Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

enlèvements

Le président Macky Sall se prononce sur les enlèvements et meurtres d’enfants

YERIMPOST.COM Ignoble et inacceptable, tels sont les qualificatifs que le chef de l’Etat a trouvé à cette vague d’enlèvements et de meurtres commis sur des mineurs. Invité par notre confrère Babacar Fall dans l’émission RFM Matin, le président de la République a déclaré que tous les services de sécurité de l’Etat et de renseignements sont mis à contribution afin de traquer et de traduire ces assassins devant la justice. Le président Macky Sall a également donné l’assurance qu’aucune facilité ne sera accordée aux auteurs de ces actes. Toute sa solidarité va aux différentes familles touchées par ces événements malheureux, le dernier en date étant survenu à Rufisque où le jeune Fallou Diop (2 ans) a été retrouvé mort en mis dans un sac cinq jours après le signalement de sa disparition.



Le discours poignant et mobilisateur de AAR KHALEYI

YERIMPOST.COM Le collectif AAR KHALEYI, comme promis, a fait face à la presse, ce mercredi 21 mars, pour alerter les autorités et sensibiliser le peuple entier sur ce phénomène d’enlèvement et de meurtre d’enfants. La coordinatrice et initiatrice du collectif a déploré le silence des autorités, notamment du chef de l’Etat qu’elle a invité à s’adresser solennellement à son peuple qui est aujourd’hui désemparé.

La journaliste Fatou Thiam Ngom a aussi demandé au procureur de la République de s’auto-saisir et de s’engager dans cette affaire, comme il l’a fait dans bien d’autres dossiers. Aux imams et à l’église, AAR KHALEYI a lancé un appel pour que le phénomène soit évoqué dans les différents sermons.

Enfin, le collectif a invité les chefs de village, de quartier et l’ensemble des hommes politiques toutes obédiences confondues ainsi que les ONG à constituer un bouclier autour de ce peuple qui est aujourd’hui terrorisé par ces actes aussi atroces les uns que les autres. Ont pris part à cette rencontre, à côté de la presse, beaucoup de responsables politiques de l’opposition notamment, ceux du pouvoir contactés étant indisponibles, selon Mme Ngom qui mène cette lutte en faveur des enfants en collaboration avec Amnesty International, la Ligue sénégalaise des droits humains et le Forum du justiciable. Voici, ci-dessous, en intégralité, le discours de l’initiatrice de AAr Khaleyi, Fatou Thiam Ngom…




M. le directeur exécutif d’Amnesty International

M. le secrétaire général de la ligue sénégalaise des droits humains,

M? le président du forum du justiciable

Chers autorités politiques, coutumières et de la société civile

Messieurs et dames journalistes, chers confrères

 

Chers désormais membres du collectif ARE KHALEYI

 

C’est avec le cœur meurtri que je m’adresse à vous dans ce cadre qui nous unit par la force des choses. Nous assistons tous depuis quelques temps à des évènements plus atroces les uns que les autres. Nos enfants sont tués sous nos yeux et le plus malheureux c’est que nous constatons que rien de concret n’est fait ni par nos autorités, ni par nous-même. Nous ne pouvons pas nous permettre de se limiter à des publications  sur les  réseaux sociaux il faut agir. Agir pour réconforter ces nombreuses familles touchées et qui ne seront pas les seules si nous ne faisons rien. C’est dire que nul n’est à l’ abri, demain ça peut tomber sur n’importe qui d’entre nous. Pour réconforter justement et rassurer ces familles éplorées par les meurtres de leurs fils ou filles, nous demandons  au président de la république de parler  solennellement à son peuple de prendre des mesures et donner des instructions fermes pour que les dossiers ou enquêtes ouvertes aboutissent à l’arrestation des véritables coupables qui doivent être punis à la hauteur de leurs actes. C’est en ce sens aussi que nous demandons au procureur de la république de s’engager personnellement comme il l’a fait avec certains dossiers. Nous demandons à tous les imams d’évoquer le sujet dans leurs différents sermons, à l’église aussi. Notre appel va aussi à l’endroit des chefs de villages, de quartier pour travailler en synergie avec les autorités notamment en charge de la sécurité. A Vous hommes politiques toutes obédiences confondues,  responsables de la société civile aussi je demande un engagement fort  pour former un bouclier autour de ce  peuple qui n’en peut plus d’assister à cette barbarie mais qui n’a d’autre choix que de se terrer. Chacun essaie ainsi de se créer sa propre sécurité mais la peur au ventre. Voilà le véritable terrorisme contre lequel il faut mobiliser tous les moyens. Certes ça ne sera pas facile ; mais ensemble nous vaincrons ces monstres qui tuent nos enfants !

