Real Madrid, France : Karim Benzema répond à ses détracteurs

La parole de Karim Benzema se fait rare. Interrogé par Vanity Fair, le joueur du Real Madrid en a profité pour faire une grosse mise au point.

Karim Benzema est au cœur des débats. En France, son cas est encore et toujours évoqué à chaque fois que Didier Deschamps est amené à dévoiler la liste des Bleus qu’il retient lors des rassemblements à Clairefontaine. Au mois de mars, certains observateurs ont d’ailleurs encore milité pour que KB9 fasse son retour en équipe de France à quelques semaines de la Coupe du Monde 2018 en Russie. Mais le sélectionneur tricolore semble avoir scellé son sort, lui qui ne l’a plus appelé depuis la triste affaire du chantage à la sextape. Pourtant, rien ne lui interdirait aujourd’hui de convoquer le natif de Bron Terraillon (dernière cape le 8 octobre 2015, France-Arménie) au sein de l’équipe tricolore.

Interrogé par Vanity Fair, l’attaquant aux 81 sélections en Bleus garde visiblement encore quelques rancoeurs, notamment envers Manuel Valls, Premier Ministre à l’époque, qui n’avait pas hésité à intervenir (en 2016) pour dire qu’il pensait que toutes les conditions n’étaient pas réunies pour que Benzema revienne en sélection. Ses propos sont relayés par El Mundo« Quand un Premier Ministre parle de toi, ce n’est pas du football. Je crois qu’il ne faut pas mélanger football et politique. Dans mon cas, c’est un sujet politique. Avec Valbuena, ça a été un mauvais moment. J’ai été un jour en prison et je suis revenu triste à Madrid. Maintenant, j’ai trente ans, deux enfants. Je suis tranquille ici. S’ils ont besoin de moi, il savent où je suis ».

Benzema ne calcule pas ses détracteurs

Quand il était chez les Bleus, Benzema avait aussi provoqué quelques polémiques en ne chantant pas l’hymne national français. Un choix assumé encore aujourd’hui. « La Marseillaise appelle à faire la guerre. Je n’aime pas cela », a-t-il simplement avoué. Mais il n’y a pas qu’en France que le footballeur né en 87 fait parler de lui. De l’autre côté des Pyrénées, ce n’est pas son comportement mais plutôt son rendement qui fait jaser. Cette saison, KB9 ne réalise pas sa meilleure saison sous le maillot des Merengues. Toutes compétitions confondues, le Français a claqué 9 buts en 38 rencontres. En Liga, il n’a trouvé le chemin des filets qu’à 5 reprises en 26 apparitions. Des statistiques loin de ses standards, qui divisent la presse madrilène qui attend plus de l’avant-centre du Real Madrid.




Une partie des médias n’hésite d’ailleurs pas à critiquer régulièrement son niveau et à militer pour qu’un nouveau numéro 9 débarque chez les pensionnaires du stade Santiago Bernabéu. Les noms de Robert Lewandowski et Harry Kane sont cités. Mais Karim Benzema, qui bénéficie du soutien sans faille de Zidane, n’y fait pas vraiment attention. « Les grands joueurs nous sommes toujours critiqués. Nous vendons des journaux. Si je fais un mauvais match, je n’ai pas besoin de la presse pour le savoir. Moi, je joue au football, pour aider mes coéquipiers et pour tout gagner. Ça m’est égal que mon nom soit dans les journaux. Cela ne signifie rien ». Qu’’il soit bon ou mauvais, son nom sera toujours mentionné dans la presse. Le prix à payer quand on joue dans l’un des meilleurs clubs du monde !

footmercato

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*