Blog de Cheikh Yerim Seck

Category archive

Politique

Idrissa Seck: Péripéties de son arrestation et de sa libération

YERIMPOST.COM Arrêté hier, 19 avril, tôt le matin, alors qu’il se rendait à la Place Soweto pour manifester contre le vote du projet de réforme constitutionnelle, Idrissa Seck a été gardé dans un premier temps dans les locaux de la police de la Médina. Vers 14h, sous la pression de ses partisans de plus en plus menaçants, appelés par Déthié Fall, le numéro deux de Rewmi, à le faire libérer, il a été transféré au commissariat du Plateau, dans le périmètre hier ultra-sécurisé du centre-ville.

Une fois sur place, le leader de Rewmi a été isolé. Seul un de ses avocats a pu avoir accès à lui, sûrement parce que le pouvoir entendait donner des gages qu’il se porte bien. N’empêche, Déthié Fall, certains de ses collègues députés et d’autres hauts responsables n’ont pu le voir jusqu’à 2h 30 du matin, alors qu’ils ont poireauté des heures aux alentours du commissariat.

C’est trop tôt ce matin du 20 avril, vers 6h 30, qu’Idy, comme on le surnomme, a été libéré et a pu regagner son domicile du Point E, un quartier huppé de Dakar. C’est d’ailleurs chez lui que, à 17h, il va animer une conférence de presse, certainement pour revenir sur son arrestation et sur la révision constitutionnelle à laquelle il a été empêché de s’opposer par sa longue garde-à-vue, si on peut appeler ainsi sa détention d’un peu moins de 24 heures.



Hélène Tine: « Plus Niasse prend de l’âge et plus il devient tordu! »

YERIMPOST.COM Le président de l’Assemblée nationale devient une équation !  Ce qui était illégal hier pour lui est devenu légitime pour Moustapha Niasse. Ce qui amène son ancienne militante, Hélène Tine, à ne plus reconnaître son ex-mentor. La députée de la 12ème législature, qui s’exprimait dans la journée du jeudi 19 avril sur les ondes de Walf fm, s’est désolée de la position actuelle de Moustapha Niasse. « Ce n’est plus le même Moustapha Niasse que l’on connaissait. Le plus grave dans cette affaire est que plus Moustapha Niasse prend de l’âge et plus il devient tordu », a asséné Hélène Tine.



Mame Diarra Fam, la nouvelle terreur de la majorité parlementaire

YERIMPOST.COM A la 12ème législature, l’Assemblée a eu droit à Me Elhadj Diouf et, pour cette 13ème, c’est Mame Diarra Fam. Retenez bien son nom car, à coup sûr, elle marquera fortement de sa présence. Dans un match de football, on désigne un « homme du match ». Pour le vote du projet de loi sur le parrainage ce jour, jeudi 19 avril, Mame Diarra Fam était, sans risque de nous tromper, la « femme du jour ». Comme en atteste cette vidéo et elle n’en était qu’à sa première prise de parole. La « Leonessa de Milano » a du répondant.




Communiqué de Rewmi suite à l’arrestation de son leader

Nous tenons le Président de la République Macky Sall comme Responsable de l’intégrité physique de Idrissa Seck, des leaders de l’opposition et de tous les Sénégalais interpelés ce jour pour avoir exprimé leur liberté de manifestation.

Dr Abdourahmane DIOUF, Porte-Parole de Rewmi



Macky Sall s’inspire de l’erreur sécuritaire de Wade pour empêcher un 23 juin bis

YERIMPOST.COM En ce 19 avril 2018, toute la stratégie de Macky Sall pour contenir les manifestations de l’opposition repose sur la rectification de l’erreur d’Abdoulaye Wade. Le 23 juin 2011, celui-ci a commis une erreur d’appréciation. Plus précisément, il a été induit en erreur.

Dans les heures qui ont précédé cette journée historique, le débat s’était posé au palais de la République de savoir s’il fallait ou non interdire la manifestation alors projetée par l’opposition. L’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl, le mouvement de jeunesse du PDS) avait bandé les muscles, suggéré l’autorisation de la manifestation, estimant qu’elle allait le jour j mobiliser plus de monde pour contrebalancer l’action de l’opposition.




Wade s’était alors laissé convaincre. Effet mécanique de l’autorisation de la manifestation: toute la place Soweto avait été prise d’assaut par une foule compacte d’opposants incontrôlables par les forces de sécurité. Le risque auquel ils soumettaient les députés a pesé sur la balance dans la décision de stopper le vote de la réforme constitutionnelle.

Pour éviter une reproduction de ce scénario, Macky Sall a choisi de boucler la place Soweto voire le centre-ville de Dakar. L’objectif est simple: contenir les manifestants suffisamment loin pour que les députés puissent voter le projet de loi en toute tranquillité. Voilà pourquoi la manifestation a été interdite par le préfet de Dakar. La capitale, surtout le centre-ville, va être totalement quadrillée par un dispositif policier ayant reçu l’ordre de réprimer tout ce qui bouge.

Quelles sont les forces et les limites de cette stratégie ? Fera-t-elle mieux que celle de Wade ? Les heures à venir nous le diront…

Appel du 19 avril 2018 du Président Samuel SARR





Images de la marche de Gakou en centre-ville pour protester contre le parrainage





Dernière minute: Des arrestations tous azimuts





YERIMPOST.COM Les premières arrestations s’opèrent et c’est Thiès qui ouvre le bal. Des membres du mouvement Y’en a marre de la localité, notamment leur coordinateur, Saliou Ndiaye, ont été interpellés. Une autre arrestation a été opérée à la cité du rail, celle de Ndiaga Diaw, responsable de l’UJTL.

