Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Exclusif

Exclusif! Serigne Cheikh Bara Maty Léye est décédé à Touba

YERIMPOST.COM Il fut l’homme de confiance de son père, le défunt khalife des mourides, Serigne Sidy Moukhtar Mbacké. Serigne Cheikh Bara Maty Léye est décédé aujourd’hui à Touba. Yerimpost présente ses condoléances à toute la famille de Serigne Touba. Nous y reviendrons…



Exclusif! Un vol bizarre dans les bureaux de Barthélémy Dias !!!

YERIMPOST.COM Le week-end du 9 au 10 juin, un voleur s’est introduit dans le bureau de la comptable de la commune de Mermoz Sacré-Coeur pour emporter son ordinateur dans lequel sont stockées toutes les informations confidentielles de la mairie. Ce vol a été commis sans effraction, a appris Yerimpost, alors que les matériels de valeur dans ce bureau et dans d’autres bureaux voisins sont restés à leur place. La soustraction de cet ordinateur est d’autant plus grave qu’elle est préjudiciable au fonctionnement normal de la mairie.

Le 12 juin, une plainte contre X signée du maire Barthélémy Dias, et dont Yerimpost publie ci-dessous une copie, a été déposée au commissariat de police de Dieuppeul.





Vidéo- Exclusif: Aliou Sall charge Malick Gakou et fait des révélations





BABACAR DIOUF, LUXEW.INFO

Exclusif! Barthélémy Dias lance une violente offensive internationale contre Macky Sall

YERIMPOST.COM Ce mémorandum en français et en anglais ci-dessous reproduit, envoyé à toutes les institutions internationales, est un texte au vitriol contre Macky Sall et sa gouvernance. Il est un élément de l’offensive internationale de Barthélémy Dias depuis sa cellule de la prison de Rebeuss…

Destinataires du Mémorandum

Think Thanks, Civil society and private sector:
• Council of Foreign Relations,
• Brookings Institution,
• Center for Strategic and International Studies,
• International Republican Institute (IRI),
• National Democratic Instititute (NDI),
• Africa Center for Strategic Studies (ACSS),
• School of Foreign Service (SFS) at Georgetown University,
• SAIS at Johns Hopkins University,
• US Chamber of Commerce,
• Several very influent universities on international affairs, including Howard, Princeton, Columbia, Harvard, Yale, AU, and GWU.




US government, including:
• Congress (House and Senate): Africa Subcommittee and the Senate Foreign Relations Committee and Congressional Black Caucus
• State Department,
• White House.

US Media, including:
• CNN,
• The major networks (ABC, CBA and NBC),
• MSNBC,
• PBS,
• NPR,
• Washington Post,
• New York Times,
• Washington Times,
• Time,
• The Atlantic,
• LA Times
• US News Report
• USA Today
• VOA
• International Herald Tribune
• Wall Street Journal




 

 

 

 





Memorandum

 

To the attention of…………………………………………………………………………………………..

Washington D.C., United States of America

 

___________________________________________________________________

 

The President of the Republic of Sénégal (West Africa), Mr. Macky Sall, is obsessed with possible re-election in February / March 2019. For the last few months, he has worked tirelessly to discard future competition, and various political personalities who are not, or are no longer by his side, are being imprisoned under false pretexts. To do so, he relies on the Senegalese judicial system which is, in fact, at his service.

After sentencing and imprisoning Mr. Khalifa Ababacar Sall, Mayor of the City of Dakar, capital of Sénégal, he has recidivated with Mr. Barthélemy Dias, former Parliamentarian, Mayor of the Municipality of Mermoz-Sacré-Cœur in Dakar and also Mr. Sall’s main political supporter.

However, the Senegalese judicial system is being discredited and the whole country is unanimously aware of it, including the magistrates themselves.

Our arguments are illustrated below:

On October 5, 2015, Maître Mame Adama Guèye, former President of the Bar Association declared: « … there is growing judicial uncertainty … The situation of the judicial system has increasingly been getting worse… the independence of the judiciary branch has been instrumentalized by certain magistrates who put it at the service of illegitimate interests …  »

On March 9, 2018, the Honorable Deputy Moustapha Cissé Lô, National Assembly Vice-President, and ECOWAS Assembly President publicly said: « There is no justice in Sénégal … magistrates do not judge equitably … they are corrupt, and are not truthful »

On March 29, 2018, Mr. Souleymane Téliko, president of the Union of Magistrates of Sénégal (UMS), continued to denounce the Senegalese judicial system’s subjugation, instrumentalized by the Executive Branch to which it has submitted, by exclaiming:  » Nobody can dispute today the lack of independence in our judicial system. Everyone knows that when the executive controls the careers of judges, there is a stranglehold on how justice should function!  »

On March 26, 2018, Court of Appeals judge Mr. Ibrahima Hamidou Dème, resigned from the Magistracy to protest against the culture of submission of the judicial system to the Executive. He said, « I am resigning from a judicial system that has resigned … who has lost its credibility and authority … who no longer plays its role of individual freedoms guardian… »

In April 2018, Professor Mamadou Sy Tounkara reminded us that « All these official voices … point in the direction of the sinking of our judicial system … »

These few quotes are not exhaustive but confirm the control of the Executive branch over our judiciary system. Furthermore, none of the aforementioned personalities were questioned by the police, arrested or put on trial for their remarks.

On March 30, 2018, after a revolting verdict in the aforementioned Mayor of Dakar case, Mr. Barthélemy Toye Dias, was arrested, thrown in prison, tried on April 6, 2018, and sentenced to six months in prison on April 17, 2018, simply for denouncing Mr. Khalifa Sall’s verdict (currently subject of an appeal by all parties: Prosecutorial, Judicial Agent of the State, Lawyers of the State, Lawyers of the Defense), in a country where freedom of speech is guaranteed by the constitution.

The Tribunal expressly excluded the « contempt of court » and « call to an unarmed rally » charges. However, The Court retained the « discredit cast on a court’s decision which is likely to undermine justice’s authority and its independence … » allegation.

As explained above, we believe this judicial system has largely discredited itself.

In fact, for Mr. Macky Sall and his regime, this was the perfect opportunity to hold me hostage as I am a personality that is clearly opposed to the dictatorial policies he wants to inflict on the country and its future.

