Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

dos

Contribution: Et si on arrêtait de mettre tous nos malheurs sur le dos de nos autorités diplomatiques

La mort a encore frappe la communauté sénégalaise établie à l’étranger. Apres l’Italie c’est l’Espagne plus précisément à Madrid en la personne de Mr Mame Mbaye ndiaye de perdre la vie après une course poursuite avec les policiers espagnols. Il était sans papier et son unique tort c’est d’avoir le courage de ne pas tomber dans la délinquance en vendant dans les rues de Madrid. Il avait déjà fini de faire l’unanimité autour de lui par sa disponibilité son sérieux et son dévouement. Les membres du Dahira mouride ne me démentiront pas. Oui ce meurtre a tout à fait des relents de haine et de racisme car il est inconcevable pour un policier de courir derrière un pauvre vendeur à la sauvette sur plus de deux (2) km et à moto. N’empêche nous ne généralisons pas. Tout le monde n’est pas raciste en Espagne. La réaction toute teintée de colère des Sénégalais est à ce niveau compréhensible. En tant que Sénégalais j’ai juge nécessaire d’aller montrer ma compassion le vendredi après la prière du Djouma. Ma surprise et mon indignation furent grande lorsque notre ambassadeur fut agresse. N’eut été la promptitude des policiers espagnols l’ex  cemga aurait passé un mauvais quart d’heure et tout cela orchestré par le député Mor Kane. Sur la vidéo on le voit avec l’écharpe aux couleurs du Sénégal. Venu de Burgos pour faire tout bonnement de la récupération politique sur le cadavre d’un Sénégalais. C’est hallucinant. Il faut être avec Wade pour oser faire une pareille chose. Nous ne sommes pas amnésiques. Il a oublié que c’est son mentor qui avait envoyé son ministre de l’intérieur d’alors Me Ousmane Ngom pour négocier le rapatriement des Sénégalais en situation irrégulière pour un cout de treize (13) milliards.

Ces jeunes gagnés par le désespoir et qui voyaient en Wade le messie avaient déjà déchanté devant cette gabegie institutionnalisée dont seul Wade a le secret. C’est lui toujours Wade qui lui avait donné soixante mille (60 000) euros pour sa campagne ici en Espagne en 2012. Par contre le Président Macky Sall lors de sa dernière visite dans le royaume d’Espagne en décembre 2014 nous avait offert trente mille (30 000) euros nous permettant de payer sur une période d’une année le local qui nous sert de mosquée. Pour rappel à cette époque l’Espagne avait été frappé de plein fouet par la crise du coup nous avions d’énormes difficultés à payer le loyer. Un grand merci au Président de la République. On ne vous oubliera jamais dans nos prières car n’eut été cette aide nous aurions déjà rendu les clefs du local tant utile pour nos prières, réunions et activités des différents dahiras.




L’immigration sénégalaise vers l’Espagne date de plus d’une trentaine d’années mais force est de reconnaitre que c’est un échec à mon avis et plus précisément en ce qui concerne les immigrés vivant à Madrid. Nous peinons à avoir une association forte pouvant réunir tous les Sénégalais autour de l’essentiel malgré nos différences. Des jeunes comme Mame Mbaye Ndiaye il y en a beaucoup qui n’ont pas de cadre où évoluer, être aidé, orienté. La solidarité des Sénégalais n’est effective qu’après la mort. Nous ferons tout pour trouver les six mille (6000) euros pour le rapatriement d’une personne décédée. La solidarité doit être sentie quand on est en vie aussi. Ils sont légion les Sénégalais bien intégrés dans la société espagnole qui peuvent beaucoup apporter à leur compatriote mais ils préfèrent rester dans leur coin car ils ne veulent pas se mêler a des disputes inutiles. Les hommes à la place qu’il faut. La vérité aussi est que bon nombre de Sénégalais profitent de l’association pour se faire une place au soleil. Comment Mame Mbaye a pu rester pendant 14 ans sans papier alors que l’Espagne a les politiques migratoires les plus souples d’Europe. C’est juste inadmissible. D’autre part il ne faut pas se voiler la face notre crédibilité est mise à rude épreuve. Pour témoin il suffit de faire un tour à la place de lavapies pour voir comment de jeunes Sénégalais tous des vendeurs de haschich ont mis cette rue en coupe réglée. Par ailleurs nous sommes plus enclins à respecter l’administration du pays d’accueil que nos consulats. Quand il s’agit de traiter avec l’administration espagnole on respecte les délais, on fait la queue et on est très serviable. Par contre quand on est dans nos consulats c’est tout le contraire. Pour terminer j’espère que ces morts vont nous amener à réfléchir sur l’importance de nous doter d’une association forte et travaillant sur des bases claires et transparentes.