Cette proposition radicale de Mamadou Diop Decroix à ses camarades de l’opposition

YERIMPOST.COM Si les leaders politiques suivent Mamadou Diop de Decroix, le pays ira vers des lendemains incertains. Alors que le front social bouillonne, Decorix propose à ses collèges de rejoindre les enseignants dans leur grève. Une manière pour eux de paralyser le pays et de stopper les dérives de Mack Sall, dit le leader d’Aj. Decroix a émis cette idée à la conférence de presse des députés de l’opposition.




Parrainage: Le PUR compte répondre énergiquement !

YERIMPOST.COM Le Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) compte bien jouer sa partition dans les manifestations prévues contre le vote de la loi sur le parrainage. Les militants de ce parti sont appelés à faire face. « Le PUR invite tous les Sénégalais à se mobiliser massivement, partout au Sénégal et dans la diaspora, contre le projet de loi sur le parrainage, odieuse tentative de liquidation de la démocratie. Le PUR s’engage énergiquement contre cette loi anticonstitutionnelle, antidémocratique et à la limite immorale », lit-on sur la page officielle du parti.




Projet de loi sur le parrainage: Manifestations interdites

YERIMPOST.COM L’arrêté préfectoral, comme l’on pouvait s’y attendre, est tombé. Le préfet de Dakar a interdit tout rassemblement dans le centre-ville, demain 19 avril. Les manifestants contre la loi sur le parrainage, qui se sont donné rendez-vous à la place Soweto, pourront ruminer leur courroux, mais loin de la ville.


L’opposition plus que jamais déterminée à aller au combat

YERIMPOST.COM L’opposition ne lâche rien. Elle compte manifester et appelle le peuple à la rejoindre, jeudi 19 avril, pour barrer la route au vote de la loi sur le parrainage. Face à la presse, les députés du groupe « Liberté et démocratie » et les non-inscrits ont sonné l’alerte. Ils ont invité les populations à faire face à la majorité de Macky Sall. « Ce n’est pas le combat des hommes politiques. C’est un combat citoyen. C’est pourquoi nous appelons le peuple, surtout les jeunes, à bloquer cette loi sur le parrainage », a déclaré Aïda Mbodj.



Pr Issa Sall du PUR: «La mise en œuvre de la loi pose problème…»

YERIMPOST.COM «La loi sur le parrainage est inopportune». C’est le point de vue du coordonnateur du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR), Pr Issa Sall. Selon lui, même la mise en œuvre de cette loi pose problème. Pr Sall dit avoir posé la question de l’applicabilité de la loi au ministre de la Justice, en commission des lois de l’Assemblée nationale. Mais la réponse d’Ismaëla Madior Fall prouve que le gouvernement est en train de tâtonner, note Sall. «Il n’a donné aucune réponse claire», a-t-il regretté.




Ce que pense Cheikh Bamba Dièye sur la visite de Macky Sall à Paris

YERIMPOST.COM Macky Sall ne se soucie pas de la sécurité des Sénégalais. C’est la conviction de Cheikh Bamba Dièye. Le député a constaté que toutes les grandes manifestations de l’opposition susceptibles de dégénérer ont trouvé le président de la République à l’étranger. L’histoire s’est encore répétée. « À 48h du vote risqué de la loi sur le parrainage, il a encore pris l’avion pour aller se réfugier chez ses chefs », a-t-il tonné.




Sory Kaba défend le parrainage et brocarde Idy

YERIMPOST.COM Les partisans du président Macky Sall défendent bec et ongles le projet de loi sur le parrainage. A l’exemple du directeur des Sénégalais de l’extérieur qui estime que le montant exorbitant de la caution ne constituant pas un frein à la pléthore de candidats, il fallait trouver une autre alternative. « Et je rappelle que quand la Constitution dégage un principe, il faut maintenant des ordonnancements et c’est ce qui a été fait ou est en perspective d’être fait », martèle Sory Kaba interrogé par nos confrères de l’As. L’ambassadeur Kaba n’a pas manqué de saborder l’élan d’Idrissa Seck qui selon lui, est devenu le leader d’un parti cabine téléphonique à tel point qu’il ne peut mobiliser 1% de l’électorat. « Idrissa Seck doit demander pardon au peuple sénégalais car il a trop fait de mal. Il se dit prétentieusement capable de pouvoir remplacer le président Macky Sall. S’il est élu président, j’irai vivre au Mali ou en Guinée ! »



Parrainage: les bons offices d’Atépa

YERIMPOST.COM Une demande solennelle de Pierre Goudiaby Atépa au président de la République de faire surseoir à l’Assemblée nationale l’examen du projet de loi sur le parrainage ! Selon l’architecte qui était invité sur une chaîne privée, le pays n’est techniquement pas prêt à contrôler le système.



Manif contre le parrainage: Gackou s’installe aujourd’hui

YERIMPOST.COM Une veillée d’armes avant demain ! C’est ce que le leader du Grand parti va tenter ce mercredi. Malick Gackou a initié une marche de protestation dans les rues de la capitale.


Dernière minute: 6 mois de prison ferme pour Barthélémy Dias

YERIMPOST.COM Six mois de prison ferme pour le maire de Mermoz/Sacré-Coeur. Barthélémy Dias, poursuivi pour outrage à magistrat et appel à l’insurrection populaire, va rester aux côtés de son « frère » Khalifa Ababacar Sall. Le procureur n’a pas été suivi dans son réquisitoire qui demandait 2 ans de prison ferme.




Macky Sall a quitté Dakar avant la tourmente

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué de la présidence

 

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, a quitté Dakar ce mardi  17 avril à destination de Paris.

 

Le séjour du Chef de l’Etat sera marqué par des entretiens avec le Président Macron sur des sujets d’intérêt commun.

 

Son retour est prévu ce 21 avril 2017.



