Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

conseil

Saisine du Conseil constitutionnel: les députés de l’opposition croisent les doigts

YERIMPOST.COM Ils l’avaient annoncé, ils l’ont fait. Ce mercredi 25 avril, pas moins de 20 députés ont déposé un recours au Conseil constitutionnel. Me Madické Niang, qui était le porte-parole du jour, s’est voulu on ne peut plus clair. « Nous n’avons pas saisi le Conseil constitutionnel en inconstitutionnalité. Certains qui se disent experts vont se presser pour dire qu’une loi inconstitutionnelle ne peut pas être constitutionnelle. C’est une saisine pour annulation ! D’abord, pour violation de la Constitution, ensuite pour violation du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. » Et le député d’ajouter que leur demande est très fondée et qu’il espère que les sages vont répondre favorablement à la requête. Toutefois, ces élus ont pris les devants au cas où le Conseil constitutionnel venait à valider la loi sur le parrainage. Me Madické Niang et ses collègues entendent internationaliser le combat devant les juridictions sous-régionales comme annoncé précédemment.



Communiqué du Conseil des ministres du 25 avril 2018

Le Président Macky SALL a réuni le Conseil des ministres, mercredi 25 avril à 10 h, au Palais de la République.

Entamant sa communication sur sa visite d’amitié et de courtoisie, en prélude à la célébration de la 138ème édition de l’Appel de Seydina Limamou Laye, le Chef de l’Etat adresse ses chaleureuses félicitations et ses sincères remerciements à Serigne Abdoulaye THIAW LAYE, Khalife général des Layènes, pour l’accueil chaleureux et les prières ferventes formulées pour la paix et la prospérité du Sénégal.

Ainsi, le Président de la République demande au Gouvernement, en parfaite synergie avec les autorités religieuses, coutumières et les populations de Cambérène, d’intensifier la modernisation des sites et zones impactés par l’aménagement de la deuxième section de la Voie de Dégagement Nord (VDN) en tenant compte de leurs spécificités.




Poursuivant sa communication autour de la mécanisation intensive de notre agriculture pour asseoir durablement l’autosuffisance et la sécurité alimentaire, le Chef de l’Etat félicite le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural pour la bonne organisation de la cérémonie officielle de réception des 1000 unités de matériels agricoles destinées aux agriculteurs, d’un coût de 32 milliards de FCFA.

A cet égard, le Président de la République demande au Gouvernement, en rapport avec l’ensemble des acteurs du secteur impliqués, de déployer avec diligence, les procédures appropriées, afin d’assurer la répartition équitable, la maintenance adéquate de cet important lot de matériels subventionnés, mis à la disposition des producteurs, par l’Etat, dans le cadre de la dynamique de renforcement de la politique d’autosuffisance alimentaire, par le renouvellement et la modernisation de l’équipement rural, engagée depuis 2012.

Par ailleurs, abordant la consolidation du dialogue social tripartite, Etat-Syndicats-patronat, et la préparation de la Fête internationale du travail qui sera célébrée le 1er mai, le Chef de l’Etat demande au Gouvernement de faire le bilan exhaustif de l’état de prise en charge des cahiers de doléances déposés en 2017 et de préparer la cérémonie officielle de réception des centrales syndicales à la Présidence de la République.

Le Président de la République invite également le Gouvernement à évaluer, les résultats des deux conférences sociales tenues en 2014 et 2017, notamment la mise en œuvre et l’actualisation du Pacte de Stabilité sociale et d’émergence économique, conclu en 2014, entre l’Etat, les Syndicats et le Patronat.

En outre, le Chef de l’Etat réitère ses instructions relatives à la consolidation du dialogue social dans tous les secteurs et à l’établissement d’un calendrier consensuel de suivi des revendications et accords signés avec les partenaires sociaux.

Enfin, le Président de la République rappelle au Gouvernement l’impératif d’assurer le respect scrupuleux des droits des travailleurs en matière de protection sociale, de cotisations sociales à l’IPRES, à la Caisse de Sécurité sociale et la mise en œuvre effective de conventions collectives, notamment, dans le secteur de la sécurité privée.

Le Chef de l’Etat a terminé sa communication sur le suivi de la coopération, des partenariats et son agenda diplomatique.

Le Premier ministre a axé sa communication sur la situation sociale avant de rendre compte de la coordination de l’action gouvernementale.

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a fait le point sur la situation africaine et internationale.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a rendu compte de la préparation de la campagne agricole.

Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime a fait une communication portant sur l’état de la coopération dans le domaine de la pêche entre l’Etat du Sénégal et la République Islamique de Mauritanie.

Le ministre du Travail, du Dialogue social des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions a fait le point sur les préparatifs de la Fête internationale du Travail et la convention 205 de l’Organisation internationale du travail relative à l’emploi et le travail décent au service de la paix et de la résilience.

Le ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique a fait le point sur l’actualisation du cadre juridique des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication.

 

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le conseil a examiné et adopté :

  • le projet de décret portant organisation du ministère de la Justice ;

 

  • le projet de décret portant organisation du ministère de la Pêche et de l’Economie maritime.

