au différend

A l’invitation de Son Frère et Ami, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République Islamique de Mauritanie, Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal, a effectué, les 08  et 09 février 2018, une visite de Travail et d’Amitié en Mauritanie, à la tête d’une importante délégation comprenant notamment le Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, le Ministre du Pétrole et des Energies, le Ministre de l’Elevage et des Productions Animales, le Ministre de la Pêche et de l’Economie Maritime, le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, et d’autres Hauts Fonctionnaires du Gouvernement Sénégalais.
Cette visite qui s’inscrit dans la continuité des relations fraternelles et de coopération multiforme entre les deux pays, traduit la volonté de concertation et de dialogue permanents entre les deux Présidents et vise à raffermir et renforcer les liens historiques entre les peuples mauritanien et sénégalais.
Au cours de cette visite, les deux Présidents ont eu des entretiens en tête-à-tête ; entretiens qui ont porté sur le renforcement des relations bilatérales ainsi que sur les questions sous-régionales, continentales et internationales d’intérêt commun.
Ces entretiens, élargis par la suite, aux deux délégations ont été marqués par une parfaite identité de vue sur les sujets abordés.
Les Présidents SEM Mohamed Ould Abdel Aziz et SEM Macky SALL se sont félicités de l’excellence des relations de fraternité, d’amitié et de bon voisinage existant entre les peuples mauritanien et sénégalais et ont réaffirmé leur volonté de tout mettre en œuvre pour les développer et les renforcer davantage en vue d’assurer un développement harmonieux des deux pays.
Les deux Présidents ont passé en revue les divers domaines de coopération et se sont félicités des réalisations accomplies. Ils ont particulièrement insisté sur la coopération dans les domaines de l’énergie, de la pêche et de la sécurité.
Les deux Présidents, convaincus de l’importance du rôle de l’énergie  dans le développement économique durable, ont exprimé leur volonté commune d’intensifier la coopération dans ce secteur. Et, comme concrétisation effective de cette volonté politique les deux Etats ont signé l’Accord de Coopération Intergouvernemental « ACI » portant sur l’exploitation du champ gazier Grand Tortue Ahmeyin (GTA) se trouvant au niveau des frontières maritimes entre les deux pays.
Les deux Présidents ont abordé la question liée aux conditions d’exploitation des ressources halieutiques et ont donné des instructions aux Ministres en charge de la Pêche et de l’Economie Maritime à l’effet, de prendre toutes les mesures nécessaires au renforcement de la coopération dans ce domaine, en vue de la signature d’un Protocole d’Accord entre les deux pays d’ici fin mars 2018.
Les deux Président ont exprimé leurs vifs regrets suite à la l’incident ayant entrainé mort accidentelle d’un pêcheur sénégalais sur les côtes mauritaniennes. Ils ont également regretté les saccages contre des commerces de mauritaniens à Saint Louis.
Ils ont appelé au respect des lois et règlements régissant l’accès aux ressources halieutiques, gage d’une exploitation rationnelle et d’une préservation durable dans l’intérêt suprême des deux pays.
Les deux Présidents ont donné des instructions aux Ministres en charge de l’Intérieur des deux pays de se réunir avant la fin du mois de mars 2018, à Dakar, pour finaliser et signer l’Accord sur les conditions d’entrée et de séjour des ressortissants des deux pays.
Ils ont en outre, demandé à leurs Ministres en charge de l’élevage de réunir courant mars-avril 2018 au Sénégal, le Comité paritaire pour le suivi de la mise en oeuvre du Protocole réglementant la transhumance entre les deux pays.
Les deux Présidents ont également donné des instructions à leur gouvernement respectif pour la mise place d’un groupe d’impulsion chargé du suivi de la mise en oeuvre des accords signés entre les deux pays.