Thierno Lô, allié de Macky Sall, se démarque de lui à propos du parrainage

YERIMPOST.COM Il prend position dans le texte qui suit…

 

Quand la situation est sérieuse il faut l’aborder avec sérénité afin que les meilleures décisions soient prises. Oui je suis un allié de la majorité présidentielle donc j’ai un devoir de loyauté vis à vis de mes alliés et des sénégalais. Loin de moi l’idée de parler pour plaire mais par devoir car ce pays nous appartient tous et nous a tout donné. Nous n ‘avons pas besoin de ce climat délétère que rien ne justifie car nous avons dans un élan démocratique voté et adopté une nouvelle Constitution qui s’impose à tous. Voilà que certains veulent la modifier et d’autres la conserver.

Je dis haut et j’assume que la Constitution issue du référendum, au-delà de régler la durée du mandat du Président a verrouillé tout ce qui touche à l’élection présidentielle. Le Président de la République est le garant de la sécurité des biens et des personnes. Nul ne doit le pousser à l’affrontement. Nous n’avons pas besoin de ce parrainage pour réguler le jeu démocratique car les sénégalais qui ont le droit de validation sont matures et sauront faire le bon choix le moment venu. Et comme ce sont eux qui ont le dernier mot il faut maintenir le statu quo pour cette élection de 2019 et peaufiner la réflexion. Une loi votée sous les jets de grenades lacrymogènes n’est pas bonne et est loin d’une avancée démocratique. Elle ne sera pas acceptée et son application sera très difficile. Elle va plonger notre pays dans des contestations multiples.




Le parrainage va discréditer le Conseil constitutionnel qui va rejeter plusieurs listes car elles vont être confectionnées avec toutes les anomalies possibles pour ouvrir des conflits pouvant perturber l’élection elle-même. C’est pourquoi, je m’adresse d’abord à mon allié le Président Macky Sall qui est le maitre du jeu et que son calendrier n’a pas permis de me rencontrer car il était prévu de retirer ce projet de loi et de continuer le dialogue avec toutes les forces vives. A mes compatriotes, je demande de taire les menaces et les surenchères afin que la tension baisse et que les facilitateurs jouent leur partition. Je demande à tous ceux qui ont des entrées dans les maisons religieuses d’aller expliquer aux guides spirituels qu’ils ont le devoir de s’impliquer afin d’éviter toute confrontation inutile. Il est indéniable de trouver une solution contre la pléthore de candidatures intempestives. Mais la solution ne peut se faire que dans la concertation entre contradicteurs qui se respectent dans l’intérêt exclusif du Sénégal et de l’intérêt général. Je prie le Seigneur pour que ceux qui se nourrissent de violence ne puissent prospérer dans notre cher Sénégal dont la classe politique toute entière doit tout faire pour que notre pays continue d’être un modèle de démocratie avancée, dans la stabilité et la quiétude.

Ministre Thierno LÔ
Président de l’Alliance pour la Paix et le Développement APD Et de la Coalition Adiana



Pape Gorgui Ndong donne une leçon de tenue à Mame Mbaye Niang

YERIMPOST.COM Le ministre de la Jeunesse, de la Construction citoyenne et de la Promotion du volontariat ne croit pas à un 23 juin bis avec le projet de loi instituant le parrainage. Pape Gorgui Ndong faisait face à la presse hier. Interrogé sur la réponse à apporter face à la menace de l’opposition qui veut empêcher le vote de cette loi en investissant l’Assemblée le 19 avril, le ministre prend à contre-pied son homologue du Tourisme. « Ma posture de ministre m’empêche de faire des déclarations incendiaires. Je suis et je demeure républicain. Chaque citoyen a le droit de montrer sa désapprobation. Mais qu’il le fasse dans les règle de l’art», a-t-il déclaré, donnant une leçon de tenue à Mame Mbaye Niang.



TAS et les 9 millions de la Direction de la solde: les faits selon l’ancien ministre

YERIMPOST.COM Dans sa livraison du lundi 16 avril, Libération informait que la Direction de la solde avait sommé l’ancien ministre de l’Energie, Thierno Alassane Sall, de lui reverser la coquette somme de plus de 9 millions. Un montant qui, selon le journal, avait été versé au président de la République des valeurs durant sept mois sans que ce dernier ne daigne signaler l’anomalie. Il aura fallu que la Direction de la solde intime à Thierno Alassane Sall de retourner l’argent pour qu’il s’exécute. FAUX ! En fin de soirée, l’ancien ministre a tenu à apporter une réplique à cette accusation. Preuves à l’appui, Thierno Alassane Sall a rendu publiques les correspondances échangées entre lui et la direction (voir images). TAS a publié un communiqué détaillé que nous vous reproduisons in extenso.




Dans son édition de ce lundi 16 avril 2018, un quotidien de la place a fait cas d’un ordre de recette émis à mon endroit par la Direction de la Solde pour des sommes indument perçues. Pour l’opinion et pour la postérité, voici les faits. 

Selon les usages, les ministres ayant quitté le gouvernement conservent leur salaire pendant six (6) mois. À la suite d’une consultation inopinée en ligne de mon compte le mois dernier, j’ai constaté que le salaire de ministre était toujours viré. J’ai informé mon gestionnaire de compte, puis saisi Monsieur le Directeur de la Solde pour demander l’arrêt immédiat des virements.

Ce qui fut fait et un ordre de recette a été établi pour rembourser les sommes indument versées tel que je l’ai moi-même caractérisé dans l’objet du mail envoyé au Directeur de la Solde, le 13 mars 2018. Et par chèque BICIS N02079483 et reçu par le Trésor Public le 30 mars 2018, j’ai reversé l’intégralité des sommes malicieusement versées dans mon compte.




Pour moi, l’« affaire » était définitivement close. Mais malheureusement, elle venait de commencer pour des esprits malveillants, qui cherchent et continuent de chercher à ternir mon image et ma réputation. En effet, depuis mon départ du gouvernement, des insinuations, des ragots sont régulièrement répandus un peu partout, y compris auprès de certains journalistes, pour porter atteinte à ma réputation.