Macky Sall, aware of my popularity and my ability to mobilize the population, took advantage of this pretext to silence me. Indeed, to guarantee a victory without strong opponents in the presidential election of February / March 2019, he has decided to tamper with the Constitution and the Electoral Code like most African dictators do. The president of the Republic has chosen to trample on our freedom of expression by silencing me, a powerful voice, a man of conviction and action, truly one of the few able to face him.

Once the above was completed, on April 19, 2018, two days after my conviction, the National Assembly, pressed by Mr. Macky Sall, voted without debate Constitutional and Electoral Code changes allowing him, in reality, to invalidate the candidacy of whoever he wants. Obviously, my imprisonment facilitated it because my ability to mobilize the masses was stifled.

In order to convict Barthélemy Dias, the Tribunal voluntarily violated the Penal Code Act. Indeed, in the Senegalese judicial system, when the incriminating statements are made public by the press (print, radio or television), it is the media in question that must first be pursued as the main perpetrator (Articles 248 and 270), the person making the declarations being only an accomplice (Articles 198 last paragraph and 271).

In other words, you cannot sue the person responsible for the declaration without starting with the newspaper, radio or television station in question.

In the case of Barthélemy Dias, Macky Sall and his judicial system have deliberately refused to prosecute the press (which in this case was Dakaractu online television station) to only attack Mr. Dias.

At first the television anchor was briefly arrested but released on police orders after apologizing to Macky Sall, which is clearly illegal. In fact, the regime wanted to avoid solidarity retaliation by other press organs. To the discharge of the Dakaractu press organ, I confirm that the journalist had nothing to blame himself for as he did not violate the law, and was only doing his job.

A few days later, Mr. Mor Ngom, Counsel Minister to the President stated: « The President of the Republic was not aware of the Dakaractu journalist’s arrest, but upon being informed, he expressed his astonishment and immediately ordered his services to relate to the journalist that it was a mistake …  »

President Macky Sall’s personal implication in the functioning and the verdicts of the Senegalese justice system, that he uses against his political opponents, cannot be clearer.

This brief memorandum is intended to enlighten the U.S. Senate on the anti-democratic, dictatorial and illegal actions of the President of Sénégal. His instrumentalization of the judicial system to combat political opponents to remain in power has become unbearable.

In conclusion, ladies and gentlemen of the Senate’s Subcommittee on Africa, knowing you are attached to the sacrosanct principles of freedom, democracy, respect for human rights, among other criteria of eligibility for certain programs of American foreign policy, I would invite you to please pay particular attention to the current political, judicial, economic and electoral situation in Senegal, a friendly country of the United States of America.

 

Please accept the expression of my sincere and respectful consideration.

 

 

Barthelemy Dias

Mayor of the commune of Mermoz-Sacre coeur

Former Member of the National Assembly

Exclusif! Macky Sall évoque sa mère, émeut ses collaborateurs et les étudiants…

YERIMPOST.COM En décrivant le déroulement de l’audience accordée le 28 mai aux étudiants, une source a relaté une anecdote qui a retenu l’attention de Yerimpost. Abordant la question des bourses, Macky Sall a reçu la revendication des étudiants portant sur l’augmentation de la demie-bourse de 18 000 à 20 000 fcfa et de la bourse entière de 38 000 à 40 000 fcfa. Comme pris par le tourbillon de souvenirs de ses années de fac, le président a lâché: « J’avais une bourse de 12 000 francs, je donnais les 10 000 à ma mère. Beaucoup d’entre vous doivent certainement faire la même chose. Je marque mon accord pour l’augmentation des bourses que vous avez demandée… » Ces phrases ont ému les collaborateurs et les étudiants présents à l’audience.



Vidéo- Exclusif! «Dessert aux tirailleurs»: Abdoul Mbaye renvoie Macky Sall à ses cours d’histoire. Regardez !

L’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, se dit « choqué » par les propos tenus par le président Macky Sall qui, lors du lancement du Tome 1 de son livre «Conviction républicaine», a déclaré que « les colons français ont toujours respecté les Sénégalais parce que le régiment des tirailleurs sénégalais, quand ils étaient dans les casernes, ils avaient droit à des desserts pendant que d’autres Africains n’en avaient pas». Dans une interview exclusive accordée à Dakar7, le leader de Alliance pour la citoyenneté et la travail (ACT) déclare que Macky Sall a « sali la mémoire des tirailleurs ». Par conséquent, il demande au président de la République de présenter ses excuses plates à la Nation sénégalaise. Voici un extrait de l’interview.




dakar7

Exclusif! Wari ouvre son capital… aux risques et périls des investisseurs éventuels

YERIMPOST.COM Wari souhaiterait procéder à une ouverture de son capital à des investisseurs institutionnels (banques et assurances), projet que la BCEAO semble encourager et accompagner.

Le groupe d’assurances Askia a déjà manifesté son intérêt, si l’on se réfère à sa lettre d’intention du 19 mars 2018 dont Yerimpost a obtenu une copie ci-jointe. Askia ignore sûrement les problèmes que cache la belle enseigne de la société de transfert d’argent.

Les coactionnaires, membres fondateurs de Wari, ont déposé une plainte contre le PDG, Kabirou Mbodje, actionnaire majoritaire de Wari SA, pour abus de bien sociaux, rétention de documents sociaux, augmentation illégale de capital (les 4 coactionnaires détenaient plus de 40% du capital avant l’augmentation litigieuse).



Cette plainte, qui remonte à décembre 2014, et qui a fait l’objet d’une enquête en bonne et due forme au niveau de la DIC, a été transmise au juge du deuxième cabinet, en septembre 2015.

En juin 2017, Kabirou Mbodje a été entendu puis inculpé par le juge du 2e cabinet, Yakham Léye. Et, depuis, le dossier reste bloqué dans les murs du juge du 2e cabinet, et n’est toujours pas jugé.

C’est dans ce contexte litigieux que Kabirou Mbodje s’emploie à ouvrir le capital de Wari.

Alors que l’inculpation porte entre autres sur une augmentation illégale de capital, il y a un risque évident sur tout projet d’ouverture de capital. Les coactionnaires, faut-il le rappeler, détenaient plus de 40% du capital de Wari avant l’augmentation litigieuse.