 

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :

 

  • Monsieur Momar DIOP, Docteur en Science politique, précédemment Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal au Royaume des Pays-Bas, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Donald J. TRUMP, Président des Etats –Unis d’Amérique, en remplacement de Monsieur Babacar DIAGNE ;

 

  • Monsieur Babacar Matar NDIAYE, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Ottawa, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Muhammadu BUHARI, Président de la République fédérale du Nigéria, avec résidence à Abuja, en remplacement de Monsieur Baboucar SAMBE ;
  • Monsieur Amadou SOW, Conseiller des Affaires étrangères principal, de classe exceptionnelle, précédemment Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal au Royaume du Maroc, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Hassan ROHANI, Président de la République islamique d’Iran, en remplacement de Monsieur Babacar BA ;

 

  • Monsieur Oumar El Foutiyou BA, Conseiller en Organisation est nommé Secrétaire général du Ministère de la Bonne Gouvernance et de la Protection de l’Enfance ;

 

  • Monsieur Ousseynou DIENG, Ingénieur en Management de l’audiovisuel, est nommé Directeur de la Communication au ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique en remplacement de Monsieur Alioune DRAME, appelé à faire valoir ses droits à une pension de retraite ;

 

  • Monsieur Sossé NDIAYE, Professeur assimilé à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, titulaire d’un Doctorat d’Etat ès Sciences, est nommé Directeur de l’Office du Baccalauréat du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, en remplacement de Monsieur Babou DIAHAM, appelé à d’autres fonctions.

 

Le Secrétaire général du Gouvernement,

                        Porte-parole

 

Recours devant le Conseil constitutionnel: L’opposition lance l’offensive





YERIMPOST.COM La loi sur le parrainage votée mercredi 19 avril par l’Assemblée nationale fait encore parler.  Le Front démocratique et social de résistance nationale va déposer un recours devant le Conseil constitutionnel. Les leaders de l’opposition et membres de la société civile qui composent le Front comptent user de toutes les voies légales pour faire annuler cette loi.

Me Mame Adama Guèye donne un conseil précieux à Macky Sall

YERIMPOST.COM Le leader de «Senegaal bu bees», Me Mame Adama Guéye, conseille au chef de l’Etat de ne pas faire un forcing par rapport au projet de loi sur le parrainage. À Cambérène, où il était pour les besoins de la cérémonie d’ouverture de la 138édition de l’anniversaire de l’Appel de Seydina Limamou Laye, Me Mame Adama Guèye a appelé à la paix. «On ne peut rien construire sans la paix. Pour l’installer, il faut que chacun exerce sa responsabilité pour l’intérêt du Sénégal et ne pas mettre en avant son intérêt. En même temps, si le président Macky Sall met son intérêt en avant, ça ne va pas marcher», a-t-il fait savoir.




Aminata Tall va-t-elle quitter la tête du Cese le 10 avril ?

YERIMPOST.COM Ce 10 avril au plus tard, les membres du Conseil économique, social et environnemental (Cese) termineront leur mandat qui avait commencé à courir le 11 avril 2013. Les supputations vont bon train. Certains, y compris parmi les membres de l’entourage présidentiel, laissent entendre que ce sera un énergique coup de balai au Cese qui ne va épargner personne, pas même sa présidente, Aminata Tall.

Après investigation, Yerimpost est en mesure d’écrire que le bail de Mme Tall à la tête de cette institution a déjà de facto été prolongé. Elle avait été nommée par un décret de décembre 2012 qui a tacitement été reconduit en décembre 2017, en l’absence d’un acte similaire la limogeant.

En outre, Macky Sall ne prendra pas le risque politique, en cette année pré-électorale, de se séparer de cette alliée qui l’a soutenu à la présidentielle de 2012, a fondu son mouvement dans le parti présidentiel, puis s’apprête à entamer une tournée nationale pour appeler à voter en faveur du président-candidat en 2019…



Contribution: Le Conseil constitutionnel pourra-il sauver indéfiniment Macky Sall ?

 

 « En Afrique, les Conseils Constitutionnels ne sont le plus souvent, que de simples instances de validation »

C’est un fait : Macky Sall ne dispose plus de moyens politiques pour gouverner le Sénégal. Elu en fanfare en 2012, l’homme aux 65% a vu son électorat de circonstance (mobilisé pour le départ de WADE) fondre comme beurre au soleil. Sa cote s’effrite dangereusement à la vitesse d’un TGV à tel point que le Président ne manifeste plus aucune confiance aux vertus d’un système démocratique qui l’a porté au pouvoir en 2012, et qui risque de le balayer en 2019, telle une bourrasque.

Grâce à la démocratie sénégalaise, Macky Sall, un citoyen sénégalais lambda dont les origines sont modestes (devenu riche comme un Crésus par le biais de la politique) a pu créer un parti , disposer d’un récépissé légalement délivré par les autorités administratives, bénéficier de toute latitude pour solliciter les suffrages des sénégalais, sillonner le Sénégal en toute liberté, exposer son programme (le YOONU YOKKUTE qui s’est révélé par la suite une véritable arnaque), et accéder démocratiquement à la magistrature suprême, par les urnes, suivant un processus électoral libre et transparent, mis en place par ses prédécesseurs. Incontestablement, Macky Sall doit tout à la Démocratie sénégalaise.




