Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

déjà

Présidentielle de 2019: Les dés ne sont-ils pas déjà pipés ?

Le compte à rebours a commencé et les états majors politiques ne dorment plus du sommeil des justes, tellement leurs esprits sont tournés vers la date du 24 février 2019 au soir de laquelle seront connus les résultats de l’élection présidentielle.

La deuxième alternance sera-t-elle alternée ou le Président sortant va-t-il être réélu?

Mystère et boule de gomme ?



Pour le moment rien ne permet de prédire le vainqueur de ces joutes qui seront à coups sûrs très âpres, malgré l’assurance que semblent donner les partisans du Président Macky Sall d’une réélection dès le premier tour.

Ils sont en effet persuadés que la réélection du Président, soit elle passe au premier tour, ce qui loin d’être évident avec la configuration politique actuelle du Sénégal, soit elle casse au deuxième tour, avec la ferme volonté des candidats de faire front contre le président sortant, expériences vécues en 2000 et en 2012.

Ces deux alternances avaient été réalisées dans un contexte empreint de paix sociale et de respect des jeux démocratiques.

C’est loin d’être le cas aujourd’hui où le fil du dialogue entre la majorité et l’opposition la plus représentative est coupé depuis l’adoption de la loi instituant le parrainage qui a fini de polluer l’atmosphère politique lourde de tous les dangers.

Le minimum de consensus sur le processus électoral n’est pas assuré.

Il urge donc de reprendre le fil du dialogue.

La personne du Ministre de l’Intérieur importe peu.

Seulement il doit donner des gages de sécurisation de tout le processus électoral.

D’abord veiller à ce que tous les citoyens inscrits sur les listes électorales reçoivent leurs cartes au plus tard ce 31 août comme il en avait fait la promesse.

Les ratées connues dans la confection et la distribution des cartes devaient précipiter le départ du Directeur de la DAF, Monsieur Ibrahima Diallo, admis

à faire valoir ses droits à une pension de retraite depuis 2015, mais maintenu encore à son poste pour des raisons que la raison ignore.

Il devrait aussi édifier les Sénégalais sur le discriminant jusque-là resté secret pour les principaux acteurs. Un élément aussi important du dispositif électoral ne saurait être entretenu dans ce flou.

En outre le formulaire officiel de collecte des parrains, dont le retard ne s’explique nullement au vu de la diligence qui avait prévalu lors du vote de la loi, doit être mis à la disposition des candidats à la candidature pour leur donner suffisamment le temps de recueillir des parrains avec le maximum de chances de voir leur candidature validée.

Devant une telle situation l’opposition doit faire preuve de suffisamment d’ingéniosité pour ne pas tomber dans le piège qui lui semble être tendu.

Pour ce faire, elle doit batailler ferme pour la fiabilité de ce qui reste du processus électoral, avec comme premier objectif la confection et la distribution de toutes les cartes d’électeurs sans discrimination aucune.

Elle doit également, en concertation avec tous les candidats, trouver une stratégie en réduisant au maximum les candidatures qui pourraient être fédérées autour de cinq pôles forts regroupés autour de projets de sociétés bâtis sur la base d’un désir commun d’aller ensemble.

Une floraison de candidatures ne serait pas pour faciliter les choses : les mêmes personnes parrainant tout le monde et le parrainage multiple étant interdit par la loi.

Le facteur temps va s’ajouter à la complexité de la tâche déjà si ardue.

Ne serait-on pas tenté, comme ce fut le cas aux dernières législatives, de multiplier les candidatures pour corser davantage la quête aux parrains ?

Vouloir élever la barre très haut pour rassembler le maximum de parrains ne participe-t-il pas de ce même stratagème ?

Mais ceux qui le feraient seraient exposés au risque de voir leur candidature invalidée parce que la loi a fixé aussi bien un plancher(nombre maximun) et un seuil



(nombre minimum ) qui lient tout le monde.

En tout état de cause, l’histoire du Sénégal ne s’arrêtera pas au 24 février 2019.

Par voie de conséquence, les politiques de quelque bord qu’ils soient, doivent savoir raison gardée et œuvrer tous ensemble pour l’organisation d’une élection libre et transparente permettant au seul peuple souverain de

choisir l’homme qui va présider aux destinées du pays les cinq années à venir.

Fait à Thiès le 15 août 2018

El Hadji Abdou Wade dit Mara.