 

MERCI Infiniment à la presse, merci à tous ceux qui sont là ce matin et ceux qui n’ont pas pu faire le déplacement mais qui sont de tout cœur avec nous. C’est notre affaire à tous et vous l’avez très bien compris et démontré

 

Je vous remercie de votre aimable attention




Enlèvements et meurtres d’enfants: Dépôt de plainte contre l’Etat du Sénégal

Matam, le 20 Mars 2018

 

 

 

Objet : Dépôt de plainte contre l’Etat du Sénégal

 

 

 

Monsieur le Procureur de la République

 

 

Je, soussigné Monsieur Khassoum DIOP, demeurant au Quartier de SOUBALO à  Matam, me vois contraint de porter plainte auprès de votre autorité contre l’Etat du Sénégal en raison des faits suivants :

 

Un Lundi matin, en Juin 2017, l’enfant Amadou Misbabou DIALLO, âgé seulement de 8 ans, a été retrouvé mort à Mbao Cité SDE. Son corps en état de décomposition avancé fut découvert dans une poubelle placée devant une maison par un vendeur qui rangeait ses marchandises.

 

Un autre enfant du nom de Serigne Fallou BA, agé de 7 ans et demi, a été égorgé à Touba au quartier Nguirane  un matin d’un 24 Février 2018. Il fut un tout jeune écolier tué et sa tête emportée. Quelle froideur est ce meurtre à l’allure de sacrifice dans la ville sainte ! A l’intervalle de deux jours seulement, une autre enfant, Mariétou Doumbia écolière à l’établissement public Moussé Seck de Petit Mbao, a été retrouvée morte et abandonnée dans un tas d’ordures. Elle a été bâillonnée puis violée.

 

Et le plus abominable de tous ces crimes est survenu avant-hier au Quartier Gouye Mouride à Rufisque. Le bébé Serigne Fallou DIOP âgé de 2 ans et qui avait disparu depuis 3 jours a été retrouvé mort et enveloppé dans un sac à charbon abandonné dans un chantier.

 

Monsieur le Procureur, en vous rappelant tout ceci, je veux constater avec vous cette psychose générale qui a fini de s’installer dans notre société. Elle est résultante d’une recrudescence de séries de vols, viols et tueries sur nos enfants, les enfants de la nation du Sénégal. La situation est telle que nous vivons en ces temps qui courent une véritable tragédie nationale qui nous saisit, nous plonge dans une inquiétude accablante et nous laisse un grand espoir que notre indignation sera entendue.

 

Monsieur le Procureur, le silence assourdissant de l’Etat du Sénégal devant l’atrocité de tous ces crimes odieux perpétrés contre une couche très vulnérable surprend plus d’un. Un silence insolite voire complice qui viole les chartes fondamentales notre Constitution.

 

En AFFIRMANT son adhésion à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 et aux instruments internationaux adoptés par l’Organisation des Nations Unies et l’Organisation de l’Unité Africaine, notamment la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 Décembre 1948, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes du 18 Décembre 1979, la Convention relative aux Droits de l’Enfant du 20 Novembre 1989 et la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples du 27 Juin 1981, l’Etat du Sénégal, par son mutisme et son inaction devant tous horreurs, VIOLE les libertés fondamentales des enfants telles que énumérées en ces lignes qui suivent :

 

Khassoum DIOP

 

 

 

Meurtres et enlèvements d’enfants: naissance du collectif AAR KHALEYI

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué du collectif…

 

Les enlèvements et meurtres d’enfants devenus  récurrents ces derniers temps, provoquent la colère de parents,   d’hommes politiques et de citoyens  choqués par cette barbarie. Regroupés autour du collectif « ARE KHALEYI, coordonné par la Journaliste de Rewmi Fm Fatou Thiam Ngom,  ces sénégalais comptent se faire entendre dans les prochaines heures, à travers diverses actions, pour amener les autorités plongées dans  un silence inquiétant, à  prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à ce phénomène désastreux.

Tous ensembles, nous vaincrons ces monstres qui tuent nos enfants !

 

 

 

Fatou  Thiam Ngom

77 140 21 46

Mail : fatou.ftn@gmail.com

 

 



Contribution: La psychose des enfants, qui pour en parler ?