En 6 ans d’exercice du pouvoir, l’homme dont le bilan se résume en une gouvernance médiocre, aux pénuries d’eau, et multiples coups de canifs contre la démocratie sénégalaise a fait voler en éclats le code électoral consensuel de 1992 ; son « tailleur » se chargeant de lui élaborer un code sur mesure. Enfermé dans sa tour d’ivoire du palais présidentiel, obsédé par un second mandat, influencé par une bande de courtisans qui défendent leur « bifteck » et lui font miroiter une élection dès le 1er tour, Macky Sall semble totalement déconnecté du Sénégal réel et ne compte plus que sur les Avis-Décisions du Conseil Constitutionnel pour asseoir une légitimité perdue.

A trois reprises (entre 2016 et 2017), les « Sages » auront permis à Macky Sall, de sortir d’une impasse :

  • L’Avis-Décision du Conseil Constitutionnel de 2016 (référendum), rendu en dépit du bon sens, et à contrecourant de tous les principes qui régissent le Droit, a fourni au Président un extraordinaire alibi, un habillage juridique au terme de ce qui restera l’un des plus grands reniements ou WAKH-WAKHEET (non réduction du mandat en cours) de l’histoire politique du Sénégal.

 

  • Plus grave, l’Avis-Décision du 26 juillet 2017 aura permis au Conseil Constitutionnel de franchir une nouvelle étape, en s’attribuant d’office des compétences qui ne lui sont nullement dévolues par la loi constitutionnelle n° 2016-10 du 5 avril 2016, qui définit son champ de compétences. En « autorisant » les Sénégalais de pouvoir voter avec d’autres pièces que celles prévues par le Code électoral, et en s’attribuant les compétences du législateur, le Conseil Constitutionnel a violé expressément la Loi pour satisfaire les caprices du Prince, et ouvert la voie d’une insécurité juridique sans précédent.

 

  • Enfin et pas des moindres, le Conseil Constitutionnel a réussi l’exploit de valider le scrutin faussé du 30 juillet 2017 ; un scrutin émaillé d’une multitude de fraudes, de bureaux de vote saccagés (Touba), de centre de vote fermés ou ayant démarré à 12H, et qui a vu des millions de sénégalais privés du Droit de vote par un régime manœuvrier ; un fait inédit qui a considérablement abimé l’image du Sénégal.





Après l’élimination programmée d’un adversaire politique (Khalifa Sall) des prochaines joutes électorales, sur Ordre présidentiel, validé par une décision de justice, Macky Sall compte, à nouveau recourir au Conseil Constitutionnel pour invalider certaines candidatures grâce à la nouvelle trouvaille : « le parrainage citoyen ».  Un énième tripatouillage de la Constitution, motivé selon le « tailleur » par la volonté d’assurer l’égalité entre tous les sénégalais (partis politiques et candidats indépendants). En réalité, dans une répartition des rôles bien huilée (les juges éliminent les candidats emprisonnés ; et le Conseil Constitutionnel dans son rôle de validation en amont des candidatures recale d’autres candidats ciblés) ; Macky Sall souhaite la voie parfaitement balisée pour 2019. Avec l’appui des forces publiques, de la Division des Investigations Criminelles et de la Section des Recherches, Macky Sall compte domestiquer la démocratie sénégalaise, assujettir le peuple et gouverner les sénégalais, y compris contre leur gré. Jusqu’à présent, les Avis-Décisions du Conseil Constitutionnel lui ont sauvé la « mise ». Il n’est pas sûr que cela puisse durer indéfiniment. Moubarak, Ben Ali, Compaoré et Yaya Jammeh l’ont appris à leurs dépens : l’histoire finit toujours par jouer de vilains tours aux apprentis dictateurs.

Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr

De nombreuses nominations en Conseil des ministres de ce mercredi 28 mars 2018

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le conseil a adopté :
 Projet de loi modifiant la loi n°2002-08 du 22 février 2002 abrogeant et remplaçant certaines dispositions de la loi n°81-52 du 10 juillet 1981 portant Code des Pensions civiles et militaires de retraite ;
Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :
 Monsieur El Hadji Tanor NGING, Inspecteur de l’Education populaire, de la Jeunesse et des Sports, précédemment Directeur de Cabinet du Ministre du Ministre de l’Intégration africaine, du NEPAD et de la Francophonie, est nommé Secrétaire général du ministère de l’Intégration africaine, du NEPAD et de la Francophonie ;