Il n’y a en soi aucun problème à vouloir ouvrir le capital de Wari. Est-il pour autant prudent pour un investisseur d’acquérir un capital dont la propriété est susceptible d’être remise en cause à l’issue d’une affaire pendante en justice ? Quiconque acquiert la moindre action de cette société le fait à… ses risques et périls.




Dans un contexte où un sérieux litige porte sur la géographie du capital, la BCEAO garante des dispositifs prudentiels, ne devrait-elle pas recommander une temporisation, le temps d’évacuer le dossier judiciaire en cours ?

Le groupe ASKIA Assurances semble déjà intéressé, si l’on se base sur leur lettre datée du 19 mars 2018 publiée sur warileak.com, (https://image.ibb.co/kMgZQd/m17_1.jpg), et peut-être bien d’autres institutions.

Mais pour la sauvegarde des intérêts de ces potentiels investisseurs, n’est-il pas plus sage et responsable d’attendre l’issue du jugement qui oppose les actionnaires fondateurs de Wari ?

Exclusif! Les vraies raisons du retard de paiement des bourses d’avril 2018

YERIMPOST.COM Le retard accusé dans le paiement des bourses, pour le compte du mois d’avril 2018, n’est pas de la faute du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Ce ministère, par le biais de la direction des bourses, a émis un bon d’engagement dès le 13 avril 2018, puis deux chèques de 3 milliards et de 2 milliards de francs cfa le 25 avril suivant, déposés le 2 mai à Ecobank.




Pourquoi cette banque n’a pas commencé à payer les bourses à partir de cette date ? Parce qu’elle réclamait un autre chèque de 1 milliard en apurement d’une somme que l’Etat lui doit. Ce chèque a été émis le 4 mai par la direction des bourses mais n’a été validé par le Trésor public que le 11 mai. Ecobank a annoncé le début du paiement pour le 15 mai à 8h mais ne commencera que vers 13h. C’était trop tard. Mouhamed Fallou Sène était déjà décédé le matin, suite à des manifestations des étudiants de l’UGB pour réclamer le paiement des bourses…

Yerimpost retrace tout le processus de paiement des bourses du mois d’avril qui a abouti à l’embrasement des universités…

 

PROCESSUS DE PAIEMENT DES BOURSES DU MOIS D’AVRIL

 

  • Etape n°1: Bon d’engagement émis par la Direction des Bourses : le 13 avril 2018

 

  • Etape n°2: Validation du bon d’engagement par les services du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan (Direction générale du budget, Direction du contrôle budgétaire, Contrôleur des opérations financières) : le 23 avril 2018

 

  • Etape n°3 : Visa de l’ordonnateur du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan : le 24 avril 2018

 

  • Etape n° 4: Emission du mandat par l’ordonnateur délégué du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan (Direction générale du budget) : le 25 avril 2018

 

  • Etape n° 5: Emission de deux chèques à Ecobank, par la Direction des Bourses du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : le 25 avril 2018
  • chèque n° 0044387, pour un montant de 3 milliards FCFA
  • chèque n°0044388, pour un montant de 2 milliards FCFA

 

  • Etape n° 6: Validation des deux chèques par le Trésor (Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan) : le 2 mai 2018

 

  • Etape n° 7: Dépôt des deux chèques à Ecobank par la Direction des Bourses du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : le 2 mai 2018

 

  • Etape n° 8: Emission d’un troisième chèque à Ecobank, par la Direction des Bourses, sur demande des services du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan : le 4 mai 2018

         chèque n°0044389, pour un montant d’un milliard

 

  • Etape n° 9: Validation du troisième chèque par le Trésor (Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan): le 11 mai 2018

 

  • Etape n° 10: Dépôt du troisième chèque à Ecobank par la Direction des Bourses : le 11 mai 2018

 

  • Etape n° 11 : Démarrage effectif du paiement des bourses par Ecobank : le 15 mai 2018, vers 13h, alors que Ecobank annonçait le paiement depuis le matin.

 

 

 

 








Exclusif! Mise en demeure de Wari et convocation de Kabirou Mbodjie

YERIMPOST.COM Le 28 février 2018, le directeur général de Wari a édité une liste de 17 « employés concernés par la restructuration », en clair licenciés pour motif économique. Un collectif s’est constitué, qui a contacté l’Inspection générale du travail qui, suite à l’échec de la séance de conciliation tenue le 13 avril 2018, a adressé, dans le courrier ci-annexé daté du 23 avril, une sévère mise en demeure à Kabirou Mbodjie, le directeur général du groupe Wari. Non sans le convoquer pour le 7 mai prochain… La lettre, que Yerimpost publie in extenso, se passe de commentaires…




 

Exclusif! Abdoulaye Bathily-Macky Sall: les vraies raisons d’une rupture profonde

YERIMPOST.COM Depuis sa sortie au vitriol, accusant Macky Sall de faire un procès politique à Khalifa Sall, le professeur Abdoulaye Bathily ne cesse de tirer à boulets rouges sur le régime. Revenu d’une mission onusienne il y a un an, l’ancien secrétaire général de la Ligue démocratique/Mouvement pour le parti du travail (LD/MPT, parti pourtant théoriquement membre de la mouvance présidentielle), se mue en opposant radical.

Le 23 avril au matin, le professeur s’est signalé dans la presse, démentant avec virulence avec rencontré « récemment » le président de la République, et avoir changé de discours à l’issue de la rencontre. Il a tenu à dédire ce qu’a semblé déclarer Alioune Fall, un proche du président, ajoutant à l’adversité qui l’oppose désormais au palais.

Abdoulaye Bathily a la rancune tenace. Il en veut à Macky Sall qui, après avoir présenté sa candidature au poste de président de la commission de l’Union africaine (UA), a tourné casaque la veille du vote, à la faveur d’un deal avec son homologue Idriss Déby, pour faire passer l’ancien chef de la diplomatie tchadienne. Bathily a d’autant mal vécu ce lâchage qu’il a été orchestré, à en croire la source de Yerimpost, de connivence avec ses anciens camarades opposants socialistes arrivés au pouvoir dans leurs pays respectifs: le Guinéen Alpha Condé et le Nigérien Mahamadou Issoufou.