Oumar fall dit ngalla

ngalze@hotmail.com

Madrid



Les Sénégalais d’Europe et des Etats-Unis tournent le dos à Macky Sall par la faute de Cheikh Kanté

YERIMPOST.COM Le numéro 2 du Rassemblement de la diaspora pour l’investissement (RDI) explique ce revirement à travers le texte qui suit…

 

Cheikh Kanté comprend-il vraiment sa mission en tant que ministre en charge du suivi du Plan Sénégal émergent ? C’est la question que se posent les membres du Rassemblement de la diaspora pour l’investissement.
Ces Sénégalais établis en Europe et aux États-Unis se heurtent à l’indifférence du ministre en charge du suivi du Pse, alors que leur seul désir est de réunir des investisseurs européens et les autorités sénégalaises, à l’occasion des journées économiques prévues à Bruxelles, en vue d’en faire profiter le Plan Sénégal émergent. Après nous avoir demandé de reporter l’évènement dans un premier temps, Cheikh Kanté a décidé de snober tout simplement la plateforme du Rassemblement de la diaspora pour l’investissement, alors qu’ils sont à 15 jours des journées économiques.




Cheikh Kanté sera tenu pour responsable des conséquences du boycott du Président Sall par les Sénégalais de l’extérieur. Le Rassemblement de la diaspora pour l’investissement est très remonté contre le ministre en charge du suivi du Plan Sénégal émergent. La cause : les journées économiques que le Rassemblement compte organiser à Bruxelles et qui risque de capoter à cause de l’ancien Directeur général du Port autonome de Dakar.
C’est à partir d’une rencontre avec le président de la République, qui veut que la diaspora soit au cœur du dispositif du Plan Sénégal émergent que ces journées économiques ont été décidées. Elles étaient d’abord prévues pour les 24 et 25 janvier, avant d’être reportées sur demande de Cheikh Kanté. Il nous avait fait comprendre qu’il voulait présider la cérémonie, donc nous avons reporté, avec beaucoup de conséquences financières.
Il nous faut juste 50 millions pour apporter au moins 500 milliards au Pse.
Nous avons perdu des milliers d’euros avec les réservations d’hôtel et autres frais. Il nous a fait reporter l’évènement, à deux semaines de la date convenue, avant de nous mettre en rapport avec son directeur de Cabinet. Cheikh Kanté a aussi attendu une semaine avant la date de l’évènement pour nous demander de maintenir la date, ce qui était impossible, vu que nous avions déprogrammé. Ils ont dépensé près de 100 millions pour organiser le Conseil présidentiel sur l’investissement, ici au Sénégal, alors qu’il nous faut juste la moitié de cette somme pour leur rapporter le quart (¼) du gap d’investissement pour la première phase du Pse.
Cheikh Kanté nous a mis dans des couacs indescriptibles et nous snobe.
Nous avons pris un cabinet belge qui a pour mission de regrouper 150 investisseurs avec comme critère fondamental d’avoir des ressources d’au moins 5 millions d’euros chacun avec un potentiel de presque 500 milliards de francs Cfa. Alors que, lors du dernier Conseil présidentiel sur l’investissement, les autorités ont dit qu’ils ont un gap de 2000 milliards pour la première phase du Pse.
Nous mettons en place ¼ de ce gap et Cheikh Kanté nous snobe. Nous avons envoyé des courriers à tous les ministères concernés, mais malheureusement seules la Direction de l’investissement, avec qui nous avons travaillé sur les termes de référence et la Direction des Sénégalais de l’extérieur nous ont aidés.
Le principal concerné qui est le ministre chargé du Pse depuis qu’il nous a demandé de reporter ces journées,  refuse de nous prendre au téléphone. Nous avons fixé une autre date les 20 et 21 Avril 2018 à sa demande, mais on a l’impression qu’il veut faire capoter ces journées économiques, alors que le Président lui avait donné des directives claires en notre présence, pour qu’il puisse nous accompagner lors de ces journées.
La Diaspora est très remontée contre Cheikh Kanté. C’était  le rôle du gouvernement d’aller chercher des investissements et quand des compatriotes de la diaspora décident de participer au financement du Pse et que le ministre concerné ne mette pas la main à la pâte, cela devient louche.
Nous avons investi énormément d’argent pour la réussite de ces journées et nous nous retrouvons sans soutien. Nous n’arrivons pas à nous expliquer les intérêts qui poussent Cheikh Kanté à agir de la sorte.  Nous ne savons pas s’il ignore nos appels, nos mails pour des intérêts politiques ou pas, mais il ferait mieux de réagir parce que nous sommes à quinze jours de l’évènement. Tout est prêt à Bruxelles, il ne reste que Cheikh Kanté, l’Apix, la BNDE ,le Fongip…