 Madame Arame TOP, Sociologue, est nommée Directeur de l’Encadrement de l’Economie sociale et solidaire au ministère de l’Economie solidaire et de la microfinance ;
 Monsieur Mbassa SENE, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Thiès, chargé des Affaires administratives, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Kaolack, chargé des Affaires administratives, poste vacant ;
 Monsieur Hamet Tidiane THIAW, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Tambacounda, chargé des Affaires administratives, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Diourbel, chargé des Affaires administratives, en remplacement de Monsieur Ahmadou Coumba NDIAYE, appelé à d’autres fonctions ;
 Monsieur Hamdy MBENGUE, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Louga, chargé des Affaires administratives, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Thiès, chargé des Affaires administratives, en remplacement de Monsieur Mbassa SENE, appelé à d’autres fonctions ;
 Monsieur Ahmadou Coumba NDIAYE, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Diourbel, chargé des Affaires administratives, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Tambacounda, chargé des Affaires administratives, en remplacement de Monsieur Hamet Tidiane THIAW, appelé à d’autres fonctions ;
 Monsieur Jean Paul Malick FAYE, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Kaolack, chargé du Développement, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Kédougou, chargé des Affaires administratives, en remplacement de Monsieur Abou SOW, appelé à d’autres fonctions ;
 Monsieur Mbaye DIONE, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Diourbel, chargé du Développement, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Ziguinchor, chargé des Affaires administratives, poste vacant ;
 Madame Ndèye Aïssatou Oumar Tabara TOURE, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Dakar, chargé du Développement, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Dakar, chargé des Affaires administratives, poste vacant ;
 Monsieur Sahite FALL, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Saint-Louis, chargé du Développement, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Fatick, chargé des Affaires administratives, poste vacant ;
 Monsieur Souleymane NDIAYE, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Matam, chargé du Développement, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Louga, chargé des Affaires administratives, en remplacement de Monsieur Hamdy MBENGUE, appelé à d’autres fonctions ;
 Madame Ngoné CISSE, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Sédhiou, chargé du Développement, est nommée Adjoint au Gouverneur de la Région de Thiès, chargé du Développement, poste vacant ;
 Monsieur Khadim HANNE, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Kédougou, chargé du Développement, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Saint-Louis, chargé du Développement, en remplacement de Sahite FALL, appelé à d’autres fonctions ;
 Monsieur Latyr NDIAYE, Administrateur civil, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Ziguinchor, chargé du Développement, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Sédhiou, chargé du Développement, en remplacement de Madame Ngoné CISSE, appelé à d’autres fonctions ;
 Monsieur Baboucar Moundor NGOM, Administrateur civil, précédemment en service à la Direction générale de l’Administration territoriale, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Kaolack, chargé du Développement, en remplacement de Monsieur Jean Paul Malick FAYE, appelé à d’autres fonctions ;
 Monsieur Modou NDIAYE, Administrateur Civil, précédemment en service au ministère de l’Intérieur, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Dakar, chargé du développement, en remplacement de Madame Ndéye Aïssatou Oumar Tabara TOURE, appelée à d’autres fonctions ;
 Monsieur Abou BA, Administrateur civil, Adjoint au Préfet du Département de Dakar, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Kédougou, chargé du Développement, en remplacement de Monsieur Khadim HANNE, appelé à d’autres fonctions ;
 Monsieur Babacar NIANG, Administrateur civil, précédemment en service à la Direction générale de l’Administration territoriale, est nommé Adjoint au Gouverneur de la région de Ziguinchor, chargé du Développement, en remplacement de Monsieur Latyr NDIAYE, appelé à d’autres fonctions ;
 Madame Diégui NGOM, Administrateur civil, précédemment en service à la Direction générale de l’Administration territoriale, est nommée Adjoint au Gouverneur de la région de Matam, chargé du Développement, en remplacement de Monsieur Souleymane NDIAYE, appelé à d’autres fonctions ;
 Monsieur Sidy Sarr DIEYE, Administrateur civil, précédemment en service à la Direction générale de l’Administration territoriale, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Diourbel, chargé du Développement, en remplacement de Monsieur Mbaye DIONE, appelé à d’autres fonctions.
Le Secrétaire général du Gouvernement,
 Porte-parole

Le président de la République applaudit le Cese

YERIMPOST.COM Satisfait ! C’est le sentiment qu’a le chef de l’Etat de la mission réussie d’Aminata Tall à la tête du Conseil économique, social et environnemental (Cese). Recevant ce lundi 26 mars les membres du conseil venus lui remettre le rapport 2016-2017 et le rapport de la mandature 2013-2018, Macky Sall a déclaré: « Vous avez démontré que le Cese, en toute neutralité, peut servir la République dans sa définition et la précision des politiques publiques pour la prise en charge des problèmes de la société. Vous convenez tous avec moi que je suis dans l’action. Je me réjouis de constater que le Cese y est également. En plus de se mobiliser autour des questions relevant de ses attributions, votre institution s’est investie dans la médiation sociale sans doute facilitée par votre capacité à nouer un dialogue permanent et votre souci de toujours contribuer au renforcement de la cohésion sociale de notre pays.»  Toutefois, le mandat de la présidente du Cese, Aminata Tall, qui s’achève en avril, n’a pas été évoqué au cours de cette rencontre, mais le président Macky Sall a déjà certainement une idée sur qui pour diriger cette institution les cinq prochaines années.




Que cache le projet de révision de la Constitution évoqué sans explication par le communiqué du conseil des ministres ?