Je voudrais en conséquence faire ces quelques observations et commentaires :

1 – C’est moi qui ai relevé et signalé à l’Administration les versements indus. Comme noté plus haut, le terme « versement indû » vient de moi parce que cette somme ne m’étant pas due.
2 – Cette affaire n’aurait jamais existé si la Direction de la Solde avait correctement fait son travail; en arrêtant à temps les versements (à moins que cela ait été fait à dessein) ;
3 – J’ai insisté auprès du Directeur de la Solde pour qu’il y ait une traçabilité de notre conversation par échanges de mails. L’objectif était de prouver, si de besoin, que l’initiative d’arrêt des versements venait de moi-même, sachant que des individus malintentionnés pourraient demain se saisir de cette affaire pour me présenter sous de mauvais jours.

Ce qui, malgré tout, est arrivé à travers l’article largement relayé par la presse en ligne et les réseaux sociaux. Je relève au passage qu’il y a des officines qui travaillent à faire amplifier tout ce qui est dit contre moi, par un battage médiatique effroyable et à atténuer mes prises de position comme ma réponse à Monsieur Boun Abdallah Dionne sur l’affaire TOTAL.

4 – Dans le cercle restreint des fonctionnaires ayant traité cette affaire, une ou des personnes dans la chaîne ont manifestement failli à leur obligation de réserve (j’exclus toutefois qu’il puisse s’agir du Directeur de la Solde). Ces derniers ayant oublié leur statut de serviteurs de l’État pour devenir les mercenaires d’un parti politique dont ils défendent les intérêts. On peut à juste titre douter de la neutralité des certains hauts responsables triés sur le volet, quand il s’agira d’enjeux plus importants que seront les élections) ;

5 – Pour avoir quitté de mon propre chef mon poste de ministre en charge de l’Énergie, j’ai renoncé à plus que 2 (deux) mois de salaire. Je rappelle aussi qu’étant Directeur Général de l’Autorité des Régulations des Télécommunications et des Postes (ARTP), j’avais fait réduire les émoluments du DG car les jugeant indument élevés ;

6 – Il y a également à s’interroger sur la déontologie de l’auteur de cet article, qui n’a pas pris le soin de se rapprocher de moi afin d’avoir la vérité sur cette affaire. Son intention n’était manifestement pas la recherche de la vérité ;

7 – Cette tentative de calomnie n’ayant pas prospéré, je m’attends à ce que la campagne de dénigrement se poursuive à travers d’autres épisodes, comme m’en avait averti l’ancien Premier ministre et Président de Rewmi, Idrissa SECK. Au passage Abdoul MBAYE, ancien Premier ministre et président de l’ACT, a déjà fait les frais de cette culture de caniveaux. En conséquence, je traiterai par le mépris les épisodes futurs déjà programmés.

Cette « affaire » montre aux Sénégalais combien les tenants du pouvoir ne reculent devant aucune forme de reniement. C’est pourquoi, c’est un devoir impératif de s’opposer par tous les moyens légaux avant qu’il ne soit trop tard.
J’invite dans ce sens tous nos compatriotes à se mobiliser massivement le 19 avril contre le projet de parrainage, premier jalon du plan de liquidation de notre démocratie.

Fait à Dakar, le 16 avril 2018
Thierno Alassane SALL

Six mois de prison ferme: Barth soulagé ?

YERIMPOST.COM Six mois de prison ferme: le maire de Mermoz/Sacré-Coeur restera ce temps en détention. A cela, s’ajoute une amende de 100 000 francs que Barthélémy Dias devra payer. Le juge du tribunal des flagrants délits n’a cependant pas suivi le réquisitoire du procureur qui réclamait une peine d’emprisonnement de 2 ans ferme contre le maire. Poursuivi pour outrage à magistrat et appel à une insurrection populaire non armée, Barth, comme le surnomment ses proches, restera aux côtés de son « frère » Khalifa Sall, comme il en avait émis le souhait, du moins pendant ces cinq prochains mois. Ses avocats ne l’entendent toutefois pas de cette oreille et comptent interjeter appel de la décision rendue. A en croire Me Elhadj Diouf qui s’exprimait après le verdict,  » le combat continue ! »



Me Mame Adama Guèye donne un conseil précieux à Macky Sall

YERIMPOST.COM Le leader de «Senegaal bu bees», Me Mame Adama Guéye, conseille au chef de l’Etat de ne pas faire un forcing par rapport au projet de loi sur le parrainage. À Cambérène, où il était pour les besoins de la cérémonie d’ouverture de la 138édition de l’anniversaire de l’Appel de Seydina Limamou Laye, Me Mame Adama Guèye a appelé à la paix. «On ne peut rien construire sans la paix. Pour l’installer, il faut que chacun exerce sa responsabilité pour l’intérêt du Sénégal et ne pas mettre en avant son intérêt. En même temps, si le président Macky Sall met son intérêt en avant, ça ne va pas marcher», a-t-il fait savoir.




En privé, Macky Sall confie être prêt à lâcher du lest… Est-il sérieux ou joue-t-il ?

YERIMPOST.COM Au cours de ces derniers jours, le président de la République, Macky Sall, profite de tous ceux qui peuvent transmettre des messages à l’opposition pour faire comprendre qu’il est prêt à lâcher du lest sur la question controversée du parrainage. A des personnalités qu’il a rencontrées récemment, aux organisations de la société civile qu’il a reçues sur l’introduction de Moustapha Niasse, le locataire du Palais s’est déclaré prêt à revoir à la baisse le 1% des inscrits (65 000 signatures de parrains) exigé à chaque candidat pour participer à la présidentielle.

«S’ils (opposants) pensent  que le taux de 1% est élevé, on peut réduire encore à 0,5% ou 0,75%. Tout cela est possible. Mais on ne peut pas comprendre que l’opposition n’exprime pas ce qu’elle veut et tente de dire que le projet ne passera pas. Cela est inacceptable», martèle-t-il.