Revenu à Dakar au début du deuxième trimestre de 2017, Bathily, qui s’est entre-temps mué en consultant, a été reçu dans la foulée par Macky Sall qui ne lui a plus fait l’honneur de l’accueillir dans son palais. Sûrement pour n’avoir pas apprécié la position que lui a exprimée Bathily à propos du dossier Khalifa Sall. Le contact a été rompu entre les deux hommes depuis une bonne année.

Tous ces ingrédients sont venus fermenter un cocktail devenu explosif. Macky Sall éconduit tous ceux qui tentent de lui suggérer d’arrondir les angles avec son désormais ex-allié. Abdoulaye Bathily s’étrangle de rage à la seule évocation du nom du chef de l’Etat, a appris Yerimpost. Ce leader de gauche forgé dans les répressions et luttes politiques depuis l’indépendance ne lésinera pas sur les armes à sa disposition pour nuire au président-candidat. La politique est brutale.



Exclusif! Ces preuves pour appuyer la plainte pour escroquerie contre Thione Seck, Wally Seck, Aziza…

YERIMPOST.COM Ces éléments parlent mieux que tous les mots…











Exclusif! Serigne Mboup: « La vérité sur mon divorce avec Yaye Fatou Diagne. »

YERIMPOST.COM Suite à son divorce d’avec Yaye Fatou Diagne, révélé en exclusivité par Yerimpost.com, Serigne Mboup nous a joint pour apporter sa part de vérité. Voici ce qu’il a confié à Yerimpost: « Le mariage, comme l’être humain, a une durée de vie fixée par Dieu. C’est Lui qui a mis fin à notre union, mais je n’ai aucun grief particulier contre Yaye Fatou Diagne. Elle a été une épouse exemplaire pendant presque quatre ans. La vidéo qui circule sur le net n’est en rien le motif de notre séparation. Cette vidéo a été filmée chez nous, à Daga Diakhaté, commune de Ndiathie, en présence de mes amis Aliou Sall, Bamba Fall et Mbaye Dione. Elle capte un moment de détente en privé, entre amis, après une réunion des maires à Kaolack. D’ailleurs, notre séparation s’est passée à l’amiable et j’ai gardé avec mon ex-épouse des relations cordiales empreintes de respect mutuel »



Exclusif! En route vers Rebeuss, Barthélémy Dias envoie un message émouvant à son père

YERIMPOST.COM C’est une histoire émouvante, une histoire humaine qui a retenu l’attention de Yerimpost. En début de soirée, le 3 avril, alors qu’il venait d’être placé sous mandat de dépôt par le procureur de la République et qu’il était sur le point d’embarquer à bord du véhicule de l’administration pénitentiaire qui devait le conduire vers la prison de Rebeuss, Barthélémy Dias a tenu à parler à l’un de ses proches qui a réussi à s’introduire dans la cave du palais de justice de Dakar.

A cet homme de confiance, qui s’est confié à Yerimpost, le maire de Mermoz Sacré-Coeur a dit, en substance: « Dis à mon père que je suis placé sous mandat de dépôt mais je serai jugé en flagrant délit. Donc pas d’instruction. C’est mieux. Je dirai ma part de vérité à l’occasion du procès. D’ici là, dis à papa que j’insiste particulièrement pour qu’il ne fasse aucune déclaration incendiaire. Je tiens le coup et m’en sortirai indemne. Mais il faut qu’il se taise pour ne donner aucune occasion d’être inquiété. Dis-lui que j’ai besoin de lui dehors. Il faut absolument qu’il reste libre pendant que je suis en détention. S’il est arrêté alors que je suis en détention, la famille sera dans une situation délicate. Et maman risque de ne pas pouvoir supporter. »

Ah oui… En apparence suicidaire, le tonitruant lieutenant de Khalifa Sall est beaucoup moins téméraire qu’il n’y paraît. En route vers la prison, il a eu le souci de protéger son père, le très radical Jean-Paul Dias. Touchant…




Exclusif! Abdoulaye Bathily très gêné par le dossier Khalifa Sall [Yerimpost re-publie son article prémonitoire du 1er mars]

YERIMPOST.COM Selon les témoignages de tous ceux qui l’ont dernièrement rencontré, Abdoulaye Bathily, l’ancien leader de la LD/MPT, devenu l’un des missi dominici des Nations-unies dans certaines zones en conflit, vit très mal l’incarcération de Khalifa Sall. Et ne manque aucune occasion pour exprimer cette préoccupation et demander à tous les proches de Macky Sall d’intercéder auprès de lui pour qu’il soit mis fin au séjour en prison du maire de Dakar. Pourquoi cette posture par trop conciliante, à la limite suspecte, de la part d’un des plus puissants alliés du chef de l’Etat ?

La raison en est simple: Abdoulaye Bathily et Khalifa Sall ont des liens familiaux. Gaëlle Samb, épouse du maire de Dakar, est la cousine d’Henriette Bathily, la défunte épouse d’Abdoulaye. Et les liens entre les deux épouses étaient forts et francs,,,

Pour l’anecdote, Henriette a piqué l’accident vasculaire cérébral qui a fini par l’emporter alors qu’elle se trouvait dans le véhicule de Gaëlle. Des drames communs de cette sorte lient les deux familles. Abdoulaye Bathily, qui apprécie Khalifa Sall, n’en peut plus de le voir perdurer en prison.



Exclusif! Les méthodes de Veolia pour doubler SDE et Suez et s’emparer de la gestion de notre eau

YERIMPOST.COM «On va en compétition. Toutefois, nous sommes confiants et très sereins. Nous pensons qu’avec ce bilan, ce travail, il n’y a pas de raison pour que nous ne soyons pas là, à la fin de cette compétition», disait le directeur de la Sénégalaise des eaux (SDE). A sa place, nous ne serions pas si confiants.

L’Etat du Sénégal a décidé, au terme du contrat qui le lie à la SDE, de changer les règles du jeu en lançant un appel public à candidatures qui sera ficelé en septembre prochain. Dès lors, des concurrents se sont signalés pour tenter de remporter le contrat d’affermage pour la distribution de l’eau aux populations urbaines et périurbaines.