YERIMPOST.COM « Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté: – le projet de loi portant révision de la Constitution, – le projet de loi portant modification du Code électoral, – le projet de loi relatif à la répression des infractions prévues par les Actes uniformes adoptés en application du Traité relatif à l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique. » C’est par cette formule laconique que le communiqué du conseil des ministres du 19 mars 2018 a évoqué ce sujet sensible de la modification de la Loi fondamentale. Sans aucun détail ni aucune explication éclairant sur la ou les dispositions à réviser.

Yerimpost a cherché à y voir clair. Après avoir pris langue avec deux membres du gouvernement, pour les besoins de l’indispensable recoupement par l’autre de l’information donnée par l’un, votre blog préféré est en mesure d’écrire que la Constitution va être modifiée dans le but d’intégrer, parmi les conditions de recevabilité d’une candidature individuelle à l’élection présidentielle, le fait d’être parrainé par un certain nombre de Sénégalais par le biais de signatures. L’objectif de la démarche est d’alourdir les conditions d’éligibilité pour dissuader les candidatures fantaisistes.

Instruit par le précédent malheureux des législatives du 30 juillet 2017, où la floraison des listes a conduit à un scrutin chaotique et au brouillage du choix des électeurs, le président de la République veut une présidentielle à dimension humaine avec des candidats sérieux. Mais l’opposition risque de ne pas l’entendre de cette oreille, qui voit dans les parrainages une manoeuvre permettant à Macky Sall, candidat à sa propre succession, de contrôler les candidatures et, partant, d’influencer l’élection.




Le communiqué du Conseil des ministres du lundi 19 mars 2018

Le Président Macky SALL a réuni le Conseil des ministres, lundi 19 mars à 10 h, au Palais de la République.

 

Communiqué du Conseil des ministres du Lundi 19 Mars 2018




Entamant son propos par l’accident de l’hélicoptère de l’armée sénégalaise, de retour d’une mission à caractère social, le Chef de l’Etat fait observer une minute de silence à la mémoire des victimes du crash survenu mercredi 14 mars 2018, dans la commune de Toubacouta.Le Président de la République présente à nouveau les condoléances de la Nation aux Forces armées, ainsi qu’aux familles des victimes, et réitère ses vœux de prompt rétablissement aux blessés, bien pris en charge par l’Etat.

Ainsi, le Chef de l’Etat magnifie l’engagement quotidien des forces de défense et de sécurité, auprès des populations, qui participe à la consolidation du socle Armée – Nation sur lequel repose la stabilité et le rayonnement du Sénégal.

En outre, le Président de la République salue la rapidité des secours avec la participation remarquable des populations de la localité de l’accident.

Evoquant la mort de nos deux compatriotes résidant en Espagne, le Chef de l’Etat demande aux autorités espagnoles de faire toute la lumière sur ces affaires. Il réitère, au nom de la nation, ses condoléances à leurs familles et, aux représentations du Sénégal, ses instructions relatives au renforcement de la protection des Sénégalais vivant à l’étranger.

Poursuivant sa communication autour des préparatifs de la célébration du 58ème anniversaire de l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale, le Président de la République indique que cette fête de l’Armée et de la jeunesse doit mobiliser dans la communion, toutes les populations, les élèves et étudiants, les forces vives de la nation autour du patriotisme et de l’exaltation des valeurs de la République.

Dès lors, le Chef de l’Etat demande au Gouvernement de prendre toutes les dispositions requises, pour assurer un parfait déroulement des prises d’armes, défilés civils et militaires et célébrations sur toute l’étendue du territoire national.

Abordant le pilotage des stratégies d’encadrement de la jeunesse, le Président de la République rappelle au Gouvernement l’impérieuse nécessité d’asseoir la mise en œuvre consensuelle d’une politique de jeunesse adaptée à la fois à nos valeurs culturelles et aux enjeux d’un monde ouvert et en perpétuelle mutation.

Ainsi, le Chef de l’Etat demande au Gouvernement de faire de la prochaine Semaine nationale de la Jeunesse, prévue du 31 mars au 7 avril 2018, un moment intense de mobilisation et de réflexion sur l’avenir de la Jeunesse, dont les clés de succès restent fondamentalement : l’éducation, la formation, le civisme, le patriotisme et l’assurance d’une insertion socioprofessionnelle garantissant l’emploi décent, l’épanouissement individuel et le bien-être collectif.




A cet égard, le Président de la République insiste sur l’urgence, pour le Gouvernement, en rapport avec tous les acteurs sociaux impliqués, de procéder à une évaluation dynamique et systématique des politiques de jeunesse.

Enfin, le Chef de l’Etat demande au Gouvernement de renforcer les moyens du Conseil national de la Jeunesse, afin de soutenir son rôle central dans le déploiement de la stratégie nationale d’encadrement et de promotion de la Jeunesse.

Par ailleurs, évoquant l’apaisement consensuel du climat social en milieux scolaire et universitaire, le Président de la République salue les accords conclus, sous l’égide du Premier Ministre, entre le Gouvernement et les syndicats d’enseignants notamment du supérieur.

A cet effet, le Chef de l’Etat rappelle qu’il attache du prix au respect scrupuleux des engagements à matérialiser, dans les meilleurs délais, selon le calendrier d’exécution fixé.

