C’est un curieux anniversaire qui risque sans doute de passer inaperçu aujourd’hui en France.

Le 16 février 1899, le président Félix Faure meurt brutalement à l’Élysée. Il a succombé à une… fellation, que vient de lui prodiguer sa maîtresse, Marguerite Steinheil. La liaison entre Félix Faure, élu 4 ans plus tôt, et Marguerite Steinheil, 26 ans, était connue du mari de la jeune femme, un peintre, qui y trouvait son compte, car ça lui valait plusieurs commandes officielles. Le président fait venir sa maîtresse au palais à chaque fois qu’il a besoin d’une séance de relaxation. C’est ce qui se passe le 16 février 1899. Il fait porter un mot à Marguerite pour lui dire qu’il la recevra à 17 heures. La journée passe vite. Le président, 58 ans, s’apprête à accueillir sa visiteuse dans le salon bleu. Mais avant de la faire introduire, il avale un excitant pour ne pas avoir de panne, au moment fatal. L’huissier fait ensuite entrer la jeune femme. Il n’y a pas de temps à perdre. Elle ouvre son corsage pour lui offrir sa poitrine, puis se saisit du sexe présidentiel à pleine bouche. Mais voilà, alors que Marguerite est à l’ouvrage, Felix Faure se met à crier : « J’étouffe ! J’étouffe ! Je n’y vois plus ! » Elle le libère, se relève, le voit s’effondrer, s’affole, sonne les domestiques, et s’enfuit par un escalier dérobé, sans même prendre le temps de se rhabiller entièrement. Pendant ce temps, les employés de l’Élysée découvrent le président allongé, en pleine crise, sur le divan. Le médecin, vite accouru, ne réussit pas à le sauver. Lorsque le prêtre arrive à son tour pour lui administrer les derniers sacrements, il demande : « Le président a-t-il encore sa connaissance ? » Un garde du palais lui fait cette réponse, restée dans les annales : « Non, elle vient de s’enfuir par l’escalier de service ». La nouvelle de la mort de Félix Faure se répand rapidement. Le « Journal du peuple » écrit qu’il est mort d’avoir trop « sacrifié à Vénus ». Tout Paris comprend l’allusion. Les journalistes, apprenant que le président a succombé à une fellation de sa maîtresse, surnomment Marguerite « la Pompe funèbre ». Le sobriquet fait fureur en France. Cette réputation attire même à la belle jeune femme de nouveaux amants, parmi lesquels Aristide Briand et le roi du Cambodge. Eh ben dis donc !! Serge Bile

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*