A l’intention de la société civile, qu’il a félicitée pour sa démarche de médiation, il rassure: «Il faut que tous se retrouvent, sans aucune crainte, sur le projet de parrainage. Cette discussion entre tous les acteurs concernés est possible.»




L’argument de base du président de la République en faveur de son projet de parrainage tient au fait que certaines choses sont à rectifier au regard du niveau actuel de notre démocratie. Selon Macky Sall, 300 partis politiques, ce n’est pas acceptable dans un pays comme le Sénégal. Il faut rationaliser le jeu politique, pour non seulement réduire l’argent public qu’on y injecte, mais surtout pour plus de clarté afin d’éviter en l’avenir que  les élections bloquent à cause d’une prolifération de candidatures.

Le chef de l’Etat envoie à travers moult canaux aux leaders de l’opposition des signaux de détente. Sans pour autant être cru. Beaucoup de ses adversaires, habitués à sa méthode de forcing depuis son accession à la tête de l’Etat, pensent qu’il joue pour gagner du temps afin de faire passer sa réforme par surprise, le 19 avril.

Si Macky Sall est vraiment sérieux dans cette offre de dialogue, un préalable est indispensable: un report de la séance plénière d’examen du projet de loi fixée au 19 avril. C’est d’ailleurs ce que l’opposition a dit aux acteurs de la société civile impliqués dans la médiation. Il est vrai que ce serait un signal fort de la bonne foi du président, un marqueur de sa volonté de trouver une issue concertée à la crise soulevée par le projet de réforme constitutionnelle.

La commission des lois de l’Assemblée nationale valide: parfaite première manche !

YERIMPOST.COM Première victoire pour le président de la République, Macky Sall ! La commission des lois de l’Assemblée nationale, qui se réunissait ce jour, lundi 16 avril, afin de procéder à la révision constitutionnelle et à la modification du Code électoral, a marqué son accord. Reste maintenant aux députés de voter le projet de loi, ce jeudi 19 avril.



Abdoulaye Daouda Diallo-Cheikh Oumar Anne: les vraies raisons pour lesquelles ils se détestent

YERIMPOST.COM Abdoulaye Daouda Diallo est peul. Cheikh Oumar Anne est toucouleur de sang bleu, homonyme et descendant de Cheikh Oumar Foutiyou Tall, figure héroïque de la résistance à la colonisation. Il y a, dans la sociologie du Fouta, des éléments rigides qui font que ces deux hommes ne peuvent pas vivre sous un modèle où l’un commande l’autre. Posez la question aux connaisseurs de cette région chargée d’histoire et de réalités !!!

Si bien que Cheikh Oumar Anne s’est levé un jour de 2017 pour partir à l’assaut de la forteresse apériste de Podor sur laquelle trônait Abdoulaye Daouda Diallo. En quelques semaines, Anne a détrôné Diallo, rallié à sa cause l’essentiel des maires, cadres, autorités religieuses de ce département… Là aussi, les fins connaisseurs du Fouta vous diront qu’Anne a remporté la bataille non pas seulement parce qu’il est plus sociable et plus serviable que Diallo. Il a dû également être porté par ce que les Foutankés perçoivent comme une certaine légitimité historique.




Le ministre des Infrastructures en veut à mort au directeur du COUD pour ce crime de lèse-majesté apériste. D’autant que ce dernier a poussé l’humiliation au point de se faire recevoir à la tête de ses troupes au palais par Macky Sall sous l’oeil de la caméra du 20h de la RTS. Quel désaveu pour l’ancien tout-puissant ministre de l’Intérieur !

Quant au directeur du COUD, il prend l’ex-premier flic comme l’orchestrateur de toute la fronde menée contre lui par l’Ofnac et les médias sur le thème des malversations et de la mauvaise gestion.

Entre ces deux hommes, la haine est sociologique, ancestrale avant d’être exacerbée par des faits concrets, des coups bas mutuels. Leur guerre ne fait que commencer. Après cet épisode, où Anne a riposté face aux hommes de Diallo qui voulaient lui barrer l’accès, il faut en prévoir d’autres partis pour être plus violents sur les routes du Fouta…



Incriminé, le ministre du Pétrole réagit face à la situation qui prévaut à la Sar

YERIMPOST.COM Depuis les Etats-Unis où il se trouve, le ministre du Pétrole, Mansour Elimane Kane, a donné son point de vue sur la situation qui prévaut à la Sar. Selon lui, s’il y a des gens qui ont pris de « mauvaises décisions », ce sera « rectifié ». Mansour Elimane Kane a rappelé que ce sont le Pca et le Dg de la Sar qui s’occupent des contrats et non l’Etat. « Le ministère ne gère pas le fonctionnement de la Sar », a-t-il indiqué dans Libération. Avant d’ajouter : « Ce qui nous préoccupe, c’est l’image de l’Etat ».




Abdoul Mbaye écrit sur les scandales de fin de règne du régime !

YERIMPOST.COM Ci-dessous son texte…

Dans un contexte ressemblant à une accélération de l’histoire, tout concourt à montrer que nous vivons au Sénégal une période de fin de règne. Ces scandales qui se succèdent en s’accélérant en sont la meilleure preuve :
• Deux (2) dignitaires d’un parti que l’on fait vivre au dessus de la patrie et de la loi se crêpent le chignon en présence d’un guide religieux. Ils montrent le manque de respect désormais accordé aux dignitaires religieux de notre pays qui devraient être des symboles de la foi.
• La sauvage répression d’une marche pacifique d’enseignants à Ziguinchor avec le recours à des milices (agents de l’ASP) équipées et demain armées.
• Nous savions notre justice transformée à 2 vitesses et donc devenue injustice.
• Nous apprenons maintenant qu’il en est de même pour la manière dont ils traitent les contrats pétroliers dont les clauses varient selon la partie avec laquelle ils signent.
• Le peuple sénégalais doit sanctionner en 2019 un chef (de notre peuple, de notre armée et de notre magistrature) dont le passe-temps favori consiste à se dédire et dont nous avons désormais honte. Il n’a alors aucune gêne à changer les règles du jeu qui lui ont permis de gagner les élections présidentielles en 2012. Pour ce faire il invente une exception constitutionnelle mondiale en réclamant les signatures de 1% du corps électoral par candidat souhaitant le devenir, et crée ainsi l’impossible à vérifier en même temps qu’il change la date du scrutin en l’avançant (vote avant la date officielle).