En outre, le Président de la République demande à tous les acteurs du secteur de l’Education de cultiver en permanence le dialogue, le sens des responsabilités en tenant compte des importants efforts consentis par le Gouvernement.

Ainsi, le Chef de l’Etat, invite les enseignants à reprendre les cours, afin de préserver la qualité de la formation et des diplômes ainsi que le leadership international de l’Ecole sénégalaise et des structures universitaires nationales.

Abordant la modernisation du site du Daaka de Médina Gounass, le Chef de l’Etat adresse ses chaleureuses félicitations et ses sincères remerciements au Khalife de Médina Gounass, Thierno Amadou Tidiane BA, pour son accueil chaleureux et le bon déroulement de l’édition 2018 de la retraite spirituelle et exhorte le gouvernement à poursuivre les efforts remarquables consentis pour améliorer significativement le confort et le séjour des pèlerins sur ce site religieux.

Le Président de la République a terminé sa communication par le suivi de la coopération, des partenariats et sur son agenda diplomatique.

Le ministre des Forces armées, assurant l’intérim du Premier ministre a rendu compte de la coordination de l’action gouvernementale.

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan a fait le point de la conjoncture économique nationale et internationale

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a rendu compte du déroulement de la campagne de commercialisation arachidière et de la préparation de la prochaine campagne agricole.

Le ministre des Mines et de la Géologie a fait une communication autour du développement stratégique des mines et de la géologie.

Le ministre auprès du Président de la République en charge du Suivi du Plan Sénégal Emergent a fait le point de l’état d’avancement des projet et réformes.

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté :

– le projet de loi portant révision de la Constitution,

– le Projet de loi portant modification du Code électoral,

– le Projet de loi relatif à la répression des infractions prévues par les Actes uniformes adoptés en application du Traité relatif à l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique.




Nominations en Conseil des ministres du 07 mars 2018

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :

· Monsieur Gorgui CISS, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ambassadeur, Représentant permanent adjoint de la république du Sénégal auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de sa Majesté AKIHITO, Empereur du Japon, avec résidence à Tokyo, en remplacement de Monsieur Cheikh NIANG, appelé à d’autres fonctions ;

· Monsieur Momar GUEYE, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal en République Fédérale d’Allemagne, est nommé Ambassadeur Extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de sa Majesté Willem-Alexander, roi des Pays-Bas, avec résidence à la Haye, en remplacement de Monsieur Momar DIOP, appelé à d’autres fonctions ;

· Madame Ramatoulaye Ba FAYE, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ministre-Conseiller, Directeur Asie, Pacifique et Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son excellence Monsieur Béji Caïd ESSEBSI, Président de la République Tunisienne, avec résidence à Tunis, en remplacement de Madame Khadidiatou TALL DIAGNE, Appelée à d’autres fonctions ;

· Monsieur Khare DIOUF, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ministre-conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Bruxelles, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Paul BIYA, Président de la République du Cameroun, avec résidence à Yaoundé, en remplacement de Monsieur Vincent BADJI, appelé à d’autres fonctions ;

· Monsieur Abdoulaye BARRO, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ministre-conseiller à la Représentation permanente du Sénégal auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York, est nommé Ambassadeur, Représentant permanent adjoint de la république du Sénégal auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York, en remplacement de Monsieur Gorgui CISS, appelé à d’autres fonctions ;

· Monsieur Abdou Khadre NDIAYE, Spécialiste en Gestion des Organisations, est nommé Président du Conseil de Surveillance de l’Agence nationale de la Maison de l’Outil (ANAMO), en remplacement de Monsieur Mamadou GASSAMA, appelé à d’autres fonctions ;

· Madame Fatimata BA, Inspectrice de l’Enseignement moyen-secondaire, précédemment Conseillère en Education au Secrétariat général de la CONFEMEN, est nommée Directeur de l’Enseignement moyen-secondaire du ministère de l’Education nationale, en remplacement de Monsieur Oumar BA, admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite ;

· Le Colonel Kisma Mamadou SOW, est nommé Directeur du Service civique national, au ministère de la Jeunesse, de la Construction citoyenne et de la Promotion du Volontariat, en remplacement du Colonel Antoine WARDINI, admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite ;

· Monsieur Waly FAYE, Expert en Suivi-évaluation titulaire d’un Diplôme d’Etudes Approfondies en Développement, Environnement et Société, est nommé Directeur du Suivi et de l’Evaluation au ministère de la Bonne Gouvernance et de la Protection de l’Enfance ;

· Monsieur Niokhobaye DIOUF, Inspecteur principal de l’Animation, est nommé Directeur de la Promotion des Droits de l’Enfance au ministère de la Bonne Gouvernance et de la Protection de l’Enfance.