Depuis presque deux mois, les enfants écoliers du Sénégal passent beaucoup plus de leur temps à arpenter les rues pour dénoncer les grèves cycliques des enseignants et exiger leur arrêt immédiat afin de reprendre les chemins de l’école. La clameur des enfants semblerait tomber dans les oreilles d’un sourd au regard du mutisme et de l’inaction insolites de beaucoup d’entre nous.
Devant cette situation d’indifférence constante et face à la détermination grandissante des enseignants à poursuivre leur combat au grand dam des élèves et du système éducatif, il y a lieu de se rendre compte que l’enjeu de taille est la priorité qu’il faut accorder à l’éducation. Comme toute cette atmosphère délétère, dévastatrice et démotivante qui prend tout le système éducatif en otage ne suffisait pas, les écoles et universités sont transformées en de véritables foyers de tension et d’affrontements, d’agressions physiques, d’actes de sauvagerie de toute sorte entre les « forces du désordre » et les apprenants.
L’Ecole Primaire Adja Mame Yacine Diagne suffit comme parfaite illustration quand deux grenades lacrymogènes ont suffit pour perturber la quiétude des élèves pour la plupart âgés entre 9 et 14 ans transformant ainsi des minutes de leur vie à des moments cauchemardesques dont ils se souviendront pour toujours. Ce regrettable incident de jets de lacrymogènes dans ce temple du savoir n’a fait qu’allonger la longue liste des évènements tragiques dont sont victimes cette couche vulnérable, sans défense, source de bonheur inestimable, trésor inespéré souvent recherché et porteur d’avenir radieux que constituent nos enfants.
Nos jeunes sœurs, nos jeunes frères, nos onéreux fils, nos filles chéries, nos petits fils choyés et nos petites filles capricieuses et innocentes son sans relâche guettés, chassés, pourchassés et finis le plus souvent par être pris en piège et victimes de crime odieux, abominable et impitoyable aux images et récits terrifiants à des fins justement et simplement de pratiques occultes, de sacrifices funestes et de satisfaction de pulsion sexuelle animale. Tout ceci se passe sous le regard spectateur de beaucoup d’observateurs. Faudra-t-il attendre combien d’enfants volés, d’enfants violés, d’enfants mutilés, d’enfants égorgés, d’enfants sacrifiés ou disparus avant d’agir ?




Tous ces malheureux, funèbres et impunis évènements finissent d’installer un climat de psychose généralisée, de quiétude perturbée, de peur constante, d’indignation inaudible et d’aveu d’impuissance ineffable et de sentiment alarmant de désespoir chez toute la société.
La République ne semble pas être ébranlée, pourtant nous avons un Ministre de la Femme, de la Famille et du Genre, nous avons aussi un Ministre de la Bonne Gouvernance et de la Protection de l’Enfance et sans compter les Ministres de l’Education, de l’Intérieur, le Premier Ministre et le Président de la République. Mais, permettez moi d’insister sur les deux

premières pour remarquer et faire remarquer cette ironie du sort : elles sont toutes deux des « NDEYE ». Elles sont des « MAMAN » qui jusqu’ici ont fait preuve d’un silencieux bavardage ! Il faut rompre ce silence insolite et presque complice pour conjuguer efforts et moyens pour traquer, persécuter, percuter et mettre aux arrêts tous ces pervers, criminels et déchets de la société.
Cependant, et pour finir, nous ne désespérons pas. Nous ne lâcherons pas les armes pour laisser notre progéniture désacralisée, nos enfants assassinés, nos familles disloquées et notre bonheur familial déchanté. A l’instar du collectif « Silence On Tue Nos Enfants », nous allons nous lever comme un seul frère, un seul père, une seule sœur et une seule mère non pas pour dénoncer mais combattre et éradiquer cette tragédie sociétale d’où qu’elle puise se trouver et peu importe la force obscure qui l’incite, l’alimente et l’attise. En attendant, nous demandons à l’Etat en concordance avec ces ministres de la femme, de la famille et de la protection de l’enfance d’agir et de sévir afin de SERVIR.

Khassoum DIOP
Khassito2016@hotmail.com

Enlèvement et assassinat d’enfants: Idy indexe les hommes politiques

YERIMPOST.COM C’est dans la capitale du mouridisme, où il séjourne, qu’Idrissa Seck a montré toute son indignation face aux vols et assassinats d’enfants qui secouent le pays ces derniers jours. Rien ne vaut de tels sacrifices, a déclaré le leader du parti Rewmi. « Ni le pouvoir ni les biens terrestres ne doivent justifier qu’on s’en prenne à des enfants. Et la responsabilité première de l’Etat est de garantir la sécurité », a-t-il dit. Avant d’ajouter : « Au-delà de ces enfants, il y a certaines pratiques effroyables chez les hommes politiques qui sont aveuglés par la quête du pouvoir, au point de s’adonner à des pratiques ignobles ».




° Top