Hadj 2018: déjà un décès enregistré

YERIMPOST.COM Les pèlerins sénégalais sont en deuil. En effet, une d’entre eux a perdu la vie aux Lieux saints de l’islam. La dame qui répondait au nom de Adja Ramatoulaye Sy a été inhumée le lundi 13 août 2013 à Médinatoul Mounawaara, selon le site Azactu.net.



Diao Baldé Keïta quitte déjà Monaco !

YERIMPOST.COM Une petite saison et puis Diao Baldé s’en va. Son transfert à l’Inter est quasiment fait. L’international sénégalais, auteur de huit buts lors du dernier exercice en Ligue 1, devrait retrouver la Serie A, selon un média transalpin. Le deal est simple. L’AS Monaco prête l’ancien de la Masia pour 5-6 millions d’euros avec une option d’achat fixée à 30 millions. Un transfert va être officialisé dans les prochaines heures. L’attaquant sénégalais est déjà à Milan pour passer sa visite avant de s’engager avec le club nerazzurri.


Tabaski 2018: Déjà des signes de célébration dans la division

YERIMPOST.COM La Tabaski 2018 risque d’être célébrée à nouveau dans la division au Sénégal. La Coordination des musulmans du Sénégal, communément appelé les « ibadous », a décidé de suivre La Mecque qui va célébrer cette fête le mardi 21 août 2018. Alors que la Commission nationale du croissant lunaire, elle, va se réunir cet après-midi, dans les locaux de la Rts, pour scruter la lune. Si elle apparaît, la Tabaski sera célébrée mercredi 22 août 2018 qui coïncidera avec 10ème jour du mois lunaire. Si la lune n’est pas visible, la Commission va fixer la célébration de la Tabaski au jeudi 23 août 2018, renseigne Imam Omar Dièye,


Candidat à la présidentielle, Abdoulaye Baldé se prépare déjà à un second tour

YERIMPOST.COM Que Macky Sall rempile au soir du 24 février à l’issue d’un premier tour, cela découlerait d’un miracle. Telle est la conviction d’Abdoulaye Baldé qui a officialisé sa candidature à ladite élection. Selon lui, l’époque où un président sortant se faisait réélire dès le premier tour est révolue en Afrique. Convaincu qu’un second tour aura lieu si aucun forcing n’est fait, il ajoute que le président Macky Sall aura beaucoup de soucis à se faire.



« Macky Sall a déjà tout signé » (Mamadou Diop Decroix)

YERIMPOST.COM Le 12 juin prochain est la date retenue pour démarrer le dialogue national sur l’exploitation du gaz et pétrole. C’est en réunion du Conseil des ministres que le chef de l’Etat a fait l’annonce. D’emblée, le coordonnateur du Front patriotique pour la défense de la République maintient la position face à cet appel du président de la République. Mamadou Diop Decroix, qui a été interpellé sur la question, a répondu: « Sur le pétrole et le gaz, il a déjà tout signé. Le président Macky Sall met la charrue avant les boeufs… Ce dialogue va servir à quoi ? Il a déjà décidé de ce qu’il va faire en votant le projet de loi sans concertation. Maintenant, il veut nous inviter dans la mise en oeuvre… S’il était animé de bonne foi, il nous aurait consulté avant même de procéder au vote du projet de loi l’autorisant à ratifier l’accord sur l’exploitation de ressources d’hydrocarbures signé entre le Sénégal et la Mauritanie. » Cette réplique a le mérite d’être clair.



Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum, 1 an déjà

YERIMPOST.COM 15 mars 2017-15 mars 2018, voilà un an que Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum nous quittait. Le défunt khalife général des tidianes a été arraché à notre affection à l’âge de 91 ans. C’est son frère Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine qui lui succéda à la tête de la confrérie. Six mois plus tard, il le rejoignait dans l’au-delà, laissant la place à Serigne Mbaye Sy Mansour. En ce jour commémorant sa première année de disparition, les tidianes se souviennent d’un homme d’une dimension exceptionnelle.



Porokhane: 20 morts d’un coup

YZEIMPOST.COM  Ce mardi 20 février a été marqué par une série d’accidents de la circulation, notamment sur la route de Porokhane. La ville qui s’apprête à célébrer la mère du fondateur du Mouridisme, Sokhna Diarra Bousso, a été fortement endeuillée. En plus du motard du président du Haut conseil des collectivités territoriales qui est mort sur le coup après un violent choc avec un mini car, un bus de transport en commun et un car de type Ndiaga Ndiaye sont violemment entrés en collision. Un lourd bilan porte le nombre des victimes à 20 morts et des dizaines de blessés.

° Top