Le Secrétaire général du Gouvernement,

Porte-parole

Textes adoptés et nominations en Conseil des ministres du 28 février 2018

Cette décision de Macky Sall qui ne va pas plaire à l’opposition

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté :

  • le projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier l’Accord de Coopération inter-Etats portant sur le développement et l’exploitation des réservoirs du champ Grand Tortue/Ahmeyim entre la République du Sénégal et la République islamique de la Mauritanie, signé le 09 février 2018 à Nouakchott ;

 

  • le projet de loi modifiant la loi uniforme n° 2014-02 du 06 janvier 2014 portant réglementation des Bureaux d’information sur le crédit (BIC) dans les pays membres de l’Union Monétaire Ouest africaine ;

 

  • le projet de décret portant approbation du Plan de Servitudes aéronautiques de l’Aéroport international Blaise DIAGNE Dakar-Diass.

 

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :

 

  • Monsieur Mamadou Lamine KEITA, Economiste, est nommé Président de l’Observatoire national sur l’Investissement (O.N.I.) ;

 

  • Monsieur Souleymane DIOP, Docteur en Sciences agronomiques, est nommé Directeur régional du Développement rural de Kaolack en remplacement de Monsieur Youssoupha GUEYE, appelé à d’autres fonctions ;

 

  • Monsieur Papa El Hadji Madické DIAGNE, Professeur de l’Enseignement secondaire, technique et professionnel, auditeur interne, est nommé Inspecteur des affaires administratives et financières, au Ministère de la Formation professionnelle de l’Apprentissage et de l’Artisanat en remplacement de Monsieur Youssoupha BA, appelé à d’autres fonctions.

 

Le Secrétaire général du Gouvernement,

                       Porte-parole   

 

 

 

Nominations en Conseil des ministres du 21 février 2018

Cette décision de Macky Sall qui ne va pas plaire à l’opposition

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :  

  • Monsieur Cheikh Tidiane TALL, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ministre-conseiller à l’Ambassade du Sénégal en République populaire de Chine est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de son excellence Monsieur Frank-Walter STEINMEIER, Président de la République fédérale d’Allemagne, avec résidence à Berlin, en remplacement de Monsieur Momar GUEYE, appelé à d’autres fonctions

 

  • Madame Anta Coulibaly DIALLO, Professeur principal, de classe exceptionnelle, précédemment Ambassadeur du Sénégal au Burkina Faso, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son excellence Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, Président de la République algérienne démocratique et populaire, avec résidence à Alger, en remplacement de Monsieur Papa Omar NDIAYE ;

 

  • Monsieur Ibrahim Al Khalil SECK, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ambassadeur, Secrétaire général adjoint au ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Sa Majesté Mohamed VI, Roi du Maroc, avec résidence à Rabat, en remplacement de Monsieur Amadou SOW, appelé à d’autres fonctions ;

 

  • Monsieur Sonar NGOM, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ministre-conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, est nommé Ambassadeur, Secrétaire général adjoint du ministère des Affaires et des Sénégalais de l’Extérieur, en remplacement de Monsieur Ibrahim Al Khalil SECK, appelé à d’autres fonctions ;

 

  • Monsieur Jean Antoine DIOUF, Conseiller des Affaires étrangères principal, Directeur de l’Intégration régionale au ministère de l’Intégration africaine, du NEPAD et de la Francophonie, est élevé au rang d’Ambassadeur.

  Le Secrétaire général du Gouvernement,   Porte-parole

Communiqué du Conseil des ministres du 14 février 2018

Le Président Macky SALL a réuni le Conseil des ministres, mercredi 14 février à 10 h, au Palais de la République.

A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat adresse, en ce début de carême, temps de dévotion de partage et de pardon, ses vœux à la communauté chrétienne et sollicite les prières pour la paix, la concorde et la consolidation du dialogue interreligieux.

Appréciant la visite de travail qu’il a effectuée en République islamique de Mauritanie, empreinte de cordialité fraternelle et qui s’est déroulée dans d’excellentes conditions, tant du point de vue de l’accueil que de la conduite des travaux, le Président de la République exprime sa grande satisfaction pour les résultats positifs consignés sur toutes les questions d’intérêt commun, abordées de façon approfondie avec le Président Mohamed Ould Abdel Aziz.

A ce titre, le Président de la République salue la signature de l’Accord de Coopération intergouvernemental portant sur l’exploitation du champ gazier Grand Tortue Ahmeyin, à cheval sur la frontière maritime de nos deux pays, qui traduit la volonté mutuelle d’une collaboration confiante, pouvant servir de modèle d’exploitation apaisée des ressources naturelles au bénéfice des populations.

En outre, le Chef de l’Etat informe que le Président Mohamed Ould Abdel Aziz et lui ont également donné les instructions nécessaires en vue de la conclusion très prochaine des Accords relatifs notamment à la pêche, aux conditions d’entrée et de séjour des ressortissants des deux pays et à la transhumance du bétail.

Enfin, les deux Chefs d’Etat ont décidé de mettre en place un Groupe d’impulsion pour assurer le suivi de la mise en œuvre des Accords entre nos deux pays et le renforcement de la coopération entre le Sénégal et la Mauritanie

Poursuivant sa communication autour du rôle primordial du secteur de la Pêche dans le développement économique et social du Sénégal, le Président de la République magnifie les efforts considérables consentis, depuis 2012, par l’Etat, avec le soutien de ses partenaires, pour améliorer, de façon significative, la situation économique et sociale des acteurs de la Pêche artisanale, les performances globales et le financement adéquat du secteur.