Mais le contexte scabreux qu’ils ont créé et continueront d’entretenir ne doit surtout pas nous empêcher de poursuivre la dénonciation du vol des ressources de notre pays qu’ils organisent de manière inlassable, en toute impunité et avec une violence inouïe alors que la pauvreté progresse au FC Sénégal.
Exigeons que l’un des chefs de ce qui ressemble maintenant à une organisation mafieuse, qu’il s’agisse de l’Exécutif ou du parti-état, daigne donner au peuple du Sénégal des éclaircissements sur ce qui pourrait être l’un des plus gros scandales de leur règne (après bien entendu celui de Timis Corp-Aliou Sall) et concernant un contrat de 400 milliards fcfa passé par la Société Africaine de Raffinage (SAR) en violation des règles de la société d’une part, des pertes masquées de 40 milliards d’autre part.
Sénégalaises et Sénégalais de tous bords, membres de l’APR, de l’AFP de M. Niasse, du PS de T. Dieng, ou recevant les ordres qui détruisent chaque jour un peu plus notre cher pays, jusqu’à quand allez-vous être acteurs, complices ou spectateurs de la chute du Sénégal?
Sénégalais debout pour sauver ce qui reste du Sénégal et son futur!

 

Abdoul Mbaye – Alliance pour la Citoyenneté et le Travail
Dakar le 15 avril 2018

PDS: Un remplaçant pour Babacar Gaye !

YERIMPOST.COM La présidentielle approche à grands pas et plus question de perdre du temps pour les partis. Ce que semble comprendre le Parti démocratique sénégalais (PDS) qui a vite fait de trouver un remplaçant à son porte-parole démissionnaire de la commission vente des cartes. Tafsir Thioye est désormais le patron de ladite commission en remplacement de Babacar Gaye. En en croire le quotidien Les Echos qui donne l’info, en plus de cette nomination, Tafsir Thioye est le chef de délégation dans la tournée que le PDS prépare sur toute l’étendue du territoire.


Econduit du Palm Beach, Idy raconte sa version de l’incident

YERIMPOST.COM Le fisc à ses trousses, aucune entreprise n’en veut et ce serait la raison qui a conduit le Palm Beach à décliner l’offre d’accueillir 500 personnes du séminaire de Rewmi. La confidence est d’Idrissa Seck himself. A l’en croire, c’est le ministre du Tourisme lui-même qui a téléphoné au directeur du réceptif hôtelier pour le menacer de lui coller le fisc si jamais il acceptait de recevoir les rewmistes.




Parrainage: Macky se radicalise au Togo

YERIMPOST.COM En marge de la Session extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, le président de la République, qui rencontrait ses militants sénégalais établis au Togo, a encore une fois défendu le parrainage. « Nous sommes prêts en tant qu’Exécutif… L’opposition veut bloquer l’élection… Mais on appliquera la loi de la démocratie! », a déclaré le président Macky Sall.



Abdoulaye Wade renie publiquement Samuel Sarr

YERIMPOST.COM Ce communiqué ci-dessous est sans équivoque…

 

COMMUNIQUE

Me Abdoulaye Wade, Secrétaire Général National du Pds

Il me revient que certains de mes anciens compagnons ont décidé de présenter leur candidature à la présidence de la République. C’est leur droit.

Cependant, je voudrais faire savoir que je ne parraine aucune candidature autre que celle du Parti démocratique sénégalais, parti dont je suis la personne morale.

Par conséquent, je ne donne ma bénédiction à un quelconque autre candidat qui se réclamerait de ma pensée et dont l’objectif réel serait, en vérité, disperser ma famille politique et vendanger l’héritage de mon parcours qui est, pour l’instant, entre des mains qui ont ma confiance.

Fait à Dakar le 15 Avril 2018

Babacar Gaye

Porte parole du Secrétaire Général National




Soupçonné de rouler pour Macky Sall, Samuel Sarr prend une position surprenante sur le parrainage

YERIMPOST.COM Ci-dessous son texte de prise de position…

 

A propos du processus électoral, j’invite le Président de la République à retirer le projet de modification de la constitution et du parrainage et à engager des concertations sérieuses et honnêtes avec l’opposition dans sa majorité. Un processus électoral inclusif et consensuel peut rétablir une relation  de confiance entre les acteurs, seul gage de validation des résultats qui seront issus de l’élection présidentielle de 2019.

 
Avec mon équipe, nous travaillons nuit et jour pour créer notre parti dont l’idéologie s’appuiera sur le Libéralisme Social d’où son nom de parti pour un Libéralisme Social Sénégalais (LSS). Mes équipes ont déjà investi régions, départements, communes et villages et quartiers  du Sénégal.Au-delà de mon parti, je compte mettre sur pied une large coalition politique avec des femmes et des hommes qui épousent ma Vision pour une Nouvelle République. Je tends la main à toutes les filles et tous les fils de ce pays  de quelque bord qu’ils se situent : paysans, enseignants, personnels de santé, universitaires, cadres de l’administration; mécaniciens, journalistes,  chauffeurs, avocats, sportifs, hommes et femmes de culture, personnes vulnérables, étudiants, élèves,  chômeurs etc… Aussi, je renouvelle mon appel à mes sœurs et frères libéraux du Pds.




Ma  Vision pour le Sénégal est claire. Elle propose des réformes majeures dans les secteurs de la justice, la santé, de la sécurité, de l’éducation,  de la culture, du sport, de l’agriculture, de l’énergie des mines, des sciences et des technologies avancées, de la diplomatie, de l’administration publique dans un véritable Etat de droit. Le moment venu, nous dévoilerons les contours de ma Vision pour le Sénégal et l’Afrique.