Si la SDE compte sur son bilan pour espérer rester, ce qui est tout à fait légitime, l’enquête menée par Yerimpost force à croire qu’il n’en sera rien. A moins d’un revirement à 180° de l’Etat du Sénégal, cette gestion sera confiée à une multinationale française. Beaucoup d’observateurs se sont plaints de l’implantation de sociétés françaises sous nos cieux depuis l’arrivée du président Macky Sall. Certains vont plus loin, assimilant le Sénégal à une sous-préfecture de la France, avec cette multitude d’entreprises françaises qui raflent presque tous les secteurs.

Que pèse la SDE devant Suez qui fait un chiffre d’affaires annuel de 15 milliards d’euros et un Veolia qui réalise 24,5  milliards d’euros ? Pourquoi l’Etat du Sénégal a-t-il décidé de modifier les règles du jeu s’il est « satisfait », comme le prétend le DG de SDE ? Pour plus de transparence dans la délégation de service public en eau potable ?

En attendant, votre blog préféré redoute fort que Veolia déroule au Sénégal sa stratégie habituelle qui consiste, pour remporter les appels d’offres, à proposer à ses concurrents de retirer leurs offres en contrepartie d’une compensation financière ou à corrompre les pouvoirs publics à l’aide de rétro-commissions. Leader mondial des services de l’environnement, Veolia croule sous les plaintes déposées contre elle devant le tribunal de Paris pour des faits de corruption. Malgré des offres toujours plus chères que celles de ses adversaires, cette entreprise débrouillarde remporte quasiment tous les marchés pour lesquels elle soumissionne. Si nous n’y veillons pas, la gestion de l’eau du Sénégal ne devrait pas constituer une exception à la règle. A Yérimpost, nous suivrons cette affaire de très près.

Une enquête de Yerimpost



Exclusif! Karim Wade a trop vite exulté: il va au-devant d’une mauvaise surprise

YERIMPOST.COM Après la décision du 14 mars de la cour d’appel de Paris, qui a confirmé que ses biens ne pouvaient être saisis en France en vertu de l’arrêt de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) du Sénégal, Karim Wade et ses avocats ont eu le triomphe bruyant.

Après le communiqué au vitriol du pool de ses défenseurs, le fils de l’ancien chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, s’est lui-même fendu d’une déclaration dans laquelle il nargue les juges du Sénégal, raille Macky Sall et le défie dans les urnes. Il ne se doutait sans doute pas qu’il a gagné une bataille mais que la guerre allait continuer.

Yerimpost tient de bonne source que le parquet général de Paris va incessamment introduire un pourvoi en cassation contre la décision de la cour d’appel de céans favorable au candidat déclaré du Parti démocratique sénégalais à l’élection présidentielle de 2019.




En clair, l’affaire va être réexaminée par la cour de cassation française qui a la latitude de casser l’arrêt rendu en appel et donc de faire rejuger la cause. C’est donc une nouvelle procédure qui commence. Tout est à refaire pour celui qui, il y a quelques jours, exultait et criait victoire à tue-tête.

La traque des biens mal acquis colle décidément à la peau de Karim Meïssa Wade.

Exclusif: Changements importants à 2AS !

YERIMPOST.COM Le handling de l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass a un nouveau patron. Votre blog préféré vous révèle en exclusivité l’info. Askin Demir remplace Alp Becerik à la tête d’Assistance aide et services (2AS). Askin Demir a été nommé ce jeudi 15 mars et il prendra fonction dans la première semaine d’avril.

Une autre nomination au sein de la société est celle de Mamadou Lamine Sow. Si jusque-là il était président du Conseil d’administration d’Air Sénégal SA, Mamadou Lamine Sow a désormais une nouvelle casquette. Il a été nommé administrateur de 2As.




Contribution: «BAMBA FEPP»: BAMBA que dans l’orthodoxie islamique et l’amour exclusif d’ALLAH

Au  Sénégal depuis un certain temps un nouveau concept appelé « Bamba fepp » a vu le jour. Un concept que certain utilise à tort et à travers (sans discernement) pour se justifier par rapport à certaine situation. Je rappelle que ce concept de « Bamba fepp » qui signifie « Bamba partout » doit avoir comme unique objectif de vulgariser l’œuvre de Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul à travers le monde entier. En tant que talibé mouride nous nous réjouissons et prions pour qu’ALLAH assiste les initiateurs de ce concept tant que toutes les actions entreprises pour la vulgarisation de ce concept restent encrées dans les valeurs islamiques c’est-à-dire le respect des obligations divines et la sunna du Prophète (PSL). Cependant sachons que ce concept de « Bamba fepp » a pris son envol depuis que Serigne Touba Khadimou Rassoul a refusé l’appel de Serigne Taîbou Mor Ndoumbé qui s’adressait en ces termes à Serigne Touba après l’enterrement de son illustre père Serigne Mame Mor Anta Saly Mbacké : « Je te prie d’aller après l’enterrement, avec un groupe de gens, amis de ton père et moi-même, voir le souverain pour lui présenter nos condoléances. Ce sera un geste qui lui fera plaisir. En effet ton père était son intime, son marabout et son conseiller. Nous lui parlerons de toi pour qu’il te donne un emploi auprès de lui et qu’il t’accorde par là, le même que celui qu’il avait donné à ton père. Tu peux n’attendre de sa part que du bien et du bonheur. Voilà le conseil que je te donne. Qu’en penses-tu ? » Cheikh Ahmadou Bamba khadimou Rassoul lui répond en ces termes « Les paroles de recommandation et de consolidation que tu viens de tenir, je les approuve ; Que DIEU t’en récompense en bien, qu’il te préserve du mal.



