Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

ancien

Scandale autour du contrat sur les deux Airbus signé sous les yeux de Macron !!!

YERIMPOST.COM Au cours de son séjour à Dakar, pour co-présider la Conférence internationale sur le financement du Partenariat mondial pour l’éducation, du 1er au 3 février 2018, le président français, Emmanuel Macron, a parrainé la signature du contrat d’acquisition de deux nouveaux Airbus 330 Neo par la compagnie Air Sénégal S.A. Selon l’organe d’informations stratégiques La Lettre Du Continent, l’acquisition des deux appareils a été actée en 2017, à l’occasion du Salon aéronautique de Dubai. Devant être livrés l’un au premier semestre, l’autre au second semestre de 2019, les deux aéronefs ont coûté la rondelette somme de 510 millions d’euros, soit 334,56 milliards de francs cfa. Une ardoise qui vient alourdir l’investissement du nouveau pavillon national sénégalais qui avait déjà acquis deux ATR 72-600 neufs.

Les deux Airbus ont coûté trop cher, de l’avis d’un spécialiste en aéronautique interrogé par Yerimpost. En cause, leur achat direct, de gré à gré, sans appel à la concurrence de Boeing ou de Bombardier qui aurait pu contribuer à faire baisser drastiquement les coûts. Ancien d’Airbus, le Français Philippe Bohn, directeur d’Air Sénégal SA, est allé directement acheter dans son ancienne maison. Sans se soucier de ce favoritisme grossier ! Ce gré à gré usurier est un gros scandale acté sous les yeux du président français Emmanuel Macron…

www.yerimpost.com



Khalifa Sall acquitté par Mamadou Diop

YERIMPOST.COM L’ancien maire de Dakar était présent ce vendredi 9 février devant la barre pour apporter son témoignage dans le procès dit de la caisse d’avance. Prenant la parole, Diop-le-maire, comme on le surnomme, a présenté le principal prévenu comme son fils: « C’est mon fils ! C’est moi qui l’ai élevé, il avait 17 ans. On a cheminé durant 45 ans ! » Une déclaration qui n’a laissé personne indifférent, y compris Khalifa Sall lui-même. Une parenthèse que Mamadou Diop a vite refermée pour entrer dans le vif du sujet. La caisse d’avance, selon Mamadou Diop, c’est des fonds politiques. « Il n’y a pas autre chose ! », a-t-il assuré. Avant de poursuivre : « En 1964, il y a eu une grande réforme à Dakar. La fonction de maire a été supprimée pour être remplacée par celle du Conseil municipal… Le préfet avait tous les pouvoirs… Un jour, dans une réunion présidée par Senghor, les élus locaux se sont plaints du fait que tout le pouvoir a été arraché au maire qui n’avait que 84 000 francs de salaire… Senghor a donc inscrit le crédit dans le cabinet du président… Tous les mois, le président du Conseil municipal présentait les dépenses au président Senghor… Après, il y a eu des réformes… Quand le président Abdou Diouf est arrivé au pouvoir, il a demandé au ministre délégué en charge des Collectivités locales de superviser les fonds…. Depuis 1964, ces fonds existent et sont différents des deniers publics… Ce sont des procédures politiques qui ont toujours été utilisées… »

° Top