Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

apéristes

Apéristes, qu’avez-vous contre Macky ?

Quand j’ai entendu le Maire de Thies dire que les ennemies du Président Macky Sall sont à chercher dans Benno Bokk Yaakar et dans l’APR, je me suis dit tout de suite qu’il a parfaitement raison.
Il a raison quand on considère l’ankylose profonde qui frappe ces deux structures qui, comme tétanisées, se morfondent dans l’attentisme.
Le malaise est grandissant chez les militants et une grande partie du peuple par contagion commence à se convaincre que ce sera impossible de faire passer le candidat Macky au premier tour.
Aucun responsable politique n’anime la base. Aucun !
Tous fonctionnent comme si ce mandat était le dernier pour le Président Macky. Personne ne l’aide et on le laisse seul face à ses détracteurs. Tous se comportent comme s’ils n’avaient rien à perdre si le pouvoir changeait de main.



Je tiens à tous leur rappeler qu’ils ont tout à perdre car si une alternance arrivait à se produire en 2019, ils seront nombreux à voir leur gestion passer au crible. Le sénégalais aime exiger que celui qui paradait avant, soit le premier à payer. L’on se rappelle que la traque des biens mal acquis était présentée en 2012 comme une demande sociale. « Baayi leen ci xel ».
Les responsables politiques autour du candidat Macky ne mouillent pas le maillot. Chacun cherche à avoir une audience avec lui et c’est cela qui mobilise tous leurs efforts. Une fois que l’accord est donné pour ce face à face, commence alors un fort lobbying pour être sur la liste des privilégiés qui devront voir le Président. Même au dernier moment des noms peuvent être biffés et remplacés par d’autres qui ne sont même pas militants. Tous y vont en se demandant combien ils vont recevoir pour le transport et à la sortie, bonjour les dégâts.
Quel est le jeune militant ou responsable politique qui capte notre attention dans les médias ? Que ce soit à la télévision ou à la radio, rien que des débats de personne ou des attaques au bas de la ceinture. Rien dans les réalisations du Président.
Rien pour expliquer le PSE, le PUDC, le PUMA…. Rien de rien !
Ils sont tous dans une guerre de positionnement qui ne dit pas son nom. Chacun y va avec ses propres initiatives comme s’il était seul dans ce parti. Les jeunes ne sont pas formés ; les femmes sont laissées à elles mêmes à moins qu’on ait besoin de les rassembler pour du saupoudrage ; les vieux « mom », ils ont fini d’être oubliés.
Tous ces responsables oublient qu’ils sont le prolongement du Président Macky Sall. Leur image dépeint fortement sur la sienne. Dès qu’ils font des fautes, l’on ne pense qu’à lui. Ils doivent soigner leur mise, leur posture et leurs paroles. Quand ils parlent c’est le Président qui prend le micro. Chaque fois qu’ils coupent le contact avec la base c’est comme si c’est le Président lui-même qui l’avait fait. Ils sont, ces responsables, le prolongement de toute l’action du Président mais malheureusement la grande majorité ne le sait pas.
Dans la mouvance, on s’attaque entre ministres, Directeurs, Maires…tout le monde y passe oubliant que pour gagner des élections il faut savoir enclencher une dynamique et rester dans les rangs. Il faut à chacun respecter une discipline même si on peut des fois la ressentir comme une contrainte. L’intérêt général doit primer sur celui de petites personnes.
Pour un parti politique réussir à conserver le pouvoir est plus glorieux que d’y accéder.




Souleymane Ly
Spécialiste en communication
julesly10@yahoo.fr

Vandalisme et rébellion au Palais: Les 3 étudiants apéristes écopent d’une peine ridicule

YERIMPOST.COM On en sait plus sur le sort des trois étudiants de l’Apr qui avaient escaladé le mur du Palais avant d’affronter les gendarmes, lors de l’audience que Macky Sall avait accordée au Mouvement des élèves et étudiants républicains (Meer). Ils ont comparu, hier, à la barre des flagrants délits du tribunal de Dakar pour répondre des chefs d’accusation de rébellion, violence et voies de faits à agents de la force publique. Jugés, Biram Ndong, Ndiogou Thiaw et Cheikhou Khadim Niang ont été déclarés coupables et condamnés à 15 jours de prison ferme.



