Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

colère

Serigne Mansour Sy Djamil, dans une colère noire, attaque le gouverneur de Louga

YERIMPOST.COM Quand Serigne Mansour Sy Djamil n’est pas content, il le fait savoir et ce, fût-il devant un Gouverneur. C’est ce qui s’est passé à la 58ème édition du Gamou de Seydi Djamil de Louga. Croyant certainement bien faire, le Gouverneur Alioune Badara Mbengue, flanqué de membres du Conseil départemental, a débarqué à la cérémonie vers les coups de 3 h du matin. A sa prise de parole, il déclare : «  Je suis venu avec tous les chefs de services de la région qui, depuis la réunion du Crd, sont à pied d’œuvre pour la réussite de l’événement. » Il n’en fallait pas plus pour faire sortir le leader de Bess Du Niakk de ses gonds. Serigne Mansour Sy Djamil a aussitôt repris la parole pour déverser sa bile sur le président Macky Sall. « Quand le président Macky Sall m’avait vu au Gamou de Tivaouane, il m’avait interpellé concernant les événements religieux que j’organise en disant « marabout opposant, légui damalay thiompal ! ». Je croyais qu’il me chambrait mais je viens de comprendre qu’il parlait sincèrement. C’est pourquoi il m’a envoyé cette délégation. Mais moi je n’accepte pas le manque de considération ! » Dans la foulée, le Gouverneur a tenté de camper le débat, expliquant qu’il était là non pas pour la politique mais pour représenter l’Etat. Très en verve, le marabout a continué de plus belle, obligeant ainsi la délégation du Gouverneur à quitter la cérémonie.

Mahammed Boun Abdallah Dionne en colère contre Idrissa Seck

YERIMPOST.COM Le tableau sombre de la politique sociale du régime de Macky Sall dressé par Iddrissa Seck, lors d’une tournée dans le sud du pays, a touché les collaborateurs du président. Et c’est Mahammed Boun Abdallah Dionne qui monte au créneau pour remonter les bretelles au leader du parti Rewmi. «L’ancien Premier ministre ne représente rien du tout dans ce pays, à part être un spécialiste des scissions-recompositions. À chaque fois qu’on le voit dans un ensemble, il s’arrange pour casser cet ensemble et repartir dans l’opposition», a attaqué, dans les colonnes de L’Observateur, le chef du gouvernement.

Très en verve, Mahammed Boun Abdallah Dionne rappelle à son prédécesseur les vrais chiffres de la croissance. « Ce n’est pas 6,7% mais 7,1% de taux de croissance du Pib. Pour dire que la production nationale se porte bien. La création de richesses se porte bien et de manière inclusive. C’est un ensemble d’instruments qui ont été mis un œuvre pour doper aussi bien la demande globale que l’offre », renseigne-t-il. Avant d’ajouter : «  Dire que les chiffres ne profitent qu’aux autres, dire que la Cmu est une fiction, dire que les bourses de sécurité familiale n’est pas pertinente, c’est dire de gros mots à l’endroit des bénéficiaires, qui sont des millions de Sénégalais et Sénégalaises à garantir ainsi à leurs enfants l’accès aux soins ou à l’école».

www.yerimpost.com




Exclusif! Khalifa Sall pique une grosse colère en prison

YERIMPOST.COM Une fois n’est pas coutume. Une seule fois depuis son arrivée à la prison de Rebeuss, le 7 mars 2017, Khalifa Sall s’est départi de sa sérénité légendaire. Cela s’est passé le 21 janvier dernier, deux jours avant la reprise de son procès. La scène, tel que racontée à Yerimpost par un témoin oculaire, est tout un symbole. Quelques-uns de ses avocats et de ses très proches l’ont rencontré pour discuter avec lui de la stratégie de défense à adopter. Un de ses défenseurs l’a directement apostrophé: « Tu ne dois pas t’entêter à défendre des principes qui vont t’enfoncer. Si tu plaides une ignorance totale du circuit de l’argent qui t’était remis et des justificatifs fournis, tu déplaceras le procès. Il reviendra à tes collaborateurs de s’expliquer. Ce sont aujourd’hui tes co-accusés. S’ils pouvaient aujourd’hui te lâcher pour sauver leur tête, ils n’hésiteraient pas à le faire. » Piqué à l’orgueil, la voix tremblotante, le maire de Dakar est entré dans une colère noire et a asséné pareille réponse à son avocat: « Vous ne devez pas me défendre parce que vous ne me connaissez pas. Je suis un homme d’honneur, pas un traître. Ces fonctionnaires détenus sont des boucs émissaires. Ils ne sont qu’un prétexte pour m’atteindre. Ce sont des victimes collatéraux. Je ne vais pas les enfoncer. Si vous n’avez pas d’autre stratégie que celle-là, mieux vaut clore la réunion. » Ambiance…
Il a fallu toute l’habileté diplomatique de la seule femme présente pour calmer le maire qui s’était levé pour rejoindre sa cellule et l’amener à poursuivre la discussion. En se ravisant, il a lâché cette phrase en wolof tirée de ses tripes: « Gni ma indi fii dagnoo beug ma saalit. Douma leen ko may. Sama dignité dama koy gaardé. » A bon entendeur…




www.yerimpost.com

° Top