Blog de Cheikh Yerim Seck

La Jeunesse, Cette Bombe Qui Va Péter à la Figure du PSE

YERIMPOST.COM «Les jeunes et les citoyens de demain dont nous avons tous besoin devront être autonomes, donc capables de faire des choix et de gérer leur vie sur le plan personnel et sur le plan social, solidaires, parce que capables de se soucier d’autrui, d’agir avec les autres et pour eux, de partager leurs préoccupations, mais aussi responsables parce que capables d’assumer leurs propres actes, de tenir leurs engagements et d’achever ce qu’ils entreprennent, et surtout engagés, parce que capables de s’affirmer par rapport à des valeurs, une cause ou un idéal et d’agir en conséquence » (Quasimodo)

Je m’en vais vous conter une histoire… De celles qui vous scotchent contre un mur, et d’où vous observez votre pays passer et voguer obstinément vers le mur et qui plus est en klaxonnant.

Flashback… Moteur.




Je m’en allais pensif après une journée de travail satisfaisante et productive à travers les ruelles de la Médina, envisageant guilleret de m’offrir en bord de mer un « coucher de soleil » m’embourgeoisant l’esprit. J’arrivais au carrefour de deux rues transformées, de fait et en toute incivilité, en terrain de football, où se disputent des parties endiablées, avec des ersatz de Messi qui ne se préoccupent ni des voitures qui les évitent, ni des personnes qui traversent l’aire de jeu qu’ils imposent, forts de leur muflerie à une population devenue indifférente à leur devenir. C’est drôle, je suis en train de penser au même instant à l’abîme de désespérance dans lequel sombre cette jeunesse, lorsque je prends en pleine poire et un rasta suant de 80 kilos et le ballon de foot. Lunettes en vrac, sac d’ordi répandu sur l’asphalte, je me rassemble, tempère l’ire qui m’envahit et, stupéfait, vais m’asseoir au seuil d’une boutique pour reprendre mes esprits.

Bizarrement, ce n’est pas la rage qui me vient d’abord, mais un profond sentiment de pitié et de compassion. Je suis ahuri. Aucun de ces tocards ne m’a calculé, ils ne se sont rendus compte de rien, n’ont pas cligné un seul sourcil, juste préoccupés par leur seul moment d’existence qui consiste à taper dans un ballon comme Ronaldo si possible, celui qu’ils voient scotchés à la télé, leur autre occupation privilégiée. Leur ballon dans ma gueule, ça leur en a touché une sans faire bouger l’autre !!! Rien à secouer !!!

J’ai alors pensé à ceux qui devront gouverner cette jeunesse ni éduquée, ni instruite, ni informée, qui est affalée toute la journée contre le mur qui soutient leur colonne vertébrale, à deviser sur Messi, Ronaldo, Wally Seck ou Mbathio Ndiaye, ou mieux à agonir d’injures le président de la République, seul responsable selon eux de leur inactivité et de leur désœuvrement endogène, et me dis que ces hommes qui auront donc à gérer ces zombies sont vraiment dans la merde.

Aucune formation professionnelle, aucun rêve de vivre dans leur pays, pour la plupart déjà pères de 3 ou 4 mômes dont ils ignorent jusqu’au prénom, ces jeunes qui revendiquent deux cerveaux dans les biceps et un muscle dans le cerveau sont la poudre de la bombe qui va nous péter à la gueule dans une dizaine d’années. La mèche est allumée déjà. On le sait. Mais on ne veut pas voir. On repousse les urgences, on les dissout dans de la rhétorique populiste et politicienne et on évoque dans un autisme ahurissant la probabilité d’une inconstitutionnalité ou non d’un troisième mandat pour celui qui leur avait promis une rupture aux allures d’espoirs renouvelés. Face à cette mèche qui approche du détonateur, un « Homme d’Etat » se doit de gouverner pour les générations futures, alors qu’ils ne savent endosser que le costume étriqué de l’homme politique qui n’est préoccupé que par sa réélection.

