Blog de Cheikh Yerim Seck

µ (pi), la première lettre du Coran (Dr Ahmed Khalifa Niasse)

Sans pouvoir lire la dimension mathématique du Coran l’on est relégué à la version PDF faite pour un minimum d’entendement en la matière. Ainsi, le premier verset de la première sourate chronologique dit explicitement : « Apprends par µ (pi) le nom de ton Seigneur qui a enseigné par µ (pi) à travers le calam( tout moyen d’écriture) » Nous savons ainsi que bismilahi se lit µ (pi), nom de Dieu. Pour le µ (pi) des mathématiciens les Arabes choisissent la lettre t tréma, comme c’est le cas pour les deux lettres qui ont donné leur nom à la sourate du même nom, TAHA qui signifie en Arabe piétiner. Cette lettre elle-même est désignée en wolof par TA TANK. C’est-à-dire la lettre qui ressemble à un pied.




Lorsque nous serons arrivés au bigbang le µ (pi) nous apparaitra net. Et si nous écrivons ce mot en Arabe l’on finit par comprendre que bigbang est égal à kun fa yakun. Qui nous renvoie à une double sonorité nous faisant penser à la dimension musicale des mathématiques des pythagoriciens et non des pythagoriens. Or, qui dit sonorité dit vibration, et qui dit vibration dit énergie(e=mc2)

Ce qui vient d’être dit  nous éclaire par rapport à la physique quantique qui prône un multivers, (alamina du deuxième verset de la première sourate (multivers)),  à onze nœuds symbolisant le chapelet primordial. Et dont le multiple nous a été recommandé par le Prophète (psl) qui nous a demandé de citer le nom de Dieu trente trois fois (baqiyatou as salat). Lesquels multipliés par trois, à leur tour, nous hissent au nombre sacré des quatre vingt dix-neuf noms de Dieu.

Mon propos vise à démontrer l’existence d’une lecture mathématicienne du Coran. Même si, pour y accéder, il faut faire plus qu’apprendre. Là il faut non seulement savoir, mais savoir comprendre.

Ainsi, le Coran nous dit à propos de la première sourate, la Fatiha, qu’il s’agit bien d’un double sept. C’est à dire  qu’entre les sept lignes de la Fatiha il y a sept autres lignes qui se trouvent entre les lignes. Il s’agit de la dimension mathématique de la Fatiha.

Nos maîtres, Mame Khalifa Niasse, mon père, mais aussi son frère Baye Niasse, nous apprenaient que la Fatiha était l’extrait ou le concentré du Coran. Et que le bismilahi était, à son tour, le concentré de la Fatiha. Lequel bismilahi était concentré dans le b, c’est-à-dire dans le µ (pi.)

En nous prodiguant son enseignement Baye Niasse nous disait : « Je me dois de m’efforcer pour que vous puissiez savoir comment on peut fixer le point du B arabe. Une des deux choses pourrait en résulter. Ou vous aurez tout compris et mon enseignement s’arrêtera alors. Ou vous n’aurez rien compris. Et l’enseignement continuera de toute façon, mais inutilement. »

Pour corroborer tout cela il y a lieu de se pencher sur les points diacritiques du Coran et qui sont au nombre de trois. C’est-à-dire qui symbolisent les trois nombres naturels : 1, 2 , 3.

A y réfléchir nous voyons que le premier parmi ces points diacritiques est celui qui est matérialisé par le µ (pi) ou le b si vous préférez. Ce même point diacritique va faire une ascension pour matérialiser le n, nour( lumière) .




En d’autres termes, et sans chercher à être pédants en la matière, les lettres diacritiques du Coran mises en mouvement donneraient exactement le mouvement croisé des atomes. C’est-à-dire ce que les atomes font au sein du laboratoire de l’INSERN. Le bombardement des particules.

Pour cette brève réflexion il s’agit de donner des indications sur la dimension mathématique du Coran. Laquelle nécessite l’écriture d’un livre qui serait le vrai TAFSIR.  C’est-à-dire la véritable traduction du Livre du Savoir par excellence. Et qui commence par ceci : «  Apprends par µ (pi)(la constante d’Archimède) le nom de ton Seigneur. Celui qui a enseigné par le calam, il a appris à l’homme ce qu’il ne saurait ».

Dr Ahmed Khalifa Niasse

7 Comments

  1. Dr. en quoi? Quel est le sujet de sa thèse? Soutenue dans quelle université? Devant quel jury… j’aimerais bien savoir à moins que ça soit le même doctorat que celui de Yaya Jammeh

  2. Voila pourquoi Allah,Ta’ala, a choisi des charpentiers, des bergers pour véhiculer sans messages. O n nous demandent d’adorer et nous , nous dissertons sur le sexe des anges.
    Vous ne verrez nulle part dans la méthodologie du Prophète, sallahu alyhi wa sallam, de tels divagations intellectuelles .Au Sénégal, on veut ramener tout aux dires des chefs de confréries, feignant d’oublier l’éthique islamique:
    Aucune révélation après le Prophète , SAW, personne n’est en droit non plus de prétendre recevoir une science directement de la part d’Allah
    1. Aimer le Prophète, SAW
    2. Croire à tout ce qu’il nous a apporté
    3. Mettre en appliquation son enseignement et ses traditions
    4. S’éloigner de tout ce qu’il a interdit, et considérer ses décrets comme faisant parti de la révélation Mise en garde contre ceux qui ne croient qu’au Qour’an et qui délaissent les hadices
    5. Ne jamais donner plus d’importance à l’opinion d’un homme sur l’enseignement prophétique
    6. Ne pas innover dans la religion
    7. Ne pas exagérer sur la personne du Prophète
    8. Ne pas lui attribuer ce qu’il n’a pas proclamé
    9. Le respect des paroles prophétiques

    Ne soit pas musulmans par procuration, par une image que tu renvoies, par un nom que tu potes ou pour une tenue que tu exhibes !

    • Mayday, cher frère ou soeur, je pense que vous vous trompez sur certains points.la sunnah comme le coran sont d’accord sans réserve sur le fait qu’on puisse recevoir science et enseignement directement d’Allah. Je vous renvoie au verset « fattaqullaha wa youalimukumullahou nafsah » (si je ne me trompe, craignez donc allah,et allah lui même vous enseignera) et a ce qu’allah lui même dit dans le coran de seydina khidr en s’adressant a moussa surat 18, verset 65: »fawajada abdan min ibaadina ateynahou rahmatan min indina wa allamnahou min ladunna ilman » : ils (y) trouverent un de nos serviteurs a qui nous avions accordé une miséricorde et enseigné une science émanant (directement) de nous, allah ». Cette faveur faite par allah a khidr, allah l’accorde toujours jusqu’à maintenant a certains de ses élus qui ne sont ni anges ni prophètes. Il est plus juste de dire « je ne sais pas », car ses dons sont inépuisables.très fraternellement.

  3. Dr, vous devriez reprendre votre texte pour le rendre plus compréhensible. Dieu dit: « J’ai rendu le Coran facile pour sa récitation ». Rendez votre texte plus simple pour sa compréhension.

    • J’en suis sûr qu’il ne comprend meme pas ce qu’il a écrit. Encore si c’est lui qui l’a écrit.

      Nos pseudo-dr ne font que copier des anciens ouvrages qu’ils gardent par devers eux.

  4. oui iL n’existe pas d’école de savant à ce que je sache, le savoir n’appartient à personne essayons d’approfondir​ ce qu’il dit c’est ce qui importe à mon avis. Milles excuses

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top