Abordant la question de la sécurité, ils se sont félicités des résultats obtenus dans le cadre de la coopération entre les deux pays et sont convenus de soutenir une approche solidaire afin de prévenir et de lutter plus efficacement contre la criminalité transfrontalière organisée sous toutes ses formes, en particulier le terrorisme, le trafic illicite d’armes, de drogue, d’êtres humains et le blanchiment d’argent. A cet effet, ils ont donné leurs hautes directives pour la tenue régulière des rencontres entre les structures concernées et l’organisation de patrouilles mixtes à terre comme en mer.
Les deux Présidents ont réaffirmé leur attachement à l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS), modèle exemplaire et cadre d’une solide coopération sous régionale, fondée sur l’exploitation des ressources communes, l’équité et la solidarité entre les Etats riverains du bassin du Fleuve Sénégal.
Ils ont également insisté sur le rôle important joué par le CILSS et l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte dans la lutte contre la désertification dans le Sahel.
Au sujet de la Palestine, les deux Dirigeants tout en regrettant, la décision de l’Administration Américaine relative à la ville sainte d’El-Qods, appellent   au respect de la légalité internationale. Ils réaffirment leur soutien résolu à une solution pacifique, juste et durable fondée sur les principes du droit international énoncés dans toutes les résolutions pertinentes des Nations Unies pour la création d’un Etat palestinien indépendant avec comme capitale Al-Quds Al Sharif.
Abordant les questions multilatérales, les deux Présidents ont en particulier réitéré la nécessité d’une réforme globale du système des Nations Unies, y compris le Conseil de Sécurité, de façon à assurer la représentation équitable des Etats membres et refléter la réalité géopolitique actuelle. Ils ont, à cet égard, réaffirmé leur attachement à la position africaine commune exprimée dans le consensus d’Ezulwini.
Son Excellence le Président Macky SALL a adressé ses chaleureuses félicitations à Son frère et Ami Son Excellence le Président Mouhamed Oui ABDEL AZIZ pour l’accueil, par le Mauritanie, du 31eme Sommet de l’UNion Africaine.
Au terme de sa visite de Travail et d’Amitié en République Islamique de Mauritanie, Son Excellence Monsieur le Président Macky SALL, a exprimé ses vifs remerciements et sa profonde gratitude à son frère Son Excellence Monsieur le Président Mohamed Ould ABDEL AZIZ, au Gouvernement et au Peuple mauritaniens pour l’accueil chaleureux et fraternel et l’hospitalité généreuse qui lui ont été réservés, ainsi qu’à sa délégation.
Son Excellence Monsieur le Président Macky SALL a adressé une invitation à son frère et ami Son Excellence Monsieur le Président Mohamed OULD ABDELAZIZ, pour effectuer une visite en République du Sénégal. Cette invitation a été acceptée avec un grand plaisir et sa date sera fixée par voie diplomatique.Fait à Nouakchott, le 09 février 2018 en deux versions, en Arabe et en Français, les deux textes faisant également foi.Pour le Gouvernement de la                                      Pour le Gouvernement de la                                                                                                                                                                         République Islamique de Mauritanie                          République du SénégalS. E. Mme Khadijetou MBARECK FALL                                    S. E. M Sidiki KABA                                Ministre Déléguée auprès du Ministre des                Ministre des Affaires Etrangères          Affaires Etrangères et de la Coopération,                et des Sénégalais de l’Extérieur       Chargée des Affaires Maghrébines, Africaines                                                                                   et des Mauritaniens de l’Etranger

Idrissa Seck s’attaque à la visite de Macron

YERIMPOST.COM Sans langue de bois ! C’est par cette formule que l’on peut qualifier la sortie d’Idrissa Seck à propos de la visite d’Emmanuel Macron. En tournée dans le Sénégal oriental, le patron du Rewmi n’a pas porté de gants pour évoquer la visite du président français au Sénégal. Selon lui, la coopération entre l’Occident et l’Afrique repose sur des « rapports de domination et de pillage auxquels il faut mettre un terme ».

www.yerimpost.com

° Top