Blog de Cheikh Yerim Seck

Kémi Séba, l’ennemi de la Françafrique

La guerre, oui la guerre, kémi Séba sait comment la faire avec intelligence et stratégie sur les champs de bataille ! Partout où il dépose ses baluchons, le leader du front anti-cfa révèle la fébrilité des États qui montrent le visage d’une Afrique qui « voit en l’occident un roi dont elle veut être la reine ». Tous ses déplacements ainsi que ses appels à la mobilisation pour la bonne gouvernance et la justice sociale, sont suivis de prêt par les services de renseignement. Ce n’est pas trahir un secret de dire que le franco-béninois est l’une des figures de proue de la résistance africaine au néocolonialisme. Il est devenu sans doute l’ennemi premier des autorités françaises qui le considèrent comme un populiste ou un semeur de trouble.

Le combat




« Une menace grave pour l’ordre public », la justification servie par le gouvernement sénégalais après avoir expulsé le militant panafricaniste du pays dit de la Terranga. Pour rappel Kémi Séba avait été maintes fois condamné en France avant de rejoindre et de poursuivre avec hardiesse la résistance au Sénégal. Déjà le 26 juillet 2006, le groupuscule Tribu Ka dont il est le fondateur a été dissout pour antisémitisme. Le guide de la défunte Tribu Ka appelait les africains de retourner vivre sur leur terre originelle. Plus que jamais déterminé à prêcher l’amour de soi, l’amour de ses semblables et l’auto-détermination, son mouvement Génération Kémi Séba jugé radical par les autorités françaises, a été à son tour dissout quelques années après. Très radicalisé à ses premiers pas, Kémi Séba finira par adhérer au panafricanisme.

Dès lors, on peut constater que le combat délivré sur tous les fronts, par Kémi Séba, est d’une longue haleine et ne date pas comme le pensent certains sénégalais, de son embarcation de force la nuit du 6 septembre 2017 de Dakar vers Paris.

Ennemi de l’oligarchie française, à laquelle il porte atteinte à ses intérêts, Kémi Séba est aussi l’ennemi des dirigeants africains qui profitent de la richesse de leur pays et exécutent du doigts à l’œil les ordres de ceux qui ont colonisé la terre mère. Ces potentats locaux, d’une manière ambiguë se révèlent même beaucoup plus redoutables que leurs maîtres. Exclu du Sénégal par Macky Sall pour des raisons connues, le natif de Strasbourg décrit ce dernier comme un traitre à l’égard du peuple noir. Entre interrogation et interdiction de rassemblement, ceux qu’il considère comme des renégats deposent de multiples obstacles sur son chemin durant sa tournée internationale contre la Françafrique.

 

En Guinée, l’activiste a été entravé de prendre part à la tournée « le pouvoir au peuple » à laquelle il a été convié par l’organisation guinéenne « le peuple n’en veut plus ». Le président Alpha Condé, suivant les pas de son homologue sénégalais, ne digère pas la présence de Kémi Séba sur son territoire. Parce que le révolutionnaire ne mâche pas ses mots, quand il voit le mal, Kémi Séba l’appelle par son nom. Cependant il n’aura pas le temps de prononcer un discours sur le sol de Sékou Touré d’où sa popularité est légendaire. Selon le communiqué de la société civile guinéenne « une unité militaire est montée à bord du vol empêchant Mr Séba de quitter l’avion et rejoindre le peuple guinéen venu en masse pour l’accueillir ». Force est de reconnaître que le franco-béninois inspire la génération africaine. Une génération consciente il faut le dire, prête à assumer sa mission, plus que jamais déterminée à arracher ce qui lui appartient aux mains des tenants du système néo-libéral hexagonal avec la complicité de certains élites africains.

Toujours dans la dynamique de sa tournée « l’Afrique libre ou la mort » qui porte aussi bien le nom de son ouvrage qui retrace le cheminement acharné de la résistance africaine au néocolonialisme, Kémi Séba a été cette fois ci interdit d’accès au Togo. Figure emblématique de la lutte pour la libération du peuple noir longtemps est encore opprimé par les vieux démons, Kémi Séba est dans le collimateur des élites qu’il considère comme « les premiers terroristes de la terre ». Sa présence constituerait selon le gouvernement de Faure Gnassingbe un « risque de trouble à l’ordre public ». Suite à une série d’interrogation, d’après les informations, le leader du front anti-cfa a été empêché de fouler le sol togolais à Hilakondji, à la frontière Togo-Bénin.




Vu les obstacles périlleux sur son parcours, Kémi Séba avait de quoi renoncer à son noble combat pour s’installer dans une sorte de “paradis terrestre” comme l’on fait certains qui se servaient de la même cause pour se remplir les poches, mais le révolutionnaire comme ses aïeux ne connaît pas la peur et ne recule pas devant la mort. Celà trouve son ancrage certainement dans la tradition africaine qui reconnaît « invincible celui ou celle qui sait que la mort n’est qu’une étape ». Dès lors brûler un billet de banque ou envahir une grande surface du groupe Bernard Hayot, constituent un signal fort qui sonne le glas de la fin de la soumission. De la conférence interdite à Liège à la frontière togolaise, le lion marque bien son territoire.