Nos partenaires belges nous  attendent pour les accréditations et nous ne savons pas quelles sont les autorités sénégalaises qui assisteront à l’évènement. Si jamais Cheikh Kanté n’honore pas sa parole, il sera le responsable de tous les dommages collatéraux qui pourraient survenir dans les relations entre le président de la République et la diaspora.
LASS BADIANE

DIRECTEUR EXECUTIF ADJOINT DU RASSEMBLEMENT DE LA DIASPORA POUR L’INVESTISSEMENT (R.D.I)

Exclusif! Saër Niang a planté un couteau dans le dos de Macky Sall

YERIMPOST.COM Le président de la République, Macky Sall, est très remonté contre Saër Niang. En cause, le comportement déloyal voire machiavélique du directeur général de l’Agence pour la régulation des marchés publics (Armp) qui a choisi le moment qu’il ne fallait pas pour rendre public le rapport 2016 de son institution.

En effet, après l’expiration de son contrat à la tête de l’Armp, le sieur Niang a décidé de ne pas faire de vagues pour garder toutes ses chances de voir son bail renouvelé. C’est d’ailleurs ce qui explique que la publication du rapport 2016 ait été si retardée. Devant être porté à la connaissance du public depuis le premier semestre de 2017, ledit rapport avait été gelé pour ne pas gêner les calculs de carrière de M. le directeur.

Sa parution brutale n’a rien de fortuit. Saër Niang l’a balancé, après avoir appris qu’une enquête de moralité avait été diligentée sur celui pressenti pour lui succéder. Et que Macky Sall était sur le point de signer le décret de nomination. C’est le moment qu’a choisi l’encore patron de l’Armp pour sortir, ce 7 mars, son document ô combien critique pour  « la gouvernance sobre et vertueuse ».

Cet acte a énervé Macky Sall par son cynisme. C’est comme si Saër Niang le braquait pour lui imposer de revenir sur son choix de nommer un autre. Sortir son rapport équivaut dans ce contexte à prendre l’opinion à témoin pour mettre le président mal à l’aise. S’il le dégomme, il courra le risque de voir sa décision interprétée comme une mesure de rétorsion.

Le président de la République cédera-t-il à cette pression psychologique ? Bravera-t-il ce piège pour aller au bout du processus de nomination qu’il a enclenché ? Une seule certitude: Macky Sall a trop mal pris le manque d’élégance de Saër Niang.

D’autant que le très probable futur ex-directeur de l’Armp n’est pas lui-même blanc comme neige. Il a commis, dans sa propre gestion, des entorses au code des marchés. C’est le cas de véhicules qu’il a pris en leasing pour l’Armp par le biais d’un grossier gré-à-gré.

www.yerimpost.com




° Top