J’entends bâtir une nouvelle République où le Citoyen sera au centre de toutes les préoccupations. J’entends siffler un nouveau départ pour le redressement du Sénégal  J’entends mettre en œuvre un projet de société accès sur le Citoyen.
Je m’engage à mettre le Sénégal en mouvement, à atténuer la souffrance de mes compatriotes.

Si les Sénégalais me font confiance, je m’engagerai à faire plus et mieux que mes prédécesseurs avec une équipe de patriotes compétents, rigoureux, épris de paix et justice capables de donner au Sénégal sa varie place dans un monde en perpétuelles mutations.

ENSEMBLE POUR UNE NOUVELLE REPUBLIQUE

Fait à Dakar, le 15 Avril 2018

Samuel Ahmet SARR

Ancien Ministre d’Etat,

Candidat à la présidentielle de 2019




Pour éviter le chaos le 19 avril, le Mouvement Team Sénégal fait une proposition originale.

Le Mouvement Team Sénégal propose de confier  exceptionnellement la validation des listes de parrainage aux ambassades de Suisse, du Canada et d’Allemagne au Sénégal. Et ce, afin de sécuriser les listes et assurer, par le fait même, la stricte confidentialité tout au long de la procédure. Chacune des ambassades aura à examiner et à valider, sans recours possible, un certain nombre de listes présentées par les éventuels candidats. Ce faisant, l’on arrivera à bout de la crise de confiance qui s’est installée au sein de la classe politique de notre pays.

Le Mouvement Team Sénégal est conscient du sentiment d’inconfort qu’une telle proposition peut susciter après 58 ans d’indépendance formelle. Mais le Mouvement fait remarquer du même souffle que notre pays n’a cessé de tendre la main pendant ces 58 ans d’indépendance formelle. Il s’agit de faire preuve de réalisme et de patriotisme lucide afin de conjurer toute catastrophe pour notre pays avec son lot de pertes en vies humaines que rien ne saurait justifier. L’Islam, notre belle religion, ne dit-elle pas que sauver une vie humaine équivaut à sauver  l’humanité toute entière ?




Le Mouvement estime, par ailleurs, que nos partenaires sont assez généreux et nous ont toujours démontré, de par le passé, cette générosité pour accepter de consentir à un tel effort d’assistance à nos côtés. Il invite l’ensemble des acteurs politiques et sociaux à bonifier, au besoin, cette proposition ou à décliner de nouvelles dans le sens de faire parler le génie de notre peuple.

 

Le Mouvement Team Sénégal   

Son Président : Mamadou Lamine Sylla, PhD, Montréal, Canada

Auteur du livre : Pour mieux amarrer l’Afrique noire à l’économie mondiale                    globalisée, Paris, Éditions L’Harmattan, 2015.

PS : Les avis des internautes sont les bienvenus sur la page Facebook du Mouvement Team Sénégal. 

 

Motion de soutien et d’appel à la candidature du député-maire Khalifa Ababacar Sall

YERIMPOST.COM Lire le communiqué ci-dessous…

 

LA DIASPORA AVEC KHALIFA SALL POUR LA

 

RENAISSANCE DES VALEURS AU SENEGAL

 

————————————————

 

FORUM INTERNATIONAL DES MOUVEMENTS POLITIQUES DE SOUTIEN ET STRUCTURES DU PS FAVORABLES AUX IDEAUX DE L’HONORABLE DEPUTE – MAIRE KHALIFA ABABACAR SALL

 

————————————————–

 

MOTION DE SOUTIEN ET D’APPEL A LA CANDIDATURE A L’HONORABLE DEPUTE – MAIRE KHALIFA ABABACAR SALL

 

—————————————————

 

NOUS;

 

  • Membres des Mouvements politiques de soutien ;

 

  • Membres des Structures du Parti socialiste;

 

  • et Citoyens sans appartenance politique de la Diaspora réunis en ce jour, ​samedi 14 Avril 2018à Ponte San Pietro (Bergamo) à travers un Forum international regroupant des compatriotes venus de la France, de l’Italie, de l’Espagne, de la

 

Belgique, de la Suisse, des Etats Unis d’Amérique adressons à l’honorable ​Député – Maire Khalifa Ababacar Sall cette présente motion de soutien et d’appel à candidature en vue des échéances électorales de ​Février 2019dont la teneur suit:




Considérantvotre long parcours élogieux dans les hautes sphères institutionnelles de l’Etat qui a débuté en 1983 comme plus jeune député à l’Assemblée nationale du Sénégal;

 

Considérant votre connaissance profonde de l’Etat qui vous confère la qualité incontestable d’homme d’Etat; Votre sens élevé du respect des institutions républicaines, Votre engagement patriotique et sincère au service du bien-être des populations, Votre dévouement ainsi que votre détermination à asseoir une gestion participative et inclusive dans la gestion des affaires publiques;

 

Considérant votre personnalité hautement charismatique imbue des valeurs de solidarité, de partage, de justice sociale , d’équité, de liberté et surtout de promotion de l’intérêt général qui confirme, à bien des égards, de la vitalité du socialisme démocratique pour propulser le sénégal dans le cercle des grandes puissances qui comptent;

 

Considérantl’appropriation par le peuple de votre combat patriotique à servir le sénégal, les tenants du pouvoir voient à une telle manifestation d’intérêt, un potentiel candidat opposant dont la carrure, l’expérience et l’expertise électorale peuvent briser leur rêve de décrocher un second mandat en 2019;

 

Considérantle contexte de soumission institutionnelle marqué principalement par l’érection en dogme de gouvernance, le règlement de compte politique du fait du prince avec l’instrumentalisation de la justice qui ne finit pas de s’ériger en berceau pour la réélection d’un homme obsédé et enivré par le pouvoir;

 

Considérantle contexte de mal gouvernance et de tâtonnement marqué par des cycles de violences récurrentes sur des enfants, des sénégalais de l’extérieur entraînant parfois mort d’hommes, par des arrestations et emprisonnement d’ opposants, par des interdictions et répressions systématique de toute manifestation ou protestation de citoyens excédés et indignés de la politique des gouvernants;




Considérantque, le déroulement du processus électoral en perspective des prochaines échéances du 24 février 2019, l’inscription régulière sur les listes électorales, la confection et la distribution des cartes d’identité et d’électeur CEDEAO à tous les citoyens en âge de voter en 2019 sont les seuls gages d’élections apaisées, de stabilité politique et de paix sociale.