Les sorties incultes des Apéristes sur les remarques objectives de Serigne Mansour Sy Djamil

Depuis la sortie de Serigne Mansour Sy Djamil, président du parti de Bes Du Niakk sur la situation désastreuse actuelle du pouvoir, le camp présidentiel se rue sur les brancards de manière inélégante. Ce qui démontre encore une fois tout leur amateurisme et leurs insuffisances notoires.

Au-delà de tout effet crypto-personnel, Serigne Mansour Sy Djamil a fait une analyse lucide, pointue et réelle de la situation du pays notamment sur le bilan désastreux du président Macky Sall. Ce qui lui a permis de réclamer sa démission. Faire prévaloir la dignité comme l’a fait François Hollande, serait le meilleur conseil à donner à l’actuel président.. Ceux qui pensent que la sortie du Président de Bes Du Niakk est un coup politique, se trompent lourdement. Après avoir été en compagnonnage durant 5 ans avec le pouvoir actuel, il s’est rendu compte de la situation trop légère du pays marquée par une crise sociale aigue, une éducation dandinante, une agonie et un désespoir dans la magistrature y compris la privation érigée en règle contre les libertés fondamentales. Sans oublier, la tentative rampante d’un putsch institutionnel avec le parrainage.




Le Président de Bes Du Niakk s’est exprimé en toute objectivité sur des questions majeures qui intéressent les citoyens. Donc, il ne compte pas débattre avec les sbires du président qui ont fini de montrer leur inculture, leur manque d’éthique et de visions. Le Président de Bes Du Niakk qui était 5 ans avec le pouvoir s’est déployé pour accompagner le président Macky Sall. Ce qui ne lui a pas empêché, à chaque occasion, si besoin en est, de dire la vérité. Pour preuve, il a refusé de voter la loi sur les agents de sécurité de Proximité (ASP) et la loi sur l’acte 3 de la décentralisation. Il a dit NON au référendum et a toujours prôné des élections transparentes lors du dialogue national et a exprimé son vœu d’anticiper pour une meilleure gestion des ressources naturelles en donnant l’exemple du Pérou. Dans la même veine, le Président de Bes Du Niakk a combattu les prémisses du musellement de Khalifa Sall. S’agissant du passage où il parlait de Macky Sall comme président jeune et géologue : ne sachant pas mentir, il a voulu rapporter fidèlement les propos du patron du FMI Christine Lagarde. Son honnêteté intellectuel lui dicte de rapporter fidèlement lesdits propos de Mme Lagardes. Au cours de son intervention, Serigne Mansour Sy Djamil insiste sur la jeunesse représente un réservoir et une expertise sur lesquels l’Etat doit s’appuyer comme atouts pour garantir l’émergence de notre Nation.

Dame DIOUF

Anvers BELGIQUE

Contribution: Apéristes de tout bord, le danger est là ! (Souleymane Ly)

Le 11 Février 2010, quand je disais aux responsables libéraux dans un article intitulé « Mon rêve » qu’un cycle de violences était en gestation et qu’il risquait d’emporter le pouvoir en place, ils ne m’avaient pas cru. Tout le monde sait ce qui s’en est suivi.

J’écrivais clairement que « les élections seront controversées, les résultats contestés et il s’en suivra des appels au calme tous azimuts ». Je disais aussi que « les affrontements feront rage et les forces de l’ordre débordées multiplieront les bavures ».

Déjà en 2010, ils étaient tous avertis mais ils n’ont pas voulu écouté ; Ils n’ont pas voulu changer de stratégies et communiquer explicitement sur le projet de loi devant être soumis à l’Assemblée nationale.

Le pouvoir avait entretenu le flou et l’opposition s’est engouffrée dans la brèche. Des réunions secrètes ont été tenues et un plan d’actions de riposte a été concocté.

