Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

coumba gawlo seck

Coumba Gawlo Seck définit la musique

La musique est un métier et non de la rigolade, selon l’artiste-chanteuse Coumba Gawlo Seck qui invite les autorités à bien prendre en compte l’apport des artistes au développement du pays.
Parlant de son expérience personnelle dans un entretien avec l’APS, elle a déclaré : « La musique est un métier. Je me lève à 6h du matin, parfois à 7h. Je travaille au moins avec 75 personnes (Label Sabar, fondation Lumière pour l’enfance, groupe Go médias, etc.) que je paie (…). Je paie des charges sociales. Je fais donc partie de ceux qui contribuent au développement de l’économie du pays ».
« La musique est un métier. Il faut que l’Etat comprenne que la musique n’est pas de la rigolade (…) », a-t-elle ajouté, à la question de savoir si elle vit de son art, déplorant le fait que l’artiste est souvent perçu en Afrique comme « un amuseur public ».




Parlant de l’apport des artistes au développement du pays, Coumba Gawlo Seck a évoqué leur capacité de véhiculer des messages. Sur cet aspect, elle a déclaré : « Les institutions internationales et les ambassades ont bien compris cette dimension des artistes ».
Les pouvoirs publics peuvent bien s’appuyer sur les artistes pour véhiculer des messages destinés à la population, a dit la chanteuse, connu pour son engagement pour la cause des enfants et des femmes, des démunis, ce qui la conduit à être nommée « Ambassadrice de bonne volonté » du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD).
« L’artiste a de la valeur, il a une compétence (….) il est un vecteur de communication », a dit Coumba Gawlo Seck qui invite les artistes à se faire entendre, se respecter, pour avoir un meilleur statut.

Source: APS

Vidéo- Chant des Linguère (Coumba Gawlo Seck)





Festival «Chant des Linguères»: Réussite totale et succès diplomatique pour Coumba Gawlo

Faire l’unanimité autour du concept et dérouler un événement de cette dimension sans faille, avec cerise sur le gâteau , le gratin du pays en conciliabules avec les ambassadeurs accrédités à Dakar. Coumba Gawlo ne pouvait espérer mieux que cette reconnaissance des femmes et du monde,  en cette édition initiatrice du festival des femmes, dédié aux femmes. « Chant des Linguére »…

Déroulé avec maestria, et originalité, sur des sites symboliques ( cité Aline Sitoe, Ucad, Guédiawaye et King Fahd) avec le concours d’experts réputés sur les questions de genre, Coumba Gawlo a placé ce 8 Mars sous le signe de la maturité artistique. Le festival lancé du 6 au 8 Mars dans l’agenda culturel sénégalais a révélé la dimension planétaire de l’artiste qui a réussit, sur le plan organisationnel, a déroulé un agenda confortable aux sept artistes africains invités. Du forum de sensibilisation animé à la cité Claudel part des panélistes rompus aux plaidoyers pour les femmes au diner de gala historique qui a sacré les « Linguére du développement », au King Fahd Palace, la promotrice de l’événement a élevé la barre haute, épousant les normes et standards internationaux, tant sur le profil des récipiendaires que sur la carrure des invités de marque présents à ce rendez-vous mondain dakarois .Le ballet diplomatique, défiant les règles protocolaires, fut impressionnant et la dizaine d’ambassadeurs qui côtoyait la table des chefs d’entreprise ou patrons d’Ong, affichant  sa proximité avec l’artiste , savourait à sa juste valeur ce moment fort de communion , multiforme, pour valoriser la femme. La révélation faite par le ministre de la culture, Abdou Latif Coulibaly, témoin de l’histoire, sur la trajectoire de Coumba Gawlo depuis ses débuts, suffit à comprendre que la fierté en elle, pour cette première édition, reste la sensation de l’avoir bien fait. La seconde édition du festival « Chant des Linguére » promet d’être plus aboutie au regard des performances réalisées pour ce coup d’essai qui fut un coup de maitresse pour la Diva.

L’équipe com de Coumba Gawlo Seck




 

 

Festival «Chant des Linguères»: Coup de maîtresse pour un coup d’essai !

Clap de fin à Guédiawaye, la banlieue valide l’initiative de Coumba Gawlo. Tel pourrait être l’intitulé du résumé-bilan de la première édition du festival « Chant des Linguére » dont l’étape d’hier, la banlieue dakaroise, a été fructueuse.

Les rideaux sont tombés sur la première édition du festival « Chant des Linguère ». Déroulé à Dakar entre forums, débats , sensibilisation , diner de gala et concert, du 6 au 8 Mars 2018, à travers le meilleur vecteur de communication, la musique, comme le rappelle l’initiatrice Coumba Gawlo, le festival a été un moment intense de sensibilisation sur l’autonomisation femmes et la lutte pour le respect de ses droits. L’originalité de cette première édition, avec la présence dans la capitale sénégalaise de sept divas africaines engagées pour les mêmes causes, s’est beaucoup plus révélée avec le sacre des Linguéres du développement, une innovation de taille dans la valorisation du genre, pour sacrer les femmes de valeur dignes d’être offertes en exemple aux jeunes générations. La chanteuse Coumba Gawlo, qui a réussit  un ballet diplomatique lors de la cérémonie mondaine avec une dizaine d’ambassadeurs invités, en présence des plénipotentiaires des Nations Unies, et la crème dakaroise, a affiché la même satisfaction face aux jeunes de Guédiawaye, partageant la même passion des foules avec ses paires sur scène, jusqu’après 3 heures du matin. Bercée par la brise maritime depuis l’esplanade du marché jeudi, La bande à Rocky Gold a clos, avec un gout d’inachevé, un séjour fructueux à Dakar. Pour un coup d’essai, la Diva a fini d’inscrire son festival dans l’agenda culturel sénégalais. La cité Aline Sitoe appose sa signature  pour la labellisation du festival ce vendredi lors d’un concert Live prévu au sein de la cité des jeunes étudiantes.














Ce que la diva à la voix d’or va faire pour les femmes sénégalaises

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué qui en fait état…

 

Dans le cadre de son programme annuel, Go Media et le label Sabar en partenariat avec l’association humanitaire LPE (Lumière pour l’Enfance-Coumba Gawlo) organisent la première édition du festival destiné aux femmes  intitulé « Chant des Linguère ».  Prévu les 6,7, et 8 Mars 2018  à Dakar, le programme  du festival, initié par l’artiste Coumba Gawlo, sera articulé autour de débats et forums, concert, pour sensibiliser sur les défis qui interpellent les femmes. La thématique  coïncidant avec la journée internationale dédiée aux femmes, sera axée sur la défense des droits des femmes, l’autonomisation, l’entreprenariat et le leadership féminin, la promotion du dividende démographique au Sahel, la scolarisation des filles, les mariages précoces, l’espacement des naissances, la santé maternelle et infantile, la lutte contre les violences basées sur le genre.

Toute la presse nationale et internationale est conviée aux différentes activités pour une couverture médiatique sans précédent de cet événement phare  fait par des femmes pour des femmes.

Bureau de presse Gomedia

° Top