 

Ainsi, le Forum international lance un appel à tous les citoyens épris de paix , de justice et de démocratie à s’approprier cette bataille de transparence pour que le ​droit et le devoir de voterdes citoyens ne soient volontairement confisqués par le pouvoir en place;

 

Considérantle principe et la portée de votre combat hautement citoyen consistant à réinstaurer les valeurs républicaines de l’Etat en général, la renaissance de l’état de droit, la consécration de l’effectivité de la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Aussi, sur ce point précis, le Forum international rappelle à tous les compatriotes votre très haute implication ainsi que votre attachement indéfectible aux conclusions des assises nationales.

 

Par ailleurs, le Forum international de la diaspora ​dénonce avec vigueur, la gouvernance de règlement de comptes instituée par le Président Macky SALL consistant à instrumentaliser le dernier rempart de la démocratie qu’est la justice sénégalaise pour tenter de rendre inéligible l’Honorable Député – Maire Khalifa Ababacar SALL.

 

A ce titre, le Forum international de la Diaspora vous ​réaffirme solennellement son soutien total, sa fidélité sans faille ainsi que son indéfectible attachement au combat que vous menez.

 

Nous prions Dieu le Tout Puissant de vous accorder santé, longévité, clairvoyance et surtout liberté nécessaires à la poursuite de votre combat.

 

Enfin, le Forum international, à l’unanimité des participants vous investit solennellement comme ​Candidat de la Diaspora,à la prochaine élection présidentielle du 24 Février 2019.

 

 

 

 

Fait​à​Ponte San Pietro (Bergamo), le 14 Avril 2018.

 

Le Forum International de la Diaspora

Les Socialistes de la diaspora pilonnent le fonctionnement de la justice

YERIMPOST.COM Les Socialistes de la diaspora ont traîné Macky Sall dans la boue. Leur rencontre, ce weekend à Bergamo (Italie), a été une occasion de jeter le discrédit sur le fonctionnement de la justice sénégalaise qui devrait être, selon eux, le socle de la démocratie. « Le forum international de la diaspora dénonce avec vigueur la gouvernance de règlement de comptes instituée par le président de la République, Macky Sall, consistant à instrumentaliser le dernier rempart de la démocratie qui est la justice sénégalaise pour tenter de rendre inéligible l’honorable député-maire, Khalifa Ababacar Sall », ont-ils dénoncé.




Ce conclave des souteneurs de Khalifa Sall présidé par son conseiller politique, Moussa Taye, a aussi été l’occasion pour ces Socialistes de porter la candidature du maire de Dakar pour la prochaine présidentielle. « Le forum international, à l’unanimité des participants, vous investit solennellement comme candidat de la diaspora, à la prochaine présidentielle du 24 février 2019 », lit-on dans leur déclaration finale.

Qui est cet autre ancien Premier ministre qui voudrait briguer la présidence ?

YERIMPOST.COM Cheikh Hadjibou Soumaré candidat à la prochaine présidentielle ? La rumeur s’agrandit avec cette publication de Libération qui rapporte que ce sont certains proches de l’ancien Premier ministre qui véhiculent l’idée. Le mystère ne saurait persister, 2019 c’est bientôt.



« De la retenue » (Forum du justiciable)

Le Forum du Justiciable condamne à la dernière énergie les discours incendiaires notés aussi bien du côté du gouvernement que de l’opposition, qui ne font qu’empirer la tension qui sévit déjà . Les propos tenus hier par le Ministre Mame Mbaye Niang n’honore pas la République.
Nous évitons les parties prenantes à la retenue et au sens de la responsabilité pour permettre aux organisations de la société civile déjà reçu par le Président de la République de jouer pleinement leur rôle de facilitateur. Les politiciens manifestement minoritaires n’ont pas le droit de brûler ce pays.
Forum du justiciable 




Les réformes radicales de la Justice proposées par Idrissa Seck

YERIMPOST.COM Une refonte totale de la Justice sénégalaise ! C’est ce que propose Idrissa Seck une fois élu président de la République du Sénégal. Le premier changement est qu’il ne présiderait pas le Conseil supérieur de la magistrature. Idy compte laisser les magistrats avec leur libre arbitre. Dans les réformes prévues, le leader de Rewmi compte aussi changer la composition du Conseil constitutionnel. Cette haute juridiction sera ouverte, entre autres, à la société civile, aux journalistes, et même aux acteurs de la justice comme les avocats, a-t-il révélé dans son programme de campagne.





Vidéo- Idrissa Seck s’adresse à Macky Sall à propos du 19 avril

YERIMPOST.COM Idrissa Seck avertit le président de la République. «Si Macky Sall viole la Constitution du Sénégal, nous le dégagerons de là», a-t-il dit devant les cadres de son parti. Le leader du parti Rewmi, qui doit être sur Paris demain, compte écourter son séjour dans la capitale française pour être de retour le 17 avril, bien avant le jour du vote du projet de loi sur le parrainage. «Le 19 avril, nous sortirons tous nombreux pour faire face à Macky Sall», a-t-il déclaré. Selon l’ancien Premier ministre, il est hors de question de laisser Macky Sall violer la loi fondamentale du Sénégal.





1 2 3 14
° Top