 

La guerre des mots

En plus du combat mené sur le terrain avec fitness, le combat médiatique mérite une attention particulière au sein d’une société qui connaît de nouvelles aspirations. Certains idées prolixes avancent même l’avènement de «l’ Homme numérique ». Bref, les outils de la télécommunication sont des moyens reconnus de lutte, une tribune opportune pour formuler un discours d’assignation. L’inspiration, Kémi Séba la trouve parfois dans le monde du football avec les grands clubs espagnols. Ainsi pour dénoncer la mal gouvernance du fait de la corruption au Togo, il déclarait dans Sikka TV : « le Togo est l’Athletico Madrid de la corruption ». Et devant la servitude du président sénégalais et son homologue ivoirien à la France, il avance :« si la trahison était du football, Macky Sall serait le FC Barcelone et Ouattara le Réal Madrid ». Une parabole qui témoigne l’éloquence de l’activiste.

En Conclusion, il est fort justifié que le franco-béninois est aux yeux des autorités françaises un ennemi déclaré. Parce qu’il dévoile publiquement et de manière légitime les tactiques de l’oligarchie française et leur volonté manifeste de maintenir la terre mère dans la Françafrique. Sa voix, toujours écoutée religieusement par une bonne partie de la jeunesse africaine et afro descendants qui fait de lui un héros, une figure de proue d’un combat qui perdure. De déclaration en déclaration, le débat sur le Franc Cfa et la souveraineté de l’Afrique prend de l’ampleur et gagne des forces pour délivrer un combat. Un combat violent et une guerre qui est loin d’être terminé à laquelle le combattant panafricain est prêt d’y laisser sa vie. Il a même refusé le 24 mars dernier le prix MIPAD qui lui a été décerné avant de lancer la première mobilisation internationale de l’année 2018 partout dans le monde. Comme Thomas Sankara, Kémi Séba fait partie de la lignée de ceux qui n’ont pas la « force de garder le silence face à une injustice ». Son image forte prise durant son séjour au pays des hommes intègres, devant le mémorial de Thomas Sankara, est loin d’être anodine.





Malick Mbodj, étudiant en géographie à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar

8 Comments

  1. Nous sommes dans un pays libre, mais au lieu d’idolâtrer des étrangers, ne vaudrait-il pas mieux soutenir Guy Marius Sagna (dans la même lignée) ? Kémi Séba, l’homme aux multiples visages est loin d’être intègre, il ne faut pas insulter la mémoire de Sankara hein !

    Kémi Séba fut un homme dangereux et violent à la sauce black panthers (le parti) ; raciste anti-blanc et anti religions révélées (vs religions ancestrales africaines). Le verbe puissant, tel un Tarik Ramadan en herbe et bien que toujours virulent à l’égard de l’occident, il s’est assagi avec sa (fausse ?) conversion à l’islam. Venu manipuler les Sénégalais (entendu de sa propre bouche sur youtube), notamment via « Le Grand Rendez-Vous » il s’en est finalement allé. Bon vent et sans retour !

    • Kemi seba est ‘un homme integre qui lutte pour l’afrique on se mètera de son coté et lutté pour libéré l’afrique cet lutte pourez peut ètre nous côuté la vie mais on va avancé est la jeunesse africain comprendera que leur dirigent son telecomandé apartire de l’occident tro c tro stop au cfa stop manupulation stop !

  2. merci Malick Mbodj pour ces propos si véridique et original en l’encontre de Kemi Seba. c’est une référence pour la jeunesse consciente Africaine. Nous ne nous laisserons pas embarqués par ces nègres de maisons qui croient que le salut viendra de l’occident. Que ce soit Kemi Seba, Guy Maruis Sagna et évidemment vous Malick Mbodji l’objectif est la fin de la Françafrique.
    #Abaslenéocolonialisme

  3. Alala encore un nègre de maison (myna) qui appuie les inepties dont l’occident affuble toute personne de couleur non soumise à leur diktat. Je t’invite à méditer sur cette citation de Malcolm X qui lui était un vrai nègre des champs (comprends bien un nègre valeureux): si vous n’êtes pas vigilant, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et vous faire aimer ceux qui les oppriment. Et je ne vois pas en quoi, un homme qui ayant laissé son petit confort en France pour retourner prêcher l’amour de l’Afrique à ses semblables et alerter la jeunesse africaine sur les enjeux politiques et économiques qui se trament dans son dos pendant que celle ci est distraite, il crée des emplois selon ses moyens, il risque sa vie tous les jours au nom de la vérité et de la justice. quoi de plus normal pour un peuple que de vouloir être souverain chez lui, que d’avoir l’ambition et la volonté d’être égal ou en tout cas se rapprocher des meilleurs (des plus riches) sans compter qu’il a fait de la prison pour ces idées et qu’il est interdit de bon nombre de territoires africain en quoi cela le rend non intègre ? Quand à la religion, il est libre de croire ce qu’il a envie qui est tu pour imposer aux gens, une religion ou une autre?! Il a à une période de sa vie cru en l’Islam et depuis il a mécru pour ses raisons et cela n’engage que lui! Si tu ferais 1% de ce qu’il fait plutôt que de le critiquer et bien tu verras que l’Afrique se porterait beaucoup mieux!!!

  4. Belle rédaction remplie de vérité. Kémi Séba est vraiment un héros de notre temps. Mais comme beaucoup de l’histoire de notre passé, il aura besoin de notre aide. Chers amis,parents et frères et soeurs du continent noir ensemble crions et réagissons pour que les ideos du héros portent des fruits.
    Merci de ta note malick.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top