A ce titre, le Chef de l’Etat exhorte le Gouvernement à assurer la préservation durable des ressources halieutiques par la généralisation des aires marines protégées et la programmation rigoureuse du repos biologique dans l’ensemble des zones de pêche du pays.

En outre, le Président de la République félicite le Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, pour la bonne organisation de la cérémonie de remise de financements aux femmes du secteur, le lancement prochain du Programme de Développement de la Pêche d’un montant de 11 milliards 500 millions de FCFA qui atteste de la relance consolidée du secteur de la pêche. Ainsi, le Chef de l’Etat engage le Ministre de l’Economie maritime à assurer un suivi rigoureux des réalisations prévues pour accroître la génération de revenus et d’emplois dans la Pêche.

Abordant la première semaine nationale de la mère et de l’enfant, le Chef de l’Etat félicite le Ministre de la Santé et de l’Action sociale, ses services concentrés et déconcentrés, et l’ensemble des partenaires de l’Etat du Sénégal pour la réussite totale de l’organisation de cette manifestation et rappelle au Gouvernement la priorité majeure qu’il accorde à la Santé de la Mère et de l’Enfant dans la mise en œuvre de notre politique de Santé.

A cet égard, le Chef de l’Etat exhorte le Gouvernement, en rapport avec les acteurs communautaires à la base notamment les « Bajenu Gox », à poursuivre et amplifier l’efficacité des programmes et actions de lutte contre la mortalité maternelle et infantile, à veiller au déploiement équitable, sur le plan national, des médecins, des gynécologues et des pédiatres, ainsi que des sages-femmes.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat demande au Gouvernement de veiller au bon fonctionnement du Centre d’excellence Africain pour la Santé de la Mère et de l’Enfant, ainsi que des établissements publics de santé spécialisés, le Centre Hospitalier National d’Enfants Albert Royer et l’Hôpital pour Enfants de Diamniadio, notamment.

Le Chef de l’Etat a terminé sa communication sur son agenda diplomatique.

Le Premier ministre a axé sa communication sur les solutions en œuvre dans le cadre de l’approvisionnement en eau potable de la Région de Dakar avant de rendre compte de la coordination de l’activité gouvernementale.

Le Ministre des Affaires étrangères et de Sénégalais de l’Extérieur a fait le point de la situation sous régionale, africaine et internationale.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a rendu compte du déroulement de la campagne de commercialisation agricole.

Le ministre de l’Economie solidaire et de la Microfinance a rendu compte de l’état d’avancement des projets et programmes du département.

Le ministre auprès du Président de la République chargé du Suivi du PSE a fait le point des projets et réformes.

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté :

  • Le projet de décret portant création et fixant le régime du Diplôme d’Etudes spécialisées (DES) en Sciences de la santé dans les Etablissements d’Enseignement supérieur du Sénégal.

 

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :

 

 

  • Monsieur Cheikh NIANG, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ambassadeur du Sénégal au Japon, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, Représentant permanent de la République du Sénégal auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York, en remplacement de Monsieur Fodé SECK, appelé à d’autres fonctions ;

 

  • Monsieur Vincent BADJI, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ambassadeur du Sénégal en République du Cameroun, est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal près le Saint-Siège, avec résidence à Rome, en remplacement de Monsieur Léopold DIOUF ;

 

  • Monsieur Birame Mbagnick DIAGNE, Conseiller des Affaires étrangères principal, précédemment Ministre-conseiller à l’Ambassade du Sénégal au Royaume d’Arabie Saoudite, est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République du Mali, avec résidence à Bamako, en remplacement de Monsieur Assane NDOYE ;

 

  • Monsieur Fodé SECK, Conseiller des Affaires étrangères principal, de Classe exceptionnelle, précédemment Ambassadeur, Représentant permanent du Sénégal auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York, est nommé Secrétaire exécutif du Secrétariat permanent Sénégalo-gambien, en remplacement de Monsieur Paul BADJI ;

 

  • Monsieur Yoro Moussa DIALLO, Magistrat, est nommé Secrétaire général du ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique ;

 

  • Monsieur Alassane MBENGUE, Administrateur civil, précédemment Directeur de Cabinet du Ministre de la Santé et de l’Action sociale, est nommé Secrétaire général dudit ministère, en remplacement de Monsieur Ibrahima WONE ;

 

  • Monsieur Abou Moubarack LO, Ingénieur Statisticien-Economiste, est nommé Directeur général du Bureau de Prospective économique (BEP) à la Primature ;

 

  • Monsieur Doudou Sarr NIANG, titulaire d’un Master en Science Politique est nommé Directeur général du Bureau de l’Information gouvernementale (BIG) à la Primature ;

 

  • Monsieur Alioune SARR, titulaire d’une Maitrise en Sciences économiques, est nommé Directeur de la Protection de l’Enfance au ministère de la Bonne Gouvernance et de la Protection de l’Enfance.

 

 

Le Secrétaire général du Gouvernement,

                                                                            Porte-parole

 

° Top