Quant à l’affaire du prince, je te déclare tout net que je n’irai pas voir les princes, que je ne désire rien de leurs biens terrestres. Je ne cherche des honneurs que de la part de DIEU MAITRE des Maîtres
 ». Ce refus d’être au service de qui que ce soit si ce n’est ALLAH à travers les enseignements de son Prophète (PSL), Lui a valu plusieurs ennemis dont le plus visible est le colonisateur qui L’a déporté hors du Sénégal en lui faisant subir toutes sortes d’atrocités rien que pour Lui faire renoncer à sa forte croyance en ALLAH comme Il l’a bien élucidé dans son poème « Khaalo li yarkann » (1. Ils m’ont conseillé : <<Vas t’agenouiller auprès des détenteurs du pouvoir (Rois) et tu obtiendras des récompenses qui t’enrichiront pour toute la vie>>. -2. J’ai répondu : << je compte sur mon seigneur, je me contente de lui ; je ne désire rien d’autre que le savoir et la religion. -3. << Je n’espère qu’en mon Roi, je ne crains que lui qu’il est – Auguste – qui peut m’enrichir et me sauver. -4. << Comment pourrai-je confier mes affaires à des gens qui sont aussi incapables de s’occuper des leurs que des crèves la fin ? >> Etc.). Serigne Touba a donc montré au monde entier que quelque soit le contexte auquel il évolue son unique et ultime but est la « recherche des honneurs que de la part de DIEU MAITRE des Maîtres ». Dans ces débuts, son combat n’a été porté que par Lui et un petit nombre qui Le croyait mais au front Il était le seul à subir les tentatives du toubab qui voulaient l’éliminer. Durant toute la période qu’il a été avec le colonisateur Cheikhoul Khadim s’est tourné exclusivement à ALLAH en marchant uniquement sur le chemin menant vers LUI à travers SES obligations et la Sunna du Prophète (PSL). Ceci montre que le véritable combat de Serigne Touba est la propagation de l’Islam authentique tel que le Prophète l’a reçu d’ALLAH c’est-à-dire un Islam qui entraine l’individu à une adoration exclusive du MAITRE DE TOUT ce qui existe. La propagation d’un tel concept doit amener tout le monde à la revivification de l’enseignement de Serigne Touba qui n’est rien d’autres que l’application stricte des prescriptions et l’abstention totale de tout ce qui est prohibé par le SEIGNEUR du Jour de la Rétribution. Serigne Touba, comme le dit Serigne Moustapha Saliou, a été clair et restera clair jusqu’à la fin des temps car il a exécuté les recommandations d’ALLAH que tous ses contemporains ont témoigné, Il a écrit en traduisant toute sa pensée en conformité avec l’Islam authentique que n’importe qui peut vérifier à travers les écrits qu’il nous a laissé ; Il a éduqué des hommes qui ont tous été des exemples incontestés dans l’adoration exclusive d’ALLAH, il a aussi laissé des fils que tout le monde admire à cause de leur abnégation dans l’adoration exclusive d’ALLAH et le respect du culte du travail. Ce concept de « Bamba fepp » doit aussi continuer la propagation de cette tradition d’adoration exclusive à ALLAH et d’incitation au culte du travail licite et bien fait.



Ce concept doit aussi nous mener au respect des cinq piliers de l’Islam comme nous les ont fortement rappelés voire recommandés tous les khalifes de Serigne Touba. Lorsqu’on a posé la question, Qui est Serigne Touba ?, à Cheikh Mourtada Mbacké Ibn Khadimou Rassoul il a répondu « moy l’Islam rek » (Il est seulement l’Islam et rien d’autre) donc la propagation de « Bamba fepp » ne doit être rien d’autre que la revivification de l’Islam qui, depuis un certain temps est agressé de partout. Cette agression de l’Islam est faite par certains musulmans qui ont été maladroits en présentant une facette barbare et opportuniste de l’Islam en tuant des individus innocents à travers des attaques terroristes tout ceci pour juste des intérêts crypto personnels à savoir le pouvoir. L’autre agresseur ce sont les hommes politiques occidentaux qui profitent de la maladresse des premiers que je viens de citer pour combattre l’Islam ou amalgamer Islam et terrorisme afin de transposer les problèmes sociaux économiques de leurs populations qu’ils ont promis de résoudre dans un combat qu’ils ne gagneront jamais. Les initiateurs de ce concept doivent donc avoir comme seul objectif l’application strict de l’enseignement de Cheikh Ahmadou Bamba partout où se trouvent les mourides en particulier et les musulmans en général. Cet enseignement qui reste et restera toujours en conformité avec l’Islam dans une trilogie que le Cheikh clarifie dans plusieurs de ses ouvrages à savoir : la Confession de Foi (Al Imân), puis la Voie de la Soumission à DIEU (AI Islâm) et après ces deux, la Voie du Perfectionnement Spirituel (Al Ihsân). Voilà donc l’enseignement très clair et sans équivoque reposant sur les véritables traditions de la sunna et aux yeux de tous les musulmans sincères que Cheikh Ahmadou Bamba khadimou Rassoul a voulu propager « feep ci adouna bi

Modou Fatma MBOW

Ingénieur,

Kébémer

 

Exclusif! Saër Niang a planté un couteau dans le dos de Macky Sall

YERIMPOST.COM Le président de la République, Macky Sall, est très remonté contre Saër Niang. En cause, le comportement déloyal voire machiavélique du directeur général de l’Agence pour la régulation des marchés publics (Armp) qui a choisi le moment qu’il ne fallait pas pour rendre public le rapport 2016 de son institution.

En effet, après l’expiration de son contrat à la tête de l’Armp, le sieur Niang a décidé de ne pas faire de vagues pour garder toutes ses chances de voir son bail renouvelé. C’est d’ailleurs ce qui explique que la publication du rapport 2016 ait été si retardée. Devant être porté à la connaissance du public depuis le premier semestre de 2017, ledit rapport avait été gelé pour ne pas gêner les calculs de carrière de M. le directeur.

Sa parution brutale n’a rien de fortuit. Saër Niang l’a balancé, après avoir appris qu’une enquête de moralité avait été diligentée sur celui pressenti pour lui succéder. Et que Macky Sall était sur le point de signer le décret de nomination. C’est le moment qu’a choisi l’encore patron de l’Armp pour sortir, ce 7 mars, son document ô combien critique pour  « la gouvernance sobre et vertueuse ».

Cet acte a énervé Macky Sall par son cynisme. C’est comme si Saër Niang le braquait pour lui imposer de revenir sur son choix de nommer un autre. Sortir son rapport équivaut dans ce contexte à prendre l’opinion à témoin pour mettre le président mal à l’aise. S’il le dégomme, il courra le risque de voir sa décision interprétée comme une mesure de rétorsion.