Au lieu de désamorcer la bombe, les tenants du pouvoir étaient dans la réaction. Chaque responsable pensait bien faire en se positionnant comme répondeur automatique de Wade. L’on se rappelle tous les sorties de gens comme Farba Senghor, Pape Samba Mboup….Ils disaient tous que l’opposition était amorphe et que le projet de loi passera.




La coalition BBY doit apprendre de ces erreurs passées. L’histoire ne sert à rien si on ne peut y tirer des leçons. « Fou makk diaar deeh, bou déké warko téégui » !

Aujourd’hui les mêmes graines sont en train d’être semées et l’on a l’impression de revivre l’année 2011 juste avant les manifestations devant l’Assemblée nationale.

Les mêmes réunions sont tenues et le même plan porté presque par les mêmes personnes est mis à jour.

C’est dans ce sillage qu’il faut comprendre la récente sortie d’Abdoulaye Bathily. Ce dernier qui, le Dimanche 17 Mars 2013 dans l’émission Opinion de Walf TV, soutenait que dans l’affaire de la traque des biens mal acquis, il n’y a pas de sentiment. Il y soutenait que force doit rester à la loi. Il disait clairement je le cite : «même si Karim était mon enfant s’il prend de l’argent qui ne lui appartient pas, il doit subir la loi en la matière car y a pas de citoyens au-dessus de la loi ».

Comment comprendre aujourd’hui que cet homme qui disait de Macky Sall qu’il est son « soutien de taille » pour le poste de Président de la Commission de l’Union Africaine (UA) se braque contre lui du jour au lendemain.

Où était-il pendant tout le temps que Khalifa Sall était en détention préventive ?

Qu’il ne vienne pas nous parler de droit de réserve. Il n’en a plus depuis fort longtemps. Il sent juste le soufre qui est en train de se mêler à l’air ambiant de BBY et il veut prendre la tangente avant qu’il ne soit trop tard.

Même l’ancien Ministre Pape Diouf de Bambey est dans cette démarche. Il attend 2018, à quelques mois des élections présidentielles, pour dire qu’il va évaluer son compagnonnage avec le Président Macky Sall. Lol… permettez-nous d’en rire !

Il n’évaluera rien et va quitter la coalition bientôt.

Que comprendre de l’appel de Diégane Sène de l’URD qui demande la réunification de la grande famille socialiste ? C’est juste une stratégie pour avoir un candidat socialiste en 2019, rien d’autre.




Macky Sall « sa gars yi dagnou lay tapaass » rien que pour avoir un ticket de sortie. Il faut que vos responsables se montrent à la hauteur. Il leur faut mouiller le maillot et suer leur sang pour remobiliser les troupes en direction de 2019.

Je ne vous apprends rien quand je dis que les élections se gagnent sur le terrain et qu’aucun militant ne doit être négligé. Monsieur Elhadj Malick Gueye de Latmingué me disait un jour : « camions ngaaka you am carte électeur mo gueune bateau intellectuels youko amoul ».

Que cette phrase puisse éclairer  tous les responsables de Benno Bokk Yakaar !

Souleymane Ly

Spécialiste en communication

julesly10@yahoo.fr

 

Bradage du domaine maritime: Idy vilipendé par les conseillers apéristes de son département

YERIMPOST.COM Soucieux de l’environnement ou simplement animés par une volonté de briser les ailes du président du conseil départemental de Thiès, les conseillers de l’Alliance pour la République à la capitale du rail accusent le patron de Rewmi d’avoir cédé le domaine maritime national sur les rives de Niokhop Guedj à Kayar à un promoteur qui procède actuellement au terrassement et au lotissement de parcelles sur 2 kilomètres. Le président de la Commission de l’aménagement du territoire et des domaines du Conseil départemental de Thiès et d’autres conseillers considèrent qu’Idrissa Seck, à travers le Secrétaire élu, Pape Moussé Diop, et Yankhoba Diattara, est entrain de commettre une forfaiture assimilable à un crime écologique. C’est ainsi que ces conseillers départementaux comptent tenir une session extraordinaire, convoquer les dispositions d’articles du Code de l’environnement et des collectivités locales pour destituer les incriminés.
° Top