Je pense alors à ce PSE, évoqué et convoqué pour tout et n’importe quoi, et qui va, nous le craignons, encore emplir notre Calebasse des Danaïdes avec ses milliards promis.




Le chat échaudé craignant l’eau froide, l’évocation de cette légende grecque se justifie, au vu de ce que nous avons su déjà faire de telles sommes, il n’y a pas encore 10 ans, c’est-à-dire « RIEN » !!!! Près de 3000 milliards, en plus des 2000 de la Chine, se déversent sur le Sénégal, en espérant que ce ne soit pas sur Ndoumbélane… On se comprend…Pourquoi faire ? Parce que, en fait, au jour d’aujourd’hui, on peut constater que les pré-requis ne sont pas encore posés et ils conditionnent la réussite d’un programme si ambitieux et déterminant pour l’avenir de nos enfants qui auront, eux, à rembourser ces sommes astronomiques, lesquelles, quand on les évoque, au lieu de nous terrifier, nous enthousiasment. C’est louche, non ?

Près de la moitié des sommes évoquées concernent les infrastructures, c’est bien, surtout pour ceux qui vont s’accaparer des marchés. A-t-on mis l’accent sur l’agriculture qui va conditionner notre indépendance alimentaire, ou sur l’éducation et la formation, qui vont garantir l’emploi ? A-t-on décidé que ces plans tirés sur la Comète devaient être réalisés par une jeunesse mieux formée, citoyenne, éduquée et patriote, et qu’il fallait mettre le paquet sur une jeunesse instruite et en bonne santé ? Comment va-t-on remettre les Sénégalais au travail, et surtout dans les champs ? Comment va-t-on persuader ce jeune homme ou cette jeune fille qu’ils peuvent retourner dans leurs villages, où les attendent des vrais projets de développement, ce qui leur éviterait de passer leur vie à être pourchassés par ceux qui rêvent naturellement et très justement d’avoir des trottoirs et des rues dignes d’une capitale ? Comment va-t-on faire croire au jeune homme amoureux d’une jeune fille que, pour espérer l’épouser, il ne se sentira pas condamné à prendre les « pirogues de notre plus dramatique échec » ? Ces choses ne se sont pas lues entres les lignes de ce PSE.

La seule information qui transpirait de ce document était d’ordre sonore ! C’était le bruit enivrant du tiroir-caisse… Surtout parce que de telles sommes peuvent donner le tournis, et l’urgence de les dépenser mener à des tentatives de prestidigitation… On se comprend…

Monsieur le Président, les Sénégalais vous disent : «Vous aurez fort à faire, et c’est de votre responsabilité de devenir le Président qui l’a fait !! He did it !!! Quel slogan de campagne pour 2019 !!! Ne laissez pas les flagorneurs et les enthousiastes vous détourner de ceux auxquels ce challenge fait peur, quand ils réalisent le boulot à abattre… Ce sont eux vos vrais amis qui veulent que votre PSE soit enfin rempli de la chair de votre Yonnu Yokkuté ».

Sinon, nous continuerons à nous lamenter en observant cette Calebasse des Danaïdes, que décidément nous ne savons remplir que de paroles… Faut s’atteler à boucher les trous de la Calebasse. C’est le plus dur et c’est la mission de Macky Sall. Le reste sera un jeu d’enfant pour toute une nouvelle génération qui pourra soupirer d’aise et dire avec reconnaissance : « He did it !!! »… Il n’aura alors point besoin d’embastiller Khalifa Sall pour assurer sa réélection…

J’ai vraiment pris un coup dans la gueule… Je suis allé alors observer mon coucher de soleil, en espérant que nous sachions juste remettre les choses à l’endroit pour que ce pays soit un des plus beaux du monde. Parce qu’il y fait bon vivre. Mais il faut de la Culture pour le savoir.

Jean Pierre Corréa



Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top