Le président de la République cédera-t-il à cette pression psychologique ? Bravera-t-il ce piège pour aller au bout du processus de nomination qu’il a enclenché ? Une seule certitude: Macky Sall a trop mal pris le manque d’élégance de Saër Niang.

D’autant que le très probable futur ex-directeur de l’Armp n’est pas lui-même blanc comme neige. Il a commis, dans sa propre gestion, des entorses au code des marchés. C’est le cas de véhicules qu’il a pris en leasing pour l’Armp par le biais d’un grossier gré-à-gré.

www.yerimpost.com




Exclusif! Bamba Fall et une poignée d’hommes de l’ombre pilotent une négociation entre Macky Sall et Khalifa Sall

YERIMPOST.COM Que tous ceux qui, dans les entourages respectifs du chef de l’Etat, Macky Sall, et du maire de Dakar, Khalifa Sall, nient toute négociation entre les deux hommes, se ravisent. Ils se trompent peut-être de bonne foi mais la réalité est toute autre. Le locataire du palais de l’Avenue-Léopold-Sédar-Senghor et le pensionnaire le plus célèbre de la prison de Rebeuss se parlent par Mahammed Boun Abdallah Dionne, Bamba Fall et deux hommes de l’ombre interposés.

Pivot central de la négociation, Bamba Fall n’a jamais caché sa position depuis l’éclatement de cette affaire: il faut parler au pouvoir, trouver un compromis, faire libérer Khalifa Sall… C’est depuis sa cellule de prison que le maire de la Médina a entamé les pourparlers. Il a commencé par négocier sa propre libération par le biais de Mahammad Boun Abdallah Dionne. Puis, il s’est notoirement rapproché du pouvoir, rencontrant ostensiblement le président de la République et le Premier ministre.

Alors que certains supputent qu’il cherche à transhumer et que d’autres pensent qu’il joue, lui négocie avec les deux têtes de l’Exécutif les conditions de la libération du maire de Dakar. Au fil de l’avancée des pourparlers, il briefe des hommes de l’ombre qui, eux, se rendent souvent, sans crier gare, à la prison de Rebeuss, recueillent le point de vue de Khalifa Sall, ses points de désaccord, ses concessions sur d’autres, ses réserves, ses suggestions…

Les retours de ces hommes passent par Bamba Fall pour arriver au sommet de l’Etat. Voilà pourquoi l’édile de la Médina est aujourd’hui le seul politique de ce niveau à parler à la fois à Macky et à Khalifa. Le pouvoir le reçoit à bras ouverts. Khalifa Sall a interdit à ses hommes et à ses femmes de l’attaquer.

Yerimpost est en mesure d’écrire que Mahammed Dionne, Bamba Fall et les deux missi dominici négocient à fond la caisse. Ils se donnent comme deadline le 30 mars 2018, date d’annonce de la décision du tribunal avant laquelle un accord doit être trouvé. Le fil conducteur de leur mission est claire: organiser la libération de Khalifa Sall dans des conditions qui ne menacent ni l’image ni la survie du pouvoir. Vaste chantier.

En attendant de le réaliser, Bamba Fall a récemment confié à l’un de ses confidents: « C’est enfantin d’insulter et d’attaquer. Tous ceux qui mettent de l’huile sur le feu n’arrangent pas les affaires de Khalifa. Ce sont des agissements d’enfants. Moi je suis un adulte. Je me suis fixé comme objectif de faire sortir Khalifa de prison. La prison n’est pas douce. » Après y avoir passé des mois, il sait de quoi il parle…

 

Exclusif! Ces personnalités de l’opposition proches de rejoindre Macky Sall

YERIMPOST.COM Yerimpost est en mesure d’écrire que d’éminentes personnalités de l’opposition, travaillées au corps par le Palais, ne sont pas loin de rejoindre le camp présidentiel. Le trait commun de ces personnalités: elles ont toutes  travaillé avec Macky Sall et développé de bons rapports avec lui lorsqu’elles étaient avec lui sous l’ombre de l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade.

Aujourd’hui, elles ont de réelles chances de s’allier avec le président de la République à l’occasion de l’élection présidentielle de février 2019. En tous cas, elles sont très fortement aiguillonnées dans ce sens à travers les nombreuses offensives du pouvoir pour les conquérir.

ll s’agit d’Aïda Mbodji, ministre et membre du Parti démocratique sénégalais (PDS) sous Abdoulaye Wade, d’Abdoulaye Baldé, ministre et directeur adjoint de l’Anoci sous Wade, de Modou Diagne Fada, dernier ministre de la Santé de Wade, et de Moustapha Guirassy, ministre de la Communication reconverti en promoteur de l’une des plus grandes écoles de formation du pays.

Si ces quatre franchissent le Rubicon et soutiennent le candidat Macky Sall à la présidentielle, ils trouveront beaucoup de leurs anciens camarades autour du candidat du pouvoir. Nombre de barons du PDS approchés ont en effet donné leur accord pour rejoindre Macky Sall. Ils n’attendent qu’un moment favorable pour officialiser leur ralliement. La politique politicienne est décidément riche en rebondissements sous nos cieux.



Exclusif! Tout sur le mouvement que va créer Bamba Fall

YERIMPOST.COM Yerimpost est en mesure d’écrire que le maire de Médina, Bamba Fall, exclu du Parti socialiste (PS), et en voie d’entrer sous l’escarcelle du pouvoir, a choisi de créer un mouvement en guise de cadre d’action politique.

Ce mouvement, dont la dénomination devrait contenir le mot « socialiste », va abriter les membres du cabinet de Bamba Fall qui lui sont restés fidèles après son extraordinaire revirement ainsi que les militants qui forment son irréductible électorat médinois.

Pareil organe politique va être lancé à grande pompe, dans le cadre d’une mobilisation populaire au cours de laquelle Bamba Fall va mesurer la part de son électorat qui est prête à le suivre dans ce qui est clairement un divorce d’avec le maire de Dakar, Khalifa Sall, éloigné du terrain politique par son emprisonnement.

Soucieux de rester socialiste, pour ne pas renier son idéologie politique, Bamba Fall n’entend pas rejoindre l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel. Il compte toutefois soutenir le chef de l’Etat, Macky Sall, à l’élection présidentielle de février 2019.

Pour ce faire, il va trouver un accord avec la famille politique du président de la République. Il est vrai que cette grande gueule, maire d’une importante commune de la capitale, ne doit pas se laisser phagocyter par le parti présidentiel. Il doit continuer à exister pour pouvoir exercer la fonction à lui assignée: drainer les électeurs du candidat « invalidé » Khalifa Sall vers Macky Sall. Vaste chantier !



Actunet.net recopie de manière éhontée le scoop de Yerimpost sur l’échange entre Tanor Dieng et Khalifa Sall

YERIMPOST.COM « Echanges houleux entre Tanor et Khalifa Sall »: voici le titre sous lequel Actunet.net a plagié l’article exclusif de Yerimpost titré « Echange aigre-doux entre Tanor et Khalifa à travers cet émissaire ». Si le titre a changé, tout le corps du texte a été intégralement recopié par Actunet. Evidemment, sans aucune citation de la source du papier. Quelle malhonnêteté !

Exclusif! L’échange aigre-doux entre Tanor et Khalifa à travers un émissaire

YERIMPOST.COM Yerimpost est en mesure de révéler que le secrétaire général du Parti socialiste (PS), Ousmane Tanor Dieng, et le maire de Dakar, Khalifa Sall, en détention, ont échangé des propos par personne interposée. L’émissaire, un homme influent, proche des deux, a transmis fidèlement les paroles de l’un à l’autre.

Tout commence le 2 septembre 2017, au stade Léopold Sédar Senghor, en marge du match Sénégal-Burkina Faso comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018. Fan de football, fidèle supporter des Lions, Tanor est présent, confortablement installé à la tribune présidentielle. Celui qui deviendra émissaire malgré lui l’approche, lui reproche frontalement d’avoir lâché Khalifa Sall, lui objecte qu’il doit renouer le contact avec ce dernier et chercher à le tirer de la prison. Une discussion franche s’engage, au bout duquel Tanor concède à son interlocuteur: « Comme tu es son ami, je vais te donner un message pour lui. Ce dont je le prévenais est arrivé. Dis-lui de cesser son entêtement et de rentrer dans les rangs du PS et de Benno Bokk Yaakaar. Après quoi je vais m’investir pour qu’il recouvre la liberté. » Influent, l’émissaire a pu, dès le lendemain, rencontrer Khalifa Sall dans la salle de la prison de Rebeuss réservée aux entretiens entre les détenus et leurs avocats. Il lui a transmis le message. Réponse courroucée du maire de Dakar: « On me met en prison et me demande de rentrer dans les rangs… C’est une blague ? J’ai perdu ma liberté mais je garderai ma dignité. Il connaît bien la caisse d’avance. S’il ne peut pas dire honnêtement ce qu’il en sait, il n’a qu’à me laisser entre les mains de Dieu. » Sous son ton calme, pareille réponse est violente par ses non-dits. Nul doute que l’intermédiaire, un homme libre qui s’est fait tout seul, l’a transmise authentiquement à Tanor.




www.yerimpost.com

Exclusif! Khalifa Sall pique une grosse colère en prison

YERIMPOST.COM Une fois n’est pas coutume. Une seule fois depuis son arrivée à la prison de Rebeuss, le 7 mars 2017, Khalifa Sall s’est départi de sa sérénité légendaire. Cela s’est passé le 21 janvier dernier, deux jours avant la reprise de son procès. La scène, tel que racontée à Yerimpost par un témoin oculaire, est tout un symbole. Quelques-uns de ses avocats et de ses très proches l’ont rencontré pour discuter avec lui de la stratégie de défense à adopter. Un de ses défenseurs l’a directement apostrophé: « Tu ne dois pas t’entêter à défendre des principes qui vont t’enfoncer. Si tu plaides une ignorance totale du circuit de l’argent qui t’était remis et des justificatifs fournis, tu déplaceras le procès. Il reviendra à tes collaborateurs de s’expliquer. Ce sont aujourd’hui tes co-accusés. S’ils pouvaient aujourd’hui te lâcher pour sauver leur tête, ils n’hésiteraient pas à le faire. » Piqué à l’orgueil, la voix tremblotante, le maire de Dakar est entré dans une colère noire et a asséné pareille réponse à son avocat: « Vous ne devez pas me défendre parce que vous ne me connaissez pas. Je suis un homme d’honneur, pas un traître. Ces fonctionnaires détenus sont des boucs émissaires. Ils ne sont qu’un prétexte pour m’atteindre. Ce sont des victimes collatéraux. Je ne vais pas les enfoncer. Si vous n’avez pas d’autre stratégie que celle-là, mieux vaut clore la réunion. » Ambiance…
Il a fallu toute l’habileté diplomatique de la seule femme présente pour calmer le maire qui s’était levé pour rejoindre sa cellule et l’amener à poursuivre la discussion. En se ravisant, il a lâché cette phrase en wolof tirée de ses tripes: « Gni ma indi fii dagnoo beug ma saalit. Douma leen ko may. Sama dignité dama koy gaardé. » A bon entendeur…




www.yerimpost.com

Exclusif! Après Touba, Cheikh Mansour Diouf a conduit la secte Moon chez Serigne Mbaye Sy Mansour !!!

YERIMPOST.COM Si la mission de Cheikh Mansour Diouf consistait à amener la secte Moon à infiltrer les principales confréries du Sénégal, il l’a réussie. Voici la photo de la rencontre des représentants de la secte avec le khalife général des tidjanes, Serigne Mbaye Sy Mansour. La secte a bien recruté au Sénégal. Conformément à ses méthodes, elle s’est appuyée sur une « personnalité influente » pour pénétrer tous les cercles du pays, y compris les plus sacrés. Il faut dire également que Cheikh Mansour Diouf a abusé de la disponibilité toute musulmane de nos guides religieux. Sans leur expliquer le vrai objectif de sa délégation… Nul ne peut savoir quelle utilisation peut être faite de cette photo par la volonté de puissance de Moon !

www.yerimpost.com

 

° Top